• Il est encore bien là, même si le déconfinement nous a facilité la vie....  Ce n'est pas vraiment l'après.... Il plane... il rôde.... même s'il semble moins présent. Et nous espérons jamais le rencontrer.....

    La vie n'est plus la même, le doute subsiste, même si elle devient plus douce, les contraintes persistent et persisteront encore pas mal de temps. On essaye de l'oublier....mais impossible, ces masques, ces distanciations avec parfois des queues interminables et insupportables, font qu'à tous les instants nous sommes dans cette ambiance plus ou moins morose. Donc nous sortons moins et prenons soin de nous.

    Pas facile de porter longuement ces fichus masques, par temps de chaleur, même si cela est nécessaire. La majorité le porte parfois plus ou moins bien. Mais est-ce rassurant ??? Nous changeons forcément notre façon de faire.

    L'avenir nous le dira.....

    La vie a petit à petit repris un cours plus "normal" si je puis m’exprimer ainsi, où est la normalité me direz-vous ? Après de petites escapades bénéfiques, nous voilà chez nous depuis quelques jours, surtout pour des RV annulés lors de ce confinement forcé et l'on commence à "rouiller"....

    Il va falloir changer d'air, voir d'autres horizons, avoir d'autres occupations.....peut être en campagne ou en montagne, refuges de la douceur et de l'enchantement. Dame nature nous offre très souvent un décor de rêve modelé souvent par le soleil. Pourquoi ne pas en profiter ?

    14 Juin,

    Notre premier restaurant au Revard, sous un temps mitigé et des températures pas très printanières il est vrai que nous sommes approximativement à 1500m.

    Le restaurant des quatre vallées...

    Masque et gestes barrières respectés....Nous sommes placés près de la grande baie vitrée d'où l'on domine à la fois Aix les Bains, le lac et le Massif du Chat.

    Reblochonade pour tout le monde, c'est pratiquement de saison...vu le temps. Sabine est avec nous, son dernier jour en Rhône Alpes.

     Une belle ardoise........

    La vue est malgré tout un peu limitée...la brume s'effiloche...

     .

    Une petite balade digestive au grand port d'Aix, près du lac le soleil brille et beaucoup de promeneurs déambulent sur sa rive.

    En arrière plan la dent du Chat

    En ce 18 Juin, le temps semble propice pour une petite évasion, même si de gros nuages blancs et cotonneux traînent dans un ciel bleu. Donc nous enfourchons nos vélos pour une balade, sur les petites routes Iséroise, dans une campagne verdoyante faites de champs et de bois.

    Nous passerons au pied du château d'Antouillet, maison forte privé à Ponsonnas, construite fin du XIII et début du XIV mais remaniée au cours des siècles.

     Le château....

    .

    Les maïs ont grandi,

    les céréales ont blondi

    et le colza dont les fleurs jaunes ont illuminé le printemps sont en graines.

    Les tournesols sortent à peine de terre...

    Des paysages verdoyants et cultivés.

     ...

    Serions nous perdus....

    Encore quelques fleurs en bordure des routes des coquelicots et des bleuets s'agitent sous la brise.

    Voilà une petite boucle agréable, accompagnée par un soleil intermittent, sur une route qui caracole tranquillement, traversant de petits villages et épousant un relief de minuscules collines, épargnant ainsi nos vieux mollets.

    Le temps a changé ce soir il pleut....

    Bonne soirée, à demain peut être si le temps le permet....

     

    19 Juin,

    Les quatre gouttes tombées à midi ne nous ont pas découragé, juste quelques nuages blancs qui ne masquent même pas le soleil.

    Nous enfourchons donc nos vélos à assistance électrique pour une balade dans la campagne voisine. Les petites routes sont nombreuses et sillonnent champs, bosquets, fermes, petits villages et étangs. 

    Elles sont parfois si étroites que l'on a du mal à croiser une voiture, il est vrai qu'il y en a très peu. Très agréable et sécurisant pour nous. Cependant la majorité des conducteurs très prudent roulent doucement et ne nous dépassent que lorsque la visibilité est bonne.

     

    Notre terrain de jeu est presque plat, les quelques petites montées se font sans efforts. Nous avons découvert quelques nouvelles routes.

     

     

     

     

     

        Le château de St Quentin dans le lointain.

     

     

     

     

    Sur St Quentin

     

    Que du plaisir de pédaler, en effet il s'adapte à notre humeur.....d'humeur sportive.... on coupe l'assistance, à vrai dire cela ne nous arrive jamais, sauf si on à mal apprécié la distance de la balade, ce qui nous est arrivé lors de nos premiers essais. D'humeur tranquille.... nous ne mettons pas au maximum....nous restons prudent pour rouler plus.

     

     

     20 et 21 Juin

     

    Un mini WE à Habère avec notre petit fils, un grand merci pour nous avoir aidé.

    Après l'effort....

     

    Le réconfort....

     

    Pavé de saumon.

    Entrecôte au roquefort

    Et ce matin dimanche, un peu de sport.... dans nos montagnes.

    Le départ

     

     

    22 Juin

    Un peu trop de vent pour faire du vélo, Eole souffle parfois en rafales. Une grande balade qui commence comme les jours de confinement. Mais beaucoup de fleurs nous ont quitté avec l'envol du printemps. 

     ...

    La végétation a beaucoup poussé, les orties, balancées par le vent, auraient bien voulu chatouiller nos mollets...

     .

    Les Arum d'Italie sont devenus graines.....

     s.....

     

    Celles-ci commencent à faner....

     ..

    Balade qui se poursuivra plus loin vers le lac de St Quentin, nous n'avons pas de limites, sauf celles de nos envies....

     

     ..

    Fort heureusement nous avons souvent de l'ombre que nous apprécions surtout lorsque nous sommes à l'abri.

    Les céréales ont blondi et arrivent à maturité, la moissonneuse est en plein travail.

    Le Haut de St Quentin

    Malgré tout des moments agréables qui nous permettent de prendre un grand bol d'air, en attendant de nouvelles escapades.


    6 commentaires
  • Cliquez sur chaque point pour connaitre le lieu ou les points GPS

     

     

    Encore une escapade dans le Jura, terre de contraste, destination carte postale avec des paysages enchanteurs et diversifiés à admirer. Cette nature a pris du retard sur la plaine et semble vivre un perpétuel printemps.

    Nous allons flâner, pédaler, marcher, découvrir cette nature préservée et prendre un grand « bol d’air ». Ici les courbes sont douces sur la plus grande partie du territoire et se contentent de nous suggérer le rythme, rythme léger qui ne demande pas trop d’efforts.

    Les panoramas se suivent mais ne se ressemblent pas, nous allons les découvrir à petits pas.

    Mosaïque bleutée des Etangs de la Bresse, lacs, tourbières, rivières, canaux, vignobles, petites montagnes plissées de crêtes, cascades, vallées, reculées, villages de caractère qui s’égrènent parfois le long des massifs boisés, autant de sites naturels à visiter ou de panorama à admirer.

    24 Juin

    Départ en fin de matinée...

    Nous roulons cool dans la plaine de l'Ain, au rythme d'un convoi exceptionnel qui nous précède. Les rampes d'arrosage sont en pleine action et les maïs prennent de la hauteur.

    Repas de midi au bord du lac de Nantua sur l'aire de service.

    Arrêt repos sur l'aire de la Pesse.

    Une aire que nous connaissons bien

    En route pour les Rousses, beaucoup de travaux, difficile de se garer nous stationnerons donc sur l'aire camping-car Route du lac.

    Petite balade en ville.

    Chapelle et école notre Dame des Neiges

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Lys Martagon

     

     

    Une botteleuse au travail dans un champs presque au milieu du village.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    Puis vers le gite du Grands Tétras...souvenirs lointains de traversée du Jura à ski de fond...

    Ce soir nous stationnerons sur l'aire de Mijoux.

     

    25 juin

    Rando à la Dôle, rando panoramique, ce sommet mythique, avec sa boule blanche (station météo et radar)qui étincelle sous le soleil et que l'on remarque de loin. C'est le plus haut des sommets jurassien même s'il se trouve en Suisse.

    Grand beau ce matin avec une température très raisonnable. Après quelques courses nous remontons sur le parking des Dappes, point de départ de notre rando 1230m.

    Durant cette rando on joue à saute frontière, un pied en France l'autre en Suisse.....

    Il est environ 10h quand nous nous nous lançons à l'assaut de ce sommet, un peu tard me direz vous. Oui sans doute mais la rando est relativement courte. Godillots, sac à dos, gourdes, casse-croûte et cannes en main nous voilà paré du parfait attirail du randonneur pour réussir cette petite ascension.

    C'est à grands pas que nous marchons sur un terrain presque plat où semblent se plaire les gentianes qui foisonnent.

    Ben voilà un mur en pierre sèche à franchir qui court aussi bien en forêt qu'en alpage, c'est la frontière franco-Suisse, ces édifices défensifs comme autant de sentinelles qui a veillé et modéré le flux humain et marchand entre les deux pays. Nous voilà donc en Suisse.

     Frontière Franco-Suisse

    Une petite route nous conduit vers un chalet, après avoir franchi à nouveau ce mur de pierre sèche, nous voilà en France,  hop nous virage à droite et la grimpette commence.

    EUn pid en Frnce, un pied en Suisse

    Voilà e qui est gravé sur la pierre, je ne connais ps la signification....

    Notre ardeur est rapidement mise à l'épreuve car la montée est rude et s'accentue au fur et à mesure de notre progression. Nous suivons  itinéraire...

    De faux plats entrecoupent ces rudes montées nous permettant ainsi de récupérer notre souffle. Nous progressons entre prairies et conifères accompagnés par quelques ritournelles d’oiseaux volages, mais le plus souvent par les clarines des troupeaux de vaches qui paissent dans les alentours un herbe grasse.

    Ça grimpe...mais la photo ne représente pas la réalité... Nous grimpons entre alpages et conifères parfois à l'ombre ce qui facilite notre progression, d'ailleurs des nuages papillonnent,  masquant souvent l'astre divin. 

     

    Ouf..on approche !!!!

    Au détour d'un virage, à la sortie du bois, la boule blanche de la Dôle apparaît, ce radôme (un abri protecteur imperméable utilisé pour protéger une antenne des intempéries mais aussi des regards, sa forme permettant de ne pas divulguer l'orientation de l'antenne), majestueux semble à portée de main. Elle n'a jamais été aussi près....La Palisse n'aurait pas dit mieux.

    Nous faisons quelques pauses, nous retournant vers la vallée nous pouvons admirer la superbe vue sur les Rousses, son lac.

    Vers les tremplins des Rousses

    Le lac des Rousses

    Mais ce minuscule sentier grimpe et grimpe encore, parfois nous grimpons comme sur de la moquette tant l'herbe rase amorti nos pas. Encore le mur à franchir. Alors en Suisse ou en France ???

    Nous voilà donc sur la plateforme sommitale, elle se mérite cette Dôle !!!

    La voilà enfin!!!

    Mais là c'est grandiose, même si la vue n'est pas au top car il y a de la brume qui adoucit et masque les contours dans le lointain. En effet la chaine des Alpes n'est guère visible, elle se devine....

    Juste en contrebas.

    A nos pieds vue imprenable sur le lac de Genève entouré de son patchwork de culture  qui nous ravit.

    Enfin le lac de Genève

    Nous prenons notre temps, nous posons nos fesses en bordure de falaise pour mieux admirer cette nature magnifique, profiter du moment présent et casser la croûte. Peu de monde au sommet, pas de problème de distanciation....

    Nous redescendrons rapidement par le même chemin, retrouvons nos chaussures légères qui nous attendaient sagement dans le camping-car.

    Durant toute cette rando Dame nature nous a offert de belles fleurs, nombreuses et variées.

     

     

     

     

     

     

      

     

      

    Une anémone

      

     

     des asters

     

     

     

     

     

      

      

     

     

     

     Des lys sauvages  

    Ce soir nous sommes sur l'aire de service de Bois d'Amont, un petit village jurassien très agréable aussi bien en hiver qu'en été, traversé par la rivière Orbe qui paresse gentiment dans les village et où se reflète l'église.

    L'orbe

    L'orbe

    L'histoire de Bois d'Amont est intimement lié au bois, à visiter (pas en ce moment pour raisons sanitaires) le musée de la boissellerie,installé dans une ancienne scierie rénovée en bordure de l'Orbe, vu lors de nos précédents séjour dans le Jura.

    Le Musée

    Notre stationnement 

     

    26 Juin

    Une bonne nuit réparatrice, au calme et dans la fraîcheur.

    Ciel bleu et soleil qui semble s'étioler un peu....que nous réserve t-il ?

    Tout disparaît petit à petit derrière un grand voile nuageux de plus en plus intense. Cependant nous pouvons faire le tour du village, avoir des renseignements au SI et même le temps de faire quelques courses tout en vagabondant au gré de nos envie.

    Voilà le petit pont de bois qui conduit vers les tourbières le long de l'Orbe.

    Il y aurait plus de 30 fontaines dans le village.... nous en avons déniché deux....

    Une belle fresque retraçant les métiers d'antan.

    Le travail du bois....

    Des campanules à fleur agglomerata.

    Malgré le temps nous nous sentons bien dans ce paysage vallonné, verdoyant et ressourçant, dans cette montagne fromagère, dans cette nature apaisante où règne une grande sérénité. Il faut y rajouter quelques belles vaches aux robes diverses, des troupeaux parfois importants et des clarines, pour un accompagnement musical.

    Nous rentrons vers midi, bien nous en a pris....en effet peu de temps après c'est un mini orage qui s'abat sur nous, intense mais de courte durée. Pas question de sortir....pris à travers la baie de la salle à manger....

    Le soleil tente de percer, mais il n'y parviendra pas et de temps à autre quelques gouttes clapotent sur le camping-car.

    L'aire de service c'est remplie mais  cela ne pose aucun problème il y a de la place...

     

    Sans pour autant les brusquer, vers 15h Éole fait le ménage, le soleil apparaît, suels quelques nuages blancs dansent dans l'azur.

    Une petite balade vers les tourbières le long de la rivière Orbe, balade un peu courte car les aménagement laissent à désirer et nous n'avons pas envie d'atterrir les fesses dans l'eau. 

    toujours dans les tourbières de Bois d'Amont

    L'orbe se prélasse.

    Un bel iris des marais.

    On peut flâner au bord de l'orbe.

    Bois d'Amont.

    Retour au camping car après avoir traversé l'Orbe sur un peut pont de bois.

    Vu ce temps qui nous convient parfaitement nous enfourchons nos vélos pour une courte balade aux Rousses, nous ferons ainsi le tour du lac. Nous passons devant un immense golf où quelques passionnés jouent.

    Un beau lac, un des plus haut du Jura, planté dans le fond du val d'Orbe, entouré de tourbières qui a une eau si claire qu'il fait le bonheur des baigneurs. 

    Le lac et sa plage, dommage la buvette est fermée.

    Un platelage nous permettra de fair un petit tour en bordure de ces tourbières ouest et de passer sur le petit pont qui enjambe l'Orbe qui paraissent gentiment. Nous pourrons ainsi traverser une partie de la tourbière en toute tranquillité sans endommager ce milieu naturel fragile. Les voilà...

    C'est un cadre exceptionnel, un écrin de nature préservé ou le bleu et le vert dominent, très plaisant en ce moment car il y a peu de monde sur cette plage et personne à la base nautique. Covid19 est passé par là !!!

    Ce lac peut être un terrain de jeu formidable, en hiver lorsqu'il est bien gelé il sert de patinoire naturelle.

    Il ne nous reste plus qu'à pédaler à nouveau pour terminer la boucle et nous retrouvons notre petit cube blanc.

    En route un lavoir attire notre attention, ensuite un superbe chalet très fleuri.

     

     

    27 Juin

     

    Un ciel couvert et un soleil aux abonnés absents.

    Ce midi, avons décidé de manger au « Bistrot Polaire » au cœur du parc Naturel du Haut Juras à Prémanon, trouvé au hasard d’une publicité.

    Avec le nom le décor est planté… sans doute un cadre original…. Immersion dans le monde arctique et antarctique…L’ambiance sera-t-elle frileuse ???

    Après de nombreuses expériences dans des établissements de renom, le chef revisite les grands classiques de la gastronomie avec des produits frais et de qualité. Les photos sont alléchantes….

    Les avis semblent partagés…. Nous allons donc tester.

    Comme par enchantement, les nuages disparaissent sans aide et le soleil brille de mille feux. Très belle journée, juste comme tous les jours certains papillonnent gaiement dans un ciel d’azur. Mais les températures restent très correctes, ce n’est pas la grosses chaleur.

    Pleins et vidanges à Lamoura, la borne de bois d’Amont est hors service.

    Un petit tour dans Prémanon.

    L'église

    Une vipérine commune et des fraises des bois.

    Miam, elles étaient très bonnes

    Nous voilà au Bistrot Polaire, chaleureusement accueillis par le patron. Décor très agréable, mais l’on avait pensé à tord, trouver des sculptures, nous de trouvons que de beaux posters.

    Superbe ambiance, tout est clean et bien pensé.


    Notre repas sera excellent de l’apéritif au dessert, servi comme il se doit et avec le sourire, par le patron qui comme beaucoup semble avoir quelques difficultés.

    La carte n’est pas très fournie, un gage de qualité et de fraîcheur, mais très suffisante.

    Nos choix sont identiques, sauf pour le dessert.

    Macvin et kir pour l’apéro.

    Entrée : Comme dans le Jura « croûte aux morilles » flambées au vin jaune.

    Plat : suprême de volaille Rossini, salade Bistrot et frites maisons.

    Dessert : Profiteroles Maison pour Paul et Faisselle bio au coulis de fruits rouges et framboises.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vue sur le village depuis le restau.

    Très très satisfait de notre choix. Lors d’un prochain passage nous y reviendrons, même si cela est un peu cher, mais rapport qualité prix rien à dire. 

    En route pour l’aire de service de la Chapelle des bois. Descente sur Morez par de grands virages, tout en douceur et en forêt et arrêt à la capitale de la lunette.

    Les hauts de Morez

    Coincée au fond de la cluse, parcourue par la Bienne, la ville s'étire sur 3kms.

    Un banc qui rappelle que Morez est la capitale de la lunette.

    L'hôtel de ville.

    La Bienne qui coule paisiblement.

    Une belle fontaine.

                     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Art street fabrication de lunettes.

    Passons Bellefontaine, nous y avons des souvenirs d’un lointain premier de l’an avec nos amis montagnards et nous voilà dans le petit village de La Chapelle des Bois sur l’aire de service en compagnie de plusieurs camping-cars.

     

     

     

     

     

     

     

      

     

       


    6 commentaires
  •  

      

    28 juin

    Ploc ploc, Dame pluie s'est invité cette nuit et ce matin le ciel est au ras de sapins....

    Nous partons pour d'autres cieux....bonne heure ce matin, pour une journée au fil de l'eau à pied et à vélo .

    Notre route se faufile entre forêts et prairies et traverse de nombreux petits villages.

    Premier arrêt au village de Foncine le Haut. Le but de notre promenade sera la source de la Saine, rivière qui se jette dans l'Ain après une course de 19 kms. Rivière capricieuse elle cache sa source dans un ruz appelé localement "La Baume"

    Voilà l'église de Foncine

    Un sentier agréable nous conduira à cette petit merveille naturelle situé au flanc du Bayard. 

    Les explication dans cette petite cabane en bois.

    Voilà le champ de tir

    Jaillissant dans un site calcaire, un amphithéâtre rocheux avec sa structure plissée et ses failles, d'un domaine souterrain complexe, la Saine sort d'un pierrier moussu en ce moment, en période de forte pluies elle sort d'un gouffre. Parcours thématique avec panneaux d'interprétation et belvédères aménagés en font un lieu superbe qui ravi nos yeux et notre curiosité.

    La source

     u

    L'environnement de la source

     

     

     

     

     

    Failles et gouffres

    Dans ce petit village il y a une aire de service superbe, attenante au camping municipal au bord de la rivière. Juste un petit arrêt pour le café de mi-matinée.
    Le temps c'est, comme tous les jours, bien amélioré, ce n'est pas encore le grand soleil, mais nos balades sont agréables et la température très supportable.

    Après cette naissance tranquille, La Saine poursuit son chemin, (nous la longeons d'ailleurs rive droite puis la traversons et la longeons rive gauche) parsemé de gorges dont les plus impressionnantes sont les gorges de la Langouette.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un stationnement sur le "parking vert" nous permet d'atteindre les gorges rapidement dès le pont. Ces gorges sur la Saine impressionnent par leur étroitesse et leur profondeur, 47m. Un circuit aménagé permet de profiter de ce spectacle grandiose, de ce serpent argenté encastré dans la gorge et de plonger dans une ambiance tout à fait particulière. Un paysage somptueux fait de marmites de sauts et de cascades. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au fil de l'eau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au fil de l'eau

    Nous traversons le pont et passons dans le village avec ses lavoirs et sa belle église.

    Au fil de l'eau

     u

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà un Onagre à grande fleurs.

    Une barbe de Bouc.

    Il est recommandé de le faire le trajet que dans un sens afin qu'il n'y ai pas de croisement en cette période de pandémie. Mais cela est respecté, hélas, par peu de monde. Les français ne sont pas vraiment disciplinés.

    Notre programme n'est pas vraiment pré établi, même si nous connaissons les grandes lignes. C'est en fonction de l'humeur et des visites. Nous suivons donc au hasard la Source de l'Ain.  Au final une route étroite, nous nous arrêtons donc sur le premier parking rencontré et poursuivons à pied par un joli sentier boisé. Un lieu de promenade et de ressourcement super car peu de monde. L'eau surgit des profondeurs sans remous. Cette rivière devra parcourir 190 kms avant de se jeter dans le Rhône. En ce moment la source est très calme, l'Ain est un petit ruisseau tranquille qui sautille de rocher en rocher, en période de pluie cette source peut débiter 60m3 à la seconde.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Par un petit sentier pentu parfois aménagé en escaliers nous descendons jusqu'à la cascade du Saut du Maillys, par rapport à la Saine l'Ain est ici petit joueur....

     

     

     

     

    Voilà une matinée bien chargé, nous allons nous installer sur l'aire de Nozeroy, petite cité médiévale au coeur du Jura. Planté sur sa colline Nozaroy l'attachante est une petite ville de caractère à la pierre blonde, cité des ducs de Chalon.

    Les  nuages dansent dans le ciel mais nous pouvons manger dehors même si l'air est assez vif.

    Après le repas nous enfourchons nos vélos pour une balade aux Pertes de l'Ain à Bourg de Sirod.

     

    En route...

     L'Ain

    Nous voilà sur place.

    C'est dans un gorges étroite et profonde que s’engouffrent les eaux de l'Ain et surgissent en un bouillonnement sourd, après un cheminement souterrain dans les "Pertes".

      

     

      

                      

     

     

     

     

     

     

     

    Un circuit bien aménagé nous permet d'y accéder au plus près. Un spectacle dont on ne se lasse pas. Après ces remous l'Ain poursuit sa course plus sereinement. L'Ain se montre ici sous son vrai jour, sauvage, brutal et pressé se frayant un passage dans cette gorge étroite.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Perte de l'Ain

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il ne nous reste plus qu'à remonter vers notre maison à roulotte. Avons beaucoup de chance car peu après notre arrivée le ciel devenu subitement gris verse de grosses larmes. Ce soir encore elles clapotent sur notre petit cube. 

     

    29  Juin

    La pluie de semble pas vouloir s'arrêter ce matin. C'est donc sous un parapluie que nous faisons le tour de Nozeroy.

    A l'entrée de la promenade et de l'aire de service.

    L'aire

    Il ne reste plus grand chose du château de Nozeroy nommé  "la perle du Jura" au 16ième siècle. Mais des bénévoles ont entrepris de sécuriser ses vestiges et d'embellir cette si agréable promenade bordé d'arbres magnifiques, le buste de Pasteur y trône, il contemple même l'aire de service que l'on voit ci dessus.

    La tour de l'horloge était jadis la porte principale de la ville fortifiée, élément majeur d'architecture défensive. Après un incendie elle fût modifiée d'ou la présence du mâchicoulis de pierre et du dôme comtois.

     Côté interieur

    Côté extérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques belles maisons ont des façades classées et l'ancien couvent des cordeliers.

    Quant à la collégiale St Antoine elle est en pleine réfection, nous passons donc par tun toute petite ruelle. 

    La porte nord.

    La place des Annonciades.

    Nous quittons cette petite bourgade en fin de matinée, la pluie cesse rapidement laissant la place encore une fois à un ciel bleu où brille le soleil et où des nuages blancs vagabondent.

    Direction Champagnole, blottie au pied du mont Revel 812m, au coeur de la région des plateaux ouvre la port du parc régional du haut Jura. Au centre-ville, l’église Saint-Cyr et Sainte Julitte, construite en 1755 est dotée d’un clocher à dôme à impériale (ou clocher comtois traditionnel de Franche-Comté),

    un tour que l'on pense être la tour de l'horloge trône dans la rue principale,

    tandis que le cinéma arbore du street art.

    Les bords de l'Ain sont aussi très agréable il sautille et bondit en petites cascatelles.

    Nous continuons notre visite par le site remarquable de Baume les Messieurs, dominé par de vertigineuses falaises, à la rencontre de trois vallées parmi lesquelles la magnifique reculée de Baume.

    Au fond de la vallée...la merveilleuse cascade des tufs, même s'il n'y a pas beaucoup d'eau.

    Le restaurant de la cascade

    L'abbaye impériale est une ancienne abbaye bénédictine, fondée au 6 ième s. Nous pourrons déambuler dans les trois cours de l'abbaye tranquillement.

    En flânant dans le village.

    Le soleil nous darde et il fait chaud, il est vrai que nous avons perdu de l'altitude. Nous ne sommes pas loin de Château Chalon nous allons aller y flâner quelques instants.

    Encore un des plus "beaux villages de France, dans un site picturesque, posé comme une sentinelle au bord de Revermont, Château Chalon,  berceau du célébrissime "vin jaune", divin nectar à la robe ambrée, semble surveiller ce riche vignoble qui occupe toute les pentes en contrebas.

    Ce petit bourg a un charme indéniable avec les vestiges de son château, ses hautes maisons vigneronnes et son église, l'église St Pierre, du 10ième.

     Portail d'entrée de l'ancienne abbaye

    Au coin d'une rue....c'est le maire qui a décidé cela nous dit un Monsieur, mais je ne sais pas ce que xela représente...

    Une  porte

    Ces petites rues agréables sont égayées par de nombreuses et magnifiques roses trémières, faisant penser parfois à l’île de Ré.

    On la croirait presque réelle, mais elle a le regard un peu fixe.

    La vue depuis la sortie est du village.

    Ce  site imprenable, gardien d'un vignoble renommé nous a séduit.

    L'heure tourne il et temps de chercher notre chambre à coucher... Nous avons décidé d'aller sur l'aire de service d'Arbois au lieu dit le Mesnay. La route est en travaux, une charmante dame nous explique comment y accéder tout de même. La route est si étroite que nous ne nous engageons pas. Hop demi tour direction Salin les Bains. Celle ci en bordure de route ne nous convient pas non plus. Serions nous difficiles ??? Voilà sans doute la journée galère, comme il y en a souvent une dans chaque sortie.

    Paul, cherchant sur son GPS, nous dégote.... une ferme. Qu'en sera t-il ? Nous suivons scrupuleusement Joséphine qui nous conduit dans une cour....Ce n'est évidemment pas le bon endroit. Mais la charmante dame nous dit que la ferme est à l'autre bout du village où l'on vend du fromage de chèvre. 

    Tout à fait nous sommes donc à la ferme, un accueil chaleureux par le papa du propriétaire. Nous voilà donc installés près d'un autre camping-car dont les occupants habite Montluel dans l'Ain.

    Voilà notre stationnement et son environnement.

    Bien entendu nous achèterons du fromage de chèvre. Paul adore.

    Voilà une nuit qui promet d'être calme à 600m environ au petit village de Abergement lès Thésy à la ferme de Rotsy.

    Voilà les biquettes et notre gardien au pied du cc.

    30 Juin

    Oh que les journées passent vite !!!

    Des nuages se promènent dans le ciel mais ils disparaîtront rapidement laissant la place à un ciel bleu et un soleil rutilant. Encore une journée au fil de l'eau.

    En quelques kms nous voilà à la source du Lison qui jaillit d'un grotte impénétrable, car elle ne tarit jamais. Un site boisé et magnifique, au charme riant, un havre de paix aux splendides couleurs, un lieu authentique et préservé typique du Jura.

    Stationnement sur le parking, face à la grotte Sarrazine que l'on devine.

    Le Lison quelques centaines de mètres sous la résurgence

     

    La résurgence apparaît.

    Au fil de l'eau

    Par une sentier agréable rive gauche et un beau sous bois,

    nous atteindrons la Grotte Sarrazine, cette cavité haute de 90m, s'ouvre sur une falaise abrupte et boisée par un gigantesque porche naturel qui nous contemple, une vrai cathédrale sauvage. En ce moment la résurgence a tari et l'on peut s'avancer vers la grotte.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Telle un serpent gris notre petite route se tortille en forêt qui la borde parfois à perte de vue, dans des champs de céréales ou encore dans des près fauchés d'ou monte une bonne odeur de foin fraîchement coupés et nous conduit sur le parking de la source de la Loue, autre résurgence du Jura, une des plus célèbres du Jura. C'est la vallée de peintre et en particulier celle de Courbet. 

    La source de la Loue, depuis le stationnement prévu à cet effet. Plus que 600m à descendre pour atteindre la source. Brusquement au dernier virage l'hémicycle rocheux, impressionnant d'où jaillit la Loue s'offre à nous.

    Au fil de l'eau

    Un spectacle naturel dont on ne se lasse pas.  Au pied de la falaise, haute de 104m, s'ouvre le porche, large de 60m, haut de 32m, laisse passer l'eau de la rivière. De mémoire d'homme elle n'a jamais été à sec même si son débit baisse en période de sécheresse.

    Juste un peu plus bas.

    Le barrage

     

    Nous poursuivons en forêt par un petit sentier souvent boueux, avec des rampes ou des cordes pour descendre vers le lit de la Belle Loue et voir le "grand saut".

     

     

    Un passage délicat

      

     

    C'est une belle cascade "tuffière" au coeur des gorges de Noailles. Trop glissant nous ne descendrons pas à son pied. La vue est un peu gênée par la végétation.

    Au retour arrêt au Chalet de la Loue pour nous restaurer. Encore une fois après l'effort le réconfort.

     Saucisse de Morteau frites

              Le Morbi Loue

    Tarte aux pommes

    Crêpe caramel au beurre salé

     

    La descente sur Mouthiers et ses magnifiques falaises.

    Un tunnel étroit...

    Nous poursuivons d'abord en surplombant l'étroite vallée de la Loue qui se cache dans la verdure, puis en la longeant de près dés Mouthiers Haute Pierre.

    Où allons nous ce soir ? Peut être à Ornans, il y a plusieurs aires. En Passant à Vuilafans, petit village aux vielles demeures bourgeoises, nous voyons rive droite de la Loue pas mal de camping-cars. Le lieu nous parait fort sympathique, nous allons voir. C'est un petit camping municipal Gîte Dupré Bailly. Impossible de savoir le prix de la nuitée. On nous ouvre et on s'installe. Nous verrons bien tout à l'heure quand la personne sera au bureau.

    Notre décor depuis le camping.

    Vers 16h enfourchant nos vélos nous passons à la réception, nous payons 12€40 avec l'électricité, rien à dire. Nous sommes ravis de notre choix. 

    Nous remontons donc la vallée de la Loue, où il été difficile de s'arrêter en camping-car. A Lods, le cours de la Loue est coupé par de belles chutes.

    Toujours à Lods

     u

    Remontant encore la D67 nous arrivons à Mouthier Haute Pierre, terre de contraste en montagne et vallée, bâti à flanc de colline dans un vaste amphithéâtre rocheux, les falaises abruptes d'Haute-Pierre (882 m) et du Moine (800 m). D'anciennes maisons se pressent autour de son église édifiée au XV et le de la mairie.

    Retour par une petite route qui grimpe fortement pour redescendre aussi vite au niveau de la rivière Loue.

    Voilà encore une journée bien remplie toujours autour de l'eau et de dame nature.


    4 commentaires
  •  

     

    01 Juillet

    Ce matin grand ciel bleu et pas le moindre nuage. Départ pour Ornans, encore au fil de l'eau, la Loue qui se calme et paresse, mais dominée encore par des corniches calcaires.

    Là elle coule tranquille entre deux rangées de vieilles maisons sur pilotis qui se mirent dans les eaux claires de la rivière.

    En flânant...

    L'église du XII et XVII siècle.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques hôtels particuliers témoignent du riche passé de la ville. Cette petite "Venise comtoise", comme on l'appelle présente beaucoup de charme.

     Ancien Hôtel de Grospain XV siècle

    En route pour les étangs de la Bresse jurassienne où nous stationnerons à la Maison des Étangs à Les Deux Fays, à l'ombre car il fait relativement chaud. Nous avons perdu de l'altitude. 

    Les étangs de Bresse ont été exploité par l'homme depuis le moyen âge.Tour à tour asséchés ou en eau ils évoluent au fil des saisons et donnent vie au paysage.

    Un petit changement de temps les nuages s'amoncellent, masquent le soleil et le temps devient très lourd.  Nous partons tout de même pour une petite randonnée sur un chemin jeepable qui nous conduit d'étangs en étangs. Ils se cachent souvent derrière un rideaux d'arbres mais se dévoilent de temps à autre. Randonnée agréable parfois en forêt. 

    Étang du Mon de Jambe

    Un petit passage à l'entrée du village.

    Nous arrivons à l'étang Couvent.

    Nous poursuivons à grand pas, pas de dénivelée... et arrivons à l'étang Chardenet.

    Le balisage est au top.

    L'étang Gros apparaît peu après le panneau.

    Peu de temps après l'étang de la Cude se dévoile...envahit par les nénuphars

    Enfin le dernier de notre circuit, l'étang neuf.

    Le soleil revient rapidement et nous accompagnera jusqu'à Dôle ou nous stationnerons de l'aire de service, vers la piscine. Loin de la ville son seul mérite est d'être au calme presque au bord du Doubs.

     

     02 Juillet

    Comme prévu la nuit a été calme malgré les quelques gouttes qui ont clapoté sur le camping-car, hier soir tardivement.

    Ce matin temps maussade légèrement venté. Au bord du Doubs, depuis l'aire.

    Le complexe

    Notre stationnement

    Nous traînassons avant d'aller nous poser avenue Lahr où stationnent déjà pas mal de camping-car. un endroit sans doute moins calme mais idéalement placé pour flâner dans Dôle, juste la rue à traverser et on est au bord du canal du Rhône au Rhin.

    Le soleil fait des apparitions épisodiques mais la température reste très agréable. Encore une journée au fil de l'eau, au fil du Doubs et des canaux.

    Cette charmante ville nous invite à la flânerie, au farniente et à la gourmandise....

    Au fil des ruelles, le patrimoine historique s'épanouit tout autan que les bonnes tables pour beaucoup avec terrasses.

    La collégiale Notre Dame

    Paisible, bucolique et charmante, Dôle, cité jurassienne fût la capitale de la franche Comté jusqu'en 1768; on prend plaisir à se promener pour admirer toutes les subtilités de ses monuments et de son architecture.

    Les bords du canal du Rhône au Rhin

    Monsieur héron prend la pose avant de prendre l'envol.

    La collégiale sous d'autres angles.

    Avec un petit rayon de soleil

    Un petit tour dans le bas du centre historique et au bord du canal du Rhône au Rhin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un passage vers le canal des tanneurs.

     

     

     

     

     

                                      Reflets sur le canal des tanneurs.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les petits ponts et arcades sont nombreux.

    L'hôtel de Champagney ou Maison Margot du XVI siècle.

    Les restaurants, nombreux nous tendent leurs tables, nous ne résisterons pas. C'est "La Demi Lune", en bordure du canal des tanneurs, en terrasse que nous prendrons notre savoureux repas très jurassien. Nous nous délecterons d'apéritif jurassien dont je n'ai pas retenu le nom l'un à base de Macvin et de liqueur de cerise, l'autre à base de pétillant de Macvin et de liqueur de fruit rouge. 

    Apéro

    Je prendrais un filet de poulet à la jurassien sauce  à la crème au comté et vin jaune, accompagné de pomme de terre grenaille et d'un ratatouille.

     Un délice

    Pour Paul Assiette Franc-comtoise : saucisse de Morteau "La Boissière" gratiné au comté et flambée au Macvin  (sous nos yeux) pommes de terre sautées et salade.

    Le dessert ne sera pas local mais tout autant savoureux, crêpe au nutella et crêpe à la crème de marron. Je vous laisse le soin de deviner nos choix. Ceux qui nous connaissent d'auront pas de mal.

    La distraction était sur le canal des tanneurs, libellule, petits oiseaux, canards, poissons ou neppes qui fillent à toute allure...

    Difficile à capter la petite libellule

     

    Nous longeons le canal des tanneurs pour retrouver notre maison à roulette.

    Nous longeons le canal des tanneurs

    Nous traversons un minuscule jardin, le jardin des Chavanes, qui se trouve sur l'île de Visenel coincée entre le canal des tanneurs, le canal des moulins et celui du Rhône au Rhin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après tout cela il faut bien digérer avant de reprendre notre balade, donc une petite pause, s'impose.....

    Une petite visite au SI et pour découvrir les facettes de cette ville, le mieux est de jouer à chat perché....pourquoi le circuit chat perché ? Un clin d’œil malicieux à l'écrivain Marcel Aymé, auteur des comptes du "chat perché", à passé son enfance et son adolescence à Dôle.

    Suivez le Chat... en bronze

    Nous commençons donc par la place Jules Grévy aménagée au XVIII, avec sa belle fontaine.

    Un ancien hôtel sur la place Grévy

    Puis suivons "le chat"...parfois nous le perdons mais le retrouvons. On joue aussi un peu au chat et à la souris...

    Juste un petit tour sur la place Nationale au coeur de la cité dès le XIII, concentrant activités politiques et religieuses et où trône l'imposante collégiale Notre Dame.

    Là la fresque  des Dolois qui met à l'honneur les femmes et les hommes  qui ont marqué l'histoire de Dôle au cours des siècles passés.

    La prefecture et sa petite fontaine,  nous voyant prendre des photos, je jeune chauffeur de bus voulait aller faire un tour pour nous laisser le champs libre. Quelle gentillesse  !!

    Le couvent de la visitation. 

    La rue du college de l'Arc, porche de la chapelle foisonne de décors sculptés.

    La mairie et sa fontaine  moderne toute proche.

    Le pavillons des officiers qui abrite le musée des beaux art.

    La fontaine d'Arans ou fontaine Attiret, à la fois abreuvoir pour les chevaux et la cavalerie et  fontaine pour les riverains. Elle est ornée des armoiries de la ville.

    Une fontaine au hazard d'une petite place.

    L'hôtel Dieu, hôpital pour les pauvres de la ville  édifié au XVII siècle qui abrite la médiathèque. 

    Juillet 2020

    Dôle est une ville perché...comme le chat !!! et chargée d'histoire.

     

    03 Juillet 

    Malgré les prévisions il fait grand beau. Encore une belle balade dans Dôle au fil de l'eau. je ne résiste pas à prendre encore de belles photos de reflets.

    Un petit parcours le long du canal du Rhône au Rhin où des péniches sont installées,

    puis vers le Cours Mauris où trône la statue de Pasteur.

    Nous entrerons dans la collégiale....

    Les Halles face à la collégiale.

    Toujours la collégiale sous un autre angle.

    Autour de la cahtédrale

    Trouverons la Grande Fontaine qui se cache sous des arcades, un endroit insolite et mystérieux, pas facile à photographier..

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mais sans doute nous n'avons pas encore assez levé le nez pour remarquer toutes les subtilités des décors, des détails de façades, les statues ou les passages secrets.

    Dôle est une ville historique charmante où l'on se plait à déambuler au bord de l'eau et se perdre dans le ses ruelles parfois en pente, chargées d'histoire.

    Cet après midi balade au fil de l'eau à vélo. Nous suivons l'EuroVelo6 qui longe le canal du Rhone au Rhin et parfois le Doubs qui le remplace avantageusement lorsqu'il est navigable et garde son niveau.

     Voilà le Doubs, en amont il y a le canal pour éviter cette petite chute.

    Passons quelques écluses,

    Encore une écluse

    faisons un petit tour au petit village de Rochefort sur Hénon installé dans un cadre idyllique.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore le Doubs, les vaches ont un abreuvoir naturel...

    Cette piste cyclable super agréable s'éloigne de l'eau entre Orchamps et La Barre, où, par prudence nous faisons demi tour.

    Dans un champ, vers des maisons, surprenant.

    A Rochefort nous changeons d'itinéraire et suivons de loin la rive gauche du Doubs. C'est alors une petite route qui court au milieu des maïs et des champs de céréales avant de retrouver le Doubs, cependant peur fréquentée.

    La partie allée est, à mon goût, bien plus conviviale, l'eau est omniprésente, une piste que l'on n'a pas à partager, sauf bien entendu avec des cyclistes, assez nombreux d'ailleurs.

    Sur ce canal nous n'avons vu qu'un seul plaisancier. Est-ce normal ? Ou bien convid 19 est passé par là....

    Pour charger nos batteries et afin de gêner personne, nous irons stationner sur l'aire de l'Aquaparc Isis, où l'on peut s'éloigner tant le stationnement est vaste et surtout peu chargé. Cependant bien moins agréable car loin de tout.

     

    04 Juillet

    Il fait grand beau et chaud.

    Une matinée cool aux saines occupations de camping-caristes...il y a des jours ainsi... Retour sur l'aire en ville. un petit tour le long du canal et du Doubs, des coins bien agréables où il fait bon flâner.

    Le Doubs

    Toujours sur le Doubs

    Le camping de Dole

    Repas sur place.

    Départ en vélo sur l'EuroVélo 6 mais cette fois direction opposée vers Tavaux. Nous pédalons tranquillement le long du Doubs, paisible et serein. Puis le long du canal, une piste juste pour nous et de surcroît plate.

    Que demander de plus... 9 kms de plaisir au fil de l'eau avec quelques écluses et un passage de plaisancier. Le voir passer l'écluse est toujours un moment privilégier.

    L'écluse va e refermer derrière eux

    Elle se ferme

    L'autre s'ouvre et l'eau monte

    Voilà il sont libérés et ont franchis la dénivellation

    Nous voilà à Damparis, là il faut traverser le village, d'abord sur une piste cyclable puis en ville. Aucun problème. Juste un petit détour et nous sommes en forêt du nom éponyme, toujours en terrain plat.

    A Abergement la Ronce nous retrouvons le canal du Rhône au Rhin et nous pédalons à nouveau au fil de l'eau, dans une nature paisible ponctuée de quelques petits villages. Ces petites balades ne sont qu'enchantement.

    Canal retrouvé.

    Puis là au milieu de nulle part nous faisons demi tour pour ménager notre batterie et rentrons tranquillement au bercail.

    Encore un plaisancier

    L'heur est à la moisson.

    Pas mal de cyclistes en tout gendre sur cette EuroVélo6, des chevronnés qui filent à toute allure, des pépères comme nous qui flânent, des touristes avec sacoches bien remplies qui font, sans doute, de l'itinérant, peut être en autonomie.

    Nous quittons ce lieu paradisiaque, mais nous reviendrons... pour l'aire de St Jean de Losne que nous ne connaissons pas, aire très agréable en bordure du port de plaisance.

    Le port de plaisance, vu de notre salle à manger

    Vus sur la ville depuis le port

    St Jean de Losne carrefour de voies navigables est un haut lieu de la batellerie

    Un petit tour en ville au bord de la Saône où sont amarrées de nombreuses péniches, en passant devant l'église St Jean Baptiste en briques caractéristique du val de Saône.

    L'église

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En bord de Saône

    Toujours en bord de Saône

    Le port ce soir 

     Demain journée famille.

     

    05 Juillet

    Ce matin pas de soleil...il tente l'impossible...sera t-il vainqueur ? Une douce brise et des températures très agréables, dans un cadre rafraîchissant au bord de l'eau.

    Le soleil a triomphé et nous avons eu une chaude journée avec un brise qui a tempéré nous permettant ainsi de manger dehors sous l'auvent.

    Petite balade autour du port.... en attendant nos invités.

    Voilà le canal de Bourgogne qui rejoint la Saône.

    Et la Saône.

    Monique et Michel arrivent comme prévu, les bras chargés de légumes de leur jardin et d'un apéro des pays de l'est le Brantianna.

    Très bonne quiche de Monique que nous avons savouré à l'apéro.

    Tchin tchin

    Et pour rester local ou presque...saucisse de Morteau au Macvin et pâtes fraîches.

    Des très bons moments en famille, à renouveler plus souvent. 

    Ce soir encore une balade vers la Saône pour repérer les pistes cyclables pour demain. Quelques plaisanciers y naviguent.

    La Saône et ses caprices, années après années.

    Une journée repos cela ne fait pas de mal.

     

     

     

    06 juillet

    Un ciel couvert qui se dégage très rapidement nous laissant ainsi sous la voûte azurée où brille un grands disque jaune, mais où Éole joue.

    Encore une journée au fil de l'eau à vélo.

    Nous partons vers 10h30, "tranquillou", traversons la Saône et laissons sa rive gauche pour un mini tour dans Losnes sur des petites rue. Nous sommes dès lors sur la "Voie Bleue" mais aussi l'Euro6.

    Retrouvons rapidement le bord de Saône, toujours agréable.

    Juillet 2020

    Elle roule une eau paisible et sort tout doucement de sa léthargie, peut être a t-elle été confinée ? Quelques plaisanciers y vogue en toute tranquillité ainsi que sur son canal de dérivation que nous longeons aussi rive gauche.

    Canal de dérivation de la Saône

    Au niveau de Pagny la Ville, la signalisation est un peu fantaisiste, sur les conseils de gens du cru nous suivons alors la piste cyclable qui suit la rive droite du canal de dérivation de Saône et en une dizaine de kms atteindrons la grande écluse de Seurre. Le village est alors tout près.

    La grande écluse de Seurre

    Nous y tournicotons à la recherche d'un restaurant.

    La maison des ancêtres de Bossuet, construite au XIV.

    La Maison de bois.

    En effet le but de notre balade est aussi de découvrir la gastronomie du coin. Sur notre passage, le seul que nous avons rencontré est le "Bar de la Marine".

    Nous nous installons en terrasse face au Doubs. Paul opte pour un menu du jour et mois pour des cuisses de grenouilles au beurre d'escargot. Elles seront servies en cassolette avec du beurre d'escagots mais aussi de la crème. Jamais mangé ainsi mais j'ai beaucoup apprécié.

     

    Très appréciable nous avons pu recharger les batteries le temps du repas et éviter ainsi peut être une petite déconvenue.

    L'île du Pont et le petit port de plaisance.

    Retour par le chemin inverse et au passage de l'écluse deux bateaux sont là, en attente.

    Les champs de céréales sont bien fournis. C'est la saison des moissons il y a des moissonneuses à foison ainsi que de tracteurs avec d'immense bennes et peu de champs de tournesol.

    Encore une belle journée, pas difficile notre terrain de jeu était pratiquement tout plat.

    Notre chambre à coucher sera au pied du château d'eau  mais aussi du château de Pierre en Bresse, château du XVII qui depuis 1956 a été acheté par le conseil général de Saône et Loire. Cet élégant édifice, avec ses douves en eau mérite un petit détour.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     0

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Son parc, dont nous ferons le tour est doté de vieux arbres. Il y a même un étang doté de deux îles représentant l’Île d'Elbe et St Hélène, mais nous n'avons pas vu Napoléon sur son piédestal. Des jardins à la française sont axés sur la façade principale. 

    Avec les reflets difficile des voir les îles

     On les distingue un peu mieux

    Un parc à daims et chèvre ont remplacé le "parc des fauves". Une belle petite promenade rafraîchissante pour cette fin de journée.

    Ce soir sommes seuls, sur l'aire de Pierre en Bresse. Pas de services, il sont été supprimés pour faire une aire de jeu. Il doivent être refait. Quand ?? Où ?? C'est une dame d'ici, camping-cariste qui est venu nous causer. Il est toutefois bien précisé sur un panneau que le stationnement est possible.

    Demain Verdun sur le Doubs où nous rencontrons des amis et ensuite nous prendrons le chemin du retour.

     

    07 Juillet

    Nous voilà donc à Verdun sur le Doubs, nos amis Barbel et Jack viennent nous retrouver. Papotage autour d'un apéro puis d'un restau. De bons moments de convivialité, il y a si longtemps que l'on ne nous étions pas rencontrés. On espère se revoir sous peu en Hte Savoie.

     

    Nous rentrons au bercail...presque à reculons...Nous serions bien encore resté dans ces coins superbe à marcher ou pédaler, mais RV oblige.

    Mais nous repartirons....


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique