• 13 mars 

     

     

    Ce matin au réveil seulement 9 petit degré, quelle différence, nous avons même mis un peu le chauffage avant de s’extirper de la couette… Mais le soleil fait rapidement remonter le mercure malgré le vent qui perdure.

    Départ vers 9h, un peu à regret car le menu de ce jour était alléchant…. et après avoir salué tout le monde forumistes ou pas.

     

    L'entrée de Guelmim

     

    Malgré le départ relativement tôt, nous loupons la station Afriquia, faisons nos courses à Aoutass après quelques difficultés pour stationner et en route pour Marjane afin de compléter et ou j’ai rencontré Jérico et son épouse. Pas de station, donc retour à la case départ à l’entrée ce Guelmim.

    Ce n’est que tardivement que nous prenons la route, voilà une matinée mal organisée… et oui Tour Opérator n’est pas toujours au Top….

     

    En route, un pu de verdure

     

    Repas dans un lieu désertique et poussiéreux, désolée Brigitte, le choix n’était pas judicieux. L’atmosphère est pesante, le vent souffle, une poussière immonde voltige et les collines environnantes sont enveloppées dans une brume de chaleur qui adoucit leur contour. La plaine est encore verdoyante bien qu’à la porte du désert.

    Plissées ou rocailleuses les collines se profilent des deux  côtés du petit ruban gris qui défile rapidement sous nos roues. Des fleurs toujours des fleurs, surtout ces immortelles violettes qui ont parfois de petites corolles blanches.

     

    Beaux plissements

    Toujours de belles fleurs 

    Virage à l'est

      

     

    Dans ce milieu austère, sec, sans la moindre vie apparente, apparait parfois un village et ses palmiers dattiers, la magie de l’eau….

     

    La palmeraie 

    La petit village blotti dans la palmeraie

     

    Nous montons sans le moindre problème le petit col d’Amlouz à 772m la vue y est superbe.

     

    La montée au col 

    Un peu plus haut

    Presque au sommet

    Le sommet est franchi

    Des paysages verdoyants, même dans le désert

    Où il y a de la gêne il n'y a pas de plasir... 

     

    Assa, une belle ville tout en longueur, rose Marrakech avec de beaux bâtiments administratifs et un beau jardin.

     

    Entrée de Assa 

    Un beau bâtiment

    Les gzelles

    L'autruche

    Le dromadaire

    Le renard

    Un autre beau bâtiment

     

    Après la ville malgré une route assez agréable nous sommes plongés dans de grands espaces désertiques avec les dromadaires et les tentes nomades, près des puits.

     

    Les deomadaires 

    Faut pas se gêner... vous êtes dans votre élément !!

    un esseulé  

    Les tentes nomades

    Encore des tentes

    Quelques palmiers  bordent notre route 

     

    Arrivée à Icht

     

    Djebel à icht

     

     

     

     

    et installation à Borj Biramane, nous sommes fort bien accueillis par Paul qui nous laisse nous installer comme l’on veut. En effet il y a personne.

     

     

     

     

     

    L'entrée du camping 

    Vue sur les bungalows

    Les sanitaires

    Le salon

    La salle à manger

    Le bar

    Devant le bar

    Salon extérieur 

     

    C’est avec le sourire qu’Abdellatif nous reçoit et fait nos fiches, nous décidons de venir manger un couscous avec Brigitte et Christian ce soir à 20h30. La salle à manger est très belle et très agréable. C’est un superbe camping mais avant tout une maison d’hôtes avec de nombreux bungalows et 75 chambres en tout.

    Le couscous sera excellent, le petit rosé gouleyant, le désert imposé mais très bon aussi et pourquoi ne pas terminer par un café pour nos hommes et un thé à la menthe pour les « nanas ».

     

    Le couscous 

     

    Nous n’en resterons pas là pour digérer, après quelques petits gâteaux et quelques carrés de chocolats, pris au cc, nous boirons une lampée de génépi. 

    Voilà une soirée bien terminée, on a parfois besoin d’un peu de remontant !!!!

     

    14 mars

     

    Balade dans la petite palmeraie. 

     

    Le départ

    Nos Hommes

    Avec notre accompagnateur

    La palmeraie et le djebel

    Dur dur la descente

    Les lauriers roses sont en fleurs

    Toujours dans la palmeraie

     

    et visite du vieux village d’Icht, ce petit village fortifié aux pieds de la montagne Bani et ses étonnantes ruelles couvertes, avec le cuisinier du camping qui prend son service à 15H. Un moment agréable pour découvrir cette curieuse ville.

     

    Dans les rue d'icht 

    Des enfants souriants

    Une rue souterraine

    Encore une femme lourdement chargée

    Des chambres pour se protéger de la chaleur

     

    Partons vers 11h sur cette route plate qui traverse une zone désertique, parfois caillouteuse, parfois sableuse où piquetés de quelques acacias récalcitrants en forme de parasol.

     

    immesité rocailleuse

    De grandes tendues d&sertiques 

     

    La planté au milieu de nulle part une maison, quelques palmiers et de petits champs cultivés, signale la présence de l’eau.

     

    L'eau c'est la vie 

     

    Des crêtes rocailleuses se faufilent à notre droite, le sable roux vient s’y amonceler sous l’effet du vent.

     

    crêtes rocailleuses et sable roux 

    Entrée de Akka 

     

    Un arrêt repas au milieu de nulle pas où la maigre végétation s’adapte au sol sableux et à la sécheresse, les tiges sont plus petites rabougries, peu de feuilles, les seuls arbres sont les acacias, petites feuilles et grosses épines évitant ainsi la déshydratation.

     

    arrêt repas

    Des acacias

    Leurs épines

    Une plante qui s'adapte

    Un petite fleur qui c'est aussi adapté au milieu

    Un oasis verdoyant, certaines céréales ont déjà des têtes blondes

     

    Peu de kilomètres nous séparent alors de Tata, ancienne ville de garnison où il fait souvent très chaud. Tata ville rose plantée dans une palmeraie entourée de ksour, au milieu des paysages désertiques, ville moderne, commerçante en pleine expansion..

     

    Un vieux ksar juste avant Tata 

    Encore avant Tata

    L'entrée de Tata

                                                       

     Installation au camping le palmier qui au premier abord ne nous séduit pas. Finalement nous
    resterons quand même deux jour ici. J’ai pu voir Larbi, le patron et lui faire part d’un nouvelle pas très réjouissante que l’on m’a confié. Après midi cool, nous profitons d’une bonne connexion pour mettre à jour blog et messagerie.
     

    Ce soir c’est samedi donc apéro chez nous. Demain sera une journée repos.

     

     

    15 mars

     

    Ce matin pas besoin de chauffage...C'est bine connu Tata est une ville chaude. Mais au fait ne sommes nous pas venus chercher le soleil ???

    Lavage, papotage au programme....de saines occupations de camping-caristes.

    Barbel rentrant de la lessive vient me dire j'ai rencontré Lucien. Quelques minutes ont suffit pour étendre mon linge et aller faire le tour du camping à leur recherche. Il n'est pas si grand, c'est chose facile. Brigitte se prépare à la hâte et sort de son camping-car. Lucien ne tarde pas à arriver puis Christian, Paul et enfin Brigitte. De quoi parlons nous : Maroc et famille.

    C'est jour de souk à Tata nous irons donc faire y  un tour et quelques achats.

    Un petit tour vers la piscine municipale, une belle piscine, avec vus sur la palmeraie.

     

    La piscine 

    L"oued Tata et la palmeraie 

     

    Un beau souk, lieu important marocain aussi bien pour les achats que pour les relations sociales, c'est pour nous un lieu presque incontournable pour se plonger dans l'ambiance locale.

     

    Départ pour le souk 

    Dans les rues de Tata

     

     Ces dames ont revêtu leurs beaux habits bleus agrémenté d'un châle noir. Nous aimons nous plonger dans cette ambiance ou odeurs et couleurs se mêlent intimement. 

     

    Nous voilà au souk 

     

    On y trouve de tout et n'importe quoi dans ce bazar organisé.....Même si souvent le touriste est flairé de loin, personne ne s'occupe de nous, mais éventuellement nous savons le prendre avec philosophie...

     

    Barbel fait ses ampletts

    D'un pas alerte....

    Ces dames on des couleurs chatoyantes

    Choix des légunes

    Il y a aussi quelques animaux

    Que fait Brigitte ? 

    VLa tour opérator....

    Achats des épices

    C'est l'heure de l'addition

     

    Il fait chaud, nous avons soif, aussi en rentrant nous siroterons un grand verre de pastis allongé. Rien ne presse, nous mangerons tardivement car la cuisinière n'a rien préparé...

    Voilà notre ami Christian qui s'occupe de la vaisselle, après le lavage, l'essuyage. C'est très bien tu pourras recommencer....

     

    Christian en plein boulot...

     

    Il fait toujours chaud, l'ombre des palmiers est la bienvenue et la brise aussi, même si nous sommes un peu dans le sable et la poussière nous sommes bien placés, loin des murs qui renvoient la chaleur. Farniente cet après midi.

    Vers 17 h nous allons en ville avec Brigitte et Christian, la température est douce et agréable, nous flânons au gréé de nos envies.

    Un mur décoré, Paulette, regarde bien...on voit nos coups de pinceaux de l'an dernier. On avait plaisanté avec les ados qui peignaient ce mur...

     

    Souvenir..souvenir...

     

    Au retour nous trouvons un vendeur de sfenges, nous ne pouvons pas résister, il nous en fait 4 de très gros. Miam que c'est bon. 

     

    Un vrai régal

     

    Nous nous arrêtons avec nos beignets, en terrasse, au petit bistrot en face espérant boire. Un Monsieur vient vers nous, sans rien dire, regarde Brigitte qui fait de même et repart aussitôt. Que faut-il penser ? Brigitte décide de rentrer au bar lui commander des boissons. Il remplit alors une bouteille d'eau au robinet et la lui tend, elle demande des jus d'orange, mais il n'en a pas et n'a rien d'autre. Nous restons donc sur notre soif et repartons avec un fou rire général.

    Heureusement ce soir c'est l'apéro chez nos amis, Barbel et Jack.

     

    16 Mars

     

    Départ vers 9H après avoir dit au revoir aux Héraultais. Arrêt en ville pour retirer quelques dirhams et acheter une bouteille de gaz.

    Notre court sur un plateau aux environs de 700m entre les pentes dénudées et plissées du Djebel Bani, seuls quelques acacias récalcitrant et quelques herbes téméraires poussent.

     

    Les pentes du djebel Bani

    Pentes du Djebel Bani

     

    Là un petit village,  avec sa verdure et quelques palmiers, parfois une tente nomade. De petites oasis se profilent, mais les palmier semblent lutter avec l'énergie du désespoir contre cette sécheresse.

     

    Une tente nomade

    Elle rentre du champs, lourdement chargée

     

    Perché sur la falaise, petit village de Taimsour domine la croisée de deux oueds, l'un salé, l'autre d'eau douce, qui ont creusé un véritable canyon.

     

    Le canyon

    Arrêt café

    Le canyon au dessous du village

    Le village de Taimsour 

    Le confluent des deux oueds 

     

    Les cascades dAtiq, pas très visible depuis la rive gauche de l'oued Tinssirt, à l'entrée du village du même nom. Le lieu est très agréable avec ses belles vasques même, sous un soleil de plomb. ma petite sœur n'est pas là, son  mal au dos la titille. 

     

    Cascade Atiq 

    De belles vasques

     

    Poursuivant notre route on traverse une belle palmeraie aux palmiers majestueux et élancés sur fond de Djebel sombre et abrite de nombreuses cultures verdoyantes, séparées par des muret de terre.

     

    L'oasis de Tinssirt 

     

    Le ruban asphalté défile rapidement sur ce plateau, parfois bordé de crêtes et piqueté de maigres arbustes qui s'évase. Ce paysage désertique, parfois rocailleux, brûlé par le soleil et battu par le vent reste pas moins serein.

     

    Les crêtes du plateau

     

    Repas de midi dans ce milieu  austère.

     

    Arrêt repas

     

    Foum Zguid s'améliore, s'embellit et sort de sa torpeur. 

     

    L'entrée de Foum Gzuid 

    Après Foum Gzuid

    Palmeraie des environs de Foum Gzuid 

     

    La nationale 12 récemment goudronnée,  parfois encore en travaux, permet de rallier Zagora plus rapidement. Elle est bordée de belles plantes même dans ce lieu aride et le désert, cette année, est verdoyant. C'est surprenant.

     

    Bas côtés de la Nle 12 

      

    Voilà la déviation

     

    Rencontre avec des dromadaires, que l'on dit pas très beaux avec ses airs dédaigneux, qui déambulent passivement au bord de la chaussée, la traversant parfois sans vergogne en mâchonnant de l'herbe moins rare qu'à l'accoutumé suite aux intempérie de fin d'année dernière.

     

      

     Avec le chamelier

     

    Ce trajet,  parfois un peu chaotique (une petite déviation pour éviter un radier en travaux) et monotone fait chuter notre moyenne.

     

    Djebel Zagora  et la ville

     

    Le camping

     

    Arrivée sur Zagora et installation au camping "Prends ton temps", un camping fait pour Christian.....  Nous sommes un peu serrés.... mais nous resterons. Carla pourra faire son petit tour dans la palmeraie en passant par les coulisses.....

     

     

     

     

    17 Mars

     

    Il fait beau en France, ici aussi....il fait même déjà 28°...Les oiseaux chantent.... même sur le pare-brise.

     

    J'espère que vous l'entendez... 

     

    Nous cherchons l'ombre et chacun s'occupe à sa façon....

     

    Mémère Cala se repose

    Paul bricole...

    Michel gratte la guitare 

     

    Nous avons aussi fait le tour du propriétaire....

     

    L'entrée 

    Voilà pourquoi nous sommes cool !!!!

    Pénétrons dans le patio 

    Un salon 

    Un autre salon

    La terasse

     Brigitte prend son temps !!!

    Le patio

    Les emplacements.... un peu exigus

     

    Repas confortablement installés à la marocaine, table basse, canapé et petits tabourets dans le patio.

     

    A table

     

    Le repas sera copieux et très bon : salade marocaine, tajine d'agneau et de bœuf, salade de fruits, même pas pris de photo.

     

    Salade marocaine 

    Tajine d'agneau

     

    Café pris dans le petit patio privé de Barbel et Jack.

     

    Café avec nos amis

     

    Le soleil décline, la température baisse et la brise se lève, nous en profitons pour aller faire un tour en ville, mais malgré tout regardez....

     

    Virage à l'est

     

    Nous ferons quelques achats et ensuite se délecter d'un bon jus d'orange à la terrasse d'un café. Vous allez pâlir d'envie, un grand verre pour seulement 7dh, donc même pas 0,70€.

     

    Des pompons

    Flânerie dans la rue principale 

     

    Ce marocain, après nous avoir venté un magasin d'épices et ses vertus, accepte de poser avec nous. Mais où est passé Jack ?

     

    Avec notre "démarcheur" !!!! 

    Un magnifique mosquée, porte ouvertes l'intérieur est de toute beauté

     

    La nuit tombe nous rentrons tranquillement dans nos foyers. A 21h42, heure française il fait encore 25°.

    Je vous dis bonne nuit et à demain sur les routes du Maroc.

     

    18 Mars

      

    Ce matin nous quittons Zagora, après avoir salué Mireille et Michel et donné le bonjour à Bélaï de la part de Fanfan et Albert, par l’avenue principale, direction le nord.

     

    Dans la rue principale 

    Une auto peut transporter tout et n'import quoi  

     

    Une large écharpe verte formée de magnifiques palmiers, de champs cultivés et de petits jardinets, court à notre droite le long de l’oued Draa. L’oued Draa le plus long fleuve marocain prenant sa source dans le haut Atlas, dont le cours se perd parfois dans le sable et devient fantomatique, atteint donc parfois difficilement, l’Atlantique à Tan Tan où il forme cependant une très grande embouchure. Cette année il roule encore beaucoup d’eau, une eau vert sombre.

     

    La palmeraie dès la sortie de Zagora 

     

    Nous roulons donc d’oasis en oasis, toutes luxuriantes sur fond de djebels désertiques, un panorama changeant à chaque détour.

     

    La palmeraie sur fond de djebel 

     

    Des ksour et des casbahs parfois en ruine se profilent le long de se trajet, comme le ksar Tissergate qui semble bien restauré. On aperçoit de loin parfois une silhouette furtive voilée évoluant dans ce lieu.

     

    Tissergate

    Tussergate

    Encore un ksar

    Le Draa 

    La palmeraie, des vilalges ne pisé et le djebel en toile de fond

     

    Plus loin le défilé d’Azlag nous rapproche sur Draa et on jouxte le djebel Zeroual, paysage minéral extraordinaire.

     

    Le défilé d'Azlag 

    Encore le défilé

    Encore le défilé

     

    Tin Zoulin, une succession de petits villages avec une casbah, ancienne résidence d’un cheikh important.

     

    Tin Zoulin 

     

    Voilà quelques scènes de la vie quotidienne des femmes de la campagne, transport de bois, sur le dos pour faire bouillir la marmite ou encore d’herbe pour alimenter le bétail. Les plus chanceuses peuvent mettre le chargement sur leur âne.

     

      

    Elles sont douées ces dames marocaines

     Quelle force

     

    Dans tous ces villages traversés des va et vient d’enfants et d’ados, allant ou venant de l’école ou du collège, les filles en général en blouse blanche.

     

      

      

     

    Sur les routes des vendeurs de dattes et de paniers.

     

    Vendeurs au bord de la route 

     

    Un petit arrêt au bord du Draa.

     

    Un arrêt 

    Les berges du Draa

    Le Draa 

     

    En remontant le Draa.

     

    Nous longeons toujours cette palmeraie sans fin 

    Un ksar en ruine

    Le Draa, qui cette année, roule pas mal d'eau

    Changement de direction

     

    A Tansikht cap à l’est direction Tazzarine, ambiance désertique  mais verte ou jaune car la pluie à fait son œuvre bienfaitrice. C’est rare mais aussi surprenant de voir ce désert fleuri.

     

    Le désert 

      

     

    Seuls quelques acacias torturés par les éléments naturels y poussent avec difficulté.

    Nkob est planté dans un cadre lunaire du djebel Saghro, sur fond de palmeraie. Tazzarine est encombré c’est le souk hebdomadaire, nous avons eu le plaisir de faire la bise à Phile qui passait par là, brève rencontre car nous bloquions la circulation.

     

     Tazzarine jour de souk 

    Tazzarine

     

    Repas de midi un peu plus loin, encore une fois au milieu de nulle part dans ce désert ingrat mais toujours vert.

    Parfois il ne faut pas trop parler, n’ayant rien de prêt, hors mis quelques crudités, ma petite sœur nous offrira son sauté de dinde aux pommes de terre. Merci Christian, nous avons mangé ta part….Il était excellent. Encore merci.

    Lentement mais surement les nuages tentent de nous envahir, mais ils n’y parviendront pas vraiment.

    Nous avons de la chance, les nouvelles d’Annie et Patrick ne sont pas brillante, côté temps, il pleut sur Asilah et mauvais temps sévit vers Ouzoud et la cathédrale aux dernières nouvelles d’Odile, Chantal, Christian et François.

    Nous poursuivons cette route en longeant le djebel aux formes diverses, hérissés de crêtes sombres et ce désert qui verdoie toujours où les fleurs jaunes parsemées de gros buisson violet fleurissent abondamment.

     

    Des fleurs dans le désert 

    Encore des fleurs

    De beaux djebels

    Un désert fleuri

     

    Après Alnif, les eaux de l’oued en cru ont emporté le pont, une déviation est en place avec un gué franchissable.

     

    Le fameux pont

     

    Encore quelques kilomètres et nous posons nos roues au camping Azurite, qui n’a que le nom…, les sanitaires sont dans un triste état. Mais le terrain est plat et il est très facile de stationner en prenant ses aises. Pour une nuit cela nous convient, nous avons tout ce qu’il nous faut chez nous.

     

    19 mars

     

    Départ 9H30 par une route en très bon état qui court sur un plateau verdoyant et fleuri le long d'un djebel désertique.Je suis encore fascinée par de désert aux couleurs éclatante.

     

    Encore le désert

    Toujours aussi fascinant 

    Surprenant 

     

    En quelques tours de roues nous voici à Rissani, ville sainte et berceau des Alouites notre but est d'aller au souk.

     

    La belle porte de Rissani 

     

    Nous aimons flâner dans ces endroits de vie marocaine où peu de touristes déambulent. Une partie du souk se trouve sous les canisses qui procurent ainsi ombre et fraicheur. Sentir, regarder, toucher et acheter.... nous nous plaisons à regarder les camelots même si nous ne comprenons pas ce qu'ils crient dans leur micro.

     

    En route pour le souk 

    Une cargaison à la marocaine

    Des touristes intéressés

    Le marchand d'épices

    Le choix est difficile

     

    Nous achèterons de très beaux légumes pour un prix toujours aussi dérisoire, nous faisons une cure de vitamines....

    Le souk hebdomadaire ne nous suffisant pas, nous poursuivrons notre visite par le souk permanent où nous achèterons encore des dattes, succulentes et peu chères, mais aussi des avocats que nous n'avions pas trouvés.

    Un court passage dans la palmeraie avant de stationner dans un coin aride, dépourvu de végétation pour le repas de midi.

     

    La palmeraie du Tafilet 

     

    C'est une hamada noire que nous parcourons où se profile dans le lointain les dunes orangées de l'erg Chebbi.

     

    Arrivée sur Merzouga 

     

    Les rabatteurs sont à pied d'oeuvre, mais ne sont pas trop insistant quand nous annonçons que nous nous rendons chez Mohamed.

    Après un arrêt pour acheter de l'eau nous allons donc directement à la gazelle bleue ou nous rencontrerons Eliane et Georges (éligeo pour le forum).

     

    Arrivée à la gazelle bleue

     Entrée du restaurant

     

    Mohamed avec sa gentillesse habituelle nous installe dans la deuxième partie. De nouveaux sanitaires sont installés sous la terrasse, sanitaires impeccables et coquets.

    Après installation Mohamed nous offrira un bon thé à la menthe dans le restaurant où sont peint les portraits de toute la famille.

     

     Thé de bienvenue 

     

    Mohamed et sa famille

     

     

    Le tour du propriétaire sera vite fait.... un tout sur la terrasse  et la grande dune q'offre à nous avec sa grande arrête difficile à gravir. Trois dromadaires attendent les touristes qui vont dormir dans les dunes.

     

    L'arête de la grande dune

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les trois dromadaires

     

    Chacun vaque à ses occupations, le vent se lève et la tempête de sable n'est pas loin....

    A l'heure ou j'écris ces quelques lignes il pleuviote... sur Merzouga.

     

    Vous allez aussi bientôt pouvoir suivre Le Rallye des Gazelles avec notre équipage préféré, le 402 sur Amarok, équipage Franco-Portugais.

    Voilà le lien : http://voyages-en-cc-et-randonnees.eklablog.com/rallye-aicha-des-gazelles-2015-c26095366

     

    Elisabeth et France

     

     

     

    Un côté Belge, un côté Portugais

     

     


    8 commentaires
  • 20 mars

     

    Les concurrentes du Rallye des gazelles se retrouvent à Nice. 

     

    Toc toc vers 8h Mohamed tout sourire nous apporte crêpes et pain frais pour le petit déjeuner Et l'on commande le repas pour ce midi, salade marocaine ou soupe, couscous au bœuf.

    Vers 8H3à nos voisins émergent difficilement, leur parler repas les laissent indifférents, quant crêpes je crois que Christian n'en verra que la couleur.... Gourmande !!!!

    Ce matin nous avons décidé de gravir les dunes, montera, montera pas !!!!!

    Nous partons tranquillement en zigzagant doucement pour éviter au maximum la pente.

     

    Départ  bon pied, bon œil  

    La caravane passe....

    Que de belles dunes

     

    La pluie d'hier soir à un peu durcit le sable et notre progression est plus aisée. parfois nos pieds s'enfoncent, le sable crisse. Carla s'en donne à cœur joie en faisant la fofolle.

     

    Lente progression 

    Il faut parfois descendre...pour mieux remonter...

    Carla à soif 

     

    Ce sable, cette immensité vallonnée, ce silence, me procurent une sensation de bien être, de grain de sable perdu qui roule. Ma tête se vide et mon esprit vagabonde.

    Parfois je dois revenir à la réalité, ce calme et cette sérénité sont troublés par le rugissement des motos qui montent et dévalent les pentes sans vergogne, perturbant cette magie.

     

    Elles perturbent notre quiétude  

    A la cie de la grande dune.Quel dommage !!! 

    Oh que c'est dur

    La magie du sable 

     

    Cette escalade n'est pas toujours facile, notre souffle devient plus court, nos pas plus pesants, mais nous sommes motivés et nous arriverons au sommet, comme chaque fois.

     

    Un peu de repos 

    On regarde la cime...qu'allons nous faire ???

     

    Brigitte et Christian  sont restés à mi-chemin, Barbel et Jack sur la première dune. Bravo à vous tous.

     

    L'aventure s'arrêtera là sur cette dune. 

    Il faut encore monter... 

    Encore et encore... 

    A la cime de la première grande dune. Bravo

    Enfin le sommet ...Ouf !!!!

     Quel plaisir, en plus d'arborer le logo du forum

     

    Mais quelle récompense, ce 360° nous ravis toujours et la vue sur le lac en eau est magnifique.

     

    Quelle vue 

    Un peu de repos face au lac

     

     

    Descente par l'arête à grandes enjambées, encore un régal. J'adore ce lieu magique où l'on se sent si bien.

     

    Nous voilà dans la descente 

    Un vrai plaisir descendre

    Un dernier coup d’œil vers cette belle arrête

    Elle attend sans doute les touristes...

     

    L'heure tourne... nous rentrons à la gazelle....la douche est méritée.

    Vers 13h nous allons donc au restaurant où un excellent couscous nous attend pour nous réconforter, après une bonne salade marocaine ou une soupe. Merci Mohamed on mange toujours très bien ici.

     

    L'entrée, pour deux personne

    Ou bien le potage

    Couscous, pour deux

    Nous voilà entre amis

     

    Nous visiterons les chambres qui ont été rénovées, elles sont faites avec goût et sont toutes différentes.

     

    Une chambre à la gazelle bleue 

    Une autre

     

    Après midi cool, les lavandières sont au boulot, la machine tourne, les hommes bricolent.

     

    Au boulot les filles

    De Merzouga à Goulmima

     

     

    21 mars

     

    Nous avons encore un très beau temps, pas très chaud, un peu de vent, 11° ce matin et actuellement à 10h41 il fait 20° dehors... Que demander de plus, alors que le mauvais temps sévit en Europe mais aussi à l'ouest du Maroc et même au centre.

    Pour le moment sommes passés à travers les gouttes...Tour Opérator regarde aussi    la météo!!!   

    Ce matin, lavandières et machine à laver sont en action, demain nous partons....vers d'autres cieux.... Tout doit être clean !!!

    Vers 11h nous allons faire un petit tour en ville, de quoi se mettre en jambe, le vent souffle et il ne fait pas très chaud, un petit gilet fait l'affaire. La grande avenue centrale est hyper propre, bordée de petites échoppes bien achalandées, de café, des restaurants d'hôtel. 

     

    La rue centrale de Merzouga 

    Pour le ski sur les dunes...

    Un petite hôtel 

     

     Quelques achats.... on essaye un pantalon climatisé...non çà ne va pas.

    Retour par les dunes que l'on admire encore, je ne me lasse pas de voir ce sable qui change de couleur en fonction des heures.

     

    Ils attendent patiemment les touristes

    Des dunettes

    Dans le lointain les grandes dunes

      

     

    Ce midi avons mangé une Kalia préparée au camping, un vrai délice. même pas eu le temps de prendre la photo...

    Cet Après midi, sieste pour les plus fatigués, lecture ou internet pour les autres.

    Vers 15H nous partirons sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller nos voisins. Chut, ils dorment profondément. Pendant ce temps Carla vit sa vie, elle se promène et puis nous regarde partir la larme à l’œil. 

    Balade vers la Tradition, histoire de fouler encore un peu ce sable, de voir ces dunes encore changeantes. 

     

    En balade  

    A grandes enjambées...

    Ombre et lumière sur les dunes

    A la tradition

     

    Des nombreuses caravanes partent à l'assaut des dunes. Deux bus on donc amené une foule de marocains en balade. Ils vont voir, avec leur monture, le coucher de soleil duces grands tas de sable ensuite repas et musique Gnaoua et bivouac.

     

    Les caravanes

    Toujours des caravanes

    Les chameliers

     

    Au retour nos dormeurs sont réveillés... Ce soir samedi, apéro chez Brigitte et Christian.

     

    Chez Brigitte et Christian

     

    Après un départ de Nice, les gazelles embarque à Sète ce soir pour Nador où elles arriveront lundi.

     

    22 mars

     

    Les gazelles voguent sur la Méditerranée.....

     

    Il fait toujours grand beau sur Merzouga, un peu de vent mais déjà 13°. Nous quittons ce petit coin de paradis tout à l'heure, mais pour une autre.....

    Comme tous les matins nous avons eu notre pain et nos crêpes. Merci Mohamed.

     

    Notre petit déj de tous les jours

     

    Comme vous le voyez en quittant Merzouga on pourrais presque croire qu'il a neigé.... ais un peu à regret...nous étins bien chez Mohamed à la Gazelle bleue.

     

    Le sel est remonté à la surface

     

    Refaisons donc la route en sens inverse dans cette hamada du Guir, hamada noir d'où émergent les belles dunes orange d'Hassi Labied. Les dromadaires y trouvent pâture. 

     

    Les dunes d'Hassi Labied 

    Le désert fleuri

    Nous retrouvons la palmeraie

     

    Rissani, es femmes ont toujours en noir et ne dévoilent souvent qu'un œil. Voici le côté pile de la porte...nous sortons !!!

     

    Souvent habillées de noir 

    Côté pile de la porte

     

    Nous pour suivons dans cette palmeraie de Tafilet où les céréales, aux épis bien fournis, ont atteint des hauteurs rarement égalées depuis dans doute bien des années.

     

     Les céréales ont apprécié les pluies de fin d'année

     

    Palmiers et tamaris bordent notre route.

     

     

    Tifina semble manquer, comme beaucoup de campings, de clients, sur la porte on nous fait des grands signes pour y aller. Ce n'est pas notre but nous poursuivons notre route vers le nord.

     

    Un déménagement d'un autre genre

     

    Un petit arrêt à la source Aïn el Ati, rive droite de l'oued Ziz, source qui  fait jaillir un jet d'eau acide qui s'élève qui plusieurs mètres. Une source en plein désert.

     

    La source et son marchand de babioles 

    Il est en vrai poil de dromadaire

    La source Ati, l'eau y est acide

    Le Ziz, au pont juste avant le camping Hakkou

     

    Chez AhmadEncore quelques kilomètres et nous voilà au camping Hakkou, nous très heureux de retrouver Ahmad, une homme discret, aimable et au grand cœur. Nous sommes reçus chaleureusement et à peine installés, il nous sert le thé et les cacahuètes.

     

    Ahmad nous présente les plantes aromatiques

     

    Le meilleur thé bu au Maroc cette année, il a choisi pour cela de nombreuses plantes aromatiques dans son jardin, deux sorte de menthe de la marjolaine, de la sauge et d'autres plantes dont je ne me souviens plus le nom. Moment agréable ou nous discutons confortablement installés sur des chaises, au soleil et au milieu de camping.

     

     

    Notre séjour

      

     

     Il est vrai que nous sommes les seuls, dommage pour lui car il mérite de travailler. Son petit camping est très agréable en bordure de la palmeraie, les sanitaires y sont très propres et l'accueil d'Ahmad est inoubliable.

    Nous avons pu voir le petit Youssef, un beau petit garçon agréable et souriant.

     

    Youssef et son papa

    Le petit Youssef

     

    Ahmad et un technicien sont resté une bonne partie de l'après midi pour dépanner la TV de nos amis. Un grand merci à eux.

     

    Les retraités heureux en plein boulot

     

    L'apéro de dimanche était chez nous, nous avons bien ri et passé ensemble une très bonne soirée.

    Je vous dis à demain pour une nouvelle journée dans ce petit coin de paradis où nous sommes bercés par le bruissement des feuilles de palmier et le chant des petits oiseaux. Vous l'avez compris ce petit camping est toujours notre coup de cœur depuis que nous le connaissons. 

     

    23 mars

     

    La nuit a été très calme. Ce matin le soleil est au abonné absent, le ciel est gris, un léger vent agitent les feuilles des palmiers. Le voilà qui pointe son nez délicatement, puis revient en force.

    La vie s'écoule tranquillement dans ce petit coin de paradis, notre paradis....

    En route par la palmeraie pour un petit moulin qui se trouve pas très loin à Zaouia Jedida.

     

    La palmeraie 

    Oliviers et palmiers cohabitent 

     

    Il est en action, comme l'an dernier. Et le petit âne tourne sans fin pour écraser les olives. Un autre monsieur est à la presse. Nous goûtons l'huile et en achetons 10l.

     

    Pauvre petite bête 

    La presse

    Le chargement

    L'huile coule rapidement

     

    Retour par la route, c'est plus court, mais c'est Christian qui porte le fardeau dans son sac à dos. 

    Nous passons devant l'auberge des Anges, Hamid nous fait visiter les travaux en cours,, réception, bureau, cuisine, chambre froide et restaurant avec terrasse. Marie nous rejoint et nous visitons les chambres qui sont bien avancées. Elle est ravie de nous faire découvrir le jardin des senteurs où elle a planté diverses essences. Tout ici est bien conçu pour la tranquillité des futurs clients.

     

    Les futures chambres bien avancées 

     

    Une fois terminé, les clients pourront être aux "anges" !!!!

    Nous sommes invités à prendre le thé, dehors au soleil, un moment de bonheur et d'échange. 

     

    Avec Marie et Hamid

     

    Rentrons au camping et Ahmad ne tarde pas à nous amener le repas que nous avions commandé, d'abord une petite salade marocaine, un tajine d'agneau, la plus goûteuse de cette année et des fruits. Un petit plaisir simple mais que nous apprécions.

     

    salade macocaine

    Le désert

     

     

     

     

     

     

     

    Un délicieux tajine

     

    Café pris tous ensemble avec Ahmad.

     

    De Merzouga à Goulmima

     

    L'après midi égraine ses heures.... tranquillement, chacun s'occupe à sa façon.

    Ensuite une petite promenade dans la palmeraie jouxtant le camping, promenade agréable durant laquelle nous supportons la petite laine, en effet le soleil nous a lâchement faussé compagnie.

     

     

       

    Il faut parfois se baisser... 

    Il broute en attendant son fardeau

     

    La palmeraie est belle, les cultures verdoyantes et fournies, une pompe fonctionne, son débit important permet d'arroser les parcelles fraichement ensemencées.

     

    touf touf touf...

    Le débit est important

    La parcelle arrosée

     

    Retour au bercail, le vent sans être violent poursuit sa course, nous rentrons dans nos maisons à roulettes et la nuit ne tarde pas à tomber.

     

    Pas toujours facile !!!

    Pas large le passage.... 

    Un peu de repos en arrivant

    Ces sièges sont fait pour nous....

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une journée bien rempli et malgré tout reposante comme nous les aimons, calme et sérénité au menu.

     

    Les trois mousquetaires au camping

     

     

    Les gazelles sont à Rabat, départ demain vers 11H pour Erfoud.

     

     

     24 maars

     

     Départ des Gazelles ce matin à 11h devant le palais Royal avec de nombreuses personnalités.

    A 17h30 pas une gazelle n'était arrivée à Xaluca. Elles sont dans la tourmente dans l'atlas, pluie et tempête de neige. Notre amie France, que nous avons joint au téléphone, allait très bien mais  pensait arriver dans la nuit. Très déçus nous sommes rentrés au camping Hakkou, comme prévu.

    J'ai pu discuter avec deux gazelles arrivées la veille, elles connaissaient les difficultés de leurs collègues.

     

    Cocktail du jour, soleil, nuage et un peu de vent. Tout le monde s'agite ce matin. Que se passe t-il ??? Nous plan plan, nous émergeons doucement....Ne sommes nous pas au Maroc ????

    Ce matin nous avons eu le plaisir de rencontrer Hourya, l'épouse d'Ahmad et sa belle petite fille Inas, deux magnifiques petit bout de chou.

     

    Quelle belle famille 

    Hourya et Inas

     

    La matinée s'écoule tout doucement.

    Vers 12H15 Ahmad nous apporte la pizza berbère.

    A 12 H30 nous sommes attablés avec Brigitte et Christian, juste une salade verte à ajouter, et faire chauffer le rôti pour Christian.

     

    Notre repas de midi

      

    La pizza est excellente, il ne reste qu'une toute petite portion que Carla mangera, elle semble apprécier aussi.

     

    Quelle belle pizza berbère et  qui plus est très bonne 

    Café, gâteaux et chocolat

     

     En route pour Maadid où nous comptons voir les gazelles et particulièrement France et Elisabete, l'équpage 402 qui court sur Amarok.

    Un petit tour en ville pour retirer quelques dirhams et faire quelques courses.

     Puis nous patientons dans l'hôtel Xaluca, un bel hôtel avec piscine. Nous boirons un jus d'orange, offert par nos amis Bourguignons, en terrasse, au soleil. Mais nous apprendrons rapidement que les gazelles sont "prises ua piège" dans l'Atlas par une tempête de neige et ne regagneront ce lieu que dans la nuit.

     

    Voici donc des photos de l'hôtel.

     

    Entrée de l'hôtel

    L'autre entrée de l'hôtel

     

     

     

     

     

     

     

     Il garde l'entrée...

    Un peu de repos...

    Dans la butique

    A l'intérieur

    La piscine

    Toujours autour de la piscine

    Accès aux chambres

    Accès aux chambres

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La piscine intérieure 

    Un moment bien agréable

    Ne sont-ils pas beaux ,,

    que dire de celle-ci ??

     

    Voilà ce que nous avons vu des voitures et quads.

     

     

    Christian à perdu "Marguerite", mais il a retrouvé un autre ami à quatre pattes.

     

     

    Donc retour chez nous.... au camping Hakkou où Ahmad nous attend.

    Le vent est glacial, sans doute les conséquences de ces chutes de neige, nous sommes bien dans nos petits cubes blancs.

     

     

    25 mars

     

    Encore un début de journée mitigé, soleil et nuages en alternance mais aussi pas mal de vent, il est presque glacial....

    Nous sommes tous dans nos maisons à roulettes.... Mais comme tous les matin nous avons notre thé.

    Voici un nouveau camping-car du Maine et Loire à qui on eu la carte du camping et sont venus s'installer. C'est tant mieux et je pense qu'il ne le regretteront pas.

    Ahmad nous offre , ce midi, un couscous aux légumes secs, spécialité du coin. C'est donc une belle tablée de 8 camping-caristes accompagné de Ahmad qui déguste cet excellent couscous. Nous terminerons pas un café, des petits gâteaux et du chocolat. Des moments très agréables.

     

    Le couscous

    Une belle tablées 

    C'est l'heure du café.

     

    Après midi grande balade dans la palmeraie où l'on a d'abord des explications sur les plantes aromatiques, les cultures l'irrigation et les palmiers. Donc déambulons dans ce dédale verdoyant et ombragé tranquillement.

     

    La luzerne remplace souvent les céréales  

    Palmiers et cultures cohabitent toujours en bon termes

    Le puits et la pompe en action

    La palmeraie

    Le cousin d'Ahmad, frère d'Ahmid qui laboure

    Palmier mâle

    Carla va tresser les feuils de palmiers

    Palmier femelle

     

    Nous sommes abrités du vent et il fait relativement bon.

    Le hasard faisant bien les choses nous rencontrerons la maman et le papa d'Ahmad avec qui nous prendrons des photos.

     

    La maman et le papa d'Ahmad 

    Photo de famille !!!!

    Ahmad nous parle des moulins à huile

    Assistance attentive !!!

     

    Nous visiterons le vieux ksar qui a encore souffert des dernières pluies, Ahmad nous narrera la vie d'autrefois ici. 

     

    L'entrée du ksar

    Ils écoutent avec attention

    Les ruines qui résistent mal au intempéries

    Pénétrons dans la partie habitée.

     

    Puis passerons dans des passages couverts, avec de temps à autre un puits de lumière. Caché derrière une porte nous découvrirons un puits encore utilisé où une jeune femme vient remplir ses seaux.

     

    Passages couverts 

    Le puits

    Une parabole marocaine efficace

     

    Une dernière photo de groupe près du canal d'arrosage et du Ziz qui roule encore un peu d'eau.

     

    La joyeuse bande

     

    Un arrêt à la maison familiale où la sœur d'Ahmad nous sert thé et gâteaux.

     

    Monsieur le pacha 

    Chez Ahmad

    Avec le petit Youssef

     

    Retour dans nos foyers vers 19h après environ 8kms de marche. Suivre et écouter Ahmad est un vrai plaisir.

    Nous téléphonons à Marie pour lui dire que nous partons demain matin que nous voudrions la voir (Ahmad a eu la gentillesse de me passer son téléphone). Et nous voilà invités à l'apéro ce soir. L'auberge des Anges n'est pas encore terminée, mais leur maison d'habitation est opérationnelle.Sous une belle voûte étoilée nous nous rendons chez elle. Devant l'apéro nous parlons de leur projet, de notre séjour et du plaisir d'être ici dans ce pays où l'on se sent si bien  et dans ces coins si accueillants.Retour vers 21h sous se splendide ciel étoilé.

    Voilà encore une journée comme je les aime, demain je crois que j'aurai du mal à changer de cieux.....

     

    La journée Prologue est terminée. Notre Team 402 forme un bon tandem et semble satisfaite de cette première mis en route.

     

    26 mars

     

    Nos gazelles se sont levées à 4h le briefing était à 5H, la journée risque d'être longue, pleine d’embûches, 180kms de prévu et 9h de route.

     

    Un beau soleil ce matin mais encore du vent. Tour le monde s'agite c'est, hélas, le départ.....

    Départ comme prévu vers 9h30, nous  quittons, Ahamad et son petit camping difficilement. Mais l'émotion est palpable, des larmes roulent... Il nous offre un dernier thé.

     

    Le dernier thé, les sourires sont figés...

    Le Ziz, à la sortie du camping,depuis le fameux pont...

     

    Nous sommes hélas tenu pas des dates, nos petits enfants arrivent début de mois sur Marrakech. Mais nous reviendrons... Ahmad le sait bien.

     

    La palmeraie du Tafilalet 

     

    Un petit arrêt au souk à Aouffouss, juste pour l'achat de fruit.

     

    Ces dames vont au souk

     

    Une belle écharpe de palmes, qui s'agissent, nous suit sur notre gauche. Messieurs et dames reviennent des champs.

     

    Une belle frange verte

     Ces pauvres ânes dont lourdement chargés

    Nous suivons toujours cette belle palmeraie

     

    Arrêt au point de vue sur cette palmeraie du Tafilalet, mais il fit un vent glacial qui nous transperce. Cette palmeraie est réputée pour être la plus vaste du monde, en tout ca la plus grande du Maroc. Cette mer de palme représente 80000 palmiers dattiers. Cette immense oasis sans fin est entourée de montagne ocre et arides.

     

    Le restaurant de la plateforme  

    La vue en contrebas

    La palmeraie s'étire à perte de vue

    Nous dominons la palmeraie, ses cultures et ses villages

    Nous sommes frigorifiés

     

    Après Er Rachidia, dans ce désert encore vert paissent de nombreux et immense troupeaux..

    Arrivée à Goulmima chez Michèle, qui attend un groupe de 14 camping-caristes et qui a un peu du mal à nous placer ensemble.. Les esprits d'échauffent....et l'ambiance devient morose. Mais en réalité il y a six place de libre au milieu des oliviers. Que demander de plus.....

    Après midi tranquille chacun à ses occupations. Petite promenade en ville, "tranquillou""...mais à la recherche des beignets.

     

    Balade dans les rues de Goulmima 

    Quelle boutique !!!

     

    Ouf nous les avons trouvés !!!!

     

    Ils sont bons

    Une vraie ruche à la sortie du bahut.

     

    Un bon jus d'orange chez Michèle et nous voilà chez nous.

     

    Chez Michèle 

     

    Nous sommes très bien ici mais ce soir j'ai un peu le vague à l'âme après la journée d'hier.

     

    Le Team 402 semble avoir fait un bon parcours et récupéré toutes les balises. A voir le classement demain.

     

    27 mars

     

    Les gazelles se sont élancées à 6H ce matin attention aujourd'hui c'est l'étape "choux fleurs" avec 8 balises.

     

    Nuit calme et ce matin un ciel bleu, un soleil radieux et pas un brin de vent. Le top.Voilà Fati nous amène les crêpes chaudes, un petit délice bien apprécié. c'es

    Ce matin les lavandières sont en action....

    Ce midi pas de repas à préparer...... Repas dehors pour tout le monde, sanglier au caramel pour Paul et tajine de veau aux pruneaux pour moi, le tout très bon. Regardez, pas même le temps de prendre la photo et on a déjà mangé....Oh les goulus !!!!

     

    Sanglier au caramel 

    tajine de veau aux pruneaux

     

    Brochettes pour certains, tomates farcies maison pour d'autre et cela dans cuit dans leur petit four cyclonique. Elles sont belles et sentent bon. Dommage nous avons mangé sinon on se serait bien invités....LOL.

     

    La cuisinière surveille la cuisson  

    C'est l'heure du café

     

     Après un début d'après midi reposant nus voilà en ville pour quelques courses..... cordonnier, libraire, marchand de fruit et de légume et olives. Voilà une belle boutique qui me tente.

     

    Une belle boutique

    Le vendeur conciliant accepte que je me serve

    Au petit souk permanent

     

    Et devinez quoi d'autre .... nos beignets favoris.

    Nous ne sommes pourtant pas guidés par l'odeur, mais nous les découvrons tout de même dans une petite rue. Ils sont déjà attachés par une ficelle...mais point de sucre. Que faire ???

    Nous les achetons tout de même 4dh, les quatre. Une fortune !!!! Mais comment les sucrer ??(Même après 12 voyages dans ce magnifique pays nous sommes toujours surpris par certains prix)

    Rien de plus simple nous achetons 1kg de sucre chez l'épicier du coin. Mais la préparation devient délicate...un  vrai cérémonial...

    Hi HI HiNous nous installons au petit troquet du coin, même pas une assiette pour mettre le sucre... Au Maroc on a toujours une solution, rien de plus simple, Christian verse le sucre dans le sac plastique, Paul fait le sucrier hi hi...en secouant le tout. et nous voilà avec des beignets tout chaud et sucrés. Nous les accompagnons d'un bon thé à la menthe.

    Il nous en faut peu mais nous avons bien rigolé

     

    Christian détache délicatement la ficelle

    Toujours Christian, il verse le sucre

    Encore un peu...

    Paul secoue

    Et voilà !!!!

    Ils sont très bons, chauds et sucrés...

     

    Le service est-il fait correctement ???

    Oh les gourmands !!!

     

    Miam Miam

     

    Nous n'allons pas en rester là, trop de sucre sans le sac, donc Paul va en acheter quatre de plus.

    C'est du superflu, mais nos papilles sont ravies.

     

    Nous rentrons tranquillement avec nos courses. Paul nous attend....

     

     Pourquoi pas !!!!!

     

     

    Demain nous partons.... nos jours sont un peu chronométrés en ce moment, dommage... mais nos petits enfants arrivent donc nous sommes malgré tout ravis.


    10 commentaires
  • 28 mars

     

    Toujours une départ à 6h du matin pour nos gazelles, exceptionnellement, pour ne pas les pénaliser, elles ne changeront pas d'horaire cette nuit. Le Team 402 a fini son étape à 17h.

    Luana Belmondo aux fourneaux !

     

    Ce soir, l’Italie s’invite avec charme dans le menu des Gazelles. Pour les récompenser de leurs exploits dans les dunes - ou les réconforter - la chef et épouse de Paul Belmondo qui mitonne des bons petits plats dans l'émission Cuisine + et C à Vouss’est mise à l’œuvre dès ce matin. Au programme : risotto, osso buco et d'autres surprises.

     

     La soirée se poursuivra avec une coupe de champagne TSARINE et sera cloturée par un feux d'artifice !!

    Bonne soirée les Gazelles !

     

     

    Départ de chez Michèle comme prévu, nous avons papoter un grand moment avec elle, alors que nos chauffeurs nous attendant patiemment.

    C'est le souk à Goulmima, la foule se presse devant l'entrée.

     

    L'entrée du souk à Goulmima

     

    Nous roulons dans un désert toujours verdoyant, nos amis les dromadaires y paissent tranquillement.

     

    Un désert verdoyant

    Nos amis les dromadaires

    La palmeraie vers Tininjad 

    Ces dames rentrent des champs lourdement chargées

     

    Arrêt à Tinerhir pour quelques achats et direction les gorges de Todra, d'où nous avons une vue plongeante sur la palmeraie, ses cultures et les djebels ocres et arides qui l'entourent. 

     

    Arrivée sur Ténerhir  

    De vieux ksour en bordure du Todra

    Direction les gorges de Todra

    Vue sur Tenerhir et son immense palmeraire

    Vert et ocre se mêle parfaitement

    Cultures, palmeraie et villages

     

    Arrêt au petit camping de l'Atlas, camping très agréable au bord de l'oued, accueil chaleureux du propriétaire.

    La vue depuis le camping Atlas

    Vue de côté falaises, rive droite 

    On ne se lasse pas de ces paysages toujours depuis le camping

    Entrée du camping avec futur restau et nouveaux sanitaires

    Voilà les emplacements que du bonheur !!

    La tonnelle

    Nos trois camping-cars 

     

    Nous prenons notre repas dehors ainsi que notre café, les 'palmiers' de Michèle sont succulents, nous prévoirons une halte à sa pâtisserie, lors de notre départ.

     

    Le repas

    Pause café, "palmiers"

     

    Après le repas nous irons voir des amis de Brigitte et Christian Ahmed et sa famille qui nous offriront le thé. Demain nous mangerons dans leur petit restaurant. Chut !!! C'est un anniversaire avec un jour d'avance.

     

    Juste près de chez eux

     

    Il fait chaud la palmeraie nous tend les bras...il suffit de traverser l'oued sur un tronc de palmier..passera...passera pas !!!!!

     

    Départ un peu difficile 

    C'est parti !!!

    Ouf !!!! C'est terminé....

     

    Les dernières crues semblent avoir un peu dévasté le terrain, difficile de trouver le sentier qui se faufile entre palmiers et champs cultivés. Carla s'en donne, pourtant, à cœur joie, fait de grands va et vient en pataugeant souvent dans l'eau boueuse.

     

    Balade dans la palmeraie 

    Ils ne sont pas craintifs.. 

     difficile de trouver notre chemin

    Il faut parfois garder l'équilibre 

     

    Nous cheminons tranquillement, la balade est fort agréable, là un âne, là des dames qui coupent de la luzerne avec leur faucille, là les ruines d'un vieux ksar et toujours ce relief ocre qui tranche avec les verts changeants de la palmeraie et des cultures.

     

    Il attend patiemment

    Un vieux ksar

    Des palmiers, des cultures, des arbres fruitiers 

    Ksar en ruine 

    Paul

     

    Difficile aussi de traverser l'oued, pas mal d'eau mais aussi des ponts emportés, nous traverserons sur ce pont de fortune où même les ânes chargés passent. 

     

    Un petit pont détruit par les fortes pluies de novembre 

    Les plus courageux !!!!

    Barbel et Jack 

    la progression est lente

    La petite dernière !!!

    Ils sont doués, même pas peur...

     

    Les marocaines avec leur âne sont plus habilles que nous....

     

    Plus douées que nous...

     

    Nous espérons nous faufiler dans ce labyrinthe sombre planté d'oliviers, cette fois rive droite de l'oued. Mais l'heure tourne et notre progression est compliquée, là on bute dans un terrain boueux, un peu escarpé, là dans une petite montée en cul de sac où l'on se casse le nez devant une porte. Impossible de vraiment aller plus loin. Ma sœurette n'est pas rassurée...Elle se voit passer la nuit dans la "jungle marocaine" avec les animaux qui vont avec.... Pourtant il n'est pas encore très tard.

     

    Ca commence à monter 

    Le terrain devient un peu plus dur...

    Là  demi tour obligatoire 

     

    Demi tour obligatoire, puis il faut escalader un muret... gravir des escaliers... et Ouf !!!  nous voilà enfin à la route mais nous devons encore marcher pas mal pour arriver au camping. Mais la vue est magnifique.

     

    de belles vues sur la palmeraie 

    Courage c'est la dernière montée...

     

    La promenade était belle mais dure pour certaines....Tour opérator n'a pas fait l'unanimité.... faudra voir d'en changer !!!!

    Après l'effort le réconfort, une bonne douche et ensuite un bon apéro chez nos amis Bourguignons.

     

    L'apéro chez nos amis Barbel et Jack

     

    Comme vous pouvez le voir, nous n'avons pas de vies faciles...

     

    29 Mars

     

    Etape marathon pour les gazelles, sur deux jours. pas facile, mais elles aiment les défis. Mais cette année elles devront traverser l'oued Ghéris, qui souffre du manque d'eau parfois pendant des décennies. Là près de 6 kms de largeur, avec des bras crevassés...et des zones humides qui peuvent arrêter n'importe quel véhicule...Courage !!!!

     

    Nous avons changé d'heure...dur dur de se lever ce matin malgré un soleil radieux qui brille pour nous....

    Chacun ses occupation et la matinée s'écoule comme un fleuve tranquille.

    Vers 12h 30 nous allons chez Ahmed et Fatima, les amis de Brigitte et Christian, au cœur de la palmeraie, vers la source sacrée "Café Restaurant Aghbakou'n Imaghirn". Avec un jour d'avance nous fêtons les 67 printemps de Christian.

     

    Nous allons nous installer dans le jardin 

     

    Un peu d'attente mais pas de problème nous avons tout de même une heure d'avance sur hier. Ici encore une fois Ahmed n'a pas l'heure mais le temps. Ne sommes nous pas en vacances....

     

    Nous patientons à l'ombre

     

    En entrée une bonne et copieuse salade marocaine avec des œufs durs, couscous au bœuf préparé par Fatima, un régal. Fruits en dessert.

     

    Pour six peronnes 

    Quatre plats ainsi...

    Avec Ahmed

    Deux plats ainsi pour nous six

     

    Avec le thé on nous servira un très bon gâteau, toujours préparé par Fatima, C'est Christian qui nous l'apporte dans superbe djellaba noire que la famille vient de lui faire cadeau (un très beau geste). Fou rire général.

     

    Voilà notre Christian en Djellaba...

    Avec Ahmed, Yasmina t le grand fils 

    Voilà le beau gâteau d'anniversaire

    Christian à toi l'honneur

     

    Merci Brigitte et Christian pour cette invitation c'était très bien, nous avons bien rigolé, des choses simples qui font plaisir et selle l'amitié.

    Brigitte et Christian ont apporté tablette et appareil photos aux deux adolescents et de nombreux vêtements. Nos amis bourguignons et nous  leurs amenons quelques friandises et stylos. Un grand merci à cette famille modeste pour leur accueil et leur gentillesse.

    Avant de partir Ahmed et Fatima appelle Brigitte et la voilà habillée d'une Djellaba dans les tons de gris, voilà un beau couple de nouveaux mariés. Même Carla a grogné en les voyant arriver !!!! 

     Les nouveaux mariés 

    Ne sont-ils pas beaux nos nouveaux marocains ????

     

    Une journée marquée pas des rires et de la bonne humeur, il ne peut en être autrement quand Brigitte est là.

    Nous prenons congé de nos hôtes et regagnons nos maisons à roulettes pour un peu de repos....

    Il fait chaud, le soleil brille et les oiseaux gazouillent....

    Nous développons et apportons quelques photos à Ahmed de notre passage dans son petit restaurant, il semble ravi.

    Il est temps de faire une petite balade digestive...dans la palmeraie...sans nous perdre comme hier au soir, afin d'éviter que ma petite sœur soit en panique. Des moments agréables à flâner au gré des petits passages à l'ombre et en bordure de l'oued Todra. Les grosses pluies de novembre dernier ont fait de gros dégâts. Palmiers, oliviers, amandiers ou bouleaux nous abritent de leur ombre selon la course du soleil.

     

    Dans la palmeraie

    L'oued Todra

    Quel contraste

    Vue sur le village

     

     Ce soir apéro chez nous.

     

    30 Mars

     

    Nos gazelles poursuivent l'étape Marathon...on les suit à la trace en direct..Allez les filles FONCEZ !!!!

     

    BON ANNIVERSAIRE CHRISTIAN

     

    Pour toi Christian  !!!

     

     

    Toujours grand soleil sur le Todra...

    Départ comme prévu à 9h , un arrêt à Ténerhir pour quelques achats au petit souk, puis à la pâtisserie "Chez Michèle" où nous avons acheté tous les palmiers...

    C'est jour de souk à Tenerhir beaucoup de monde dans les rues, des va et vient incessants. La ville s'agrandit, nouvelles constructions vers la 4 voies et ses immenses rond point.

    Les montagnes verdoyantes défilent à notre gauche, tandis qu'à notre droite les collines prennent des teintes orangées, en arrière plan la neige étincelle.

     

    Encore un désert verdoyant 

     

    De nombreux troupeaux paissent cette herbe inespérée.

     

    Ils traversent la route nonchalamment.

     

    Toujours ces dames qui rentrent des champs lourdement chargées, ou bien elles viennent de faire la lessive.

     

    Elles rentrent des champs 

    C'était journée lessive

     

    Elles sont très habilles et portent aussi leur fardeau sur la tête sans le tenir.

     

    Fardeau sur la tête, sans le tenir 

     

    Elle semble un peu moins chargée

     

      

    A l'entrée de Boulmane

     

    Sur les hauteurs de Boulmade de Dadés la vue panoramique embrasse en contrebas la vallée du Dadés aux champs verdoyant et bien entretenus sur toile de fond d'Atlas très légèrement enneigé.

     

    Panorama sur l'Atlas

    L'oued Dadès

     

    Après Boulmane de Dadés, une multitude de villages  s'étirent le long de notre route, parfois au milieu de la verdure d'où émerge une mosquée rose.

     

    de petits villages qui s'égrainent sur notre route 

    Encore un ksar en ruine

    Des cigognes perchées sur le minaret

    Ici tout se transporte....

     

    Kelaa M' Gouna, au nom de la rose, cette rose Damascena, allie senteurs, vergers et architecture traditionnelle berbère. 

     

    Kellaa M'Gouna 

    Les fameux rosiers 

     

    Puis Skoura modeste et discrète, une palmeraie, sur fond d'Atlas enneigé, des casbahs d'hier et d'aujourd'hui que l'on peut admirer au passage. 

     

    Skoura

    vendeur de dattes et de paniers

     

    Nous roulerons jusqu'au lac du barrage Al Mansour Eddahhi où nous nous installons pour notre repas, il est un peu tard, il est vrai que la traversée des nombreux villages n'a pas facilité notre progression, en effet sommes très respectueux des limitations de vitesse. Notre décor ressemble à une carte postale, le lac, les collines ocres et l'Atlas enneigé. 

     

    Voilà la carte postale que nous avons devant les yeux

    Le lac

    Voici le lac de barrage

     

    Repas de midi improvisé avec Brigitte et Christian, nous partageons seulement la même table.

     

    Repas de midi

     

    Nous arrivons rapidement à Ouarzazate où nous nous installons au camping municipal, où il y a encore pas mal de place. Il se remplira rapidement ce soir. Il fait très chaud c'est le repos qui s'impose, nous papotons à l'ombre. pas le courage d'aller en ville. Demain sera un autre jour.

    Nous  irions chez Claudie mercredi, elle nous préparera le repas et nous mettrons nos petits cubes au milieu des oliviers.

    Ce soir avons encore pris notre repas dehors, le premier de notre séjour.

     

    La première étape marathon est terminée, notre team préféré a bien roulé et récupéré toutes les balises. Attendons les résultats demain.

     

    31 Mars

    Super mes gzelles

     

    Au terme de la première journée marathon l'équipage 402 c'est à nouveau classé troisième.  

    La première étape du deuxième marathon semble avoir très bien débuté.

     

    Ouarzazate, ancienne ville de garnison, porte du grand sud, est célèbre pour son cinéma, même si les tournages sont un eu en déclin. Le centre ville s'articule le long de deux t=grands boulevards où l'on trouve la plupart des services. La ville ne possède pas n vaste passé historique hors mis la casbah  Touarit fut une des nombreuses résidences du Glaoui.

     

    Casbah Touarit 

     

    Un début de matinée cool avant le départ pour le centre ville, à pied malgré la chaleur.

     

    Casbah et hôtel

    Par cette chaleur un peu de repos ne fait pas de mal

    Le vieux ksar encore habité

      

     

    Quelques courses à notre bazar favori, puis repas sur la place El Mouahidine à "l'assiette dorée", nous ne le recommanderons à personne. L'entrée, avocat pour tout le monde est décoré avec des oranges et des fraises, surprenant !!!

     

    L'entrée

     

    Les tajines étaient bons quant au reste très passable, les frites n'étaient pas cuites. C'est la faute de pommes de terre, elles ne sont pas bonnes cette année nous a confié le serveur. Mais c'était un menu à 65 dh...La nappe était aussi tachée et les serviettes pas clean. Bref vous l'avez compris nous avons été déçus.

     

    A table 

     

    Nous cherchons des tajines cerclées et ayant des poignées...pas mal d 'ailleurs.

     

    A la recherche de tajines

     

    Retour à la pâtisserie Habous pour boire un café, les plus gourmands prendrons un gâteau.

     

    C'est l'heure du café. 

    Oh les gourmands

    Vous avez soir. Alors buvez....

     

    Encore un petit tour pour divers achats et puis nous allons siroter un bon jus de fruit, que des fruits frais de toutes sortes et comme vous pouvez le voir ici on nous sert deux verres, sauf pour le jus d'orange qui est dans un grand verre.

     

    UN peu de repos 

    Le café

    Nos boissons 

     

    Retour en taxi au camping. Nos amis Patrick et Annie viennent juste d'arriver. C'est avec joie que nous les accueillons et ce soir avons décidé avec Brigitte que nous ferions un apéro de bienvenue. Ce sera un apéro dînatoire où l'on rigolera à gorge déployée. Jack nous a apporté une bouteille de Champagne et Patrick à baptisé nos cc. En effet dans la région bordelaise il faut cracher du champagne sur le cc. Voilà qui est fait.

    Rien ne manque, foie gras, petits feuilletés, toasts et puis les pastillas commandées arrivent, elles arrivent à point et nous en dégustons une. Elle est au pigeon et vraisemblablement du goût de tout le monde sauf... sauf, devinez de qui ??? Christian.

     

    Voilà la joyeuse bande 

    Jack au service

    La pastilla arrive

    Pas facile à couper

     

    Nous rentrons dans nos chaumières à 21h 30. Donc encore une deuxième soirée dehors c'est super, ici c'est l'été et ce malgré l'altitude qui avoisine les 1200m.

    A demain pour de nouvelles aventures, nous allons chez Claudie.

     

    01 Avril

    C'est un poisson !!!!

     

    Nos gazelles, le Team 402 semble faire un très bon parcours. Foncez les filles !!! On sous suit. On compte sur vous pour le podium.

     

    Grand beau sur Ouarzazate encore ce matin.

    Ce matin on prend son temps...;On discute...on fait les pleins...le vide !!!! Nous saluons nos amis Annie et Patrick venus à notre rencontre. Merci à eux nous avons passé une très bonne soirée hier; Et Hop en route....

     

    Au revoir les amis

     

    Un premier arrêt pour l'achat de tajines cerclées avec poignées pour Brigitte et Christian. 

     

    Le choix est difficile...

    Est-ce bien la bonne taille ?

     

    Puis chez "Viandal", notre boucherie préférée . Nous voici donc à la sortie de Ouarzazate;..L'atlas est encore fortement enneigé.

     

    Sortie est de Ouarzazate

     

    Nous traversons l'oued et nous voilà à Tifoultoute, chez Claudie et Lhacen à la casbah Zitoune" maison d'hôte super agréable, au milieu de nulle part, dans les oliviers, face à la chaine enneigée de L'atlas. Un petit havre de paix que nous ne manquons pour rien au monde, lors de notre passage.

     

    Oued Tifoultoute fort  boueux  

    Vieux ksar de Tifoultoute

     

    Nous sommes reçus comme des rois et nous discutons tranquillement en buvant le thé de bienvenue.

     

    Paul

    Et le Pacha

      

    Aziz nous sert le thé

    Thé de bienvenue

    Avec Claudie

     

    C'est dans le patio ombragé où se promènent tortues et paons que nous mangeons.

     

    La patio

    Les tortues sont toujours là.

    Les paons aussi !!!

     

    Un très bon menu harira ou salade de courgettes, brochettes de dinde et frites. Claudie nous a préparé des truffes blanches pour nous les faire goûter. Flan caramel en dessert.

     

    A table ....

    Harira ou salade de courgettes

    Brochettes de dinde

    Les truffes blanches

    Thé et café à volonté

     

    Lahcen, rentrant des courses vient nous saluer. Nous avons apprécié de repas simple et qui de plus, avions commandé. 

    Les toutous s'en donnent à cœur joie ...

     

    De Goulmima à Marrakech

     

     Voilà maintenant un peu de repos ne fait pas de mal. Il fait très chaud, surtout dans nos cubes blancs.

     

    Au milieu des oliviers

     

    Pour ma part je suis confortablement installée sur une petite table face à l'atlas, à l'ombre d'un olivier qui agite ses feuilles sous une légère brise, fort bienvenue. internent est mon occupation du moment. 

     

    Face à l'Atlas

    La vue est imprenable

     

    Ensuite je peux rester là des heures à rêvasser devant ce spectacle naturel, quelques nuages blancs effilochent sur l'Atlas qui scintille. A mes pieds, un petit ruban vert formé de palmiers épars,  de bouleaux  aux frêles feuillages et d'arbustes suivent minutieusement l'oued. Puis les yeux mi-clos, mes pensées s'envolent....

     

    Bouleaux et palmiers

    Un beau ruban vert

    Parfois plus étroit

     

    Paul vient me rejoindre...

     

     

    Vers 18h nous prendrons un rafraîchissement tous ensemble toujours à l'ombre des oliviers, personne n'a le courage d'aller faire la balade vers les décors de cinéma, plantés là haut sur la colline.

    Pour le repas de ce soir, nous squatterons la table des Aveyronnais, n'avons pas bien faim, un potage, du fromage et des fruits suffiront pour calmer nos estomacs.

    Il fait bon nous prenons le frais jusqu'à 21h30, heure locale, sous une voûte étoilée que nous n'avons pas l'habitude de voir en Europe. Cela me renvoie à mon adolescence, où chez ma maman, on se reposait le soir à la fraîcheur après les journées étouffantes du Languedoc.

    Demain partons pour Marrakech pour retrouver notre petit fils et sa compagne. 

     

    En regardant "INFO LIVE" les nouvelles pour le'équipage 402 semblent très bonnes. On croise les doigts pour un meilleur classement.C'est la dernière ligne droite....FONCEZ mais aussi BRAVO;

     

    02 mars

     

    Le classement après le deuxième Marathon n'est pas encore tombé. C'est cependant le dernière ligne droite, dernière journée. Ouf elles vont pouvoir récupérer. Demain en route pour Essaouiea.

     

    Toujours le beau temps; Claudie nous gâte ce matin encore. Marbré chocolat, crêpes et jus d'orange. Nous allons la saluer et nous partons.

     

    Départ de la casbah Zitoune 

    Casbah Tifoultoute

    Transport d'herbe pour les animaux 

     

    Journée liaison pour Marrakech mais ce soir nous avons le plaisir d'accueillir notre petit fils Sébastien et sa compagne Maude.

    Nous voguons des paysages agréables  de cartes postales, des collines rouges et ocre mais vertes et oui la pluie a eu ses bienfaits, c’est la Khéla, flanc méridional de l’Atlas. Une frange verte cultivée suit l’oued, le tout sur fond d’Atlas enneigé. Ces collines rainurées, torturés par les éléments naturels qui les façonnent à leur manière semblent nous suivre.

     

      

    C'est jour de lessive...

    Des courageux !!! 

     

    Des nombreux villages en pisé s’égrainent le long de notre route et de l’oued verdoyant, certains se détachent sur la chaine du Haut Atlas, d’autres se fondent totalement dans le paysage.

     

      

    Encore un petit village

      

     

    La vallée se resserre et nous progressons doucement prenant rapidement de l’altitude. A Irherm-Ougdal, village typique avec ses maisons basses comme écrasées par les pentes rouges se dresse un grenier forteresse.

     

    Irherm-Ougdal 

    cultures en terrasse 

     

    Beaucoup de villages aux maisons en pisé aux toits plats avec souvent une cour intérieure.

     

      

      

     

    Les bouleaux ont mis leur délicate robe printanière tandis que les figuier encore en bourgeons étale leur squelette grisonnant.

    Nous roulons au milieu de paysages fabuleux, fleuris et verdoyant où chaque virage nous réserve sa surprise. La route est de plus en plus tortueuse et les villages de plus en plus sévères, les maisons se resserent les unes contre les autres, comme pour conjurer le climat qui devient de plus en plus rude au fur et à mesure que l'on monte vers le col.

     

      

    Un mini lac embramchement de Télouet

    Un touriste 

     

    La végétation se raréfie laissant place à un paysage plus âpre et presque  exclusivement minéral.

    Arrivée au col du Tichka à 2260 où il y a pas mal de monde et où nous sommes assaillis par les vendeurs de fossiles et géodes. Difficile de prendre les photos….Même à cette altitude il fait très bon, comme vous le voyez nous sommes en tee-shirt.

     

    Au col

     Toujours au col les boutiques

     

    La descente en grands lacets ne pose aucun problème, de grands travaux sont en cours pour améliorer cette qui franchit le Haut Atlas et relie Marrakech à Ouarzazate, mais nécessite attention et patience, parcours montagneux et souvent encombré par les tours opérators, les 4X4 et les camions….

     

    L'Atlas ennigé 

    Encore de la neige

    De Goulmima à Marrakech

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La grande descente vers Marrakech

    Encore quelques virages

    Encore et encore !!!

     

    Plus bas on retrouve des paysages alpestres et de gros noyers qui commencent à mettre leur feuillage roux. De nombreux champs d’orge, de blé ou de maïs, cultivés en terrasses verdoient, contraste frappant avec la terre ocre et rouge.

     

      

    encore de petits villages

      

     

    Passé tout ce site enchanteur on se retrouve dans la plaine et on arrive sur Marrakech. Marrakech toujours autant encombré, une circulation anarchique, des vélos mais surtout de mobylettes qui débouchent de partout…

    Heureusement nous avions le GPS pour arriver à l’aéroport car il m’était difficile de reconnaitre l’itinéraire.

    Voilà nous stationnons sur parking pour la nuit, Sébastien et Maude arrivent vers minuit. 

    Il fait chaud mais fenêtres ouvertes c’est supportable.

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique