•  Ardèche, département aux multiples facettes que nous connaissons un peu grâce à nos amis, nous arrivons !!!!

    Après deux jours de vagabondage, c’est vers eux que nous irons, à St Martial précisément, cette petite commune au pied du mythique Mézenc et au bord du lac éponyme, lac artificiel, lieu frais et tonique, niché dans un cratère volcanique, pour fêter trois anniversaires.

    Les 70 ans de Jean notre ami, les 40 ans de sa fille Sandrine et de son gendre Jean Christophe, une belle réunion en famille ou entre amis, s’annonce le 3 juin.

    Ardèche, unique et changeante, nature sauvage et préservée, aux coteaux de velours, aux villages vivants et attachants, souvent de caractère, aux châteaux perchés ou cachés, certains léchant notre fleuve Rhône, d’autres taillés ou plantés sur la falaise, flirtant avec l’histoire, aux ruines féodales, aux pentes ravinées, aux coulées basaltiques, aux petites routes qui serpentent et conduisent par enchantement dans des gorges grandioses, aux bords de lacs majestueux, de rivières paisibles ou rugissantes, de l’avis de tous tu n’es que majesté, plaisirs et merveilles.

    Nous allons donc te sillonner à la découverte de tes sites prestigieux, de ta nature intacte, mais diverse, à moins que dame météo en ai décidé autrement.

    On est prévenu, il va pleuvoir ce We de pentecôte et surtout samedi en Ardèche. Dommage, mais cela ne changera rien à la fête.

     

    01 juin

     

    Après avoir été "relookés"...nous partons....

    Il fait beau, quelques nuages traînent et les quelques gouttes d'hier au soir on un peu fait chuter les température, ce qui n'est pas plus mal.

    Nous traversons Vienne, sans visiter, il en est toujours ainsi, on va chercher loin ce que l'on peut avoir tout près.

     

    Les maisons se mirent dans le Rhône

     

     

     

     

      

    Bord du Rhône

     

    Beau bateau de croisière à quai

      

    Les vignobles

      

    Pont sur le Rhône

     

     

     

     

     

    Notre premier arrêt sera à Serrières, au bord du Rhône, notre salle à manger est alors un peu chaude, mais le courant d'air arrange tout, la vue est agréable sur le fleuve, qui dès lors, se prélasse.

     

    Le pont de Serrières

    Le Rhône qui flâne

     

    Quelques tour de roues et nous voilà à Tournon, une ville que nous ne faisons que traverser, mais aujourd'hui avons décidé d'y faire un tour. 

    Tournon, porte de la vallée du Doux, en bordure du Rhône, au carrefour du massif Central et du Dauphiné, au pied de coteaux granitiques où s'épanouissent de beaux ceps, est une ville animée au riche passé culturel.

    Nos premiers pas nous guideront vers le Château datant essentiellement du XV-XVIième siècle, château-Musée perché, sur son rocher, au bord du fleuve et en plein centre ville, classé monument historique et fort bien conservé, c'est un lieu de mémoire où vécurent les comtes de Tournon,famille puissante d'Ardèche. 

     

    Le château

     

    Après avoir franchi la lourde porte, nous pénétrons dans la cour d'honneur puis visiterons plusieurs salles, un voyage dans le temps.

     

    La cour d'honneur

      

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Croix des mariniers

     

     

    Depuis les terrasses la vue sur le Rhône et les environs est époustouflante.

     

    Le Rhône coule "pépère"

    A nos pied de belles demeures

    Les coteaux remplis de vignes

    Une tour

     

    Passerons devant a collégiale St Julien, au clocher carré, mais dont l'intérieur fort sombre est divisée en trois nefs au plafond couvert de bois à caissons.

     

    Collégiale St Julien début du XIV

     

    Le bel hôtel de Solignac attirera notre attention au passage.

     

    Hôtel de Solignac

     

     

     

    Maison fort du XIV -XVI xiècle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous poursuivons notre route vers St Romain en Lerps où nous pensons rester pour la nuit sur l'aire de service. Nous voulions passer par la corniche du Rhône, mais "Joséphine" en a décidé autrement, elle nous conduit directement à notre chambre à coucher, dommage pour cette route panoramique.

     

    L'aire de service

     

    En montant au village nous apercevrons les ruines romantiques du château de Crussol, en pierre blanche, perché sur son éperon dominant la vallée du Rhône.

     

    Les ruines du vhâteau

     

    Une fois installés sur cette aire en terrasse, fort agréable, nous ferons une petite marche pour aller au belvédère du Pic, deux balcons sont aménagés, sur la colline, à 649m d'altitude, dominant le village, de chaque côté d'un petite chapelle. Dommage, le soleil se cache derrière les nuages, nuages noirs et menaçants côté vallée du Rhône, ce panorama est immense et grandiose malgré le temps, D'ailleurs le vent souffle et la chaleur a fuit rapidement.

     

    La petite chapelle seul vestige de l'ancien village

    Le panorama

    L'épîcerie du village

     

     

     

    02 Juin

     

    Par cette belle matinée ensoleillée, notre route sinueuse et étroite, gambade dans une nature généreuse, verdoyante, vallonnée, cultivée ou boisée mais très fleuri ou seul les chants des oiseaux viennent troubler le silence. Murets et petits ponts nous permettent de sauter de nombreux rus.

     

    La belle campagne

     

    Nous avons décidé de passer par la corniche du Rhône que nous avons raté hier et changerons ensuite notre itinéraire. Cette petite route bucolique nous permet des point de vue extraordinaire au dessus de Tournon, paysages exceptionnels, des panoramas de toute beauté sur ce Rhône fort majestueux qui coule tranquillement et sur les belles vignes qu s'étagent en petites terrasses jusqu'à la cime des collines. On pourrait presque admirer des paysages à perte de vue, mais un peu de brume les estompent. Cette route étroite en corniche avec de nombreuses épingles à cheveux ne permet pas beaucoup d'arrêt même s'il y a peu de circulation.

     

    Vue sur la vallée du Rhône

    Tournon et ses vignes

    Les vignes s'étalent à flan de colline

     

    Nous quitterons ensuite Tournon pour emprunter la Nationale 532, puis la 534 pour les gorges du Doux, affluent du Rhône, gorges étroites fort boisées dont il est souvent difficile de voir le fond, un subtil mélange de reliefs doux, de grand ravin, de forêts ou de vergers près de Tournon.

    Une petite route qui semble bien accessible nous conduit à Boucieu le Roi un village de caractère renommé pour son vélorail, village au riche passé qui a laissé des témoignages visibles, ancien bailliage du Haut Vivarais,  perché sur une croupe surplombant un méandre du Doux.

     

    La rue principale de Boucieu

     

    Nous flânerons avec beaucoup de plaisir dans ces ruelles en pente, ruelles caladées bordées de maisons traditionnelles en pierre granitique.

    Cette maison typique empiète sur la rue par un escalier en pierre qui conduit à l’aître, ce perron en pierre recouvert d'une toiture soutenu par des piliers.

     

    Une maison traditionnelle du haut Vivarais

     

    On pourra admirer la maison du bailli, pourvue d'une échauguette, qui est le bâtiment emblématique de Boucieu, au XV siècle c'est là que se traitent les hautes affaires de justice de la région, 

     

    La maison du Bailli

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    l'église St Jean l'Evangéliste romano-gothique, le chemin de croix au 39 chapelles, la mesure en pierre qui servait à payer l'impôt du pont du Pont du Roi qui enjambe le doux et la maison forte Pierre Vigne ancien château seigneurial du XIV.

     

    L'église

    La mesure à grain

    Intérieur d'une chapelle

     

     

     

     

     

     

     

    Un des 69 chapelles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une autre chapelle

     Maison seigneuriale Pierre Vigne

    La cour de la maison Pierre Vigne 

     

    Quelques détails dans le jardin de la maison 

     

     

    Nous descendrons jusqu'à la gare de départ du Vélorail, nous aurons la chance de voir les derniers départ.

     

    Le Vélorail

       

    La gare de Boucieu le Roi

     

    Un petit restaurant au saveurs régionales nous tend les bras, nous ne résisterons pas longtemps. Nous voilà gentiment installés sous des parasols car il fait très chaud. Le menu régional nous convient "castagnou" en apéro (blanc à la châtaigne) fondue de St félicien avec sa crique ardéchoise, ses tranches de jambon cru et sa salade et n dessert une coupe ardéchoise avec chantilly ou pas....

     

    Tchin-tchin

    Fondue au St Félicien

    Coupes ardéchoises

     

    Une toute petite balade digestive nous conduira don au Pont du Roi, lieu de communication et hautement surveillé autrefois qui est daté du XII, mais son état actuel remonte au XV, chaque personne devait s’acquitter d'un droit de passage..

     

    Le Pont du Roi

     

    Nous poursuivrons notre route vers Lamastre et puis le Cheylard, au cœur d'une vallée verdoyante et en bordure de la Dorne.

     

    L'église du Cheylard

     

    Un petit tour dans les vieux quartiers et les rives de la Dorne.

     

    La Dorne

     

    Dès lors "Joséphine" nous conduira jusqu'au camping municipal de St Martial par des petites routes qui se nichent dans la verdure, montent, descendent en se contorsionnant au gré du relief, qui traversent des minuscules villages où l'on se demande si la largeur sera suffisante pour passer.

    Arrivée dans l'après midi au camping, il fait un petit grain...il sera de courte durée et un soleil généreux réapparaîtra.

     

    Le camping

     

    Le minuscule lac est un petit bijou dans son écrin émeraude, des fleurs parsèment ses berges et des libellules s'en donnent à cœur joie.

     

    Lac de St Martial

     

    Nos amis Paulette et Jean arrivent, nous les rejoignons à la salle, juste un petit secours pour la déco, Martine, Gilles et Brigitte nous y rejoindrons tardivement.

     

    03/04 Juin

     

    La fête à St Martial.

    Les anniversaires seront joyeusement fêtés et arrosés en famille et entre amis.

     

     70 ans et 80 ans à eux deux....

     

    Photos suivront.

     


    2 commentaires
  • 05 Juin

     

    La fête est finie. Après avoir salué nos voisins Brigitte et Gilles nous quittons St Martial ce petit village qui s'étal langoureusement entre lac et colline.

    Par une petite route bucolique, nous atteignons les hauts plateaux vers 1000m d'altitude, plateaux qui ondulent sous un ciel clément. Belles prairies vertes et fleuries parsemées de bosquet où le vent souffle ce matin faisant chuter la température.

     

    Le Mont Gerbier

     

    Près du Gerbier, une grosse ferme fort imposante, aux longs murs épais, en pierre volcanique, recouverte d'un lourd toit de lauzes (150tonnes), la ferme Bourlatier est d'un autre âge, vraisemblablement bâtie en 1642, ferme typique de la montagne ardéchoise. 

     

    Ferme du Bourlatier

     

    Nous la visiterons donc, au rez de chaussé, une immense étable avec de gros piliers de basalte qui soutiennent la poutre maîtresse qui supportent le poutres du plancher,

     

    L'immense étable

     

    tout à côté la cuisine avec un immense cheminée. L'étage est remarquable, la partie exceptionnelle étant la superbe charpente en forme de carène renversée. Expositions temporaires.

     

    La grange à foin et sa charpente

     

    Nous poursuivons notre route....elle se faufile dans de belles forêts jusqu'à la cascade du Ray Pic que nous pourrons déjà admirer d'un belvédère aménagé sur la route permet de contempler ce spectacle.

    Première vue depuis la route

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un chemin ombragé et bien aménagé nous permettra de l'approcher de plus près, le lieu est ravissant et le spectacle étonnant surtout dans ce site volcanique naturel. Alimenté par la rivière Bourges, elle jaillit de 35m au milieu d'orgues basaltiques provenant d'une des plus grande coulée de lave de France.

     

    En cheminant vers la cascade, coulées de basalte

    Au pied de la cascade

     

     

     

    Nous continuons notre visite de cette Ardèche pittoresque par le petit village de caractère de Meyras adossé au volcan Souilhol, village médiéval aux belles battisses en pierre de taille et fenêtres à meneaux. Au détour des rues et ruelles nous découvrions des fresques trompe l’œil, mettant en scène des métiers d'antan.

     

     

    A l'entrée du village

    Au fil des ruelles

     Châtaignes à l'hnneur

     

     

     

     

     

     


     

    l'épicerie

     

     

     

     

     

    Le forgeron

      

     

     

     

     

     

     

    Ce soir nous avons décidé de rester sur l'aire de service de Thueyts afin de visiter ce bourg de caractère posé sur une coulée basaltique qui a détourné le cours de 'Ardèche qui a alors creusé de magnifiques gorges, la Chaussée des Géants que nous avons découvert par un itinéraire remarquable. 

    Du point de vue de la Chausée des Géants, coulées basaltiques de plus de 80m de haut et de l'impressionnant pont du diable, en dos d'âne, pont romain qui enjambe l'Ardèche,

     

    Pont du diable depuis le belvédère

     

    nous ferons notre petite balade en descendant l’échelle du Roi : escaliers irréguliers et abruptes taillés dans le basalte au niveau d'un étroite fissure

      

    La chaussée des géants

     

     et arriverons près du pont du Diable. 

     

    Nous voilà au pont du diable

    L'Ardèche juste en amont du pont

    Le Pont du diable

     

    Ici les eaux sont cristallines et propice à la baignade. il y a d'ailleurs pas mal de monde. Retour par le même chemin.

    Voilà une journée bien remplie, aux paysages et visites agréables et avec un temps magnifique.

     

    06 Juin

     

    Un petit "grain" cette nuit et ce matin, mis le ciel se dégage et le soleil brille, quelques nuages s'y promènent tranquillement.

    En route pour Antraigues en Volane, nom associé à Jean Ferrat qui y vécu 37 ans.

    Charmant et surprenant village, là haut perché sur son piton volcanique, où, à ses pieds coulent trois rivières, la Volane, la Bise et le Mas, vit autour de sa place ombragée bordée de terrasses conviviales, de la maison de Jean ferra et du jeu de boule et surveille le volcans.

     

    Voilà Antraigues à notre arrivée depuis le pont de la Tourasse

    Au bord de la Volane

     

    Nous laissons le camping-car, sur le parking spécifique et montons face à la cascade de l’Espissard, à sec en ce moment qui aurait du dévaler de ces orgues basaltiques, en passant prés du canal  desservant les moulinages.

     

    Nous aurions du voir une petite cascade

    Le canal des moulinages

     

     Tombe de Jean Ferrat

     

    Premier arrêt au petit cimetière pour voir la tombe de Jean Ferrat, toujours fleurie et située dans le haut.

     

     

     

     

     

     

    Nous voilà sur la place de la résistance, cette place ombragée, &avec sa fontaine, lieu de vie du village, avec son église, la maison de Jean Ferrat et ces nombreuses terrasses ou règne une atmosphère bien sympathique.

     

    La place de la Résistance

    Maison de Jean Ferrat

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

    L'église

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans les petites ruelles et calades nous partirons à la recherche des sculptures, on s’étire, on se penche, à droite, à gauche pour repérer ces petites sculptures qui ornent discrètement les murs, tout autour de l'église dont le clocher n'est que la tour de l'ancien château et nous accompagnent dans nos flâneries teintées de poésie. Cette idée vient de Jean Saussac, peintre qui mit à contribution les gens du village.

     

     

     

     

     

     

     

    Il est plus de midi, la maison de Jean Ferrat est fermée, nous décidons de manger en terrasse à « la montagne », nom très évocateur. Il y a pas ma de monde, personnellement je serai très déçue par le menu du jour.

    L’heure tourne il est temps de visiter cette maison de Jean Ferrat qui rend hommage à l’auteur, au compositeur et interprète Au rez-de-chaussée quelques tableaux relatant sa vie, son oeuvre, à l’étage son piano et un écran où l’on peut l’entendre chanter et voir quelques interviews et au troisième sa bibliothèque.

     

    Le village d'Antraigues vu au fil de nos flâneries

     

    Au retour un petit arrêt vers le pont de la Tourasse d’où l’on a une splendide vue sur l’église et les maisons qui s’y blottissent et le " Rocher du fromage", appelé ainsi par les gens du village.

     

    Le Rocher du Fromage

    Les marmites de géants au niveau du pont

     

    De là Paul a décidé de mettre « Joséphine » à contribution pour nous conduire sur l’aire de service de Lamastre. Nos allons la suivre…. Mas à mon avis ce n’est pas la bonne solution….le trajet d’allonge et nous prenons tour de même une minuscule route la D2. Fort heureusement il y a très peu de circulation elle nous permettra un point de vue magnifique sur la vallée de l’Eyrieux que nous surplombons vraiment de très haut.

     

    Vallée de l'Eyrieux

    Vallée de l'Eyrieux

     

    Arrivée comme prévu sur l’aire de Lamastre où il y a pas mal de monde, mais le parking est immense, donc pas le moindre souci.

    Pourquoi cette remontée me direz-vous ? Eh bien nous avons décidé de rejoindre à nouveau Boucieu le Roi et de faire du vélorail.

    A demain…..

     

    07 Juin

     

    Après une bonne nuit sur l'aire de Lamastre en route pour Boucieu le Roi sous un ciel mitigé et la fraîcheur.

     

    Tout est en place..

    Le petit train historique qui nous remontera

    Il amorce la descente

     

    Notre réservation est faite, nous aurons le vélorail 50 et partirons en deuxième position, cet engin à roues qui se déplace sur les rail et sur lequel il faut pédaler.

     

    A vos marques prêts...

    La cheftaine..va fermer les barrières pour que nous passions

    le premier équipage file devant nous

     

     

    Ce parcours des étroits que nous empruntons sur douze kilomètre jusqu'à la gare de Troye n'est autre que l'ancienne ligne historique du chemin de fer du Vivarais construire en 1891. 

     

    Voilà une ancienne gare Colombier le vieux - St Barthélémy le Plain

     

    Taillée à flanc de montagne au dessus du Doux dans un paysage verdoyant et riant pour la première partie, dans des gorges profondes, magnifiques et spectaculaires pour la deuxième partie.

     

    Le Pont des Etroits

    Pont des Étroits

    Le début des gorges dans la partie la plus étroite

    Juste le Doux et la voie ferrée,mais les barrières gênent pour les photos

    Ce n'est pas un pont routier, mais un canal

    L'entrée du seul tunnel que nous avons traversé

     

    Nous pédalons gaiement, parfois avec ardeur pour les petites côtes tandis qu'on se laisse aller dans les descentes, en laissant un distance raisonnable du vélorail qui nous précède. Il y avait donc 23 vélorails dont la cheftaine qui formait un véritable train, dont les wagons se seraient détachés... .

    La remontée en gare de Boucieu se fera sans effort, en petit train historique à vapeur de 1938.

    On a alors une autre vision des gorges, peut être un peu plus rapidement, mais la vue passe au dessus des barrières qui longent la voie.

    Le parking du vélorail sera notre salle à manger, départ vers 11h et retour vers 13h30.

    Ensuite route vers le sud avec un arrêt courses à Aubenas et une nuit sur l'aire de service toute proche à Villeneuve de Berg que nous visiterons demain. Aire près du terrain de sport, derrière la gendarmerie et gratuite. Calme garanti.

     

    08 Juin

     

    Ce matin sera cool, petite ballade en ville et repas sur l'aire de service. Le soleil et ciel d'azur au programme.

     

    Place à Villeneuve le Beg

     

    En route pour Rochecolombe.... Pour plus de sécurité (nous ne sommes pas certains d'arriver au parking du haut à cause de la largeur des rues) nous restons donc sur le parking du bas. Malgré la chaleur de ce début d'après midi, marcher ne nous fait pas peur.

    Nous empruntons donc un petit sentier en bordure d'un ru aux eaux translucides, sources vauclusiennes qui fredonnent un peu plus haut. 

     

    Une eau translucide

     

    Mais où est la cascade ?? nous ne la verrons pas ... demoiselle délicate et capricieuse, cette chute d'eau provient de la rivière souterraine Ibie mais ne coule pas toute l'année, juste un petit gours limpide à ses pieds.

     

    Ou est la cascade ??

     

    Cependant longer la rivière offre une vue magnifique sur le sublime village médiéval préservé,  ses maisons de pierres et les restes de son château médiéval construit au XII, avec une vue imprenable sur les plateaux alentours, composant ainsi avec la nature environnante un décor paisible.

     

    Premières vues sur le village

     

    Malgré les calades irrégulières et les nombreux escaliers nous avons pu apprécier son calme, sa plénitude et sa beauté indéniable, en montant tout à la cime où se dresse les vestiges de la tour carrée, donjon du château. Au passage nous pourrons admirer la chapelle St Barthélémy et son clocher, elle abrite le caveau de la Famille Vogué, famille de chevaliers très connus dans la région.

    En flânant dans le village

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le clocher de  la chapelle

     

    Actuellement ce lieu revit peu à peu grâce à la restauration des bâtiments.

    Le travail de l'eau est mis en évidence, même si elle n'est pas présente toute l'année, de grands ravins et de belles cavités sont creusées dans le calcaire.

     

    Trous et ravins

     

    Personnellement j'ai beaucoup apprécié la beauté de ce lieu. Nous continuons nos visites malgré la chaleur, une petite brise intermittente vient donc nous rafraîchir à son gré.

     

    En contrebas le village actuel

     

    L'arrêt suivant sera encore dans un village de caractère, coincé entre l'Ardèche qui roule une eau paisible et les hautes falaises.

     

    Les premières grandes falaises apparaissent

     

    Le décor est planté dès notre arrivé, décor d'une rare beauté, un beau village dominé par son château se mire dans l'eau de l'Ardèche.

     

    Vogué et son château qui se mire dans l'Ardèche

     

    Ce château nous invite à suivre les pas du Marquis de Vogué, mais il est fermé. Notre promenade pittoresque, parfois un peu sportive, nous conduira dans un dédale de petites rues, de porches, d'arcades et de passages couverts avec pour but la cour du château.

     

    Au fil des des ruelles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       

    Vue d'ensemble de Vogué 

    Tour Esparra

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques canoës dévalent l'Ardèche avec précaution.

     

    En pleine action

     

    Balazuc, voilà encore un magnifique village suspendu au dessus de l'Ardèche, nous le connaissons... nous ne le visiterons pas, mais poursuivrons sur Ruoms, dont on connait le célèbre défilé.

     

    Nous flânerons dans son quartier ancien, au riche passé médiéval, corseté dans une enceinte carrée flanquée de sept tours rondes et discrètement dissimulé  derrière une artère commerçante où il y a beaucoup de monde.

     

    Un des tours

     

    En son centre trône une église romane, au clocher percé d'arcades, mais aussi de belles et anciennes maisons.

     

    l'église

    Un passage courvert

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'heure tourne, mais nous avons envie de voir Labeaume, encore un village de caractère au cœur de l'Ardèche méridionale, encore un me direz vous. Ben oui je le confirme...

    Blotti contre la falaise depuis des millénaire il domine la Beaume, affluent de l'Ardèche, mais descend jusqu'à elle. Véritable oasis dans un site préservé et surprenant, aux falaises creusées au fil du temps par l'eau, nous émerveille. 

     

    La place de La Beaume

    L'église 

     

    Pas facile en camping-car de descendre jusqu'aux parkings, route fort pentue, étroite et encore moins d'y trouver une place. Je pense d'ailleurs qu'en été c'est mission impossible. Nous aurons la chance avec nous, l'arrêt est  possible et nous le regretterons pas.

    Notre promenade, un peu sportive il est vrai, nous essoufflera tant les montées sont rudes et parfois mal aisées. Mais quel plaisir d'admirer ces belles maisons de pierres qui s'entrelacent, ces passages couverts, ces ruelles aux pavés irréguliers, parfois accompagnées d'escaliers,  qui tissent un véritable labyrinthe où il est agréable de se perdre.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En contrebas la place Sablas bordée de platanes centenaires procurent une ombre bienfaitrice et conduit au pont de pierre submersible aux robustes piles qui s'intègre généreusement dans le lieu.

     

    Le Pont submersible

     

    Les hautes falaise rongées de façon fantaisistes par les éléments naturels bordent des eaux transparentes où s'y pressent déjà les baigneurs.

     

    Les hautes falaises

     

    Voilà notre journée se terminé, nous cherchons notre chambre à coucher.

    "Joséphine" nos conduira sur l'aire de service de Largentière où nous stationnerons sur le parking.

    Mais avant d'y arriver nous passerons le magnifique défilé de Ruoms que nous découvrons avec un plaisir non dissimulé. Pas d'hésitation la hauteur est de 3,1m donc nous passons tranquillement, il est sécurisé par un peu tricolore à chaque extrémité, chaque passant ainsi à son tour, pas question de croiser même une voiture. J'avoue que c'est tout de même assez impressionnant.

     

    Voilà l'entrée sud des gorges avec le feu tricolore 

      

    Au fil des jours

     

    Au fil des jours

     

     

     

     La fin du défilé, la fie descendante attend son tour

     

     

    Un petit mot gentil du patron de la halle aux fruits voisine, passé par là. Si nous sommes là c'est grâce à lui.....c'était Monsieur le Maire que nous ne manquons pas de remercier. Demain promis, nous irons faire quelques courses dans son magasin.

     

    09 Juin

     

    Toc.. toc...  quatre routes ont tinté sur le camping-car, au réveil pont de traces mais ciel gris,  sans soleil mais grande douceur.

    Comme prévu irons faire quelques courses à la halle, qui a de bons produits locaux.

    Partirons ensuite en balade à Largentière, accrochée au versant des collines du piémont cévenol, au bord de la Ligne qui coule à ses pieds, qui a su préserver son cadre médiéval.

    Des calades, des traverses, des porches, des escaliers, des passages voûtés, des ruelles étroites et tortueuses forment un charmant réseau où nous flânons avec plaisir à la découverte de petites merveilles.

     

    Au fil des ruelles et des rues

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au fil des jours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La porte de Recolets côté intérieur

     

    La porte des Recollets date du XV, beau vestige des anciens remparts, contrôle toujours l’accès à la vielle ville.

    Côté extérieur

     

     

     

     

     

     

     

      

     

    Le Pnt et la porte de Recoleyts

     

    Au dessus de la place éponyme ombragée par des grands platanes, se dresse un drôle de bâtiment à colonnes ressemblant plutôt à un temple grec, c'est le palais de justice. Nous l’atteindrons en montant de nombreuses marches.

     

    La montée au tribunal

     

     

    Au fil des jours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De cette même place, semblant sortir du roc, nous pourrons admirer le château des Évêques qui ne se visite pas.

     

    Le château

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'hôtel de ville, sobre demeure du XV, flanqué d'une tourelle d'angle et de fenêtres à anse de paniers et quelques beaux hôtels particuliers, attirent notre attention lors de cette balade tranquille.

     

    Hôtel de ville

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur une petite plateforme à mi hauteur de la ville se dresse l'église N,D des Pommiers, église gothique datant du XIII, dans laquelle est encastré une tour des remparts.

     

    Léglise

    L'église et la tour du rempart

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un peu plus loin la tour de l'Horloge

     

    La tour de l'horloge

     

    Voilà une bien joli promenade dans le temps.

     

    Un vue sur Montréal et son château, en partant de Largentière

     

    Fin de matinée nous continuons nos visites en nous dirigeant vers Joyeuse où nous avons un peu de mal à trouver un parking, pas toujours aisé de circuler ni de stationner dans ces villes anciennes aux rues étroites.

    Joyeuse, fière et altière est dominé par son château, bâti au XVI,  qui abrite aujourd'hui la mairie et la vielle ville qui a conservé de vielles maisons de pierres et des passages couverts étonnants.

     

    La porte St Anne qui permet l'accès à la vielle ville

     

    Près du château qui est aujourd’hui la mairie se dresse l'église, St Pierre.

     

    La mairie

    L'église St Pierre

    Toujours l'église

    Une rencontre inattendue

    La grande rue de la vieille ville

     

    Passons le square François André, autrefois centre commercial de la ville, arrivons à la place  de la Peyre. Il est presque 13h le restaurant Valentina nous tend les bras.... Nous y mangerons de succulentes pâtes.

     

    Notre assiette de pâtes, parmesan, tomates confites, basilic et aubergines poêlées à l'huile d'olive

     

    Sur cette place la salle de la Peyre, du début XIX,  elle était autrefois communément appelée salle du pesage des soies. Elle est le témoin de l'importance majeure de la sériciculture de cette époque.

     

    La salle de pesage

     

    Un peu plus loin la place et la tour Recluse. Une recluse aurait vécu dans cette tour de la charité publique dans une prison volontaire et perpétuellement close.

     

    Place de la Recluse et sa tour

     

     

    De cette place nous emprunterons le "gabélou"  des Endettés. Ce passage sous voûtes surprenant, reliant la grande rue  à la ville basse, permettait aux joyeusains d'éviter les commerçants chez qui ils avaient des dettes. 

     

    Départ du passage ville haute

       

    L'arrivée à la ville basse

     

    De cette partie basse nous rallierons rapidement notre maison à roulette qui nous conduira, après un court passage à Les Vans, une vrai cité cévenole avec ses forêts de châtaigniers à notre chambre à coucher. Un petit tour dans le centre égayé par quelques fontaines et maisons anciennes.

     

     

    Un lavoir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore quelques tours de roues.... nous quitterons cette Ardèche attrayante, aux paysages changeants, aux coquets villages.... traverserons rapidement un petit bout du Gard pour arriver en Lozère où nous caracolerons au milieu des châtaigniers d'ou se dégage un bonne odeur de miel puis dans d’immense forêts de résineux. Nous voilà donc au bord du lac de Villefort, au camping du lac, un camping en étage qui surplombe ce plan d'eau enchâsse dans la verdure.

     

    Le barrage de Villefort

    Le lac de Villefort

    toujours le lac

     

    Un peu de repos dans ce petit havre de paix nous fera le plus grand bien. Ce soir nous prendrons notre dîner sur la terrasse... en effet notre terrain surplombe directement ce petit miroir.

     

    la ue depuis notre salle à manger intérieure

     

     

    10 Juin

     

    Il fait un temps magnifique, une chaleur raisonnable....

    Nous flemmardons, c'est parfois très agréable surtout dans ce cadre extraordinaire.

    Puis voilà nous enfourchons nos vélos et descendons à Villefort pour une course...

     

    Premières vues sur le lac

    Au fil des jours

     

    remontons ensuite pour prendre la direction de Mende, traversons le lac et l'Altier. nous évoluons dans un cadre bucolique, verdoyant, fait de forêts, de landes à genêts parsemées de rocailles.

    Des paysages verdoyants

     

    Nous montons tranquillement en traversant de tout petits villages, comme Castanet et son château, fin du XVI, simple logis flanqué de tours entièrement restauré en 2006, qui se dresse au bord du lac.

     

    le village de Castanet

    Son Château

    Quelques maisons du village

     

     

      De beaux chatons

    La montée est relativement douce et notre assistance nous permet de rouler en toute quiétude, sans le moindre effort. Cheveux au vent nous humons cet air fais chargé de doux parfum enivrants, celui des genêts en fleurs ou encore celui des châtaigniers, leurs chatons sont en pleine floraison.

     

     

    L'Allier qui fjâne

     

    des paysages bucoliques

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques tours de pédales et nous voila au village du Grand Altier puis d'Altier en partie piqueté sur un  piton où se trouve une belle église.

     

    Grand Altier

    Altier

     

    Nous grimpons toujours dans ces paysages accueillant, les bois cèdent la place aux landes  et aux prairies où se nichent quelques grosses fermes.

    Un peu plus haut, en contrebas, surgit le beau château de Champ construit entre XV et XVII, en bordure d'un petit méandre de l'Altier. Il est hérissé de six tours et tourelles, quatre se trouvent en angle, une autre divise en deux la grande façade la dernière abrite un escalier central intérieur. Il est comme le précédent fermé à cette époque.

     

    La fin du lac

    Il prend un autre visage au retour

     

    Nous poursuivons tranquillement notre montée douce, mais point de village ou des restaurants et l'heure tourne, nous faisons demi tour, direction Villefort.

    Il est plus de 13h mais "le Louvre" nous accueillera sur sa terrasse ombragée. Repas simple mais excellent.

     

    Salade du lac

    Steak frites salade

       

    Un petit tour dans ce village, Porte nord des Cévennes, au pied du Mont Lozère, qui nous a dévoilé son lavoir et son ancien pont.

     

    le lavoir

    Le pont

     

    Remontée à notre camping au bord du lac que nous dominons.

    Après midi tranquille, en effet il fait chaud, bien qu'une petite brise intermittente tempère, nos relax sont les bienvenus.

     

     

    11 Juin

     

    Encore une belle journée, plus chaude que la précédente. Nous avons décidé de faire une petite boucle à vélo et de visiter la  Garde Guérin.

    C'est à grand tour de pédale que nous montons la côte, sans beaucoup de difficultés puisque nous sommes VAE.

     

    Vue sur le lac de Villefort

    Une petite grimpette

     

    Quelques arrêts pour des points de vue

     

    Le barrage de Villefort

    Nous voilà sur  le plateau

     

    et nous arrivons sur le plateau où se situe Ce village médiéval de la Garde Guérin.  Situé à 860m d'altitude, dominant le torrent de l'Altier d'un côté et les gorges de Chaussezac de l'autre, ce vieux village fortifié du XII, borde la voie de la Régordane, voie très ancienne qui traverse le Massif Central et les Cévennes sur 242kms .

    Nous y flânerons à la découverte : de sa tour qui faisait office de donjon et comprend quatre étages, c'est de là que les chevaliers Pariers venaient faire leur tour de garde.

     

    La tour

     

     

    la tour et les restes du château

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                     

     

     

                                                         de son église romane St Michel du XIII

     

    L'église

     

                                                          du four à pain ou four banal sensiblement de la même époque, chaque famille y cuisant, à tour de rôle, leur pain pour la semaine.

     

    L'intérieur

     

     

    Le four à pain

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                          la porte St Michel, le château, la croix du chemin de fer, du moins ce qu'il en reste, ainsi que de vieilles demeures au caractère montagnard.

     

    La maison Fraisse

     

     

     

     

     

      

      Une inscription sur la maison voisine

     

     

     

     

     

     

     

     

    La porte St Michel

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un peu plus loin, après dix minutes de marche nous découvrirons le magnifique belvédère de Chassezac, des escaliers irréguliers mais sécurisés par une rambarde conduisent à une minuscule plateforme d'où la vue est imprenable, le regard plonge en à pic saisissant au dessus des gorges granitiques et profondes où coule le Chassezac. Sauvages et fragiles, l'aspect chaotique et déchiqueté des roches, la profondeur de cet abîme secret est fascinant. 

     

    Le belvédère

    Les gorges

    Les gorges

    Toujours les gorges mais la profondeur n'est pas vraiment représentée

    Encore ces gorges profondes

    La tout et les ruines du château depuis le belvédère

     

     

    Nous montons, nous descendons dans des paysages bucoliques, changeant et fleuris, traversons de petits villages et atteignons La Bastide de Puylaurent où nous avons décidé de manger aux Genêts.

     

    Des paysages fleuris

    Un petit barrage au passage

    Passage du col avant de  redescendre sur Labastide

     

    Ici pas de terrasse, un petit restaurant suranné mais ou l'on va très bien manger, pour un prix plus que raisonnable. Ce n'est pas un menu local, mais il sera excellent : fois gras et charcuterie maison, parmi le nombreux choix de plat nous commanderons des cuisses de grenouilles, fromage blanc ou sec et dessert.

     

    Foie gras et charcuterie maison

    Cuisses de grenouilles

     

     

    Pendant ce temps nos batteries ont été branchées et nous repartons par une minuscule route qui doit nous conduire à Villefort d'où nous remonterons à notre camping du Lac.

     

     Un petit lac de barrage

     

    Cette petite route en forte déclivité se tortillera dans les bois, traversera de minuscules villages et nous laissera parfois découvrir le torrent qui passe à ses pieds ou un petit barrage.

     

     

    Une petite cascade l'alimente

     

     

     

    Un peu plus loin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà le barrage

     

    Mais voilà les kilomètres tournent....et une batterie....la plus sollicité....nous lâchera. Alors difficile de monter la dernière petite côte....nous marcherons un peu. Mais au total avons 57 kms.

     

    derniers paysages avant le lac de Villefort

     

    Une bonne journée, un peu fatiguante à cause de la chaleur.

     


    8 commentaires
  • 12 Juin

     

    Nous quittons ce petit lieu paradisiaque....

    Remontons le vallon que nous avions pris à vélo il y a deux jours ....direction Mende,

     

    Astier et son petit pont

    Son église

    Son beau clocher

     

    passons le col de Tribes et puis direction le Mont Lozère.

    De petits villages parsèment notre route, souvent les maisons de pierres aux toits de lauzes se pressent autour de l'église.

     La montée se fait dans un univers boisé où le vert tendre des bouleaux se mêlent intimement avec le vert sombre des conifères.

     

    Arrivée au col de Finiels, il est presque midi, nous décidons donc d'aller pique niquer au sommet éponyme, le plus haut du mont Lozère à 1699m. 

     

    godillots

     

                     Aujourd'hui nous troquons donc nos baskets contre nos 

     

    Départ donc du col à 1541m du parking du ski nordique, nous empruntons donc la piste forestière qui monte au milieu de magnifiques conifères.

     

    Sur le chemin forestier

    De belles petites pensées

     

    Cette piste contourne ensuite une colline, les arbres s'espacent, l'horizon s'ouvre et face à nous la pelouse rase du Mont Finiels où seuls dépassent quelques blocs granitiques et des arbres chétifs. 

     

    Ces grandes pierres dessées forment un alignement

     

    Arrivés au col sous le sommet à 1635 on peut voir un alignement de pierres taillées, les montjoies, plantées dans le sol, en cas de mauvais temps elle permettraient de retrouver sa route.

     

    Au sommet, point d'à pic c'est une pelouse plate qui nous attend, avec un petit enclos emmuré, qui peut protéger du mauvais temps, pas utile ce jour car il fait très chaud.

     

    Arrivée au sommet

    Un abri

     

    Trois tables d'orientation nous expliquent le panorama incroyable que nous pouvons admirer.

     

    Table d'orientation

    Plus au sud

     

    Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas, là sur cette pelouse nous casse croûterons.

     

    Bon appétit

     

    Au retour dès le col nous filerons tout droit dans les bruyères qui semblent avoir souffert du gel et arriverons directement au col au milieu d'une pelouse fleurie.

     

    Des orchis

    Un minuscule pont pour un ru

    Un beau parterre

     

    Nous voilà repartis .... pour le Mont Aigual....il y a fort longtemps que nous ne sommes pas allés là haut..nous envie d'un peu de hauteur ou plus exactement de fraîcheur....

    Petit arrêt au pont de Montvert, ce bourg agréable niché dans une étroite vallée, au confluent de deux rivières de montagne avec le Tarn.

     

    Un petit torrent à Pont de Montvert

    Pont de Montvert

    Le quartier du Closelet

     

    Le vieux Pont du XVIII est dominé par la tour de l'horloge. De hautes maisons en pierres s’agrippent à la colline et grimpent vers le temple (autrefois foyer ardent du protestantisme).

     

    La tour de l'horloge

    Le Pont

     

    Nous continuons notre promenade, après Florac, passons à Fraissinet de Fourques, sur la petite place ombragée stationnent deux camping-cars, vu l'heure décidons de nous arrêter. L'un des camping-cariste est résident et nous dit qu'il n'y a aucun problème que nous pouvons passer la nuit ici. 

     

    Fraissinet de Pourques

    Barres rocheuses qui surplombent le village

    Le petit pont

     

    Voilà c'est chose faite, notre chambre à coucher sera là, près de la rivière dans ce petit village bien calme.

    Demain sera un autre jour...

     

    13 Juin

     

    La nuit a été calme et reposante et comme tous les jours le soleil brille.

    En route pour le Mont Aigoual...une route toute en virages, parfois sous des barres rocheuses mais souvent en forêt.

     

    Des paysages durant notre montée

     

    Le sommet est rapidement atteint à 1567m... Le ciel se dévoile, petite exposition de météo France et visite de l'exposition.

     

    Plus au sud

    Question

     

    Réponse

     

     

    La station du Mont Aigoual

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dring dring...le téléphone sonne...nos amis Aveyronnais qui devaient nous rejoindre à L'Espezou sont déjà là, ls montent nous rejoindre....pas de problème nous préparons l'apéro. Nous sommes si heureux de les retrouver.

    Les papotages vont bon train...

     

    Voilà notre restaurant

     

    Comme prévu nous descendons à l'Epezou pour manger...nous avions réservé, du moins Brigitte avait réservé. Superbe ambiance autour d'un bon repas, nous en oublions même les photos.

     

    Bœuf et aligot en plat principal

     

     

    Une balade digestive avec Murphy avant de nous séparer....Pas pour très longtemps nous nous retrouvons en Haute Savoie au mois de juillet. Merci les amis d'être venus nous rejoindre.

     

    La petite chapelle de l'Espezou

    L'église voisine

     

      

    Murphy

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous poursuivons notre route en direction d'Aigues Morte que nous avons envie de revoir.

    Arrêt ce soir sur l'aire de service de Sommières, une belle petite ville historique au bord du Vidourle, un parking à côté du camping et près des arènes, ombragé ce soir grâce aux platanes qui bordent la rivière.

    Un petit tour en ville, nous longeons le Vidourle et atteignons le pont Romain su 1er siècle, il comprenait à l'origine 17 arches, il n'en a plus que 7, les autres ont intégrées aux habitations. il a été mainte fois reconstruit.

     

    Le Pont Romain

     

    La porte la plus impressionnante de la ville se trouve au bout du pont, avec son beffroi et son campanile en fer forgé sur une petite tour ronde en pierre.

     

    Porte de l'horloge côté extérieur

    Côté intérieur de la vieille ville

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La  petite place du marché avec ses arcades et les étroites rues avec des porches et bordées de maison anciennes forme un ensemble pittoresque.

     

    Place du marché

     

    Anciennes arcades du pont romain qui supporte des habitations

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un autre emblème de Sommières est le vestige du château féodal avec sa tour carré et ses quelques ruines. 

     

     

    La tour du châtau

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore un petit tour by night....pas très éclairée la ville....

     

    Le pont romain

    La porte au bout  pont

     

     

    14 Juin

     

    En route pour Aigues-Mortes que nous avion visité....il y a quelques décennies.

    Nous nous installons sur le parking camping-car près de la vieille ville, très pratique. Tout d'abord un petit tour de marché, marché bien achalandé et où il y a déjà beaucoup de monde.

    Tel un mirage ayant échappé à l'usure du temps, entre étangs, salines canaux et marais, Aigues-Mortes nous offre de magnifiques remparts médiévaux, longs de 1600m,,  entourant le centre historique.

     

    Canaux et la tour Constance

    La croisière en Camargue commence

     

    Nous y pénétrerons par la porte de la Gardette afin de visiter les fortifications.

     

    La porte de la Gardette

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Notre guide nous fera visiter la tour de Constance, un puissant donjon de 40m de hauteur qui date de St Louis, avec de grandes salles voûtées qui ont servi de prison pour les protestants au XVII, à la révocation de l'Edit de Nantes.

     

    La tour Constance

    Salle voûtée

     

     

     

     

    Depuis la terrasse un immense panorama se découvre, sur le ville, les salins mais au delà, la Grande Motte, les Cévennes et les Alpilles. 

     

    Panorama depuis la terrasse de la tour

    Vue sur les salins

     

    Le chemin de ronde n'a plus de secret pour nous, il est agréable malgré la chaleur de poursuivre notre visite, de découvrir la ville d'en haut  et d'admirer les belles perspectives sur le chenal et les salins. Ce chemin de ronde, dessinant un quadrilatère, est jalonné de tours et de portes.

    Vue sur l'église notre Dame des Sablons

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après cette balade il est l'heure de se restaurer, nous nous installons au premier restaurant venu et dégustons un excellent steak de taureau.

     

    Steak de taureau

     

    Nous sillonnerons ensuite quelques rues rectilignes où échoppes, magasins de souvenirs ou de spécialité locales se succèdent, certaines nous conduiront à la place St Louis dont la Statue se dresse en son milieu, surveillant sans doute la foule qui se pressent aux diverses terrasses ombragées par de grands platanes. Tout près se dresse notre Dame des Sablons, église gothique construite par St Louis.

     

    L'église ND des Sablons

    La lace St Louis

     

    Nous quitterons la ville pour aller faire un petit tour à Port Camargue.

     

    Marina de Port Camargue

     

    Ce soir élirons domicile sur l'aire de service ombragée, située près de Gardon à Comps,où il y a pas mal de monde.

     

    Au bord du Gardon

     

     

    15 Juin

     

    La nuit a été calme. Ce matin il fait déjà très chaud.

    En route pour un tour à Beaucaire et Tarascon....ne dit-on pas de Beaucaire à Tarascon il n'y a qu'à traverser le pont....

    Nous traversons Beaucaire, des travaux et point de place de stationnement pour nous...Nous pourrons stationner à l'entrée de Tarascon et en plus à l'ombre.

    Nous voilà donc devant une belle forteresse, résidence édifiée au XV par les princes d'Anjou, comtes de Provence, qui nous offre de multiples visages. Puissant et magnifique il se dresse en bordure du Rhône.

     

    L'entrée du château

    La forteresse

     

    Tout à côte trône la collégiale Ste Marthe, celle-ci aurait dompté le monstre "la tarasque".

     

    Collégiale Ste Marthe

     

    La légende

     

    Le centre ancien nous offre le charme des rues pittoresques, des placettes, de belles demeures, de la rue médièvale des halles, la mairie  et l'antre de la tarasque.

     

    Statue de Tartarin

    L'entre de la Tarasque

    Les arcades

     

    L’hôtel de ville datant de 1648 est un édifice magnifique, au premier étage visiterons la salle des Consuls, magistrat municipaux de l'époque. Cette pièce a conservé son plafond à la française, ses boiseries murales ainsi que les sièges.Une statue de de St Marthe est lacée sur la façade, elle est entrain de terrasser la tarasque et en dessous, le buste de Marianne, symbole de la république.

     

    L'hôtel de ville

    Fronton de l'hôtel de ville

    Ste Marthe et au dessous Marianne

    La salle des consuls

     

    Nous traverserons le pont sur le Rhône et nous voilà donc à Beaucaire dominé par son château bâti au XI. 

     

    Le Rhône

    Châzteau de Tarascon et flèche de Ste Marthe

    Château de Beaucaire

     

    Nous ne ferons qu'un petit tour, car il fait très chaud....passerons devant la mairie, bel édifice classique du XVII,

     

    Le port de plaisance

    L'hôtel de ville

     

    les halles,

     

    Les Halles jour de marché  

     

    l'église N-D  de Pommiers et sa surprenante inscription, faisant plutôt penser à une mairie,

     

    N-D de Pommiers

    liberté, égalité fraternité  

     

    la place de la République ou place vieille avec ses arcades et le Drac qui est le monstre de Beaucaire.

     

    Sculpture ornant en angle d'immeuble

    Un viel hôtel

    Les arcades

    Le Drac

     

     

    La maison de la culture

     

    Vu l'heure et le temps nous décidons de prendre un menu du jour face au port de plaisance, mais en salle climatisée.

    Nous devions aller sur l'aire de Fontvieille qui devait nous permettre de voir les moulins de Daudet. il n'y a pas la moindre ombre nous revenons donc à Comps. Malgré l'ombre le thermomètre accuse 38°. Nos relax sont les bienvenus.

    L'orage gronde au loin, nous n'aurons que quelques gouttes qui nous rafraîchiront légèrement l'atmosphère.


    7 commentaires
  • 16 Juin

     

    Nous quittons tranquillement notre stationnement en direction de Fonvieille. Toujours grand beau temps et chaud mais un pu de vent.

    Un petit tour pour voir les quatre moulins, souvenir des métiers d'antan, dont le moulin Ribet (moulin de Daudet) majestueux et imperturbable, rendu célèbre par l'écrivain, mais fermé et se promener jusqu'au château de Montauban qui fût le lieu de villégiature et de repos de l'écrivain Alphonse Daudet. Petite balade au milieu des arbres, ce n'est pas le souvenir que nous en avions...mais il est vrai que cela fait très longtemps que nous n'étions pas venus ici....c'est un vrai pèlerinage....

     

    C'est dans ce décor de caillasse sur cette colline ventée entourée de pins et de chênes verts que Daudet trouva l'inspiration pour ces récits.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Intérieur du moulin rénonvé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Château de Montauban

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La remontée est amorcée nous nous dirigeons vers les Beaux de Provence, visités aussi il y a fort longtemps...

    Situé au cœur des Alpilles sur un plateau rocheux, les Beaux de Provence, véritable forteresse de pierre et trésor architectural, se dresse majestueusement.

     Face aux Beaux

    Une entrée des Beaux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est un lieu magique, dans un cadre extraordinaire où petites places, rues étroites, terrasses ombragés et boutiques font le charme si particuliers de villages provençaux. On peut admirer de belles façades, de beaux hôtels particuliers et la citadelle

     

    Passages couvert

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le village se visite avec bonheur à pied même s'il est un peu dur de monter  les nombreux escaliers pour y accéder.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est tard nous mangerons dans un des petits restaurants qui jalonnent les rues, salades et crêpes.

    Après ce petit pèlerinage, nous prendrons la route pour le pied du Ventoux, chez des amis, connus au Maroc, Hélène et Michel. Nous serons reçus avec beaucoup de gentillesse et nous passerons de bons moments ensemble à discuter de tout et de rien mais aussi de Maroc. Nous serons conviés à un vernissage d'une de leur amies.

     

    Le verre de l'amitié

     

    17 Juin

     

    Après une bonne nuit passée sur leur terrain et le petit déjeuner chez eux nous nous quittons mais en espérant bien les revoir chez nous ou en Haute Savoie avant le prochain Maroc.

    Nous remonterons rapidement chez nous, Sabine nous ayant prévenu seulement hier soir qu'elle venait nous rendre visite.

    Voilà la boucle est bouclée, nous allons reprendre nos habitudes, pour peu de temps car nous allons nous mettre au vert en Haute Savoie, recevoir les amis et faire un peu de montagne à vache.

    Donc je vous donne rendez vous en juillet.....pour de nouvelles aventures.

    Merci de nous avoir suivi.

    Quelques vues au cours de cette journée.

     

    Les gorges de May

    Le grand Ferrand

    Le mont aiguille


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique