• 26 janvier

    Une journée à Agadir. Nous quittons Terre d'océan et les amis à regret. Mais nous devons poursuivre notre périple, comme dit Manu nous avons encore la bougeotte....

    Nous posons un camping-car à Aourir et partons avec l'autre après avoir rencontré nos amis bikers Chantal et JD.

    Paul est à la recherche d'un régulateur de tension, il le trouvera finalement chez Mr Bricolage.

    Les rues autour du souk sont très encombrées et l'on y circule dans un joyeux tintamarre et une monstrueuse pagaille.

    Un tour au souk El Had, un authentique  marché traditionnel corseté dans ces remparts en pisé de 6 m de haut et dont le porte sont en réfection, de très belles portes d'ailleurs.  Nous aimons cette ambiance, feutré, un peu hors du temps, ce mélange d'odeurs et de couleurs, même si nous n'avons pas grand chose à acheter. Par contre peu de monde, cela nous surprend. La balade n'est que plus aisée.

     

    Voilà une belle porte refaite

     

    Tout en flânant nous regagnons les petits restaurants portes 1/2/3, dès l'approche nous pouvons humer les parfums de la cuisine marocaines avant de savourer les mets.

    Des amis Gadiris nous ont conseillé chez Saadia et nous allons spécialement et uniquement chez elle. Très gracieuse et très aimable, Saadia nous accueille avec beaucoup de gentillesse, comme si elle nous avait toujours connu, nous faisant la bise. Invariablement nous savourons les calamars frits et nos papilles sont ravies. Nos amis sont enchantés.

     

    Chez Saadia

    Voilà le poisson

    Voilà les tajines

    Nous voilà servis...

    Saadia pose avec ces messieurs

     

    Encore un petit tour dans ce labyrinthe d'allées plus ou moins larges et colorées où l'on se fait parfois héler gentiment.

     

     

    Nous ferons ensuite nos achats de légumes et de fruits, à des prix défiant toute concurrence.

     

    Notre marchand d'olives

    De très beaux légumes

    Notre marchand de légumes

     

    Il est encore de bonne heure, nous allons faire un tour à Uniprix et y faisons quelques achats avant d'aller faire un tour sur la corniche. Beaucoup de monde, il y a quelques stands de dégustation de thé et de café et un stand coca cola, sirotons un bon jus de fruit au soleil et à l'abri du vent car il ne fait pas très chaud. 

    Voilà encore une journée bien rempli qui se terminera par un apéro chez Paulette et Jean avec nos amis bikers Chantal et JD. De bons moments où l'on parle beaucoup Maroc.

    Nous attendons toujours notre voiture de location. Inch Allah nous verrons bien demain.

    Nous allons chercher.....

     

     27 janvier

    Une journée cool..... il en faut de temps en temps. Un ciel bleu pâle ce matin avec quelques nuages inoffensifs qui se vagabondent...

    Nos recherches ont été fructueuses, (Merci Bernadette) mais attendons ce soir....En espérant qu'elle arrive au camping, comme prévu ce soir vers 19h...Inch Allah!!!!

    Donc une matinée tranquille chacun vaque à ses occupations. 

    Après midi, les courageux iront faire une belle balade dans les collines environnantes, sous le soleil et parfois une brise qui rafraîchit. Dès le départ voilà un troupeau de chèvres.

     

    les belles chevrettes

    Voilà le camping de là haut...

     

     On monte on descend, on contourne au meilleur d’arganiers épars et rabougris et des coussins de belle mère.

     

    la végatation

    De Tagahzoute à

    Un petit canyon

    Un bel arganier avec un drole de tronc

     

    Les ruches sont nombreuses dans la région, nous sommes au début de la vallée du paradis. on a pu voir d'anciennes ruches e'en forme de rouleau. 

     

    Les ruches

    Les ruches

    Les anciennes ruches

    Les cadres

    Un peuits

    Une petite vallée

     

    Les chevrettes broutent les arganiers mais y grimpent dessus parfois.

     

     

    Ce soir nous sommes invités chez nos amis bikers.

    Voilà on se croirait à la mosquée.

     

    Il n'y a plus que nous à l'apéro..... 

     

    Drin drin, le téléphone sonne....On nous confirme que la voiture est devant la réception. Personne à l'horizon.

    On rappelle le loueur et voilà erreur de camping  de camping.

    Rebelote....le chauffeur arrive mais il est seul, il faut le descendre à Aourir. Nos hommes partent le conduire. interrompant leur apéro...

    Avant de le laisser il faut le payer, retour au camping car pas assez d'argent sur eux. Quelle organisation !!!!!

    Finalement vers 20h30 ils sont là avec la logan. Ouf. mais qu'elle histoire !!!! Elle s’appelle "Désiré"

    Et encore une fois je vais dire "c'est le Maroc"

     

    28 Janvier

     

    Une merveilleuse journée entre amis dans des paysages grandioses et colorés.

    Suite demain....pas assez de temps, la vie de retraités n'est pas de tout repos et demain encore une journée de balade, toujours avec les amis, sans doute aussi belle que celle d'aujourd'hui mais différente.

    Je vais essayer de vous narrer cette belle journée hors des sentiers battus.

     

    Voilà "désiré"est prête...

    Les uns s'affairent...les autres regardent...

     

    Tout d'abord partons avec "Désiré" donc à quatre, mais nos amis bikers Chantal et JD et leurs amis de Roanne Marie et Patrick nous accompagnent aussi. Ces messieurs dames nous suivent en Scooter. Plus on est de fous, plus on ri.

     

    Marie et Patrick sont prêts

     

    Départ neuf heure pour la joyeuse équipe, nos "scooteux" n'ont pas très chaud, mais ils nous suivent gaiement. 

    Nous faisons une boucle en passant d'abord par Agadir et prenons la route de Marrakech, nous voguons au milieu de collines rouges piquetées d'arganiers, des arganiers et toujours des arganiers. Quelques petits arrêts techniques....

     

    Une belle équipe

     

    Puis direction le majestueux lac Abdelmoumen dans son écrin de collines rouges et ses îles, grand lac de barrage en fonction depuis 2011.

     

    Le lac de barrage Abdelmoumen

    Toujours le lac

     

    Nous poursuivons notre virée dans ce paysages de rêve jusqu'à Argana, notre but : aller voir le rucher d'Inzerki, le plus ancien VI siècle et le puis grand rucher traditionnel du Maroc, rucher collectif, un patrimoine historique berbère. 

    Une petite erreur de pilotage nous fait dépasser la piste, mais nos amis ont l’œil et nous donne la bonne direction. Ils ouvrent la route, vaut mieux ainsi car que de poussière sur cette belle piste qui nous conduit dans un lieu hors du commun.

     

    Nos "scooteux "sur la piste

    Toujours eux...

     

     

     "Désiré" se pare de couleur rouge, mais les scooters aussi. Nous montons à notre aise en traversant des petites bourgades dans des paysages bucoliques.

     

    De beaux paysages

     Bonjour ou Bonsoir

    Toujours sur la piste

    Un douar niché dans la verdure

    Une maison isole, maison en torchis à toit plat avec une cour centrale

     

    Dès l'arrivée au village l'on aperçoit le rucher, Brahim arrivant à la rencontre de JD, parti en repérage.

     

    Le rucher

    Encore le rucher collectif

     

    Brahim président de l'association Tadart Inzerki , nous informera sur la vie des abeilles. il est intarissable. Nous resterons à proximité pour ne pas être victime, comme lui, de piqûres. N'ayant pas pu le prévenir deux ou trois jours à l'avance, nous n'avons pas pu avoir notre tajine. Difficile de le faire à cause de "Désiré".....

     

    Avec Brahim

    Nos amis quittent un "pelure"....

    Toujours avec notre guide

    Les ruches sont déplacées au gré des floraisons et des saisons, l'abondance de fleurs dans la région, ainsi que l'absence de centres urbain,  en fait un lieu privilégié. 

    Formée de cases à quatre étages, les ruches traditionnelles, un long cylindre en roseaux tressés, y sont déposés. 

    Il n'y aurait que 8 familles qui en disposent maintenant, mais au moment de l'activité maximale il y avait 4000 ruches. Brahim nous dit en avoir une centaine.

    Ces ruches sont délaissées pour des ruches plus modernes et plus faciles à déplacer en cas de problèmes.

    Cependant il nous fera goûter son miel toute fleurs et son miel de caroubiers ainsi que son huile d'olive et son huile d'argan, vrai délice.

     

    Chez Brahim

    Chez Brahim

    Toute l'équipe

    Mile toute fleurs, miel de caroubier, huile d'olive et huile d'argan

     

    Avant de goûter à ces petits délices,on se lave les mains traditionnellement....

     

    Chacun son tour

    Au tour de JD

    Brahim nous sert le thé

    Brahim souriant au service

    Donc pour ce midi nous nous contenterons de cet encas et nous poursuivrons notre balade en montant à Imouzer des Ida Outanane.

    En redescndant, voilà un petit douar avec ses aires de battage, encore du travail ancestral sans doute avec âne ou mulet qui tourne autour du piquet pour écraser les épis.

     

    Un douar et ses aires de battage

     

    La route grimpe et se contorsionne dans des paysages agréables et colorés. Quelques arrêts nous laissent encore un aperçu du lac Abdelmoumen.

     

    le lac

    Un arrêt d'où nous avons la vue sur le lac

    On grimpe ....

    Toujours plus haut

     

    A Imouzer la vue sur la vallée est magnifique, nous ne descendrons donc pas aux cascades qui sont à sec.

     

    Vue sur la vallée depuis Imouzer

     

    A Asquiri nous voulions aller boire un coup  Chez Albassatine, mais il est fermé, nous nous contenterons d'un thé à la menthe chez son voisin et beau frère.

    Nous amorçons dès lors la descente vers Aourir, de grands lacets se profilent en contrebas. Dès le premier parking nous stoppons "Désiré" pour aller faire un tour dans la vallée du Paradis, nos amis rentrent au bercail, en effet la fraîcheur tombe très vite et cela leur pose des problèmes. On comprend, de plus il y a 7 kms de travaux, pas faciles.

     

    La vallée du Paradis depuis le point de vu

    Nous allons ensuite descendre dans ce coin luxuriant

    Voilà la vue sur la vallée

    Passage obligé...

    "notre pont"...

    Une rencontre inattendue

     

    Un passage étroit

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Juste un  reflet

     

    Une balade fort agréable dans cette vallée luxuriante où l'eau coule paisiblement, des nombreuses gargotes proposent une cuisine simple mais sans doute très bonne ainsi que des boissons. Il est tard, nous écourterons cette promenade enchanteresse, et  rentrerons à la nuit.

     

    Sur notre route...un beau troupeau

     

    Quelle belle journée !!!!

     

    29 Janvier

     

    Encore une journée sublime avec nos amis, Marie et Patrick sont partis pour d'autres lieux.

    Ce matin départ comme hier neuf heures, nos amis sont vêtus plus légèrement et auront froid sur leur scoot. Il est vrai que la température n'est pas très élevée le matin, sans doute une dizaine de degrés.

    Direction Biougra où nous tourniquerons avant de trouver la direction d'Aït Baha.

     

    D'Aourir à l'oasis des tortues

     

    Environs trois kms avant ce village, sur notre gauche, nous trouvons l'embranchement pour le grenier d'Imchguiguiln. A vrai dire je ne reconnais pas le lieu, plus de piste,, un chemin bétonné, des maisons. Est-ce bien là ?

    Une dame nous précise qu'il y a bien un agadir...nous poursuivons...le voilà;...mais il a bien changé.

     

    Porte d'entrée de l'agadir

    l'agadir rénové

     

    En effet il a été restauré. un Monsieur en, djellaba marron vient à notre rencontre et je crois reconnaître Monsieur Barek qui nous a reçu et fait visiter ce merveilleux agadir. C'est bien lui, mais on ne peux plus visiter, problème avec l'association. Ce Monsieur semble dépité. 

     

    Monsieur Barek téléphone au gardien d'Ighil

     

    Voir : http://voyages-en-cc-et-randonnees.eklablog.com/virage-a-l-est-c19200719 notre précédente visite, en 2012.

    Il nous indique celui de Ighil, à environ 13km sur une route à droite à la sortie de Aït Baha, il a la gentillesse de téléphoner au gardien afin que nous puissions visiter.

     

    Perché sur la colline, un vieux village sur la route

    Toujours agréable de trouver des biquettes sur les arbres

     

    Ravis de cette rencontre nous poursuivons donc notre chemin et dénichons ce grenier.  Quelques minutes plus tard, le voilà dans une djellaba grise, clé à la main pour nous faire visiter.

     

    L'agadir d'Ighil

    La porte d'entrée

     

    le gardien nous ouvre la porte

    A l'intérieur

     

     

     

     

    Même si l'extérieur nous parait quelconque l'intérieur est en très bon état, les cases sont bien conservées et son encore utilisées de nos jours. Une allée centrale, des compartiments individuels de chaque côté, sur plusieurs niveaux et accessibles par des dalles qui émergent du mur.

     

    Le gardien et Paul

    Les cases et les dalles en quinconce pour y accéder

     

    Plutôt que de grand discours voilà quelques photos de ce grenier collectif du XVI siècle.

     

    Toujours l'intérieur

     Clic pour voir notre itinéraire

     

     Bonjour ou Bonsoir

     

      

     Bonjour ou Bonsoir

     

     

     

     

     

     ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un campement nomade

    Des paons qui traversent la route

     Notre restau

    Il est 13h nous cherchons un restaurant que nous trouvons très rapidement. Le Tizi nous tend les bras, un couple Suisse en sort, nous échangeons quelques mots, ils n'ont pas eu la même chance que nous il n'ont pu en visiter aucun.

    Les tajines cuisent

     

     

    Petite salade marocaine, tajine de moutons pour tous sauf JD qui prend tajine keftas. Le tout sera excellent, nous avons d’ailleurs refusé les frites proposées et de plus pour un montant plus que correct.

    Salade mlarocaine pour tous

     

     

     

    Tajine d'agneau

     

     

     

     

     

     

    Notre balade continue en direction d' Aït Milk, que nous ne trouvons pas sur la carte, mais sa direction est indiquée. Après une forte descente en grands zigzag, dans des paysages semi arides où seuls quelques arganiers épars et tordus y poussent.

    Là nos amis nous quittent, il préfèrent rentrer avant que la température chute. C'est donc seuls que "Désiré" nous conduit à  Arba Aït Ahmed, au vieux souk "souk kedim" et à l'oasis des tortues. Nous trouvons le panneau indiqué et prenons la direction de cet endroit, cette petite route en bon état sillonne un petit plateau. Dès l'arrivée nous sommes surpris par une vue plongeante sur ce souk délabré construit par la légion étrangère dans les années 30.

     

    Vue plongeante sur le souk

    L'oasis aux tortues

     ...

     

    Il permettait de contrôler les tribus locales. Maintenant abandonné il n'est plus qu'un lieu fantôme qui se dégrade rapidement, seule sa mosquée est entretenue et en service épisodiquement. D'ailleurs nous pourrons monter dans le minaret et avoir une vue sur l'oasis des tortues. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'arganier millénaire trône au milieu du souk

     

     

     

    Le site est enchanteur et possède le seul point d'eau permanent des vallées environnantes

    Point de tortues à l'horizon.... puis des plouf plouf rapides. ces dames tortues se font dorer sur les pierres ou sur un tronc de palmier et au moindre bruit s'esquivent rapidement dans l'eau.

     

    L'oasis aux tortues

     

    Encore une belle découverte et une journée enrichissante sous un soleil de plomb.

    Nous traversons l'oued et tentons une autre route, celle-ci nous conduit vers Anezi et allonge beaucoup trop notre circuit, nous rebroussons donc chemin et rentrons sur Biougra directement.

    Là les choses se compliquent et nous prenons la mauvaise route, pensant avoir reconnu les lieux, nous ferons donc un grand détour et arriverons tardivement au camping. Mais quelle circulation dans Agadir.....Notre loueur de voiture nous attendait. pas le moindre problème pour autant.

    Demain sera un autre jour, un jour plus cool, mais encore une rencontre avec nos amis gadiris.

     

    30 janvier

     

    Une journée ou convivialité à rimé avec amitié, une journée comme je les aime, une journée que l'on voudrait prolonger.....

    Le cercle s'agrandit, nos amis gadiris nous rejoignent au camping pour l'apéro et nous voilà donc à cinq couples.

    Ils nous conduisent au rocher du diable au Resto Imouran.  Resto très bien, fraîcheur, qualité et quantité, serveurs très accueillant, fréquenté par de nombreux européens. Nous avons beaucoup papoté, rigolé, comme chaque fois que nous nous retrouvons. La suite en image.

    Depuis notre dernier passage qui remonte à quelques années le coin a bien changé, beaucoup de restaurants en front de mer.

     

    Au campîng à Aourir

     à Aourir

     à Aourir

    Voilà le restau 

     

    Le ciel est gris, mais le soleil se fait appeler "désiré"....

     

    Ces Messieurs semblent s'intéresser

    un bel engin...D'un pas décidé...

    les minettes

    il ne manque que Bernadette

    Chantal a toujours le sourire

    Difficile d'avoir toute la table

    Les calamars

    Le plateau royal pour deux personnes

    Bon appetit

     

    Le soleil est revenu...la preuve Albert se protège....

     

    Il faut se couviri

    Le dessert pour les gouramnds....

     

     

    Le rocher du diable.

     

    Le rocher du diable

     

     


    13 commentaires
  • 31 janvier

     

    Un saut de puce....

    Hier au soir avons salué nos amis bikers car ce matin nous décollons à 8h. Nous avons donc rv chez Fiat pour la vidange. Nous y passerons pratiquement la matinée.

     

    Lever de soleil sur Agadir

     

    Sommes bloqués sur le trottoir par un camping-car qui devait en avoir pour 5 mn et qui à l'heure de notre départ, 12h,  était sur trois roues....

    Devant fiat, tri sélectif.

     

    Tri sélectif

    Pas facile

     

    Nous sommes contraint de manger là et ensuite de sauter le trottoir. En effet le garage est fermé pour le repas, mais la roue est à l'intérieur.

    Un arrêt au souk el had juste pour acheter nos légumes et surtout nos framboises. un arrêt ensuite à Marjane pour le plein. Bien pratique nous pouvons payer en CB.

     

    Au souk

     

     Bonjour ou Bonsoir

     

    En route pour Tiznit, au Tagua où Monsieur Abdou a eu la gentillesse de nous mettre en attente.

    Soleil et nuages cet après midi et  du vent pas très chaud.

     

     

     

    01 Février

     

    Oh quel temps, nous avons connu mieux. Doux, sans vent mais quelle grisaille !!!!

    Direction la ville, à la porte le petit souk est fort animé. Voilà le soleil point son nez, le ciel se dégage et l'azur apparaît. Quel bonheur !!!

     

    En route pour la ville

    Une certaine animation

    des montagnes de mandarines et 1dh le kg, même pas 10 centimes

    Des navets de toutes sortes

    Plus au sud

     ...

      

    Première étape, le change....nos porte monnaie sont vide, faut bien les alimenter...

    Puis une chose essentielle, réserver dimanche "à l'ombre du figuiers". Pas de souci...

    Ben oui il y a un événement spécial ??? 

    Nous joignons nos amis Bikers pour qu'ils viennent nous rejoindre. voilà c'est fait.

     

    En ville

    On peut lui faire confiance

     

    Puis direction "Brahim"...pour l'antenne de Paulette et Jean. RV pris pour 15h.

     

     

    Brahim attentif

     

    Nous mangerons donc à "la cantine" "La ville nouvelle".

     

    "La cantine"

     

    Perso je suis très déçue, l'avocat aux crevettes est servi avec mayonnaise et ketchup...bof !!!! les côtes agneaux sont très dures.... je regrette fortement de ne pas avoir pris tajine keftas.

     

    Tajine kefta

    Côtes d'agneau

      

    Pour compenser.....nous mangerons, enfin ils mangeront des gâteaux, mais les abeilles adorent, impossible de les disperser. Nous devons même rentrer dans le bar pour prendre café et thé.

     

    Les abeilles s'en donnent à cœur joie

     

     

    Retour au camping pour récupérer le cc et retourner chez Brahim.

    Voilà une affaire de réglée, tout fonctionne, du moins on l'espère...nouveau test ce soir. bravo Brahim on savait que l'on pouvait y faire confiance.

    Quant à nous avons acheté nos gâteaux à la "Joconde" et avons trouvé des côtes de chameau à notre boucher favori.

    Nous nous installons, cette fois sur des places....près de quelques récalcitrants qui pensent que tout leur est dû parce qu’ils restent longtemps et sont installés comme chez eux.... il y en a ainsi parfois.....

     

    02 février

     

    Une matinée cool...;sous le soleil mais un peu de vent...pas très chaud d'ailleurs.

    C'est après midi grande balade dans Tiznit......opticien..... cordonnier....

    Puis à la recherche de street Art.....

     

     Bonjour ou Bonsoir

     

    Passons sous la porte pour aller route de Guelmim.

     

     ...

     

    Passons devant l'hôtel Ibou et sa belle entrée.

     

    L'entrée

     

     

    Et voilà....

     

     

    Nous filons ensuite sur la route d'Agadir...

     

     ...

     ...

     

    Tiznit se démarque par sa ligne de remparts de 7 kms et de 8m de haut, remparts qui datent de la fin du XIX siècle, remparts flanqués de 56 tours et de 5 portes historiques, remparts construits par le sultan Hassan 1er. 

     

    Les remparts

    Une porte

    Encore une autre porte

     Clic pour voir notre itinéraire

     

    La source bleue, réhabilité....mais déjà l'eau ne tombe plus en cascade dans le mur de pierre en arc de cercle. le jardin est encore entretenu, de belles portes dans le mur à l'arrière.

    Selon la légende, une femme nommée Lalla Zninia, qui avait à se pardonner ses fautes, serait à l'origine de La Source bleue, oasis autour de laquelle se serait créée Tiznit. Il y a encore quelques années, la croissance démographique avait fait de cette source quasiment un dépotoir à ciel ouvert. Changement total aujourd'hui :  une magnifique réhabilitation menée sous l'égide de l'architecte-anthropologue franco-marocaine Salima Naji a permis aux habitants, particulièrement aux femmes et aux enfants, ainsi qu'aux visiteurs de se réapproprier ces lieux emblématiques.

     

    Le jardin

    Toujours le jardin

    Deux belles plantes

    De belles portes

    La source bleue 

     

    La Mosquée principale Jemaa Lkbir construite au XVIII siècle dont le minaret est surmonté de perches de bois..

    Selon la légende, ils ont été boisés pour que les âmes des morts s'y rassemblent et s'y reposent. La Grande Mosquée servait auparavant de médersa (école coranique) et continue à ce jour à enseigner la jurisprudence islamique. Grâce à Mohamed Ben Mohamed Taifour Alasgharguissi, les méthodes pédagogiques adoptées ont favorisé l'apprentissage et sont à ce jour appliqués. La Grande Mosquée de Tiznit fût construite sur les vestiges d'une ancienne mosquée ,C'est dans cette mosquée qu'El Hiba se fit proclamer sultan en 1912.

     

    Le minaret

    La mosquée

     

    Retour au camping sous un vent relativement froid qui nous transperce.

     

     

     03 Février

     

    Un jour spécial...sous le soleil de Tiznit...

     

    Les fleurs qui nous entourent ici au camping

     

    Bon anniversaire mon chéri.

     

      Nous allons le fêter ici entre amis. Il y a des chaises vides par rapport à l'an dernier, nos amis Aveyronnais ne sont pas là, Brigitte et Gilles non plus. Il manque aussi René, qui, hélas nous a quitté trop rapidement en rentrant du Maroc. Bien entendu sa veuve n'est pas là. Une pensée émue pour elle.

    Nous avons donc commencé par un petit apéro tranquille, ici au camping, dehors comme vous pouvez le voir. Une petite sangria accompagnés de petits toasts, foie, gras, magret et filet mignon séché.

     

    L'apéro

     

    Toute la joyeuse troupe part donc à pieds pour le restau, en ville.

    C'est comme l'an dernier "A l'ombre du figuier" que nous avons fait le repas, Et je peux vous dire que l'ombre était la bienvenue. ben oui...

     

    Nous voilà au restau

    Musiciens et danseurs

     

    Il y a beaucoup de monde, fort heureusement nous avions réservé et choisi nos plats.

    Amuse bouche pour nous faire patienter, tapenade noire et verte, miel, amlou et semoule à l'huile d'argan. Très agréable avec un petit Guerouanne.

     

    Tchin tchin

    Amuses bouche

     

    Les entrées sont différentes, salade marocaine,salade aubergines tomates, mandarines olives sauce piquante, kiwi, purée d'avocat huile d'argan.

     

    salade kiwi avocats

    Salade tomates aubergines

    Salade marocaine

     

    Il en est de même pour les plats, tajine de chevreau, tajine d'agneau, côtes de veau et côtes d'agneau.

     

    Tajine de chevreau

    côte de veau aux herbes

     

     

     

     

     

     

    Bon appétit

     

    Le tout semble avoir ravi toutes les papilles.

    Après gâteau au chocolat personnalisé, très bon au dires de tous.

     

    Plus au sud

     

     

    Le  tout en musique bien entendu.

    Ambiance très sympathique, serveurs très agréables. Une très belle journée en présence d'amis. C'est aussi cela le Maroc.

    Retour au camping, alors que nous faisons un détour chez le cordonnier...

    Au retour nos amis sont toujours là...Que se passe t-il ? Çà bricole.... sur le scoot. Et ben voilà, les clés sont inaccessibles et dans le top box fermé..... Ils s'improvise "voleurs".....et trouvent la solution. ouf les voilà rassurés. Ils repartent au Bakanou où ils sont pour quelques jours. Nous espérons les retrouver sous peu.

    Une nouvelle journée où convivialité à rimé avec amitié, une journée différente mais une journée comme je les aime.

     

    04 Février

     

    Nous quittons Tiznit sous le soleil, un soleil qui au fil des heures se fait de plus en plus chaud. 

    Notre route court aux environs de 400m

     

    Un petit village perché

     

    avant de grimper au col du Kerdous vers 1200m, paysages de montagnes magnifiques, en contrebas de petits douars s'agrippent à la pente, des petits champs en terrasses verdoient. La route n'est, hélas, pas propice aux arrêts pour faire des photos.

     

    De petites palmeraies

     Nous attaquons la montée

     ...

    Hôtel au col du kerdous

    Ces dames rentrent des champs lourdement chargées

     

    A Tiffermit nous laissons la R104 pour continuer tout droit. Dès lors la route est très étroite, rongée sur les côtés, avec pas mal de nids de poules. Il faut descendre sur le bas côté à chaque croisement, fort heureusement il y a peu de trafic.

     

    Voilà la route

     

    Nous voilà donc sur un plateau parsemé des quelques petits villages, puis tournons à droite par la R107 pour aller sur Icht. 

    Les paysages sont de plus en plus désertiques, fait de terre ocre et des roches juste avec quelques herbes à chameaux.

    Repas de midi, dans ce décor où la vie semble la vie semble nulle.

     

    Notre salle à manger 

     

    Puis des canyons apparaissent en contrebas, de plus en plus profond.

     

    les premiers canyons apparaissent

     ...

     

    La route descend ensuite en grands lacets serrés au milieu de magnifiques falaises ocres et nous voilà à Igmir, une petite oasis, coincée dans les canyons. De magnifiques palmiers suivent le cours de l'oued.

     

    Les grands lacets, descente sur Igmir

     ...

    Arrivée sur igmir

    Igmir

     ...

    Au village

      

     Bonjour ou Bonsoir

      

     

    Notre route est magnifique autant pour les paysages traversés  qui sont époustouflants, que pour le revêtement qui est un vrai  billard. Encore des villages et des palmiers qui forment une large écharpe verte qui s'agite au vent.

     

    Des paysages à couper le souffle

     ...

    Toujours des canyons

    Villages et palmeraies

    le village d'un peu plus près

    Palmeraie et oasiens

    Encore un village

     

    Puis, plus rien  à nouveau des paysages désertiques, plus plat, un oued à sec mais dont la largeur importante laisse présager que les crues peuvent être terribles. 

    Ensuite nous voilà sur la R102 qui vient de Bouizakarne, plus que quelques tours de roues et nous sommes à Icht au camping Amerdoul, pour une nuit seulement.

    Juste un petit conseil ne prendre cette route que par beau temps et surtout pas après de grosses pluies, elle traverse, en effet, de nombreux et larges radiers sans doute difficile à franchir.

    Ce camping est agréable, avec des palmiers, de grands espaces non délimites. pour notre part nous éviterons les sanitaires, quant à la wifi, près de la réception et encore il faut se connecter chacun à son tour.....

     

    Le camping

     

    A peine installés nous repartions visiter les rues souterraines de Icht, une dame nous indique la piste, traversons le village nouveau bien entretenu nous marchons dans la palmeraie vers Borg Biramane puis nous nous dirigeons, vers le village.

     

    La mosquée d'Icht

    La petite palmeraie vers Borj Biramane

     

    Là un ado nous accoste et tient à nous accompagner, il ne parle pas français, nous déclinons son invitation. Il ne nous lâche pas pour autant. Nous tentons de faire diversion mais il n'en est rien. Finalement nous le suivons, dans ce dédale de venelles souterraines, si sombres que notre jeune allume ton téléphone portable, mais nous avions pris la précaution d'emporter nos lampes. il faut souvent baisser la tête pour progresser. Alors il nous dit quand même "attention".

     

    Dans les rues souterraines d'icht

     Clic pour voir notre itinéraire

     

    Il nous entraîne ensuite vers l'ancienne mosquée, encore un mot qu'il sait prononcer., très endommagée comme les maisons environnantes où il nous a conduit. Nous faisons d'ailleurs très attention, marches inégales et planchers qui risquent de s'écrouler; A la sortie nous le gratifions d'un petit billet. il semble satisfait.

     

    les vieilles maisons sont en ruines

     ...

    La mosquée

    Ouf !!!! nous allons sortir

     

    Trois ou quatre familles vivraient encore ici.

    Il est vrai que je n'aurai pas osé ou pas trouvé l’accès à la mosquée ou aux vieilles maisons en ruines. Finalement ce n'était pas une mauvaise idée.


    20 commentaires
  • 05 Février

     

    Le jour se lève et nous aussi....

     

    Le soleil se lève sur le camping

     

    Départ comme prévu entre la demi et moins le quart....je plaisante, nous n'avons pas d'heure précises. Notre but les cascades de Fask dont nous avons les coordonnés GPS du parking.

    Notre route rectiligne et étroite caracole sur un plateau flirtant avec les 700m d'altitude dans une ambiance désertique où seuls quelques acacias récalcitrants tentent de survivre.

     

    Paysages féseertiques

     

    Des biquettes y courent à la recherche d'une herbe hypothétique, quelques dromadaires croisent notre route et broutent des épineux.

     

    Les chèvres

    Des dromadaires

    Encore un

     

    Quelques hésitations  à Fask et finalement nous voilà sur la piste, bonne au début elle se détériore rapidement. Après deux kilomètres nous nous arrêtons, il est l'heure de manger, nous verrons pour la suite.

     

    Notre salle à manger au milieu de nulle part

     

    Là haut, un fourgon aménagé stationne, un véhicule de tourisme monte et s'arrête au même niveau. Nous en concluons que les cascades ne sont pas très loin, confirmation par une vététiste néerlandaise

    Après le café, chaussé de nos godillots, nous montons par cette piste et découvrons un petit havre de paix sublime. des toutes petites cascades sautillent, il n'y a pas beaucoup d'eau mais elle est présente tout le long de l'année. Une large écharpe verte suit ce minuscule cours d'eau qui chante, murmure ou sussure.

     

    Nous surplombons...

    D'adorables mini cascades

     

    Nous dominons cette belle petite vallée enserrée dans des roches noires, puis la longeons tantôt à droite, tantôt à gauche.

     

    On domine vraiment

      

     ...

     ...

     ...

     ...

     Bonjour ou Bonsoir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     ...

     

     

     

     

     

     

      

     Bonjour ou Bonsoir

     

     Un puits "sécurisé"...

      

    Pas toujours facile ...

     

    Retour au départ

     Bonjour ou Bonsoir 

     

    Une belle balade que nous avons vraiment appréciée. Il n'y a plus qu'à redescendre au camping-car sous une chaleur écrasante.

    Ce soir stationnerons au camping de l'oasis, à Aït Bekou, petit camping rustique, juste valable pour une nuit, l'accueil n'y est pas aussi chaleureux que l'on veut bien le dire.

    Demain nous amorçons la remontée vers Agadir.

     

    06 Février

     

    Je vais encore me répéter après la fraîcheur matinale, la chaleur revient très vite.

    Juste un petit arrêt à Marjane et direction Sidi ifni par la côte.

     

    Dans Guelmim

    Toujours dans Guelmim

     

    Dès la sortie de Guelmim quelques travaux, une petite déviation pour un pont en construction,juste un peu plus loin encore une petite déviation pour un rond point. Rien de méchant çà passe aisément. Avons cependant rencontré des amis qui nous ont prévenu qu'il y en avait tout le long jusqu'à Sidi Ifni.

     

    Porte de Guelmin route de Sidi ifni

     

    Donc direction Sbouya, par une petite route en bon état qui traverse des paysages magnifiques, au couleurs chatoyantes qui s'oppose entre le sol rouge ou ocre et les arganier ou ensuite les figuiers de barbarie qui font légion dans la région.

     

    Sur la route côtière

    De belles euphorbes

     

    Douars, fermes ou villages s'y blottissent.

     

    Un douar au milieu de nulle part

    Un berger, comme la plupart du temps, au bord de la route

     

    On monte, on descend, on tournicote toujours au milieu de ses figuiers de barbaries de plus en plus nombreux à perte de vue.

     

    Au milieu des figuiers de barbarie

     

    A Sbouya petite erreur de pilotage, et oui, ma mémoire est parfois défaillante et comme j'ai rarement recours au GPS...je file à droite. Erreur il faut tourner à gauche.

    Le figuier de barbarie règne ici en maître au milieu d’une imposante famille d’euphorbiacées splendides et bien fleuries..

     

    Des figuiers partout

    Encore et encore

     

    Au carrefour suivant prenons à gauche, direction Foum Assaka, une toute nouvelle route en parfait état. Quelques kilomètres plus loin nous dominons la vallée de l'oued Noun ou Assaka, la vue sur cet oued, un des rares permanent au Sahara, et son embouche, nous émerveille. 

     

    Oued Noun à Foum Assaka

    Oued Noun

     

    De grands lacets serrés nous amène à ses pieds,jusque sur un pont...mais impossible de poursuivre. 

     

    Pas question d'aller plus loin

     

    Ce n'est pas notre but, nous voulons voir une merveille du littoral et aussi tenter de déjeuner au rayon vert qui semble être typique.

     

    de plus près

     ...

     

    Par une piste aisée, rive droit nous poursuivons jusqu'à l'embouchure, rencontrons un camping-cariste avec une voiture de location qui nous conduit au pied de ce petit restaurant. Un grand merci à lui.

     

    La cote à Foum Assaka

     Toujours à Foum assaka

     

    Nous sommes chaleureusement accueilli par Rachid qui tient un petit gïte "le rayon vert", gîte à flan de colline, construit en pierre de la région, avec une vue imprenable sur l'océan et une belle baie.

     

    Avec rachid

    Le calme environnant et ce léger bruit des vagues font monter en nous une sensation de plénitude et nous pouvons rester là assis tranquillement en attendant la préparation de notre repas. ( ne sachant pas si nous pouvions y accéder, nous n'avions pas réservé. il est plus prudent de le faire un ou deux jours à l'avance, le téléphone ne passe pas et Rachid se rend de temps à autre à un endroit bien précis pour écouter ces messages.)

     

    Un petit état des lieux....

     

    Remontée vers Agadir

     

     

     

     

     

     

     ...

     

     

     

    Remontée vers Agadir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour nous faire patienter Rachid nous sert le thé, dehors au soleil, que du bonheur.

     ...

     


    Nous avons commandé, du sar pour Jean et un tajine de poulpe pour nous trois. le tout sera très bon. En entrée il nous sert un briouade à l'oeuf, très bon aussi. Thé et café. 

     

    Briouate à l’œuf

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tajine de poulpe

       

    Sars

     

     

     

     

    Son petit établissement est très bien tenu, ses chambres ont agréable, propres de même pour cuisine, surprenant pour un tel endroit.

     

     

    Coté fen^tre

    Côté cuisine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La cuisine

     

    Nous prenons congé, il nous propose gentiment de nous reconduire aux camping-cars avec son 4X4. Qu'elle délicate attention. Nous préférons marcher pour digérer ce bon repas, il n'y qu'environ 2 kms.

    La côte est rude mais nous cubes blancs ne ragent pas sur cette route gravillonnée.

    Une espèce de cuve rouge en béton attire notre attention, vraisemblablement il s'agit d'une citerne qui permet sans doute de faire boire le bétail. Curieux tout de même on peut y accéder pas des escaliers. Mais ouvert à tout vent, hyper dangereux. 

     

    la voilà

    Voilà l'intérieur depuis les escaliers

    depuis le côté opposé, les escaliers

    l'abreuvoir 

     

    Une petite piste nous conduit ensuite à Sidi Ouarsek, nous y pension y trouver un petit port, il n'en est rien, simplement de belles falaises et des plages.

     

    A Sidi Ouarzek

    Plage à sidi Ouarzek

     

    Au retour, Marie et Patrick, que nous n'avions pas vu, ont reconnu nos camping-car et nous ont attendu pour faire la causette. Nous apprécions beaucoup se couple même si nous les connaissons peu.

    Retour sur Sidi Ifni et nuit camping Tamhroucht, un beau camping sur plusieurs niveau, très propre avec de grands emplacements et de bon sanitaires.

    Nous y retrouverons nos amis Héraultais et leurs amis lyonnais.

     

    07 Février

     

    Nous trainons encore un peu ce matin…

    Allons dire au revoir au amis….ils nous offrent le café et nous « babachons » et rigolons. L’heure tourne…. Nous devons quand même lever le camp.

    Nous ne faisons qu’un saut de puce juste à Erkounte Park

    GPS en main nous cherchons l’arrêt pour la sixième arche que nous a gentiment indiqué Denis.

    Ben voilà nous avons dépassé le point sans trouver à stationner.

    Demi tour…. Gauche…. nous nous arrêtons donc au niveau de la cinquième. Nous verrons bien inch allah !!!

    Toujours aussi belle avec un océan qui gronde en roulant de grosses vagues.

     

    La cinquième arche et sans doute maintenant la plus belle

     

    Nous suivons le sentier côtier qui surplombe cet océan rageur.

    Voilà une petite arche qui s’offre à nous….difficile à photographier dans l’ombre. Mais un pêcheur est là défiant toutes les lois de l’équilibre. Pour nous impossible d’y descendre.

     

    Voilà donc la sixième

     

    Nous marchons toujours vers le sud cherchant les ruines indiquées par Denis et autre arche en vue, plus belle, mais toujours dans l’ombre.

     

    Voilà donc la septième

     

    Celle-ci est accessible, un petit sentier descendant nous y conduit sans difficultés. Nous immortalisons ce moment, surtout que nos hommes n’ont pas voulu nous accompagner.

     

    La voilà de l'autre côté

     ...

     

     

    Un pêcheur qui parle un peu espagnol nous présente sa pêche des pousses pieds que je ne connaissais que de nom. Parait que les Espagnols en sont friands. Au retour il nous propose des poulpes, nous déclinons, en fait je ne sais pas préparer ces bestioles.

     

    Des Pousses pieds

     

    Arrêt à Mirleft à la station pour faire remplir notre bouteille en propane, un peu cher, mais n’avons pas vraiment le choix.

    Repas de midi sur la place.

    Puis petite balade jusqu’à l’océan juste au dessus de la gargote de Hassan, souvenir d’il y a deux ans.

    Retour au camping Erkounte où nous nous installons. Il est bien plein mais il y a encore de la place. Nous y retrouvons Françoise, Denis joue aux boules.

    Puis Chantal et JD qui nous offrirons café, thé et petits gâteaux. Nous passons un agréable moment avec eux.

    Un petit blanc  châtaigne chez nos amis lyonnais ce soir.

    Demain sera un autre jour….nous remontons sur Agadir.

     

    08 Février,

     

    Nous quittons le camping vers neuf heures avons quelques courses à faire à Tiznit, combien de temps ,,, Sait-on jamais !!!

    Nous passerons par l'intérieur, une route une bon état qui court entres des collines de terre rouge où euphorbes fleuries, arganiers et cactus se partagent le terrain en parfaite cohabitation.

    Nous arrivons relativement tôt sur Tiznit, nos courses sont faites en un rien de temps, nous partons donc pour notre restaurant à massa, prévu pour 13h.

    Arrivée sur massa point de soleil, la brume qui enveloppe délicatement tous les environs. Surprenant !!!

    Nous traversons massa, l'oued du même nom et nous voilà presque arrivé dans ce petit coin tranquille où trônent quelques palmiers.

     

    Petite palmeraie au restau

     

    L'établissement à fière allure, sa porte d'entrée est magnifique et l'accueil du patron et du personnel fort sympathique.

     

    La Palmeraie de Massa

    L'entrée

     

    Notre table est installée, sur la terrasse, au soleil, que demander de plus.

     

    Notre table

    Voilà Patrice, le patron

    Il y a du monde au balcon....

     

    Nous sommes venus pour manger une Tangia, préparée comme il se doit, dans une jarre et cuite pendant des heures, avec des aromates que seul le cuisinier sait.

     

    C'est là que çà se passe...

     

     

    Le four a été chauffé dès hier soir et la jarre mise dès ce matin 8 h

     

    Là se trouve notre tangia

    De la jarre à l'assiette

    Françoise teste...

     

     

    Nous aurons d'abord une petite salade marocaine, puis notre tangia avec ses petits légumes et des frites.

     

    La Tangia

    Paulette au service

     ...

     

    Le dessert sera une surprise et surtout un vrai délice :tajine de fruits avec sa boule de glace à la datte. Le tout arrosé d'un petit gris de qualité. 

     

    Tajine de fruit et glace à la datte

     

    Je remercie, au passage, le membre de "La tribune des amis camping-caristes" qui a indiqué cette très bonne adresse sur la page facebook.

    Nous sommes tous très satisfait de ce restaurant, aussi bien pour le cadre, l'accueil et le menu. un pur bonheur pour nos papilles. Nous y reviendrons.

    Nos amis Françoise et Denis repartent à Mirleft au camping Erkounte, nous continuons sur Agadir.

    Ce soir nous stationnons sur le parking de l'aéroport le fils de nos amis arrive demain matin.

    Encore une semaine, sans doute, sur les chapeau de roues..... après nous allons nous poser un peu.


    13 commentaires
  • 09 Février

     

    L'aéroport d'Agadir

     

    Après une bonne nuit sur la parking de l'aéroport et un lever tardif, pour une fois.... nous avons accueillis Sébastien. je peux vous garantir que la maman s'impatientait.  

     

    Le papa est plus calme

    Une maman inquiète

     

    Le voici enfin ....

     

    il est enfin là

     

    Il a donc récupéré sa voiture de location réservée depuis la France, mais en a choisi une plus spacieuse afin que nous puissions rouler à cinq lorsque cela sera nécessaire. Un grand merci à lui.

     

    vérifications...

    Voici la C3

     

    Donc fin de matinée, sommes partis avec la C3 pour Agadir, il se fait très bien à la conduite marocaine, même si elle est un peu désordonnée.

    Tout de suite dans le bain, direction le souk el Had...cela lui fait un peu drôle de ce trouver dans cette ambiance, que nous nous aimons. Direction chez Saadia car il est presque deux heures et nos estomacs crient un peu famine.... calamars frit comme d'habitude, nous ne varions pas nos menus ici. Ils sont trop bons.

     

    Chez Saadia

     

    Comme chaque fois nous allons prendre café et thé au petit bistrot du coin.

     

    Nous passons devant les cordonniers

    Thé ou café

     

    Encore un tour dans cet immense labyrinthe pour que Sébastien imprègne de cette atmosphère typique du Maroc. Puis achat de quelques légumes et fruits.

     

    Il accepte la photo avec le sourire

     

    Un petit tour sur la corniche et le port de plaisance pour lui faire voir la ville sans doute la plus européanisée du royaume.

     

    A la marina

    la marina

     

    Nous prendrons le temps de déguster de délicieux jus de fruits avant de récupérer nos camping-cars et de filer sur Taroudant.

     

    Sur la route

     

    Ce soir somme stationnés sur l'aire de service où il y a vraiment beaucoup de monde,  nous y retrouvons Nadia et Serge que nous avions rencontré lors de notre voyage en Corse avec Paul de la vallée.

     

    Les remparts de Taroudant au soleil couchant

    Toujours les remparts

     

    Nous sommes samedi et n'avons pas failli à la tradition, apéro ce soir chez nos amis.

     

     Tchin tchin

     ...

     

     

    10 Février,

     

    Le grand souk à Taroudant.

    Comme prévu vers 9h 30 nous allons au souk..tout droit par la porte de l'aire de servie, il n'y a plus qu'à suivre la foule, pas de difficultés à trouver.

    Ce souk est fort impressionnant et remarquable, jamais vu de pareil depuis que nous sillonnons en long et en large le Maroc. C'est un gigantesque marché rural ou se presse une foule considérable à la fois de vendeurs mais aussi d'acheteurs.

    Beaucoup d'animaux à la vente, un peu déroutant de voir parfois ces chèvres,chevreaux ou moutons à même le sol et attachés et sans doute stressés. 

     

    Voici les moutons

    Quelques chèvres et cabris

    Là les vaches

    il câline son cheval et accepte la photo tout sourire

     

    Une foule multicolore et bigarrée ralenti notre progression, des carrioles un peu partout dans tous les sens, difficile de se frayer un chemin.

    Sous une apparence d'anarchie, c'est malgré tout le calme, pas de klaxons, pas de balek, balek, même si tout le monde semble pressé. Patience et sourires pour la plupart, d'ailleurs nous ferons des photos à tout va sans le moindre problème, tout le monde se prête au jeu.

    La partie, pour moi, la plus impressionnante est le coin "paille". Là une multitude de camions parfois à demi chargés attendent les clients qui viennent chercher leurs ballots, sous diverses façon, en carriole tirée par un âne, une mobylette, un triporteur. et même un vélo. Quand on voit le chargement de ces camions on se demande comment cela peut tenir.

     

    Activité intense autour de la paille

    Là on dirait plutôt du fourrage

    En sacs ou en ballots

     

    Nous discutons avec quelques chauffeurs qui sont malgré tout des as du volant pour mener ces chargements hétéroclites à bons port. Ils poseront volontiers avec nous.

     

    Sympa ces chauffeurs

    Oh quels chargements !!!!

    Qui en transporte le plus ???

    Là nos hommes se posent des questions....

    Que dire de cela...

    On charge la charrette  

     

    Pour la vente des légumes en gros, encore jamais vu dans d'autres souks. les chargements de légumes sont eux aussi surprenant. Que de beaux légumes et que de belles couleurs.

     

    Une certaine agitation

    Encore un beau chargement

    Que de navets

    Prêt pour les transporter dans son magasin

    Encore une belle cargaison

    Mais où va t-on ???

    Il attend patiemment sa cargaison  

     

     Plus loin le marché au détail, difficile der circuler dans les allées tant il y a du mon de ou des carrioles pour transporter vos courses et souvent poussées par des enfants.

     

    Du monde toujours du monde

     ...

    A croire que tout Taroudant est là, peut être les habitant des douars descendus de leur montagne

     

    Épices, gâteaux, olives, babioles, bazar, quincaillerie, outillage, rien ne manque. Des tas de fringues à même le sol ou posées sur des tréteaux, avec une multitude de clients qui tente de trouver un coup de cœur. Là de belles robes sur des mannequins qui ne semblent intéresser personne.

     

    Gâteaux, cacahuètes....

    Qui veut des outils ??

    Ou encore des bâches....

    Pour vous Mesdames

    Ou encore du grain...

    Ben là personne !!!!

    Paulette qu'as-tu choisi

     

    Faisons quelques achats de légumes...mais nous mangeons si peu "à la maison" !!!

     

    Un jus de canne s'il vous plait

     

    On peut aussi se restaurer....restauration rapide.

     

     

    Ou encore se faire conduire en calèche.

    Et elles sont nombreuses

     

    Nous passons aux camping-car et hop en ville pour le repas et une petite visite.

    Nous choisissons un petit restau sur la grande place, un menu à 35 dh soit même pas 3,5€. Vous allez me dire :mais qu'avez vous pour ce prix là ?? Ben : une salade marocaine, un couscous au poulet et une orange à la cannelle qui sera sans cannelle.... Quant à Séb et moi avons choisi tajine de keftas pour 40 dh donc pas tout à fait 4€.

     

    Tajine keftas aux œufs

    et couscous

      

    Nous irons prendre le thé au palais Salam, dans un décor agréable, au bord de la piscine et à l'ombre car il fait très chaud.

     

    Entrée du palais salam

     

    Dans le patio

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est l'heure du thé à al "nana"

     

    Fleur et fruits

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Petite balade en ville vers les remparts et le jardin ou quelques jets d'eau rafraîchissent l'atmosphère.

     

     ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis en route pour Taliouine,capitale du safran, l'o rouge où nous stationnerons pour deux nuits au camping du Toubkal.

    Nous ne sommes pas passés voir nos amis, pas assez de temps, nous voulons faire découvrir le Maroc à Seb. Mais nous reviendrons passer quelques jours ici.

    Ce soir apéro chez nous.

     

    Tchin tchin

     

    Voilà encore une journée bien rempli, riche en couleurs et en odeurs.

     

    11 février

     

    Une belle journée, un peu fraîche ce matin au départ à 9h mais que le soleil rutilant réchauffe rapidement. 

    Seb nous conduit prudemment. Retour en arrière nous allons jusqu'à Aoulouz et empruntons la route vers le barrage Aoulouz-ouzioua.

    Notre route se promène d'abord au milieu d'arganiers et de gros genévriers, puis grimpe au dessus du barrage, nous laissant de belles vues sur celui-ci. 

     

    Le barrage

     ...

     ...

     

    Nous longeons et surplombons l'asif Tifnout qui roule une eau limpide et permet quelques cultures. Les peupliers que le bordent ont mis leur robe printanière vert tendre.

     

    voici quelques villages

    Petit village qui surplombe l'oued

     

    La traversée du village d'Iguidi sera laborieuse. C'est jour de souk, un petit souk de montagne, où la seule rue est fort encombrée, voitures en stationnement des deux côtés, plus de nombreux petits camelots.

     

    Difficile de passer

    Pas d'amélioration....

    Le village d'irigui

     

    Il faut reculer, se garer, laisser passer, patienter et enfin se dégager. Nous prenons notre mal en patience, nous avons de gracieux sourires au passage et notre chauffeur conduit d'une main de maître. Donc cette sortie à éviter le lundi pour un passage en camping-car, c'est chose impossible. 

     

     

    De nombreux douars aux maisons de pisé se confondent avec le sol, maisons au toit plat en pisé également parfois avec une cour intérieure.

     

    Maisons en pisé

     ...

    Toujours de beaux petits villages

    Villages typiques

     ...

     

    Nous passons à Assarag où nous avons des souvenirs, souvenirs de 1985 où nous sommes venus au souk lors d'un trek et plus tard un passage en voiture avec nos amis de Taliouine.

     

    Assarag désert

     

    Arrivés à Toubkal nous poursuivons sur la gauche, tandis qu'à droite c'est une piste qui se dirige vers le lac Ifni que nous avons tenté il y a quelques années.

    Cette route à gauche  monte sur plateau vers 2200m d'altitude, là de magnifiques paysages colorés s'offrent à nous, quelques cimes portent encore des stigmates de la neige tombée courant janvier. De jolis douars se blottissent contre les flancs des montagnes colorées. Des paysages de cartes postales.

     

     ...

    Des villages haut en couleurs

     Clic pour voir notre itinéraire

    Notre route serpente tout en descendant vers ma Nle9 qui vient du Tizi Tichka qui nous permettra de rejoindre ensuite la Nle 9 en direction de Tazenakht.

     

    Des paysages colorés

     ...

     ...

     Sur le plateau

    Encore de belles couleurs

     ...

     Avec nos amis et leur fils

     Bonjour ou Bonsoir

     

    Nous sommes donc à Agouin, c'est largement l'heure du repas, nous trouverons donc bonheur à l'hôtel Atlas où nous mangerons au soleil, sur la terrasse, bien que nous soyons encore vers 1700m d'altitude. Tajines pour tous, mouton ou bœuf.

     

    Notre restaurant

    Sur la terrasse à 1700m d'altitude

    MIAM MIAM

     

    Tajine bœuf aux pruneaux

    Tajine de mouton

      

    A Anezal, un pancarte indique Askaoun et semble raccourcir notre itinéraire pour le retour vers Taliouine. Que faire ? notre chauffeur semble un peu perplexe. Mais nous poursuivons donc sur cette route étroite il est vrai mais en parfait état et dont les bas côtés sont praticables et surtout sans circulation.

    Elle tourne, monte, descend, tournicote, se contorsionne, dans le Djebel Siroua, un djebel totalement désertique fait parfois de petits rochers noirs. Point de vie apparente dans ce soin reculé, sauf de temps à autre de petits villages qui se nichent près des quelques oueds qui roulent parfois un simple filet d'eau. Les bornes kilométriques indiquent toujours Akaoun ainsi que la distance. Puis elles disparaissent...Nous trouvons encore un panneau indiquant Askaoun. Nous roulons toujours et encore, puis notre chauffeur nous dit "çà sent la piste"...  Nous n'y croyons pas mais elle est bien là au détour d'un virage.

    Donc sans hésiter demi tour, un chauffeur de fourgon nous confirme que nous ne pouvons donc pas atteindre Taliouine par là.

    Nous ne tentons donc pas l'impossible retour à la case départ à Anezal, donc 140 kms aller retour pour rien. Notre jeune chauffeur semble un peu fatigué, en effet depuis ce matin ce ne sont que virages, montées et descentes et au compteur plus de 450 kms.

    Une journée bien remplie un peu "Saga Africa" sur le retour, mais une belle journée tout de même qui se termine à 20h. Bravo à notre chauffeur.

     

    12 Février

     

    Ce matin nous quittons Taliouine pour Aït Ben Haddou

    Donc voilà l'envers du décor de la route prise hier. 

    Un petite arrêt qui sera plus long que prévu, au grenier de falaise d'Ifri, arrêt oh combien agréable tant la personne qui nous a accompagné, sans être le guide est très aimable et prévenante. 

    Arrivés au village un Monsieur nous accompagne au pied de la falaise en passant au milieu des amandiers en fleurs.

     

    en voici un

     

    Il n'est pas le guide, mais il va chercher la clé, c'est un dame qui nous ouvre la porte et ce Monsieur nous fait visiter le grenier.Nous visitons ces cases troglodytes, certaines encore en fonction. 

     

    Voilà le grenier

     ...

    Une case

    une autre case

    Il faut parfois suivre l'escalier pour arriver à la case supérieure

    Voilà notre guide

    Qu'ont-ils vu ??

     Clic pour voir notre itinéraire

    Avec notre "guide"

    Voilà le village d'ifri

     

    Ce Monsieur nous propose de faire le tour en grimpant sur la falaise, faisant attention à nous lorsque le cheminement se faisait un peu scabreux. Là haut nous avons une superbe vue sur le village, sur une partie du grenier et les "gouilles" qui se trouvent en dessous.

     

    sur la falaise

    Les gouilles

     

    Nous redescendons par la falaise toujours aidées, nous les femmes, par ce Monsieur. Nous sommes devant des grottes naturelles dans la falaise des chèvres semblent y avoir élu domicile.

     

    Descente par la falaise

     ...

    Les biquettes dans les grottes de falaises

    descente périlleuse...Hi hi

     

    la visite est payante, 20dh par personne que nous avons remis à la dame. Ce Monsieur ne voulait absolument rien, nos avons du insister et même mettre nos billets dans sa poche. Chapeau bas Monsieur, malheureusement nous n'avons pas compris son nom.

    En route pour une longue route qui serpente dans des paysages désertiques en encore l'envers du décor puisque nous avons fait cette route dans l'autre sens.

     

    Tazenakht

     

    Il se fait tard, nous mangeons à Tikirte, un hôtel restaurant à l'angle de la route d'Aït Ben Haddou. repas très correct pour un prix plus que raisonnable.

     

    Le restau

     

     Bonjour ou Bonsoir

     

      ...

     

     

     

     

     

     

     b

     

     

     

     

     

    Nous continuons et stationnons sur le parking d'Aït ben Haddou, y laissons nos camping-cars et partirons avec notre chauffeur préféré pour un aller retour sur Telouet. Une route actuellement en parfait état, mais une route aux paysages à couper le souffle, de beaux village et des couleurs hors du commun.

    Une route dont on ne se lasse pas, une route qui suit d'abord la rive gauche de l'Ounila,dans le sud du haut Atlas, qui recèle ses secrets :  des villages ocres qui se fondent dans les montagnes colorées. des vergers en terrasse, des bouleaux au feuillage vert tendre, des amandiers parfois en fleurs, de vieilles casbahs abandonnées (quelle tristesse...). Un concentre de paysages spectaculaires parsemés de villages berbères.

     

    De petits villages colorés

     ...

    Contraste entre le vert et la terre

     

    De grands virages nous hisse sur un plateau aux couleurs chatoyantes puis redescendrons au niveau de l'oued que nous traverserons.

     

    Les grands virages

     ...

    DFs paysages à couper le souffle

    Encore des contrastes

     Clic pour voir notre itinéraire

    Toujours de magnifiques coulerus

     Clic pour voir notre itinéraire

     

    Là les couleurs changent mais la palette est encore plus étendue. Nous évoluons encore dans un somptueux décor naturel qui nous charme.

     

    des couleurs fantastiques

     ...

     Bonjour ou Bonsoir

     

    Arrivés à Télouet, nous prendrons un rafraîchissement, ici point de jus de fruit, nous sommes en altitude et loin des orangeraies de la plaine su Sous.

     

    Dans le restaurant

    Le restaurant vu de la terrasse

     ...

     

    Au retour un petit arrêt vers le mines de sel, nous ne découvrirons qu'un oued fait de cristaux de sel. Il faut sans doute marcher beaucoup plus longtemps pour découvrir ces mines de sel, mais le temps nous est compté. En réalité il faut environ 1h30 de marche avant d'y arriver.

     

    Sur le chemin des mines de sel

    Des cristaux de sel

    Un rivière de cristaux de sel

     ...

     

    Cette magnifique vallée constitue un environnement extraordinaire, elle nous offre, un contraste saisissant entre l'ocre de la terre et des roches et la verdure des plantations et des vergers. Elle nous permet de s'immerger dans la tradition rurale et simple, loin de l’agitation urbaine et de ses transports, ici sans doute la marche à pied ou à dos d'âne permet d'évoluer sereinement dans cette nature préservée et rude.

     

    Un brave dame pliée en deux sous son chargement

     

    13 février

     

    Ce matin grand beau encore une fois, mais pas très chaud dès que l'on passe à l'ombre.

    Nous allons faire un tour à Aït Ben Haddou avec Seb. Cette fois nous traversons sur une espèce d'échelle, tout le monde n'est pas à l'aise....Les sacs de sable sont plus en amont.

     

     

     

    En réalité Aït Ben Haddou est un ksar, type d'habitat traditionnel prés saharien, en terre, fait de maisons entourées de murailles défensives, renforcées par des tours d'angles et une porte en chicane. Visite incontournable pour ceux qui sont dans la région de Ouarzazate.

     

    Aït Ben Haddou

     Clic pour voir notre itinéraire

     Bonjour ou Bonsoir

     

     

     

     

     

     

     

     

     Tchin tchin

     

     

     

     

     

     

     

     Clic pour voir notre itinéraire

     

     

     

    l'ounila

     

     

     

     

     

     

     

    Nos amis et leur fils

    Passage dans le ksar

    aAvec vue sur la Mosquée du Village

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En route pour la dernière étape avec Seb, direction la magnifique vallée du Dadés et ses teintes de rouges. 

    Nous laissons nos amis visiter les studios de cinéma que nous connaissons et allons au camping municipal pour voir Gisèle et Jean, pas de chance ils sont partis ce matin.

     

    A Ourzazate

    Toujours à Ouarzazare

    Toujours en ville

     

    Nous retrouvons nos amis et allons déjeuner au Dimitri, face au super marché du même nom. Nous y mangeons très bien, Seb nous offre le repas. Un grand merci à lui mais cela est un peu gênant, car il nous a promené et supporté toute la semaine. 

     

    Devant le restau

    A Ourzazate

    Chez Dimitri

    le repas est servi

    C'est l'heure du café et des petits gâteaux

     

    Café et petit gâteaux chez nos amis. Et départ pour cette vallée, succession de villages  qui changent d'année et année. 

     

    Petits vendeurs au bord de la route

    El  Kaala M' Gouna

     

    Cette vallée souriante et coloré nous offre une palette immense, ce rouge ou rose tranche vraiment avec le vert délicat des cultures et des feuillages naissants vert tendre. l'oued Dadés se déroule lentement depuis les haut plateau permettant cultures et vergers.

     

    Une Casbah

    Que de belles couleurs

     Clic pour voir notre itinéraire

     Clic pour voir notre itinéraire

     

    Notre route se faufile entre casbah, villages et terre rouge jusqu'à Tamlate ou nous sommes ce soir. Donc en face ces rochers rouges aux drôles de formes que l'on appelle les doigts de singe.

     

    Nouvelle casbah

    des villages et des couleurs

     ...

    Voilà un aperçu de notre route

    Voilà les pattes de singes

    Encore les pattes de singe

    Encore une casbah

     Bonjour ou Bonsoir

     

    Maintenant parmi ces maisons en pisé surgissent des maisons modernes en moellons donc souvent grises ou alors très colorées.

    Demain nous poursuivons cette vallée jusqu'à la fin du goudron.

     Notre camping ce soir

     

                        Nous sommes ici..

     

     

     

     

     

     

     

    14 Février

     

    Bonne St Valentin à tout le monde

     

    Ce matin nous partons pour la suite des gorges du Dadès...en voiture.

     

    C'est le départ

     

    La route est toujours aussi plaisante, nous traversons de nombreux villages et puis nous remontons les grands S si spectaculaires, nous nous y arrêterons au retour tout est encore dans l'ombre.

    Nous prenons encore un peu d'altitude, descendons à nouveau au niveau du Dadès pour franchir le couloir bordé de grandes falaises, juste la place de la route et de l'oued.

    Encore des virages et une grimpette et puis le plateau, nous voilà devant la tortue. Bien entendu il faut un peu d'imagination.

     

    Un village niché dans le canyon

    Voilà la tortue

    Voilà encore la tortue

    Encore un beau canyon

    Notre route

     

    Nous atteignons le village de M'semrir, village berbère à plus de 1900m d'altitude où nous pensions que le goudron s'arrêtait. Il n'en est rien nous continuons donc, peut être pour un bout du monde...Inch allah.

     

    L'emplacement du souk

    Sortie nord de la ville

     

    La route n'est pas en très bon état, les nids de poules sont nombreux, les passages d'oueds ravinés. mais les paysages sont fabuleux, de nombreuses plantations de pommiers se mélange harmonieusement avec des terres cultivées en bande, permettant l'irrigation. ici il y a vraisemblablement de l'eau.

     

    Un douar

    De belles strates

     ...

     

    De nombreux douars se nichent aux pieds des montagnes dont ils prennent la couleurs, montagnes aux strates colorées.

     

    de douars en douars

     

    Nous poursuivons jusqu'au dernier douar Aït Attou Moussa, dernier village pittoresque de la vallée du Dadès. Là se termine le goudron mais la piste conduit à Agoudal.

     

    Aït Attou moussa

     

    Retour du souk

     

    retour du souk pour ces Messieurs

    Voilà ces dames

     

    On se trouve dans le Maroc profond, ce Maroc que l'on aime découvrir et qui peut rester isolé lorsqu'il tombe beaucoup de neige, ce qui n'est pas le cas cette année.

    Demi tour, et encore une fois l'envers du décor. Nous venons de faire environ 20kms au dela de M'mensir. Pour nous c'est une belle découverte.

     

     Bonjour ou Bonsoir

     

     

    Notre restau

    Il est l'heure de déjeuner, une auberge avec grande terrasse qui nous parait être agréable nous tend les bras. Les personnes appelle Hamid qui vieny nous voir, il parle un français parfait. il nous propose, une salade marocaine, brochettes de poulet ou omelette berbère et frites. Nous optons donc tous pour une omelette berbère.

    Le temps de faire un petit tour dans le village où l'on trouve deux boulangeries...surprenant.

     

    Le moulin

    Et la boulangerie

     

     

     

     

     

     

    "Nouvelle pompe à essence" à M'mensir

     

    Nous voilà donc confortablement installée, salade, omelette et frites sont servis très copieusement, ici on nous bichonne. thé et café pour les amateurs.

     

    Bon appétit

    Notre salade marocaine

    omelette berbère

     

     

     

     

     

     

     

    Hamid vient discuter avec nous à la fin du repas. Il nous parle des hivers difficiles où il y a parfois beaucoup de neige, de sa maison d'hôte.

     

    Avec Hamid

     

    Virage à l'est avec Séb

    Il tient dans le bas du village une maison d'hôte et peut aussi accueillir trois ou quatre camping-cars. Il nous fait visiter, ses chambres sont parfaites et peuvent le cas échéant être utilisées pour les camping-caristes de passage.

     

    Voilà les coordonnées

     

    Dans sa cour se trouve une cigogne blessée qu'il a soigné et apprivoisé, une cigogne qui claquette pour lui dire bonjour lorsqu'il l'approche. Elle est là depuis 2 ans. Incroyable et surprenante complicité.

     

     ...

     ...

     

    Il nous offre le thé à la menthe, nous prenons congé et continuons notre descente vers Tamlate.

     

    En descendant

     

     

     

    Maintenant un arrêt s'impose au café restaurant Timzzillite perché au dessus des grands virages du Dadès pour admirer cette route taillée dans la falaise.

     

    Les grands virages du dadès

    Un petit jus d'orange

     

    Encore quelques kilomètres en fond de vallée et nous atteignons nos maisons roulantes. un peu de repos et notre dernier apéro avec Seb. Il reprend la route vers Agadir demain et samedi il rentre en France.

    Une journée agréable, pleine de découverte, des rencontres sympathiques, une journée comme je les aime. 

    Encore un grand merci à lui pour nous avoir conduit dans ces lieux magiques, sur ces petites routes parfois difficiles malgré le peu de circulation et supporté pendant toute la semaine. Bon retour Seb et peut être à l'an prochain.

     


    11 commentaires
  • 16 Février

     

    Toujours beau temps mais très frais le matin deux petits degrés, mais nous sommes en altitude.

    Vers 9h30  Seb part en direction d'Agadir et nous apprendrons ce soir qu'il est bien arrivé, qu'une petite sieste est la bienvenue après toute cette route.

    Quant à nous nous quittons ce lieu magique pour aller encore plus à l'est; Encore une fois nous voyons le côté pile puisque cette vallée ne communique nulle part pour les camping-cars. La luminosité n'est pas bonne, les photos sont à contre jour.

     

    En descendant vers Boulmane

     

    Nous espérons bien qu'un jour elle sera ouverte et que nous pourrons ainsi la suivre jusqu'à Agoudal ou peut être Todra, moins certain d'ailleurs.

    Après Boulmane tentons une route 1504, elle est étroite et orangina, court sur un plateau désertique ou l'habitat se fait très rare, puis se contorsionne au gré du relief torturé toujours désertique. Quelques petits douars y étalent leurs maisons, quelques champs et quelques arbres fruitiers autour. on à l'impression qu'ici l'on vit en autarcie ou presque.

     

    Un douar

    Une maison isolée entourée de son petit verger

    Perdu dans le djebel Sharhro

     

    D'ailleurs dans ce coin reculé, il y a de l'eau, en effet beaucoup de puis avec des pompes permettent sans doute d'arroser les quelques champs cultivés. L'eau se trouve à environs 1m ou 1,5m du sol.

     

    Quand la magie de l'eau s'opère

     ...

    Voilà le puits et les pompes

     

    A embranchement pour Nkob, une  nouvelle route en parfait état semble opérationnelle. nous nous engageons, très vite un Monsieur nous fait signe que nous ne pouvons pas continuer.

     

    Voilà la route vers Nkob et les personnes qui nous on ptévenus

     

    Nous stoppons un peu plus loin vers un véhicule, capot levé mais qui transporte des marcha. Ces Messieurs nous font comprendre que la route n'est pas goudronnée. Donc demi tour et retour sur la nationale 10, direction Tinerhir où nous faisons un arrêt pour quelques courses et finalement nous mangerons là, dans nos camping-cars.

    Mais avant un petit tour vers le village que nous supposons être Iknioen, nous n'osons pas aller plus loin pour éviter un demi tour périlleux.

     

     ...

    Le village

    Su notre route

     

    Puis direction Goulmima où nous stationnerons au camping les Tamaris. Michèle n'est pas là, Fati nous accueille toujours avec le sourire.

    Nous retrouvons avec plaisir, Hélène et Michel avec qui nous bavardons longuement, de tout et de rien, mais de Maroc.

    Nous allons nous poser quelques jours. un peu de repos ne fait de mal à personne.

     

    16 Février

     

    Une journée à Goulmima où il ne fait pas très chaud, le mercure a du mal à grimper et le soleil a nous réchauffer.  Il est plus que pâlichon, faut croire que Seb la ramené dans sa valise!!!

    Matinée souk, souk moins animé qu'à l'ordinaire, moins de monde, moins de camelots. Mais toujours de beaux légumes et peu chers bien entendu.

     

    L'entrée du souk

     ...

    Sans doute des européens....

     ...

    Vente de céréales

    Des légumes à profusion

    Des épices

      

    Des sacs de paille 

     

    Rencontre inattendue avec deux broyeurs ambulant.... tout se broie, pain, dattes, paille, tout cela pour les animaux. Ces Messieurs sont  d'accord pour immortaliser ces moments d'exceptions. il n'y a qu'au Maroc que l'on peut rencontrer cela, pas chez nous.

     

    Nos broyeurs

     

     

     

    Ce midi nous lèverons le verre de l'amitié chez Hélène et Michel.

     

    Merci Hélène et Michel

     

    En début d'après midi chacun vaque à ses occupations, puis balade en ville. Il fait froid....seulement 14 ou 15 petits degrés nous n'avions plus l'habitude.....

    Pour nous réchauffer nous commanderons un thé à la menthe, hélas un peu amer, dommage !!!!

    Nous continuons notre balade, Paul cherche des billes pour arranger le tiroir de la dînette...Trouvera ...trouvera pas !!!!

    Voilà un marchand de cycle ouvert...enfin un petit estancot avec un bric à brac.....et un Monsieur fort sympathique qui nous dit ne pas en avoir et qui, sous nos yeux ébahis, enfourche un vélo et va nous chercher les billes.

     

    Le magasin de cycles....

    Paulette à l'ouvrage...n'approchez pas !!!

    Certain s'amuse...

     

    il revient rapidement avec 4 ou 5 billes. je n'ose même pas vous dire le prix. 1dh, oui même pas 10 centimes.... Quelle gentillesse. Nous lui laissons un bon pourboire. Il voulait encore nous rendre la monnaie. Nous avons encore de bonnes leçons à apprendre.....

     

    Photo de famille, à gauche le marchand de vélo.

     

    Nous discutons encore avec le menuisier qui fait de beau meubles et tout cela avec de grands sourires. Que ce Maroc est agréable  !!!! Voilà pourquoi, comme des pigeons voyageurs, nous y revenons tous les ans et surtout l'hiver.

    Puis il faut choisir son bout ce caoutchouc....ici il se vend au poids....

     

    Le choix s'annonce difficile

    vente au poids

     

    Puis c'est le marchand de beignets....; toujours des mots gentils et des sourires... et puis on immortalise.... Bibi on pense à toi. pour Brigitte et Christian, ici ils ont du sucre....

     

    Miam ils sont délicieux

     

    Ce soir apéro chez nos amis avec Hélène et Michel, des gens charmants que nous apprécions beaucoup., que nous avons rencontré grâce au forum.  Nous sommes très heureux de les avoir croisés. Une soirée agréable sous le signe de l'amitié. Des papotages... et encore des papotages. Cela fait chaud au cœur. Pas de photo de cette rencontre amicale, juste celle de Michel pour vous faire voir que ce soir ici il ne fait pas chaud.....

     

    Michel on voit que tu vis dans le sud de la France...hi hi

     

     

    17 Février

     

    Encore une matinée fraîche avec un soleil pâlichon qui voudrait "en découdre"..;avec les nuages. Un peu de vent ce qui ne change rien. Mais super pour les lessives qui sèchent.

    Mariné cool à ne rien faire ou presque et pour moi à se faire dorloter par les petites mains expertes de Fati, pour un massage détente. Que du bonheur.

    Le soleil revient enfin.... il n'est pas très très chaud, mais nous fait un immense plaisir. Nous partons en balade dans la palmeraie, nous flânons au hasard des petits chemins qui courent sur les parcelles cultivées bien verdoyantes, Par contre la palmeraie s'étiole, les palmes jaunissent et sèchent, que se passe t-il ?

     

     Bonjour ou Bonsoir

     

     

     

     

     

     

     

    Encore à l'est

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous tournons nous virons nous sautons quelques petits canaux d'irrigation qui roulent une eau bien transparente. 

     

     Toujours dans la palmeraie

    Un palmier citron..... hi hi   Six troncs

    Dans un couloir de verdure

     

    Arrivons enfin sur la place devant le vieux ksar. Ksar perdu dans les méandres des paysages pré- saharien et serti dans une oasis de verdure. Cette architecture en pisé est protégé par deux hautes tours de garde rénovées, devant, des ouvriers s'affairent, des tas de roseaux, de bois de chaux de paille sont là. Nous ne savons pas pourquoi.

     

    L'entrée du ksar

     

    Voyant le grand panneau nous comprendrons très vite qu'il est en plein rénovation grâce à l'unesco.

    Comme par hasard, Youssef est là sur son vélo. Il nous propose de faire un tour avec lui. Pourquoi pas même si nous l'avons fait déjà plusieurs fois.

    Les murs sont rénovés ou en cours de rénovation ce qui lui donne un petit air magique. Youssef nous entraîne dans ces maisons basses où des ouvriers travaillent dans la pénombre au milieu des toiles d'araignées, dans des conditions que nous n'accepterions pas. 

     

    Quel changement !!!

    La rue principale

     

    Nous pouvons monter sur des terrasses et voir encore des ruines où malgré tout vivent encore quelques familles. 

     

    Là la rénovation est bien avancée

    Des ruines et pourtant encore habitées

     

     

     

     

     

     

     

    Puis c'est le labyrinthite presque obscur et éclairé seulement par des puits de lumière , avant d'arriver au coin cheptel ainsi qu' au canal où ces dames s'affairent pour laver leur linge.

     

     ...

      

    Une très belle serrure en bois

    Le coin cheptel

     

    Nous reprenons la grande rue et allons boire un thé chez Youssef où nous retrouvons son épouse, toujours souriante qui lave le linge sur la terrasse.

     

    L'eau chauffe

     

    Installés dans le salon nous dégustons un très bon thé ou il y a de la marjolaine et d'autres plantes. Goûtons à l'huile d'olive avec un savoureux pain maison.

     

    Préparation du thé

     

    Nous prenons congé après avoir décidé de rester un jour de plus, pour faire une sortie avec lui. Chut !!! je ne vous en dirai pas plus. Vous le saurez demain soir.

    Nous rentrons en compagnie de son épouse qui va voir sa maman hospitalisée et à qui elle amène nourriture et thé sans sucre, puisqu'elle est diabétique. 

    Ce soir Nous levons encore une fois le verre de l'amitié avec nos amis bien entendu mais aussi Hélène et Michel qui d'ailleurs nous accompagnerons demain. pas de photo encore, vous allez dire que nous sommes toujours à table...

    Encore une belle journée qui ravit tout le monde.

     

     

    18 Février

     

    Le temps gris persiste et la fraîcheur matinale se poursuit seulement un petit 17° au meilleur de la journée, vous n'avez rien à nous envier en France... Si si, la belle vie... les rencontres....les palmiers....

    Une matinée cool, avec un petit tour en ville, guidé par notre ami Michel qui nous accompagne au "carrefour" de Goulmima. Oui oui, un petit magasin semi obscur, tout en longueur,  mais où l'on trouve de tout et où le veneur à vraisemblablement toujours le sourire.

    Nos quelques courses faites nous rentrons dans nos petits cubes pour le repas, pas question de manger dehors.

    Vers 13h, Youssef nous appelle, le voilà avec une pizza berbère qu'il vient nous offrir, pizza préparée par son épouse, pizza que nous partagerons avec nos amis Paulette et Jean. C'est très sympa de sa part, il nous l'avait promise hier il a tenu sa parole. Nous le gratifierons de friandises pour les enfants.

    Un début d'après midi reposant et puis partons à l’aventure avec Youssef en taxi conduit par un jeune biens sympa Ismaël qui nous accompagnera tout au long de notre périple.

    17h sonnante, Youssef est donc là, nous embarquons dans un Partner et nous voilà direction Ouarzazate.

     

    Départ imminent, notre chauffeur Ismaël  et Youssef

     

    Premier arrêt dans la petite palmeraie de Aït my Mamoune où nous retrouvons palmiers, oliviers et diverses cultures avec les petits canaux d'irrigation et un cruel manque d'eau. Quelques puits et pompes qui ne semble plus utilisables. D'ailleurs cette palmeraie s'étiole aussi par manque de personnes pour s'en occuper.

     

    Canaux d'irrigation

    Départ dans la palmeraie de Aït My Mamoune

     

     

     

     

     

     

     

     

    Amandier en fleur

     

     

     

     

    Céréales et fèves

     

      

    Pompe et puits HS

     

      

    de belles parcelles bien travaillées sous les palmiers

      

    Palmiers et choux fourragers en fleurs

      

    Notre chauffeur prend soin de sa voiture et de ses clients, roulant doucement sur la piste. Ensuite nous filons encore un peu plus loin, passant devant trois ou quatre petites palmeraies sur notre droite. 

    les noms des petites palmeraies

     

     

    Un bout de piste et nous voilà vers des nomades qui, comme dit Youssef, n'ont rien, mais ont une grande richesse avec leur cheptel. Nous sommes sidérés de voir le nombre d'agneaux et de cabris qui sont là, courent, sautent et semblent s'amuser comme des petits fous sur la bute et les rochers. 

    Voilà les cabris

     

     

     

    Là une petite tente berbère, tapis au sol, avec un coin cuisine et de nombreuses couvertures qui sans doute les protègent du froid la nuit. Un gros tas de bois qui sert a alimenter le four, mais il y a aussi le gaz qui permet d'allumer un grand réchaud. Puis loin de nombreux bidons, la réserve d'eau, eau qu'ils vont chercher dans l'oasis toute proche.

     

    La tente berbère qui sert à tout

    Tas de bois et enclos agneaux

    La réserve d'eau

      

    Oh qu'ils sont beaux dans leur enclos !!! 

     

    Youssef nous parle des crottes de chameaux, ramassées pour faire du feu

    Tous en admiration devant ces petits cabris bien agités

    "Notre Youssef national"......

    Voilà leur habitat et environnement

     

    La dame nous prépare le thé, le pain et l'huile d'olive très fruitée d'ailleurs. un vrai plaisir de déguster là, assis sur le tapis autour de la table basse et à l'abri. En effet il fait un peu de vent et on se gèle.... Nous lui offrons ce que nous lui avons apporté sur les conseils de Youssef.

     

    La dame nous prépare le thé qui sera d'ailleurs très bon

    Elle nous sert

    Voilà la nièce, parait qu'elle ne veut pas aller à l'école, mais quelle dextérité avec les animaux

    Voilà le coin cuisine, sous un côté de tente

    l'autre partie du coin cuisine

      

    Est ce que çà va Messieurs ????

     

    Encore plus surpris quand les mamans chèvres arrivent et tout ce petit monde qui se précipite pour téter avec des concerts de"Bêêê prolongés à plusieurs voix,  dans une pagaille organisée...., de même à l'arrivée des brebis, la jeune fille de la maison fait sauter les petits agneaux de l'enclos pour qu'ils retrouvent leur maman respective.

     

    Il a trouvé sa maman

    Ils n'ont que 48 heures ces beaux petits cabris

     

    Puis c'est autour des chameaux, seuls deux arrivent, presque à la nuit tombante,  avec leur petit et le maître des lieux. Le troupeau environ une cinquantaine se trouve bien plus loin et ne rentre pas ce soir.

     

    Maman dromadaire et bébé

     

    Quelle vie !!! Difficile, pour nous européens, d'imaginer vraiment. D'après Youssef ces personnes ont une belle maison à Tininjad, mais leur vie est ici au milieu du désert avec leurs animaux.

    Il est près de 20h nous partons, cette dame à demandé à Youssef si nous pouvions donner une pièce pour recharger le téléphone afin d'appeler son fils qui est loin d'ici. Nous l'avons fait de bonne grâce tant nous avons été bien accueillis.

    Quelle belle rencontre, des moments super agréables que nous aimons partager. C'est aussi cela le Maroc, le Maroc profond que l'on aime.

    Cette fois nous partons demain, juste un peu plus à l'est à Boudnib, autres lieux, autres rencontres.

    Bonne nuit.

     

    19 Février

     

    Une journée de liaison, sous une soleil mitigé qui au fils des heures se fera plus intense.

    Michel et Hélène sont venus nous saluer ce matin, ils entament la remontée. Nous partons aussi, juste un peu plus tard, après avoir réglé notre dû et dire au revoir à Fati, Fati toujours agréable qui, en l'absence de Michèle, agit en main de maître avec beaucoup  de gentillesse et de professionnalisme.

    Une  route en bon état court sur le plateau, rectiligne et monotone elle nous conduit rapidement à Er Rachidia. 

    Quelques courses à Acima, puis au souk, pour les fruits et les légumes.

     

    A  Er Rachidia

    Au souk

     

    Repas au restau qui ne nous laissera pas un souvenir impérissable.

     Clic pour voir notre itinéraire

    Nous reprenons nos petits cubes et en route pour Le Rekkam à Boudnib où nous sommes chaleureusement accueillis par François.

    Cette route est ponctuée par de grandes plantations de palmiers et de quelques oliviers. Puits et pompes font maintenant légion dans la région, installation de panneau solaire et de clôtures.

    Ce soir "réunion syndicale"...hihi

     

    Au bar

     

     

    20 Février

     

    Encore un peu frais ce matin mais le soleil est déjà bien présent et au fil des heures il réchauffera l'atmosphère.

    Vers 10 h nous partons avec Fati pour une visite des vestiges français datant du protectorat et ensuite du vieux ksar.

    Fati est très agréable et nous fait découvrir ces ruines d'une autre époque, celle du protectorat. 

    Nous verrons même son ancienne école aujourd'hui en piteux état, hélas.

     

       

    Comme vous pouvez voir le panneau, il est indiqué "école chrétienne 1927" en arabe dessous il ya école coranique et école juive. personne ne voulant se mélanger ils ont écrit "école Mixte" qui ne veut donc pas dire "garçons et filles", mais les trois confessions.

     

    devant l'école

     

    Nous traverserons l'oued Guir par une nouvelle route et un nouveau pont pour aller visiter le grand ksar qui possède trois portes qui à l'époque étaient fermées tous les soirs après la dernière prière, ceci pour la sécurité des habitants.

     

    Le guir

    Une des portes du ksar

     

    Balade au gré des petites rues souvent couvertes, une belle mosquée puis nous pourrons voir un four, des pressoirs à huile, une pompe fonctionnant grâce à de panneaux solaires.

     

    Encore des ruelles couvertesDes ruelles couvertes

    Un four

     

    Pompe et panneaux solaires

     

     

     

     

     

     

     

    moulin à  huile

     

    Puis surprise dans la palmeraie, mais à l'ombre d'un olivier, un Monsieur nous attend avec thé, brioche et cacahuètes. Ce Monsieur est le mari de Fati qui ira ensuite couper de l'herbe pour ces animaux et qui repartira bien chargé à vélo. Quelle gentillesse !!! Que de leçons ...

     

    Nous allons boire le thé

     

    Retour en partie par la palmeraie, puis François vient nous chercher sur la demande de Fati, mais nous aurions pu terminer à pieds, pas de problèmes pour nous. 

    Là nous n'avons qu'à mettre les pieds sous la table....Fati "change sa casquette de guide" contre "une toque de cuisinier et un tablier de serveuse". C'est elle qui, bonne heure ce matin, a préparé notre tajine, tajine par ailleurs excellente et copieuse et qui, ensuite, nous a servi. 

     

    Bon appétit

    Tchin tchin avec françois

    Merci Fati

    Un très bon dessert, gâteau à la pomme

     

    Nous avons apprécié notre repas, le dessert était aussi très bon, l'accueil est super, François est venu trinquer et papoter avec nous.

    Chaque jour ici est différent, mais nous les apprécions à sa juste valeur. Encore une fois que du bonheur.

    Après une peu de repos ou de bronzette nous partirons en ville en amoureux....histoire de faire un petit tour et quelques achats. Difficile ici de trouver des jus d'orange nous nous contenterons d'un thé nature, même pas à la"nana" que nous siroterons au soleil qui nous a manqué ces jours derniers.

     

    En ville Bonjour ou Bonsoir Bonjour ou Bonsoir

     

     

     

    Un petit tour du propriétaire....un camping propre, bien agencé, agréable, très accueillant où les animaux ont la vie belle, aussi bien les trois chiens, que le chat et l'âne.

     

    L'entrée

    Un carré du potager

     quelle direction ??Notre stationnement

     

    Le restaurant et la tonnelle

      

    Entrée et reception

     

    Un nouveau bungalow

     

      

    On dirait une peluche tant il est beau, ici avec Fati

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique