• 03 avril

     

    Pas encore le résultat de l'étape 6 su rallye des gazelles. A suivre...

    Nous avons les résultats de nos gazelles référées elles se classent 6ième. Nous les espérions sur le podium... il en est autrement, mais elles n'ont pas démérité pour autant.

    Bravo tout de même ainsi qu'à toutes les concurrentes.

     

     

    Aéroport de Marrakech

     

    Les voilà !!!! Enfin !!!!!

     

    Ils sont bien là !!!

     

    Ils sont bien arrivés...Non sans mal. Ils ont faillit repartir pour la France. Et oui il leur fallait une adresse sur Marrakech. Une adresse qu'ils n'avaient pas. Puis l'Ourika Camp ne  convenait, pas à la police zélée.... c'était trop loin de Marrakech. Bien entendu ils voyaient la vallée de l'Ourika, et pas le camping sirué seulement à quelques kilomètres..

    Bref à 2 heures nous pouvions nous coucher... Tout est bien qui finit bien. Sauf pour le téléphone de Maude oublié sur un comptoir. Pas question de le retrouver...

     

    03 Avril

     

    Nous voilà à l'Ourika camp où nous allons manger avant de partir visiter Marrakech.

     

    Repas au restau de l'Ourika camp 

    Nous sommes servi, c'est délicieux

     

    Nous partons donc en taxi du camping, il est toujours mal aisé de conduire dans la ville et pas toujours évident de se garer correctement, au retour il viendra donc nous rechercher.

     

    Débastien

    Maude

     

     Il fait très chaud nous  commencerons donc la visite par les jardins Majorelle, une petite merveille que notre petit monde apprécie, plus de 300 espèces sur presque un hectare. 

     

    Le jardin Majorelle

     

    Il y a plus de quarante ans qu'un peintre Français Jacques Majorelle créa ce lieu enchanteur au centre de la ville rouge, ensuite Yves St Laurent et Pierre Bergé restaurent l'endroit laissé à l'abandon.  On déambule dans des allées ombragées au milieu d'arbres et de plantes exotiques. On y longe bassins et fontaines aux murmures rafraîchissants.

     

      

     

    On se délecte de toutes ces odeurs, de toutes ces couleurs, le fameux bleu Majorelle qui tranche avec la végétation, du bruissements de feuilles et du pépiement des oiseaux nombreux à y avoir élu domicile.

     

     

     

    Pour poursuivre notre visite nous ferons un tour de calèche, il fallu discuter le prix sérieusement, à Marrakech on dit souvent "arnakech". Nous longerons ainsi les remparts, ces hautes murailles ocre-rose, couronnées de tours carrés et percées de plusieurs portes. Notre cocher nous conduira à la Ménara cette vaste oliveraie au milieu de laquelle se situe un grand bassin et un petit pavillon, où la légende dit que le sultan noyait l'élu d'un soir au petit matin.

     

    Promenade en calèche

    Notre cocher

    A l'entrée de la Ménara

     

     

    Nous voilà donc à l'issu de cette petite balade à la place Jemma el Fna encore peu animée, mais qui commence tout doucement à se préparer comme tous les jours. Mais ils sont déjà là en quête de touristes pour récolter quelques dirhams, mais ils n'en nt jamais assez....

     

    Voilà tout le monde  le sourire

     

    Ils insistent vraiment..

    Difficile d'arrêter leur manège

    Enfin tranquilles....

     

    Nous flânerons au hasard dans la médina à la recherche d'un coup de cœur qu'il faudra négocier, et négocier encore.

     

    Ils ont le sourire mais ne sont pas au bout de leur peine

    Il faut encore négocier

     

    On sera encore harcelé même si les choses ont bien changé. Nos gamins se plongerons dans cette ambiance qu'ils ne connaissent pas. (Sébastien était venu nous rejoindre en 2005, il n'avait que 10 ans  et ses souvenirs sont lointains). Mais au bout de quelques heures c'est un peu lassant.

     

    Nous flânons

     

    Le souk

    Toujours dans le souk

    Il se font souvent acoster

    Ils sont à l’affût de tout...

     

     

    Le jour commence à faiblir la place s'anime, nous irons donc prendre un verre à une terrasse qui permet d'avoir une vue d'ensemble.

     

    Vu du haut

     

    Qu'elle ambiance et quelle foule

    On domine la situation

     

    Les marchands ambulant sont là, les vendeurs de jus de fruits ou de fruits secs ont tous le même stand, les petites gargotes font légion, chacune porte son N° mais laisse déjà échapper des volutes de fumée dans toutes les directions, tables étroites et bancs pour un repas folklorique sur le pouce. Les victuailles sont étalées et prêtes à se faire griller en deux temps trois mouvements. C'est à celui qui attirera le client le plus rapidement possible... Il y a même les vendeurs d'escargots ou encore de têtes de moutons grillées. Mais le tableau serait incomplet si on oubliait les serveurs, tous vêtus d’une blouse blanche. 

     

     Les victuailles sont prêtes à  être servies

    Dégustez les bons escargots...

     

    Dans cette ambiance festive on trouve encore des tireuses de bonne aventure, des montreurs  de singes, les charmeurs de serpents, des porteurs d'eau en tenue, des bonimenteurs ou encore des groupes de musiciens et des femmes proposant des tatouages. Tout ce monde se presse vers les touristes afin de poser et de récolter quelques dirhams, c'est un peu stressant et lassant.

    Ce soir avons décidé de dominer tout cela en mangeant à la terrasse du café de France. Nous traverserons donc ensuite ce magma humain car notre taxi nous attend.

     

    Avec vu sur cette ambiance festive

     

    Une journée bien fatigante mais très agréable. Sébastien et Maude sont ravis de cette première visite. Mais nous reviendrons donc un soir pour se plonger dans cette ambiance que l'on ne retrouve nulle part ailleurs au Maroc.

    Il y a bien d'autre chose à voir à Marrakech, mais il nous faudrait bien plus de temps, mais hélas leurs jours sont comptés.

     

    04 avril

     

    Nus allons poursuivre notre périple en voiture de location. Direction Essaouira....pour la journée.

    Nous avons eu le plaisir de voir nos gazelles préférées quelques instants dès notre arrivée devant l'hôtel Mogador, une chance inespérée.

    Essaouira, la blanche, corsetée dans ses remparts, avec son port, ses envols de mouettes  est encore une fois balayée par les vents. Nous irons  manger au port chez Sam avant de déambuler dans les souks de la ville sans y être harcelé ou bousculé par un deux roues, en passant par le porte de la marine et la squala du port.

    Après avoir franchi un passage sous voûte où l'on trouve des ateliers d'artisans marqueteurs, nous monterons la rampe où nous pourrons voir une belle collection de canons braqués vers l'océan. Promenade vivifiante cheveux au vent.

    Quelques courses, surtout des gâteaux et nous prendrons le chemin du retour. La route sera un peu longue et l'arrivée sur Marrakech sera chaotique. Difficile de nuit de se frayer un passage dans  cette circulation anarchique et particulièrement intense, tout en cherchant notre route. 

    Une journée bien remplie, hélas pas de beau temps sur Essaouira, mais nous nous sommes bien promenés tout de même. Nous avons perdu au moins 20°....;Surprenant.

    Nos mangerons tardivement au camping-car, steaks et côtes de chameaux.

     

     

     05 avril

     

    Joyeuses fêtes

    Joyeuses fêtes à vous tous chers amis lecteurs. je ne vous oublie pas .

    Nous avons donc gardé la voiture de location pour aller aux cascades d'Ouzoud. La route ne sera pas très agréable il pleuvine et le plafond est particulièrement bas. 

    Arrivée à Ouzoud nous voulions aller manger au camping Zébra où l'on mange très bien mais aujourd'hui on ne sait pas pourquoi ils ne servent pas. 

    Nous garons donc la voiture au parking, il y a un monde fou, des voitures partout et des cars en pagaille. Mais que se passe t-il ? Apparemment rien de spécial nous dit-on, c'est ainsi le WE.

    Il est l'heure de manger nous nous installons donc une petite gargote conseillé, chez Saïd. Beaucoup de monde, un restau à la marocaine, on mange avec les doigts, un petit menu avec salade marocaine, poulet frites et salade de fruits en dessert que l'on mange avec des piques. Tout le monde est content nous allons donc pouvoir descendre au chutes que nous n'avons aperçu que du haut.

    Gargotes et échoppes bordent notre chemin au milieu des oliviers, il est très aisé de descendre sans être harcelé par un chemin bien aménagé avec de nombreux points de vue. De nombreux singes magot jouent, se balancent et sautent de branches en branches. Nous prenons plaisir à les regarder. 

    Ces importantes chutes, les plus hautes du Maroc s'élancent à plus de 100m de hauteur à plus de mille mètres d'altitude, en trois paliers. l'eau est relativement boueuse, suite aux dernières pluies.  pas d'arc en ciel aujourd'hui, le soleil ne daigne pas montrer son nez, cependant il ne pleut pas. Ces chutes sont impressionnantes et bien fournies et se situent dans une verdoyante vallée rurale de grès rouge.

    Nous aurions bien traversé sur les petites barques multicolores et fleuris, mais Maude étant mal chaussée préfère remonter par le même chemin.  Avant de remonter les nombreux escaliers nous irons siroter un bon thé à la menthe avec ces belles chutes surprenantes en toile de fond.

    Nos jeunes ont bien aimé cette balade rafraîchissant, cette merveille de la nature dans un cadre enchanteur, ce petit bijou de l'atlas, malgré le manque de soleil.

    Retour à Marrakech où nous laissons nos jeunes que nous retrouverons pour une soirée sur la place.

    Nous rentrons donc au camping et tentons de décider Brigitte et Christian de venir manger avec nous (Sébastien m'ayant demandé d'insister pour qu'il viennent) Barbel et Jack n'avaient  pas prévu de se joindre à nous.  Ce fût très facile de les convaincre, nous voilà donc repartis pour prendre le bus. C'est un taxi qui s'arrête et nous propose de nous conduire à la place et nous laisse son N° de tel pour le retour.

    Nous nous plongeons donc dans l’atmosphère fumante de la place Jeema el Fna, et allons choisir notre gargote. Comment faire ? Au pif sans doute. Nous voilà donc à flâner dans les allées et là nous sommes hélés pas tous les rabatteurs annonçant leur n°, carte à la main il jonglent avec toutes les langues pour attirer le client et sont très habiles pour recruter, se pliant parfois à poser pour la photos afin de nous séduire. Peu de temps pour attraper le client, qui va être rapidement au stand suivant.

    En voilà deux face à face qui se disputent pour nous installer, la moutarde me monte au nez et me voilà entrain de faire la brasse coulée.... en expliquant que puisqu'il en est ainsi nous n'irons ni chez l'un nichez l'autre. Voilà une affaire réglée.

    Nous choisissons le suivant et nous voilà donc installés tous les six. Notre choix est fait, en attendant nous grignotons notre pain. Et voilà plein de petits assiettes qui arrivent. nous ne sommes pas des bleus....nous savons qu'il en est ainsi pour allonger l'addition. Nous voilà donc tous mécontents, nous payons notre pain et partons sous leurs yeux éberlués.

    Ce manège a été bien repéré donc la prochaine gargote à qui nous expliquons notre mésaventure nous dit gentiment, vous serez servis comme les marocains. Il ne faut tout de même pas exagérer. Marrakeck "Anakech" !!!

    Nous serons donc servis correctement. Malgré tout cela nous avons bien rigolé et passé une très bonne soirée dans cette ambiance que l'on ne retrouve qu'à Marrakech.

    Je ne dirai pas que c'était un bon dîner, je dirai que cette atmosphère unique qui fait vibrer.

    Retour au bercail après avoir retrouvé, difficilement, notre chauffeur de taxi.

     

     07 Avril

     

    Une belle et hélas, dernière journée, avec nos petits enfants. 

    Encore une journée à Marrakech. Nous partons donc en camping-car sur la parking de l'aéroport, nos amis nous retrouverons plus tard.

    Puis en taxi nous rejoignons encore une fois la place et les souks, Nos jeunes ont encore envie de ce plonger dans cette atmosphère particulière et faire leurs derniers achats. le marchandage est difficile, ils ne se prêtent pas vraiment au jeu et braquent souvent le vendeur. Ils vont arriver à leur but tout de même.

    Dernier repas dans un petit restau en bordure de la place.. Derniers achats, et oui ils n'avaient pas encore tout....

    Et en route pour l'aéroport, en taxi, où nous retrouvons nos amis. 

    Les bagages sont bouclés il est l'heure de les accompagner. nus avons un peu d'avance, nous prendrons un dernier verre avec eux.

    J'ai le cœur gros, les larmes aux yeux après leur départ, Brigitte n'est pas mieux. Ce fût court mais intense. A refaire.

    Peu après le téléphone retenti, c'est Sébastien qui m'annonce que le téléphone de Maude a été retrouvé. C'est vraiment une super chance. Un grand merci à nos mais Marocains. Je ne suis même pas certaine qu'en France on l'aurait retrouvé....

     Mais du coup ils ont failli rater l'avion.

    A chaque départ ou à chaque arrivée ils ont un problème. Que va t-il leur arriver la prochaine fois.

    Nous restons pour la nuit sur le parking de l'aéroport, nous reprendrons la route pour la côte demain.

     

     les photos vont arriver.... Alors un peu de patience...

    Merci à vous, chers amis lecteurs.


    4 commentaires
  • 07 Avril

     

     

    Nous quittons Marrakech, mais avec des souvenirs fabuleux des ces quelques jours passés avec nos petits enfants. C'était trop court mais merveilleux. Après une journée très chaude le soleil nous a lâchement abandonné durant leur séjour, mais nous avions nos rayons qui nous réchauffaient le cœur.

    Ce matin il fait doux et le soleil est bien présent, un peu pâlichon tout de même.

    L'ambiance n'est plus la même...il manque nos jeunes. Et puis ce jour c'est une journée liaison.Départ en avance su' l'horaire...Mais au fait avons nous vraiment un horaire ???

    Arrêt à l'usine de remplissage de gaz, pour nos mais Bourguignons, aucun souci.

     

    Un petit village après Marrakech

     

    Notre route souvent en ligne droite court sur un plateau au milieu de quelques champs de céréales presque à maturité et dont les têtes blondes s'agitent doucement sous la brise légère, de champs de légumes ou encore de jachères où paissent des troupeaux de caprins et d'ovins.

     

    Des champs de céréales

     

    Au changement de province la route devient "orangina"...

    Pus tard nous roulons dans la Beauce et la Brie Marocaine avec ses grand champs de céréales souvent égayés par les bleuets et les coquelicots. De nombreuse voitures hippomobiles chargées d'herbe fraîche ou de céréales circulent sur le bas côté, parfois elles servent de taxi et l'on peut voir trois ou quatre personnes assises de front face à la route. Puis quelques oliviers viennent s'intégrer dans le paysage.

     

    Des oliviers 

    Encore des oliviers;..

     

    A mi parcours le soleil se cache derrière les nuages...mais sa défaillance ne nous gêne point. Nous roulons...roulons...

    Difficile de trouver une salle à manger aujourd'hui, nous voilà arrêtés en station, une station il est vrai pas très propre.... Nous y restons tout de même, sauf Brigitte et Christian qui préfèrent stationner plus loin. Nous apprendrons plus tard qu'ils sont arrivés au camping. Paul est tout de même allé voir à la boutique pour acheter quelques choses...mais personne. Il a perdu patience et nous sommes repartis.

    Nous voilà donc au camping de Safi où nous avons retrouvé nos amis Aveyronnais qui ont mangé dans la prairie.

    Actuellement chacun vaque à ses occupations mais tout à l'heure nous allons en ville....Une petite promenade nous permettra de dégourdir nos jambes, demain nous repartons.

     

    Départ du camping de Safi

     

    Une belle balade vers les potiers, seulement pour nos achats surtout chez Mohamed Ftis au N° 18bis qui fait de très belles choses qui sortent de l'ordinaire et que l'on ne trouve ps ailleurs et dont les prix sont très raisonnables.

     

    Nous voilà chez les potiers 

    Voilà Mohamed

    Brigitte a fait son choix

    Barbel et Jack aussi

     

    Nous poursuivons notre visite pour le plaisir des yeux...

     

     

    Nous déambulerons dans le petit souk au gré de nos envies, chacun son centre d'intérêt. 

     

    Dans le souk 

    Voilà notre boulangerie du jour

    Christian fait son choix

    Ah les tissus !!!

     

    Il fait très bon et nous décidons d'aller faire un tour en front de mer et d'aller boire un verre.

     

    Direction le front de mer

     

    Beaucoup de monde en front de mer, au dessus de la falaise.

     

    La côte à falaises

     

    Mais nous voilà devant le stand des beignets. Nous ne pouvons résister, Barbel nous les offre.

     

    Il faut attendre son tour... 

    Jack semble perplexe....

    Tout chaud, tout bon. Hi Hi !!!

    On apprécie

     

    Nous surplombons la côte et puis nous nous installons dehors, mais la bise souffle et nous apprécions les boissons chaudes.

     

    Toujours une côte à falaises

    Nous voilà au bar de la corniche

     

    Retour en petit taxi, donc trois personnes dans chaque. Brigitte fort généreuse a voulu payer le taxi avant que le chauffeur nous dise le montant. Pensant que c'était 7 dh par personne elle lui donne ses 21 dh. il semblait ravi et nous a fait de grands signes de la main. et pour cause !!!! Nous apprendrons qu'avec le compteur nos amis ont payé 8dh50. Brigitte tu as fait ta BA. Cela nous a bien amusé  et nous avons bien ri. Comme vous voyez il nous en faut peu....

     

    08 Avril

     

    Notre séjour a comme "une odeur" de remontée....et oui il va falloir songer à quitter ce beau pays où l'on se sent si bien. Toutes les bonnes choses ont une fin. Voici le camping...

     

    Le restaurant 

    L'entrée

    Nous stationnons jsute derrière dans la prairie...

    Il faut bien faire le plein;...

    Voilà on camping-cariste bien marrant...il a aussi sorti sa "queue"

    Vue sur Safi depuis la descente du camping

    Le port en contrebas

     

    Mais nous tentons de monter lentement,  aujourd’hui un saut de puce...

    Nous avons retrouvé le soleil il est encore là ce matin, une légère brise tempère l'atmosphère.

    Après Safi c'est une lande verdoyante aux parcelles entourées de pierres sèches où paissent vaches et moutons.

    Nous longeons ou surplombons une magnifique côte à falaises déchiquetées par l'océan et ourlées d'une belle frange d'écume. 

     

    La côte à falaises 

     Falaises déchiquetées par les élément naturels

    Que dis-tu Jack ???

     

    Un petit arrêt Carla est malade...

     

    Arrêt improvisé.. 

     

    Les petits champs cultivés apparaissent peu à peu, eux aussi entourés de mur de pierres sèches, les épis des céréales ondulent sous la légère brise qui souffle.

     

    petit champs et rare palmiers... 

     

    Le cap Beddouza n'est pas visible seul de phare trône au dessus de la côte.

     

    Le phare du cap Beddouza

     

    Nous approchons tout doucement d'Oualidia , les cultures en terrasse descendent en petite bandes étroites jusqu'à l'océan, ne laissant qu'un étroit filet de sable bordé de vagues écumantes.

     

    Cultures

    Cultures en étroites bandes

     

    Puis à l'approche d'Oualidia se dessine la grande lagune qui étire  ses bancs de sable roux en forme de demi lune à marée basse. La ville dispose ses maisons blanches en amphithéâtre autour de la lagune.

    Comme d'habitude nous stationnerons sur la place prévue à cet effet avec quelques camping-cars.

    Nous voià en stationnement

     

    Vu l'heure nous irons manger à l'araignée gourmande, fidèle à elle même. Nous restons sur le même menu (araignées) sauf Christian. Dessert tartes diverses.

     

    Pauvre bestiole, elle va finir dans notre assiette !!!!

    Photo de Brigitte à "l'araignée gourmande"

      

    Voici mon plat...pas mal servie !!!

     

    Ensuite l'heure est au repos et à la digestion.....

     

    La vue depuis notre stationnement...

     

    Ensuite de la balade....

    Cheveux au vent nous flânerons sur la côte où l'océan roule de grosses vagues et d'immense gerbes d'eau voltigent au dessus des rochers. C'st un spectacle dont on ne se lasse pas.

     

    L'océan est en colère

    Il gronde !!!

     

    Carla s'en donne à cœur joie, sable et eau sont son terrain de jeu favori.

     

    Se balader dans le sable est un peu dur... 

    Ouf un peu de repos...j'en ai marre de courir...

    J'ai soif !!!! 

    Encore de belles gerbes d'eau 

    La remontée

    Çà grimpe !!!

    Que se passe t-il ???

    Pauvre Paul !!!!Besoin de consolation....

     

    Nous poursuivons notre balade mais le spectacle est toujours aussi beau.

     

    Nous sommes à marée montante...

     

    Nous arrivons au petit port, les barques sont là amarrées sur la grève.

     

    Petites barques et cabanes de pêcheurs

    Les barques 

    Jus d'orange pour tout le monde. Merci Christian. 

     

    J'ai envie de faire des photos de la lagune, appareil photo à la main, je pars donc avec Brigitte.

     

    La lagune à marée haute

     

     

     

    09 Avril

     To Chrono !!!

     

     

    La remontée est bien amorcée et le compte à rebours est lancé....

    Départ de Oualidia, sous un grand soleil et une petite brise, comme prévu, le timing est respecté, nous avons une étape un peu plus longue. La lagune est toujours aussi belle, les petites barques se dandinent.

     

    La lagune au petit matin 

     

    Avant de partir... Ces Messieurs chouchoutent leur camping-car.

     

    L'un lave la carrosserie, l'autre le pare brise... 

     

    Mais que fait le troisième larron  ??? 

     

     Il cherche !!!! LOL 

    Sous les yeux de sa femme...qui rit aux éclats.

     

    .Céréales et cultures maraîchères bordent notre route des deux côtés, en contrebas la lagune et l'océan.

     

    Champs cultivés descendent jusqu'à l'océan 

    Cultures, lagune et océan

    Encore un drôle de chargement

     

    Ces jardins et ces champs cultivés sont bordés de haies en roseaux, protection, sans doute, indispensable pour les protéger du vent matin.

     

    Champs et haies de roseaux

     

    Ensuite la lagune se poursuit entre route et cordon dunaire ocre qui masque l'océan.

     

    lagune, dune et océan

    la lagune est très belle

    Toujours la lagune

     

    Un peu avant Jorf Jarfar nous côtoyons de près l'océan qui roule de petites vagues aux crêtes écumantes.

     

    L’Océan juste avant Jorf Lasfar

    Phare Dar ea dou

     

    Un petit détour pour Moulay Abbdalah où nous retrouvons nos petits marchands de légumes, de moins en moins nombreux d'ailleurs.

     

    Un petit producteur de légumes

    Directement du producteur au consomateur

    Encore un ...

    Océan à marée basse à Moulay Abdalah

     

    Arrivée à El Jadida chez Haïssa.

     

    Toc roc ..nous arrivons

     

    Comme tous les ans, nous passons voir cette famille qui nous accueille depuis notre premier voyage en 2004. Malheureusement son épouse Zarah, a quitté ce monde depuis près de deux ans. Nous avons toujours de plaisir a rencontrer ce Monsieur qu vit avec son fils Aziz. Nous sommes toujours super bien accueillis, jus de fuit, thé et viennoiserie, rien de manque. Encore des moments d'échange et de partage que nous apprécions.

     

    Avec Haïssa 

    Avec Haïssa et Aziz

     

    A la sortie d'El Jadida nous poursuivrons notre remontée par la nationale 1 qui n'est pas en très bon état, encore une route "orangina", elle court dans une grande plaine verdoyante, cultivée et fleurie..

    Arrêt repas, juste pour le "fun" ...... après cet en-cas mangé en compagnie de nos amis, nous n'avons pas vraiment faim, nous grignoterons tout simplement.

    Plus loin des vendeurs de papayes envahissent le bas côté de la route.

     

    Vendeurs de papayes

     

    A l'approche de Casablanca nous emprunterons l'autoroute pour éviter la ville et ne sortirons qu'à Mohamédia où nous ferons quelques courses.

     

    Un chargement très spécial

     Encore un chargement hétéroclite (photo de Brigitte)

     

    Installation au camping "L'océan Bleu" comme d'habitude, c'est Ali qui nous accueillera. Nous sommes au fond du camping,  c'est notre choix, plus pratique pour Carla. Cependant il y a pas mal de place.

    Nous allons nous poser quelques jours et avons prévu, depuis notre passage ici en descendant, de rendre à nouveau visite au Père Pierre Julien et d'aller à la messe du dimanche. Il ne nous reste que peu de jours dans ce pays magnifique qui nous accueille à bras ouvert, nous pensons passer le détroit le 19 avril.

     

     

    10 Avril

     

     

    Voilà le compte à rebours à vraiment commencé

     

     

    Une journée plutôt cool sous le soleil mais la brise s'est levée vers midi rafraîchissant l’atmosphère.

    Tout le monde au boulot....lessives, nettoyage, papotage.....

    Repas de midi dehors au soleil couscous au bœuf pour tout le monde.Il était très bon.

     

    Couscous pour tous.... 

    Un très bon couscous

     

    Un tour en ville Marjane, Décathlon et station de lavage. Notre camping-car nous a remercié, il a fait peau neuve.. il est plus blanc que blanc.

    Puis petite sortie au bord de l'océan pour promener Carla qui ne demande qu'à gambader.

     

    Dans le camping 

     

    Voilà encore une belle journée. 

     

    11 Avril

     

    Le compte à rebours ne cesse de tourner....Sniff Sniff                                      

    La journée s'annonce sous les meilleurs hospices, il fait beau, une brise souffle. Chacun ses La remontéeoccupations, des occupations de camping-caristes. Brigitte a besoin de s'occuper l’esprit, alors elle fait le grand rangement. Je la comprends et je compatis.

    Nous venons d'avoir des nouvelles d'Annie et Patrick, il sont vers Er Rachidia et file sur Boudnid, chez François.

    Après le repas...café...

     

    C'est l'heure du café

     

     Après un peu de repos, nous voilà en bordure d'océan, cheveux au vent, pour une belle petite balade rafraîchissante. Des effluves marine chatouillent nos narines, tandis que Carla, insouciante, court à droite, court à gauche et joue avec un gros molosse noir.

     

    La côte nord Mohamedia 

    L'océan se déchaîne parfois

    De gerbes d'eau jaillissent sur les rochers

    De beau bâtiments inoccupés

     

    Des chiens errants divaguent dans le coin, Christian veille.... Brigitte aussi....

     

    Il a son bâton

     

    Nous sommes samedi et bien voilà apéro chez nos mais Aveyronnais.

     

    Traditionnel apéro du samedi

     

     

     

    12 avril

     

    Un dimanche pas comme les autres. Ce matin nous allons à la messe célébrée par le Père Pierre Julien, rencontré à l'aller, un ami du Chanoine Pittino, frère de notre amie Brigitte. Nous ne voudrions pas être en retard, donc nous allons assurer car il faut aller en ville, dans le quartier du parc.

    Ali nous a conduit jusqu'à l'arrêt taxi. Notre attente fut de courte durée Rachid nous prend en charge et nous conduit jusqu'au quartier du parc à 150m de l'église.

    Super soleilNous patientons donc au soleil sur un banc en attendant 10H 30. La grande porte est ouverte nous pénétrons dans l'église et nous nos installons au deuxième rang, juste à côté de la chorale. Ce sera une très belle messe, une très bonne chorale et les baptêmes de Yohan et Kenza. Il y a beaucoup de monde et nous sommes très surpris.

     

    Les deux baptêmes 

    Yohan et Kenza

    La chorale  

    La Chorale 

    Brigitte et le Père Julien

     

    Vers midi la messe terminée nous sommes invités par le Père Julien pour l'apéro, ses jeunes protégés et un ingénieur en phosphates sont là. Nous buvons, discutons et rigolons.

     

    Le Père Julien et le jeune ingénieur

      

     

    Vers 13 h nous cherchons un restau et sommes tentés par celui qui a une terrasse au quatrième étage, Hôtel Hager, mais avant demandons les tarifs.

     

    Hôtel Hager

     

    Cela nous convient, nous nous installons donc sur la terrasse, au soleil face, à l'océan  où de petits voiliers se balancent et  à la baie de sable fin où des familles sont installées sous les parasols.

    Vue sur la côte et le parc

    Vue sur la belle avenue du parc

     

    Calamars pour tous avec frites et macédoine de légumes, dessert pour les plus gourmands, mousse au chocolat et nougat glacé au coulis de fraises, café pour les messieurs.

     

    Le choix serait-il difficile ???? 

    Les dessert ,sont servis

    Nougat glacé au coulis de fraises et mousse chocolat

     

    Nous scruterons les pâtisseries mais seront très raisonnables, pas le moindre achat. Après notre petite balade un jus d'orange à la terrasse du café Siraje sera bienvenu.

    Retour au camping en taxi, nous avons pris le premier disponible, malheureusement nous rencontrons Rachid que nous n'avons pas voulu appeler. Il ne semble pas ravi.

    Encore une belle journée, sous le soleil et dans la bonne humeur, mais nous sommes conscientHélas !!!!

    que le chrono tourne à toute vitesse.....

     

     

     

     

     Apéro chez nos amis bourguignons à qui j'ai "piqué" la photo...

     

    Apéro du dimanche soir

     

     

    13 Avril

     

    Départ sous un soleil légèrement voilé....mais dans le sens du retour.... toujours des constructions, elle fleurissent partout, sont souvent inachevées et même terminées elles sont souvent inoccupées. 

    Beaucoup de troupeaux, souvent des vaches qui paissent, une herbe bien fournie et beaucoup plus abondante que les années précédentes. on peut voir aussi quelques chevaux. De petits vendeurs sont installés en bordure de route.

     

    Vendeurs d'oranges 

    Vendeurs de fruits et légumes

     

    Dans la grande banlieue de Rabat à Témara précisément de nombreux cafés branchés aux belles terrasses foisonnent tandis que de l'autre côté s'alignent de très belles villas.

    Nous nous rapprochons de la côté et malgré un océan d'huile de grandes gerbes d'eau jaillissent. 

     

    La côte et les vagues

     

    Sur ces falaises délitées quelques pêcheurs ont planté leur ligne, peut être un moyen de survivre ou tout simplement de manger, en effet sommes en face de quelques bidonvilles qu'un grand mur tente de cacher.

     

    Cela existe aussi 

    Le phare de Rabat 

     

    Arrivée à Rabat,capitale économique et administrative du royaume, nous traversons le tunnel des Oudaïa, traversons le pont.

     

    Le tunnel des Ouadïas 

    Notre poursuivant  !!!

     

    ET là erreur du copilote....nous aurions du prendre les plages pour aller au centre artisanal de Salé,  ville  séparée de la capitale par le fleuve Bou Regreg. Salé, ancienne ville de corsaire fut de tout temps la rivale de Rabat.

     

    Le fleuve et ses barques 

    Une porte de la médina de Salé 

     

    Nous récupérons notre route après avoir demandé notre chemin aux policiers en faction. pas facile à trois cc de se suivre dans cette ville animée. Donc nos amis Aveyronnais nous retrouvent quand au amis Bourguignons ils feront cavalier seul jusqu'au camping de Moulay Bousseillam où ils arriveront bien avant nous.

    Toutes les villes pavoisent, le roi aurait-il prévu un déplacement ?

     

    Des drapeaux partout

     

    Nous ferons donc une longue visite dans ce centre artisanal où il y très peu de monde.

     

    Au milieu des potiers

     

    Nous y trouverons ce dont nous avions besoin et à des prix défiant toute concurrence, sans même avoir marchander, parfois les prix sont indiqués et en plus il y a des soldes.

     

    Chez le marchand de santons....marocains 

    Il y en a vraiment de toutes les sortes 

    Dans l'arrière boutique un jeune peint, il accepte la photo

    Voilà le patron qui accepte aussi

    Chez les ferblantiers

    Un beau bananier

    La visite se termine

     

    L'heure a tourné sans que nous nous en rendrions compte, cette visite était très agréable. Nous mangerons, dans nos petits cubes sur place. Nous aurions pu trouver une belle salle à manger près du fleuve à quelques minutes du parking....Mais c'est toujours ainsi, on trouve quand on n'en a plus besoin.

    La traversée de Salé est un peu encombrée, des voitures dans tous les sens, nous prenons alors notre mal en patience.

     

    Les remparts de Salé 

    Une autre porte de Salé

    Sur la route de Salé à Kénitra

     

    Nous poursuivons toujours sur la nationale 1 au milieu des pépinières avant de nous arrêter à un petit marché de fruits et légumes, un marché où nous arrêtons tous les ans en remontant. Nous faisons notre plein de légumes, oignons, pommes de terre, salade et petits pois. Je ne vous annoncerai pas les prix, vous n'allez pas me croire....J'ai même laissé la monnaie à la dame qui m'a vendu 6,5kg d'oignons. Son sourire en disait long et moi j'étais ravie, de même pour les adolescents qui vendaient leurs sacs plastiques un demi dirham et à qui on laissait 1dh. Il en faut bien peu parfois pour faire plaisir et se faire plaisir.

    La traversée de Kénitra est difficile, une circulation intense, souvent anarchique, un petit accrochage sans gravité n'arrange pas la situation.

     

    L'entrée de Kénitra 

    Un bâtiment public de Kénitra

    Rond point  Kénitra 

     

    Après cette ville nous emprunterons l'autoroute pour éviter les nids de poule. Un petit arrêt sur une aire de repos nous permettra  un peu de détente en sirotant café et chocolat ainsi qu'une pause pour Carla.

    Encore quelques tours de roues et nous voilà au camping, nos amis Bourguignons sont déjà installés.

    Nous nous posons à notre tour et vaquons à nos occupations, il fait encore un beau soleil et pas de vent, surprenant car nous en avions sur l'autoroute.

     

     


    14 commentaires
  • 14 Avril

     

    Ce matin avons beaucoup de mal à nous sortir de sous la couette...

    Le soleil est plus que pâlichon et il y a un peu de vent....Que nous réserve la journée ?

    Nous irons à la banque changer encore quelques Euros, nous voulons profiter de ces derniersLOL

    moments. Le taux a considérablement diminué depuis quelques jours... il n'est plus que de 10,39. il est grand temps de rentrer.

     

     

    Achèterons pain et petite bouteille de gaz.

    Nous sommes confortablement installés et volontairement au soleil car ici à la lagune il ne fait  que rarement très chaud, notre choix s'avère judicieux. Le soleil brille à nouveau pour notre plus grand plaisir.

     

    Voilà le porteur d'eau

    Il lit...

     

    La lagune est toujours aussi belle, les barques des pêcheurs y voguent délicatement.....

     

    lLa lagune à marée haute

     Le petit port de pêche

     

    Encore pas mal de monde au camping, camping agréable où l'on peut choisir sa place, sur des grands espaces libres, ombragés ou pas.

    Il y a aussi les tondeuses naturelles....

     

    Un beau petit troupeau 

     

    Quand à Carla elle se prélasse tantôt au soleil, tantôt à l'ombre.

     

    Là je préfère le soleil ...

    Maintenant je cherche l'ombre...

     

    Repas de midi au soleil que demander de plus.... mais avant il faut le laisser mijoter...

     

    Ils cuisent...les petits pois à 4dh le kg 

      

     

    Un début d'après midi cool, le relax est fort bienvenu, il fait chaud. C 'est très agréable de se prélasser.

    Un petit tour en ville, ville bien tristounette.... les petits vendeurs ne sont plus là sur la place, peu de monde. Mais la vue plongeante sur la lagune est magnifique.

     

    Vue sur la lagune, le petit port et le camping

    La lagune

    Encore la lagune vue du heaut

    La lagune jusqu'à l'océan

     

    Un petit tour au souk, là encore peu de monde. Nous irons donc boire un jus de fruit au Milano et acheter quelques crêpes pour le amateurs.

     

    Au petit souk 

    Les amateurs attendent leurs crêpes

    Nos crêpes préférées cuisent

     

    Retour dans nos petits cubes, en effet le vent s'est levé et il ne fait ps très chaud.

     

    15 Avril

     

    C'est la fin !!!!

      Ce matin le soleil est encore boudeur, mais le vent ne tarde pas à      chasser les nuages laissant briller l'astre divin.

      Ce matin pas envie de grand chose, je traîne.. traîne encore.... Le  vague à l'âme peut être.... Encore un jour de moins....

      Petite sortie pour le pain, les fraises et oui maintenant elles sont    bonnes et peu chères. Hi Hi !!!

     

    Puis nous allons au petit port, bien actifs, des pêcheurs rentrent, de beaux poissons bien frais sont à la vente et encore une fois peu coûteux... nous verrons demain, nous avions les poches vides.

     

    Au port

    Il y a une certaine amination

    Ils rentrent au port

    Lui aussi

     Comme tous les matin l'animation bat son plein

     

    Ce midi, repas en commun avec Brigitte et Christian et oui il faut bien manger la pastilla achetée en commun avant de nous séparer...Et En plus Christian n'aime pas. Nous en aurons plus pour nous. Hi Hi. Merci Christian.

     

    Un petit rosé pamplemousse pour commencer...

    Pastilla salade verte

     

    Après c'est relax obligatoire il faut digérer....

    Les moutons sont toujours là.

     

    Le chef de la bande...

    Les tout petits

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vers 17h nous sortons.....

     

    l'entrée du camping

     

    La lagune n'a jamais été aussi belle et n'a jamais eu tant d'eau.

     

    La lagune est magnifique

     

    Nous irons faire une balade dans le village, jusqu'à la grande place qui domine la plage, de belles maisons s'étalent tout le long de la rue. 

     

    De belles maisons

     

    Cette pancarte nous fait sourire, mais nous ne sommes même pas capable d'en faire autant dans leur langue...

     

      

     

    Mais nous avons fait une découverte, un marchand de beignets. Et devinez au retour.... nous en achetons. Encore une fois pas sucre. Ici il y a toujours une solution. Nous achetons un kg de sucre cristallisé et le tour et joué. Vous verrez la suite en image...

     

    Christian ouvre délkicatement le sac de sucre

    Le verse dans le sac plastique

     

    Secouez moi .... C'est bon !!!!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Miam miam ils sont toujours aussi bons

     

     

      

     Nous nous installons à notre bar préféré, le Milano, pour siroté un jus d'orange offert par Christian.

     

    16 Avril

     

    Comme tous les matins le ciel est brumeux et le soleil en demi teinte, mais comme tous les jours, dès la mi matinée, on aura un temps radieux, donc point de souci à se faire. Les oiseaux piaillent, les moutons jouent à la tondeuse, il bon de se relaxer au soleil, ici les jours s'écoulent comme sur du velours....

     

    Ramassage des poubelles au camping

     

    Nous allons aller au souk... Chut !!  je vous raconterai cela ce soir, tous les souks sont différents, bien que l'on y rencontre tout et rien. Mais il y règne toujours une ambiance particulière et l'on aime bien s'en imprégner, surtout que ce sera sans doute la dernière fois de notre séjour et y déambuler en toute quiétude, chinant ici où là. 

    Nous prenons un taxi, 5dh par personne mais à 6, nous paierons donc 30dh et partirons seulement à quatre. Je crois que le chauffeur se nomme "Fangio"...., pas Manuel mais sans doute Mohamed. LOL...

    C'est à très grande vitesse qu'il fait le trajet doublant n'importe comment, sur les lignes continuent mais aussi dans les virages sans visibilité. Bref nous sommes arrivés à bon port.

    Là sous nos yeux un très grand souk, un vrai souk marocain, je crois que nous étions les seuls Européens. Des charrettes, de voitures, des taxis, des carrioles à bras, des tracteurs, tout cela dans un concert étourdissant de klaxon.

     

    Beaucoup de taxis et d’effervescence  

    Les dockers sont aussi là

    Les chartettes aussi

    Rien ne manque même pas le tracteur

    Transport en commun

    le trafic est dense 

     

    Des odeurs, des couleurs, une foule chamarrée qui va qui vient, qui se presse, qui hèle, qui marchande et qui achète. 

     

    La foule

    Trois touristes dans la foule

     

    Ici tout se vend, tout s'achète. Les premiers marchands de chaussures posent pur nous.

     

    Ils ont le sourire cs jeunes vendeurs  

    Lui aussi

     

    Beaucoup de marchandises à même le sol, l'alimentaire, sans aucune hygiène, se mêle aux autres étals. Viande et poissons sont côte à côte et jouxte parfois la bimbeloterie ou les roulements ou encore l'outillage souvent usagé.

     

    Un étal de viande  

    Encore un étal de viande

    La volaille n'st pas en reste   grosses dindes 

      

    Le poisson 

    Christian choisit son drapeau (5dh)

      

     

    Les cordonniers sont là avec leur petit matériel, rapiéçant de vieilles chaussures. 

     

    Que répare t'il ?

     

    Les couturiers font aussi de petites réparations, fermeture éclair surtout, avec leur machine à coudre à pied. Tout ce petit monde accepte de se faire photographier dans la bonne humeur. 

     

    Quel sourire  

    Brigitte achète une fermeture éclair

     

    Certains sont même demandeur et son ravis de se voir sur le petit écran. Ici pas de stress que des sourires, comme ces vendeurs de légumes secs.

     

    Pas stressés du tout

     

    Parfois essuyons quelques refus, nous respectons. Ne ferions nous pas ainsi ?

    Beaucoup de monde, il est parfois difficile de circuler dans les allées étroites, parfois un peu sombres  ou anarchiques, où les porteurs avec leurs carrioles tentent de se frayer un passage. Balek, balek clament-ils pour avoir le champ libre.

    Nous faisons, au fil de nos pérégrinations, quelques derniers achats.

     

    De la salade pour 2dh pièce  

    Encore un achat de salade  

    Derniers jours.

    Des vendeurs heureux

    Ils posent pour nous

     

    Un simple essayage....

     

    Brigitte porte bien le chapeau 

    Les "deux frangines" !!!!

     

    Pèle-mêle quelques photos du souk.

     

    Lui aussi pose pour nous

    Je ne suis pas sure que ces européen soient ravis !!!!!

    Il y a le choix

    On croirait que vous êtes ensemble

     

    Nous reprenons le taxi et nous voilà de retour, nous restons en ville à Moulay, chez notre restaurant préféré, le Milano. Calamars frites pour tout le monde, nous aurons notre petite assiette de lentilles au cumin, que Christian adore !!!! et nos olives. Thé et café. Voilà, pas de vaisselle à faire. C'est super. 

     

    Au Milano 

    Calamars frit pour tous

     

    Un petit repos bien mérité et vers 17 heures nous allons faire un dernier tour en ville. Ce n'est pas innocent..... Nous retrouvons notre petit vendeur de " sfengs", sans doute les derniers. Aussi deux pour les plus gourmands....mais nous avons prévu le sucre dans une poche plastique...

    Secouez moi, secouez moi et le tour est joué, Christian est aux manœuvres... encore un jus d'orange siroté au Milano. Nous avions pris un abonnement... LOL . Mais hélas c'est notre dernier jour ici.

     

    Christian à l'aire interrogateur 1 ou 2 ???    

    Ils sont commandés..Le prix est dégressif !!!

    Secouez moi, secouez moi

     

    Retour dans nos chaumières à roulettes, demain nous reprenons la remontée. Sniff sniff...

     

                              Plus que ....Derniers jours

     

     

    17 Avril

     

    Départ comme prévu vers 10h sous un beau soleil, bien évidemment nous empruntons l'autoroute.

    Les genêts foisonnent sur les bas côtés agitant leurs fleurs d'or au moindre souffle, comme pour nous faire la révérence.

    Dans les champs la cueillette des fraises bat son plein, ces dames sont au boulot, sur la route quelques vendeurs de fraises et d'oranges, ensuite de chapeaux rifains et de babioles....

     

    Vendeurs de fraises et d'oranges.

    les chapeaux rifains 

     

    Pour éviter la mauvaise route nous faisons quelques petits détours,  montons sur Larache puis redescendons sur Ouazanne. 

    Un arrêt prévu pour l'achat d'huile d'olive au camping du Rif chez Moktar et puis la tapenade chez APIA. Nous avons nos habitudes !!!

    Plaines cultivées avec beaucoup de céréales, de champs de fèves se succèdent.

    Un peu avant d'arriver à Ouazanne les collines sont verdoyantes, un vrai patchwork d'une multitude de verts, agrémentés de nombreuses fleurs, des jaunes, des blanches, des rouges et des oranges, les vallons sont peuplés d'arbres fruitiers.

     

    Fèves net céréales se partagent le terrain 

    Des figuiers

    Quel patchwork

     

    Les oliviers font aussi  leur apparition.

     

     Plantation d'oliviers

     

    Ouazanne au sein d'une contrée verdoyante, occupe un site riant et s'étage sur les versants du djebel Bou-Hellal. La ville est très animée, du monde partout dans les rues des va et vient incessants.

     

    Porte ouest de Ouzanne 

     

    La camping

    Installation au Motel Camping du Rif ou Moktar vient nous accueillir, nous précisant que c'est vendredi jour du couscous, couscous royal dit-il. Il ne nous en faut pas plus pour nous décider. Nous irons donc au restaurant..C'est toujours agréable de mettre les pieds sous la table et de se laisser vivre.

    Derrière nous le verger d'orangers, leurs fleurs libèrent une douce senteur qui nous chatouille les narines et nous enivre.

     

    le verger


    Installation, au soleil, près de la piscine. Le repas complet sera servi sans même voir la carte, après les petites olives, d ailleurs très bonnes, harira  et couscous pour tous. Il ne sera pas royal mais excellent tout de même. Fruits et yaourts en dessert, thé à la menthe et café. Jack nous offrira, pour ce repas, un bon vin., puisqu'il était  possible d'apporter sa bouteille. 

     

    A table dans le jardin face à la piscine 

    Notre assiette d'un couscous succulent

    Une belle tablée

    Bien servis

     

    Achat d'huile d'olive bio très bonne, du moins à notre goût, pour 40dh le litre. Cela nous convient très bien.

    Il fait chaud, plus de 28°,  un peu de repos nous permet de digérer....

    Voilà le tour du propriétaire....

     

    L'accueil 

    Les sanitaires et le cabanon

    La piscine

    Le barbecue

    L'hôtel

    Une chambre

    Quelques roses odorantes agrémente les abords de la poiscine

     

    Visite d'Ouazanne :

    Moktar est d'accord pour nous conduire en ville, il nous a trouvé un soit disant jeune pour nous guider. Nous voilà sur place, il est un peu moins jeune que prévu mais bien sympa, on donne ce que l'on veut. On fait confiance, on verra bien.

    Nous passons a porte et pénétrons dans la médina, nous gravissons quelques marches et circulons de venelles en venelles jusqu'au souks, mais nous sommes vendredi et pratiquement tout est fermé. 

     

    La porte de la médina 

    Une belle porte 

     

    Je ne reconnais plus vraiment la médina, je ne la voyais pas verte. Je ne perd pas complètement la tête, en effet elle a été repeinte pour le futur festival qu'il va y avoir dans quelques semaines.

     

    Un  passage sous porche

    Une fontaine

    Encore un porche

    Encore une belle porte

    La petite rue commence à s'animer

    Que d'escaliers !!!

    Encore des escaliers et de plus fort irréguliers

     

    Voilà un artisan au travail qui a accepté que nous prenions une photo.

     

    Il coud 

     

    De passages couverts en venelles nous passerons devant le souk des forgerons, mais personne ne travaillent en ce vendredi après midi,

     

    Un passage couvert

    Vue sur la ville

    Encore des escaliers

    Le souk des forgerons désert

    Quel bric à brac !!!

     

    puis devant la mosquéeS'Mades Zaouïa appelée mosquée verte en raison de la couleur des faïences de son minaret octogonal décoré d'entrelacs.

     

    La mosquée au minaret octogonal

    Mosquée S'Mades ZaouÏä 

     

    Nous déambulerons avec notre guide dans les petites rues

     

    Toujours de petites rue peintes en vert

    Celle ci dénote...

    Il descend les escaliers sans le moindre problème

    Que dire encore de ces escaliers !!!!

    Une envie de pain perdu....

     

    où nous trouverons, à l'odorat, un marchand de beignets (sucrés cette fois). Nous n'en aurons que cinq à se partager. le clown de service joue au petit enfant.....Son voisin porte ls fleurs qu'une jeune fille nous a offert.

     

    Le voilà note clown .... 

    Il amuse tout le monde...

    Le marchand de beignet

    Il n'y en a que cinq !!!! 

     

    Retour par une rue commerçante où se presse une foule intense, nous gratifions notre guide comme il se doit, il semble ravi. 

     

    La foule dans la rue

     

    Moktar est déjà là, dommage nous aurions bien traîné encore un peu en ville et en plus avions le gosier sec....

    Retour dans nos foyers.

     

    18 Avril

     

    Le ciel est au ras des pâquerettes, on ne voit même pas la colline plantée d'oliviers. Sans doute ne veut -il pas que nous regrettions notre départ pour l'Europe ???

    Comme chaque fois que nous passons ici nous avons eu droit à notre pain frais, il suffisait d'aller le chercher, deux petits pains ronds offert, c'est toujours agréable.

    Après quelques kilomètres nous voilà encore arrêtés donc chez APIA chacun achète ses produits, tapenade, miel, huile d'argan, savonnettes ou encore huiles essentielles.

    Le ciel est toujours morose, comme moi.....

     

    Rifaines et rifains rentent des champs 

    Petits marcahnds au bords de la route 

     

    Notre route caracole dans des paysages rifains verdoyants, saute de collines en collines, longe des oueds où cette année, il y a de l'eau, les traverse ou  les surplombe. Tantôt des forets, tantôt des champs cultivés, des paysans labourent leur champs, souvent deux mulets tirent l'araire.

     

    En forêt

    Des champs et des fleurs

    Des genêts aux fleurs d'or

    Pas gêne sur le minaret

     

    Les rifaines ont revêtues leur fouda rayée de blanc et de rouge et son coiffées de leur chapeau traditionnel à pompon. Mais il est vrai qu'aujourd'hui elles n'ont pas à se protéger du soleil. Il ne fera son apparition qu'en fin de matinée à l'approche de Chefchaouen que l'on peu voir depuis notre route. Il ne nous quittera plus de la journée. Mais les sommets du Rif ont tout de même la tête dans les nuages.

     

    Le Rif

    Des fleurs toujours de fleurs 

    Un lac de barrage bien en eau cette année

     

    LA FERMAArrêt Marjane, dernières courses et plein de gaz-oil, avant de nous installer à "'La ferma".

     

    La ferma

    De belles fleurs à la Ferma 

    La Ferma

    L'entrée du bar 

    Devant l'hôtel

    Vers la piescine

    La glycine sur une petite terrasse

    L'entrée du restau côté picine

    Le four à méchoui

    Le bar du restaurant

    La cheminée

    Un salon

     

    Ce soir dernier repas marocain avec nos amis Aveyronnais. Bien entendu Paul est venu nous raconter ses blagues....

     

    Dernier repas marocain 

    Couscous agneau

    Keftas frites

     

     

    19  Avril

    Grand soleil, température douce et pas de vent. C’est l’effervescence…..Pourtant nous sommes en avance notre l’horaire.

    Nous partons 20’ plus tôt…. Tout le monde est prêt.

    Les 21 kilomètres qui nous séparent de la douane se font rapidement, peu ou pas de circulation. 

     

    Mdik

    Un beau parc aquatique

    Comme toujours quelques ciggnes

    Arrivée à la frontière

     

    A l’arrivée encore peu de monde, nous passons les chicanes, mais ne descendons pas du camping-car pour les formalités policières et douanières qui se passent comme un lettre à la poste, en 20’.

    En chef de file nous attendons nos amis sur le premier parking, difficile de se garer ailleurs. De là on embrasse la côte du Maroc jusqu’à Mdiq et la pointe Espagnole du Mont Hacho. Sur ce parking sèchent des poissons fumés, un petit air de Norvège….

    Poisons fumés

    Côté Maroc

    Côté Espagnol

     

    Les douaniers ont visité les camping-cars de nos amis. Nous avons sans doute une meilleure tête qu’eux LOL….

    Les quelques kilomètres restants seront rapidement avalés, notre carte d’embarquement en main, nous nous présentons à la douane portuaire. Petite attente. Ensuite le chien renifleur ne daignera pas s’approcher de notre petit cube.

     

    Ceuta 

    La direction est donnée.... Impossible de se tromper...

    Au port

     

    Et maintenant nous voilà stoppés pour quelques heures, devant cette corde qui de s’ouvre pas… Le prochain départ n’est qu’à 14h30. Nous patientons et prenons notre mal en patience…Mais le cœur n’y est plus !!!!

    Nous prenons notre mal en patience…. L’heure tourne assez rapidement. Vers 14h nous montons dans le ferry en marche arrière.

     

    Après le camion c'est à notre tour

    C'est nous !!!

     

    La traversée sera très rapide 1 heure seulement. Un fois n’est pas coutume je suis montée sur le pont et suis donc restée dehors. Pas de souci c’est exceptionnel !!! Il faut dire que la mer était calme.

     

    A bord

    Les deux" frangines..".

     

     

    A l'intérieur 

    Toujours à l'intérieur

    La côte s'éloigne

    Au revoir le Mroc !!!! A l'an prochain. Inch Allah

    Il a lis le "turbo"    !!!

    Bonjour l'Espagne

    De plus en plus près des côtes espagnoles

    Le rocher apparait

    Le voici ...Bonjour les Anglais !!!

     

    Nous voilà donc sur le parking de « la Factory » à Palmonés et bien entendu tous les magasins sont fermés.

    Mais Brigitte fait son tour de manège.....

     

    Et bien voilà elle conduit le cc.

     

    Nous voilà donc en Europe, Au revoir le Maroc, mais nous reviendrons !!!!

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique