• L'Espagne

    18 Septembre :

     

     

    Ce matin la brume nous enveloppe doucement, la pluie tombe, fine mais inlassable. Nous décidons donc de partir et passer la frontière par le col du Portalet à 1794m. Traversons de gorges profondes et verdoyantes où le Gave d’Ossau sans donne à cœur joie, dévalant la pente au milieu des cailloux, écumant de rage. Malheureusement la visibilité est réduite. Eaux Chaudes encore une petite ville thermale en désuétude surtout sous ce ciel dédaigneux.

    Le petit lac d’Artouste semble bien triste… son niveau au plus bas, ses eaux d’un vert laiteux reflètent ce ciel qui n’en finit pas de pleurer… inutile de prendre le petit train nous ne verrons rien, Dommage…vues panoramiques garanties !!!

    Au fur à mesure de notre progression la vue s’ouvre, le cirque d’Anéou s’offre à nous mais reste un peu morne, chevaux, vaches et moutons y cohabitent sans difficulté, point de vue sur le Pic de Midi d’Ossau, Désolant !!! Mais c’est ainsi certains jours.

     

     

     

    P1060839

     

     

     

    P1060842

     

     

    L’univers se fait plus minéral, plus sauvage nous atteignons le col, l’Espagne nous attend. Ce maudit temps n’en fait qu’à sa tête, bouche l’horizon et persiste.

    Le col et ses « ventas », nous ne nous arrêterons même pas, poursuivrons notre descente sur Formigal, une grande station de ski où les montagnes moutonnent gaiement. La vallée de la Téna d’abord resserrée s’épanouit et devient majestueuse, elle est occupée par le lac de Bubal aux eaux d’un vert laiteux.

    Arrêt repas à Jaca, point de citadelle en vue, passerons notre chemin pour tenter de rejoindre Ainsa.

    Encore une erreur de pilotage…. Et nous voici donc à Huesca. Là il faut prendre une décision car ce soir voudrions être en camping. Après quelques recherches infructueuses, je dirai même un peu galère… Direction Alquerar et le camping du même nom. 

    Le long de notre route s’égrainent de vieux châteaux, de nombreux villages où les vielles maisons de pierres se pressent autour de l’église.

     

     

     

    Copie de P1060851

     

     

     

    Copie de P1060855

     

     

     

    Copie de P1060856

     

     

    Ouf nous y voici enfin. Camping agréable, confortable et au prix raisonnable.

    Mais qu’elle chance d’être là, le village est superbe. Nous sommes dans la Sierre Guara , massif calcaire de hauts plateaux désertiques où les rivières ont façonné d’extraordinaires canyons.

     

     

    alquezar

     

     

    Au détour de la route, accroché au rocher, le petit village médiéval d’Alquezar ( pour photos voir album) apparait au pied de sa majestueuse collégiale. La rivière Véro à creusé un immense canyon aux parois grises et ocre que nous surplombons au cours de notre visite. C’est dans ce vrai dédale de ruelles étroites et irrégulières, aux maisons de pierre souvent blasonnées,

     

     

     

    bardenas-2 5342

     

     

     

    aux curieuses cheminées,  que nous prendrons plaisir à flâner en cette fin d’après midi  et qui plus est sous un beau soleil et un ciel bleu.

     

     

     

    alquazar2

     

     

    alquezar3

     

     

    Retour au camping et apéritif traditionnel, comme tous les samedis et dimanches.

     

     

     

    19 Septembre :

     

     

    Nuit très calme au camping et grand beau temps ce matin. On traine, on vire, on se connecte, on boit le café et l’on va s’installer sur un parking au dessus de la ville.

    Notre matinée doit être rythmée par une petite randonnée et restaurant au retour. Nos partons confiant elle est annoncée pour une heure.

    Après voir demandé à la boulangère, qui parle un français parfait, le point de départ nous empruntons un sentier qui après la traversée du canyon de Poyuela nous conduit au col de San Lucas. C’et un beau point de vue à la fois sur la ville, la rivière Viro et les hautes falaises grises et ocre qui la dominent.

     

     

     

    bardenas-2 5351

     

     

    En grands lacets le sentier poursuit sa descente jusqu’à la rivière.

     

     

     

    bardenas-2 5384

     

     

     

    P1060916

     

     

     

     

    P1060918

     

     

     

    P1060919

     

     

     

    Là, au pied du canyon le petit pont roman de Villacantal nous permet de passer sur l’autre berge.

     

     

    bardenas-2 5376

     

     

     

    P1060927

     

     

     

    bardenas-2 5362

     

     

     

    Il aurait supporté de nombreuses crues et se maintient imperturbable, témoin muet du passage tranquille ou de la furie des eaux du Viro.

    Au dessus de nos têtes tournoient de beaux rapaces.

     

     

     

    Copie de DSC 5378

     

     

     

    Copie de P1060898

     

     

    Nous devrions maintenant suivre au fond du canyon le cours du Viro et souvent le traverser sans pont et sans gué, bien sur, donc les pieds dans l’eau…. Cela nous amuse et nous fait rire, mais la situation se complique, plus de sentier et de plus en plus d’eau….

     

     

     

    DSCN0469

     

     

     

    DSCN0471

     

     

     

    P1060932

     

     

     

    Que faire ? Nous tentons vainement de trouver un sentier, mais peine perdu.

    Nous faisons donc demi-tour, espérant trouver la solution vers des randonneurs espagnols connaissant le coin.

    Ils tentent de nous renseigner mais ne connaissent pas les lieux, nous remontons donc par le sentier de descente. Il s’avère assez dur car il grimpe mais en plus vu l’heure tardive le soleil ne nous épargne pas….

    C’est donc vers 14h que nous arrivons au restaurant, ici pas de souci pour se faire servir. Nous aurons donc une paëlla, un verre de vin et un désert le tout pour 15 par couple. Que demander de plus.

    L’odeur du bon pain frais nous ayant mis l’eau à la bouche ce matin nous y revenons mais hélas la boulangerie est fermée.

    Direction le nord par une petite route qui se faufile au milieu d’un paysage méditerranéen où chênes verts abondent, mais où se mêlent romarin, genévriers et parfois quelques pins. Nous passons deux petits cols avoisinant les 900m d’altitude, un grand pont nous permet d’enjamber le superbe canyon de Portiacha au fond duquel le rio Ena est à sec.

     

     

     

    P1060942

     

     

     

    Un parking bien aménagé nous permet d’aborder un mirador sur le Viro, magnifique point de vue au dessus duquel virevoltent des rapaces, nous ne sommes pas certain de les identifier mais pensons qu’il s’agit de vautours.

     

     

     

    P1060947

     

     

     

    P1060948

     

     

    Notre petite route n’est pas toujours agréable, plutôt chaotique et en travaux,  se transformant même en piste roulante et devinez à quoi on pense ? Maroc bien entendu.

    Dans le lointain, altière, se dresse la barrière de Pyrénées telle une barrière infranchissable ou persistent encore de nombreux névés.

     

     

    Copie de P1060955

     

     

    Arrêt à l’entrée d’Ainsa,  Bâti sur un promontoire entouré de murailles le vieil Ainsa domine le confluent du Cinca et de l’Ara qui ne roulent que peu d’eau. Un petit tour en ville nous permettra de voir de petites ruelles bordées de maisons de pierres et dont les gargouilles en zinc sont surprenantes.

     

     

     

    Copie de P1060958

     

     

     

    Copie de P1060961

     

     

     

    La grande place à arcades est dominée par le clocher de l’église, une estrade y est encore dressée, sans doute témoin de quelques festivités.

     

     

    Copie de P1060965

     

     

     

    P1060960

     

     

    Notre promenade nous a permis de trouver un immense parking sur le haut de la ville qui fera notre bonheur pour cette nuit. Nous ne sommes pas seuls, avons pour voisins un Français et un Belge.

     

     

    20 Septembre :

     

     

    Ce matin ciel bleu et soleil se congjugent au présent malgré la fraicheur matinale..

    Notre route caracole dans un paysage sauvage, raviné toujours méditerranéen,

     

     

     

    P1060968

     

     

     

    mais parfois la végétation se pare de teintes rouille qui commencent à jouer avec le jaune…. Annonçant sans doute l’automne. De loin ou de près nous longeons le grand lac de Médiano puis d’el Grado dont les eaux turquoise épousent les formes étranges du paysage.

     

     

    P1060974

     

     

    Juché sur son éperon rocheux, dominant le lac El Grado, l’imposant sanctuaire dédié à la vierge, construit en brique rouge dans le style Aragonais, veille depuis 1970, à l’orée des Sierras sur un sublime paysage raviné.

     

     

    bardenas-2 5391

     

     

     

    bardenas-2 5394

     

     

    P1060982

     

     

    Le sanctuaire de L'Opus Dei est ouvert à tout le monde et se veut être le centre d’un rayonnement religieux.

    Passé la grille, une grande esplanade nous conduit au sanctuaire proprement dit, montons une volée d’escaliesr et pénétrons dans la pénombre de sa nef. Là, on nous conduira dans un tout petit auditorium pour visualiser le film de sa construction. Œuvre de Juan Mayné, le retable en albâtre polychrome représente les scènes de la vie de la vierge. Albâtre, marbre et bronze donnent à ce sanctuaire une allure imposante et solennelle.

     

     

    P1060980

     

     

    En contrebas, l’ancien sanctuaire est toujours là, surveillé par les vestiges de l’ancienne tour.

     

     

    P1060985

     

     

     

    P1060989

     

     

    Repas de midi sur le parking où nous pourrons faire nos plein d’eau grâce aux fontaines qui s’y trouvent.

    Nous poursuivons à travers la vallée de Cinca qui s’élargit progressivement, vallée cultivée et verdoyante, parfois avec du vignoble. Petit à petit nous approchons des « sécados » terres sèches de la région aragonaise.

     

     

     

    P1060991

     

     

     

    DSCN0509

     

     

     

    Des zones lunaires défilent dans le lointain et créent un contraste surprenant, tantôt verdoyant tantôt sec et brulé par le soleil.

     

     

     

    P1060992

     

     

     

    P1060997

     

     

    Notre route, souvent en ligne droite,  étire son ruban dans un paysage varié, parfois les champs aux formes irrégulières sont séparés par de petites haies de buissons. La terre est si sèche que les gros tracteurs qui labourent le sol disparaissent dans un nuage de poussière.

     

     

    P1060998

     

     

     

    P1060999

     

     

    C’est dans le petit village de Lecinema, écrasé par le soleil, il fait encore 27° à 19h, que nous stationnerons sur un terre plein, vers une station après avoir demandé à un paysan si nous pouvions y passer la nuit.

    Ce charmant Monsieur, nous à aidé à l’automat pour faire nos pleins, nouvelle machine, un peu compliquée pour nous qui n’avons que des rudiments d’espagnol (nous n’avons plus notre traductrice…. Elle se reconnaitra !!!!)

     

     

          21 Septembre :

     

     

    Encore une belle journée qui s’annonce, nous décidons de passer par Zagaroza et de faire un tour au moins sur la place El Pilar. Filons donc direct sur une route rectiligne, à travers une plaine à forte activité agricole où les odeurs vont avec….Immense plaine aux parcelles fraichement labourées pas la moindre végétation à l’horizon sauf quelques pins malheureux et récalcitrants qui bordent la chaussée.

    L’arrivée sur Zagarosa se fait sans trop de mal, mais je dois avouer que nous avions mis le GPS. Difficile de stationner vers la place centrale, mais après avoir traversé l’Ebre qui roule des eaux vert sale nous pouvons nous arrêter en toute quiétude.

    Si nous sommes trop loin nous prendrons le bus, décidons donc de tenter de nous connecter à internet et de manger. Cherchant de nouveaux renseignements sur notre bus, c’est toujours le 28, mais autre côté de rue, puis ce n’est pas encore le bon, faut prendre le 21, finalement nous partirons à pieds. Ce ne fût d’ailleurs pas très long.

    Toute de brique vêtue aux pieds de ses deux cathédrales, Saragosse, ville accueillante et cosmopolite, est une grande métropole d’Aragon, un centre universitaire et religieux.

    Traversant l’Ebre nous atteindrons rapidement la magnifique place d’el Pilar, dominée par la basilique baroque de Notre Dame du Pilar

     

     

     

    P1070027

     

     

     

    P1070029

     

     

     

    qui arbore de splendides coupoles à lanternons aux tuiles vernissées. A côté se trouve l’hôtel de ville, de style aragonais traditionnel devant lequel des sculptures modernes en bronze précèdent l’entrée. La Longa (bourse du commerce) date du 16ième  on peut y voir des blasons encadrés d’angelots.

     

     

     

    P1070012

     

     

     

    DSCN0513

     

     

     

    bardenas-2 5398

     

     

     

    pilar

     

     

     

    bardenas-2 5402

     

     

    bardenas-2 5403

     

     

     

    bardenas-2 5413

     

     

     

    P1070018

     

     

     

    P1070019

     

     

     

    P1070020

     

     

     

    bardenas-2 5409

     

     

     

    bardenas-2 5399

     

     

     

    P1070032

     

     

     

    P1070028

     

     

    A l’extrémité de la place la cathédrale Seo, mélange les styles, mais l’architecture est gothique on y a ajouté au 17ième   la haute tour clocher qui s’harmonise parfaitement avec celles du Pilar.

     

     

    P1070013

     

     

    Retour par le pont de Piedra.

     

     

     

    bardenas-2 5430

     

     

     

    DSCN0554

     

     

    La sortie de ville se fera encore sans trop de difficultés, notre route se faufilera entre la verdoyante vallée de L’Ebre à notre gauche et des collines arides, délitées aux tons pastel qui moutonnent sur notre droite, curieux paysage que ce mélange des genres. Tout le long de notre itinéraire de nombreux panneaux solaires sont installés laissant présumer un ensoleillement idéal.

     

     

     

    P1070039

     

     

     

    P1070042

     

     

     

    P1070043

     

     

     

    Copie de P1070040

     

     

    Un petit arrêt à Sabada où nous pourrons voir,  perché sur son petit mamelon, au milieu du village, un l’imposant château aux sept tours qui surprend par sa silhouette, laissant plutôt penser à une casbah….Château construit par Don Sancho VII au 17ième    sur un plan carré de 1000m2.

     

     

     

    P1070044

     

     

    Ce soir arrêt sur le grand parking ombragé du monastère de la Olivia.  Et surprise l’on peut se connecter.

     

     

     

     

    22 septembre :

     

     

    La nuit fût très calme et réparatrice. Le ciel est toujours d’un bleu intense, le soleil toujours bien présent.

    C’est par une petite route que nous décidons d’aller au camping à Olite en suivant le chemin des écoliers.

    Route sympathique qui se faufile dans des paysages variés, longeant brièvement le ruban bleu du Rio Aragon qui serpente entre bois, champs d’asperges et vignes.

    Des champs façonnés par la main de l’homme créaient une mosaïque de cultures en terrasses entourées de Yeuses, de chênes ou de genêts.

     

     

     

    P1070053

     

     

    Le ruban gris un peu chaotique secoue nos petits cubes blancs, obligeant nos chauffeurs à réduire la vitesse. Ce n’est pas un problème nous ne nommes pas pressés.

    Au détour d’un virage le petit village Ujué, petit village médiéval apparait au dessus de ses terrasses cultivées, ici les céréales semblent être la ressource agricole la plus importante.

     

     

    P1070051

     

     

     

    P1070052

     

     

    Sur une ligne de crête des éoliennes, presque toutes à l’arrêt défigurent un peu le paysage.

    Un arrêt dans ce petit coin fort sympathique s’impose, nous flânerons dans de petites ruelles tortueuses,  bordées de pittoresques maisons de pierres.

     

     

     

    P1070059

     

     

     

    P1070062

     

     

    La tour de la forteresse avait un rôle militaire, du palais médiéval il ne reste plus que le chemin de ronde couvert qui contourne l’église Santa Maria.

     

     

     

    P1070062

     

     

     

    Copie de P1070065

     

     

     

    P1070066

     

     

    Dévalant quelques rues pentues nous frapperons à une « Panadéria », qui comme vous pouvez le voir ne semble qu’en avoir le nom. Détrompez-vous une mamie, vêtue de noir, vient nous ouvrir la porte et nous voilà directement dans le fournil où nous choisirons notre pain encore tout chaud.

     

          En contrebas l’Ermitage St Michel tombe en ruine.

     

     

     

    P1070086

     

     

    Repas de midi sur le parking, une brise légère souffle rafraichissant ainsi l’atmosphère.

    Les champs en terrasses autour du village forment un tableau inhabituel.

    Dès notre départ une grande plaine se profile, des grandes caves jalonnent notre route, mais peu de vignes en vue, surprenant.

    Le village de San Martin de Unx étonne par la profusion de petits balcons aux belles rampes en fer forgé.

    Encore quelques kilomètres et nous voilà au camping d’Olite (17,30), mais nous voilà installés presque sur un terrain vague…. Après tous les bungalows…. Et loin des sanitaires, mais rien d’autre à l’horizon, n’avons pas le choix.

     

     

     

    P1070094

     

     

    Le vent souffle assez fort séchant rapidement notre linge mais l’on comprend pourquoi il y a tant d’aérogénérateurs dans le secteur.

    Donc après midi occupations de camping-caristes et repos.

    « NOS ETAPES 2010 (Fin) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    8
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 23:10

    Bonsoir Joss et Jean Marc,

    Merci beaucoup pour le lien et les renseignements.

    Bonne nuit à bientôt.
    Amicalement et au plaisir de te vous rencontrer au Maroc.

    Huguette

    7
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 22:39

    http://maroc-camping-car.forumactif.com/t17740-securite-serrure-montees-au-portugal?highlight=securite

    Voilà Huguette

    C'est a Cascai   c'est un Ukrainien qui travaillait chez Chalenger

    300 euros pour les 6 serrures avec 18 doubles de clefs on ferme int et ext

     

    Amicalement

     

    Joss et Jean-Marc

    6
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 22:24

    Re Bonsoir,

    Oui radio cc n'est pas toujours au top, Mais malgré tout il faut faire attention. Tu sais en France il y a bien des endroits qui craignent aussi.

    A la tour de Belem nous y avons aussi passé une nuit, c'était en 2010. Pas de problème.

    Qu'as-tu mis comme serrures ? c'est sur quel post, je ne crois pas l'avoir vu. Nous on a les serrures de chez imc créations. On peut verrouiller de l'intérieur. On était allés les voir vers St Etienne et on avait trouvé cela très bien. Ce sont de gens camping-caristes et il a trouvé ce système pour sécuriser son cc car sa femme avait peur. Et ensuite il a commercialisé.

    Mais au fait vous avez été dévalisés et vous n'avez rien entendu. Cà doit faire tout drôle au réveil. Alarme gaz ou pas. Certains disent que ce n'est pas efficace ???

    Je comprends que vous ayez plus d’appréhension maintenant.

    Bonne soirée.
    Amicalement.
    Huguette 

    5
    alsaco57
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 21:43

    Merci Huguette

     Tu sais en Espagne c'est les CC qui racontent beaucoup

    Mais en 2011 au Portugal on à été visité pendant la nuit ( gaz ) mais comme tu as dit ...grande ville

    Lisbonne à la tour Belem ..depuis j'ai fait monter des serrures à chaque ouverture j'ai mis les infos sur le forums Maroc et Monida tu dois connaître elle a mis les même serrures .

    Amicalement

     

    Josseline et Jean-marc

    4
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 21:00

    Bonsoir Jocelyn et Jean Marc,

    En Espagne il ne faut rester sur les autoroutes et sortir dans les petits villages. Pas de psychose, il n'y a pas que des malfaiteurs . Nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité surtout à l’intérieur du pays et hors les grandes villes. Nous sommes parfois restés seuls sur des petites aires sans le moindre souci.

    il y a aussi pas mal d'aires ou alors les camping ACSI pour plus de sécurité.

    Bonne soirée;

    Amicalement.
    Huguette

    3
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 20:55

    Bonjour nono37,

    J'ai l'impression que je n'ai pas répondu à vote mess. Veuillez m'excuser car je réponds dès que je le mets en ligne.

    San doute une erreur.

    Oui nous profitons de notre retraite au maximum, enfants et petits enfant sont grands et nous pouvons nous libérer d'avantage. Et il faut en profiter autant que l'on peut.


    Avec mes excuses.

    Bonne soirée Amicalement.
    Huguette

     

    2
    alsaco57
    Jeudi 30 Octobre 2014 à 19:49

    Bonjour

     Un grand bravo pour les escapade en Espagne un très beau pays

    Mais ou j'ai pas confiance en CC au niveau de la sécurité

    J'aimerai bien avoir des endroits où l'on se sent en sécurité ...je cherche sur les Blogs

     

    Amicalement

     

    Josseline et Jean-Marc

    1
    Mardi 19 Février 2013 à 21:50

    Bonjour les Pollhuguett's,

    Je viens de découvrir votre blog par le biais d'un com que vous avez essayer de me mettre, mais qui n'est pas passé apparemment. Mais je vous ai trouvé tout de même.

    C'est agréable de voyager autant, et de sillonner les routes!!!! les pays étrangers aussi, mais attention aux endroits où vous passez. Vous avez l'air d'être un bon petit groupe, qui semblaient détendus et avec la santé aussi.

    Bonne continuation dans vos ballades

    Amitiés

    Nicole

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :