• 17 avril

     

    Ce matin en ouvrant les stores c’est une lagune à marée haute qui s’offre à nous, mais hélas toujours sous un ciel gris. Quel dommage. Il fait heureusement assez doux. Prendre le petit déjeuner devant cette carte postale est quand même un moment très agréable que l’on  n’a pas tous les jours.

    Cette lagune s’étire à nos pieds, des petites barques se balancent doucement, alors que des dunes claires barrent l’horizon. Nous profitons de ces instants magiques qui nous invitent à la méditation. 

    Nous partons après le café, arrêt courses à Akhfennir, nous avons des commandes et plein en détaxé.

    Voilà les rencontres sur les routes du sud..

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Il y a aussi des passages étroits...

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Arrivée à Ma Fatma, tout le monde nous attend, c’est donc l’apéro offert par Maryse et Raymond, leurs amis Nicole et Pierre sont là aussi.

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Moments agréables de convivialité et de franches rigolades.

    Nous prendrons notre repas sur place, dans nos camping-car, le temps n’est pas très favorable pour manger dehors.

    Nous partageons les filets gentiment offert, remercions nos hôtes et prenons congé.

    Au retour nous n’avons pas tout à fait la même vision des paysages, même si nous sommes toujours dans cette immensité désertique et si la luminosité n’est pas très favorable.

    Passage à l'oued Chébika

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Arrivée à El Ouatia aux sables d’or en début d’après midi, chacun vaque à ses occupations, saines occupations de camping-caristes : pleins, vidanges, lessives….

     

     18 Avril

      

    Encore un début de journée sans soleil, celui-ci voudrait bien percer la couche de nuages, mais il a bien du mal. Après maints efforts il y parviendra, il reste un peu pâlichon mais le mercure grimpe. 

    Entrée du petit aéeoport de Tan Tan

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    L'entrée sud de tan tan, le rond point fatidique !!!

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    La traversée du Draa

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Là au milieu du désert un village à demi en ruine s’étire le long de la route, quelques champs de céréales éparses jaunissent au soleil et ondulent sous la brise. Il est difficile d’imaginer la vie ici, loin de tout, dans ce lieu austère écrasé par le soleil et souvent balayé par le Chergui. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Elles rentrent des champs.. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Ce petit ruban gris, plat, un peu monotone semble courir vers l’infini. Les distances s’allongent il faut aborder ce désert avec beaucoup de modestie. 

    Du sable, des pierres, touffes d’herbe isolées, quelques fleurs violettes au bord de la chaussée, sur fond de djebel, tel est notre décor sur des kilomètres et des kiomètres. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Au fil du temps le mercure valse et la clim est fort bienvenue. 

    Nous traversons Guelmim tout en travaux, les portes d’entrées ne sont plus là elles vont vraisemblablement être reconstruites, plus à l’extérieur, en effet la ville s’agrandit et s’embellit. 

    Repas de midi, un peu plus loin sur un terrain plein en bordure des arganiers, mais point d’ombre…le mercure atteint alors allègrement la 39°. 

    C’est au milieu des collines rouges peuplées de grandes euphorbes, de cactus, de figuiers de barbarie et de quelques arganiers que nous évoluons jusqu’à Sidi Ifni. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    L'entrée sud est de Sidi Ifni

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Dès l’approche de l’océan une bande de brume suit de très près le rivage, alors que notre route caracole au soleil. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Sur notre route... Mais qui est-ce ? Quelqu'un peut il me le dire ?

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Installation au camping d’Aglou, toujours la brume sur la plage, elle remontera à la tombée de la nuit. 

    De la Lagune de Naïla à

     

    Aglou est un charmant village de pêcheurs, une petite station touristique qui s’agrandit, baignant sur la façade Atlantique et doté d’une immense plage. Aglou devient maintenant un petit paradis paisible entre colline et côte où il fait bon s’évader.

    Nous avons laissé nos amis pêcheurs à Ma Fatma et voilà leurs prises sont encore importantes : deux courbines l’une de 1,4 kg, l’autre de 1,2kg, plus des petites. Bravo les amis.

     

     

    19 avril

     

     Une journée cool à Aglou. Légère brume, Aglou semble avoir du mal à se réveiller… elle se dissipera petit à petit.

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Vers 11h nous irons  en ville, puis faire une belle balade sur le front de mer, déjà pas mal de monde sur la plage. Il est vrai que les enfants marocains sont en vacances.

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Nous poursuivrons jusqu’à Aglou beach, résidence en bord de mer, les pieds dans l’eau, pami les fleurs.

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Le bureau de vente est ouvert une charmante commerciale nous fournira tous les renseignements nécessaires et nous fera visiter les différentes maisons témoin. Il n’y a KA….

    Visitez en quelques images….

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Repas au restaurant, on est vendredi donc jour de couscous, nous ne faillirons pas à la tradition marocaine et en dessert thé et café gourmand. Un bon repas pris sur la terrasse sous les désespoirs du singe et au milieu des hibiscus.

     

    De la Lagune de Naïla à

    De la Lagune de Naïla à

     

     

     

     

     

     

     

     

    Paul dubitatif devant les gâteaux...

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Voici la vue depuis le restau.

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Après un bon repos digestif avec Barbel et Jack nous nous baladerons tranquillement vers les maisons troglodytes, quel contraste avec les belles maisons du centre ville. Nous longeons la plage rocheuse battue par des vagues déferlantes et écumantes, puis la surplombons.

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Un jeune homme nous aborde, nous souhaite la bienvenue, la conversation s’engage… il est pêcheur et peut nous montrer son habitation. Nous acceptons volontiers. Sa petite maison troglodyte est très propre, bien agencée. C’est un vrai plaisir de discuter avec lui devant un verre de thé à la menthe et des dattes gentiment offerts. Lahoucine est donc pêcheur mais peut aussi nous préparer tajines de poissons ou encore de homards. Nous prenons note et ne manquerons pas de passer vers lui une autre fois.

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Le soleil descend lentement sur l’horizon mais se cache rapidement derrière les nuages, l’obscurité se fait lentement alors qu'une demi lune et quelques étoiles scintillent.

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    20 Avril

     

    Au revoir Aglou...

     

    De la Lagune de Naïla à

     De la Lagune de Naïla à

     

     

     

     

      

     

    Encore une journée bien ensoleillée, sans doute très chaude car à 9H30 il fait déjà 28°.

    Voici la piscine, le restau et le super marché du camping. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Nous partirons encore une fois après notre traditionnel café, direction Tiznit où il fait une chaleur étouffante en voici la preuve en image.

     

    De la Lagune de Naïla à

    De la Lagune de Naïla à

     

     

     

     

     

      

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Je sais cela n’est pas très sympa car en France je crois que l’hiver est déjà revenu…

    On comprend pourquoi les habitants de Tiznit vont chercher un peu de fraicheur au bord de l’océan, notamment à Aglou.

    Courses au marché municipal, les fruits et légumes y sont toujours frais, arrêt vers la pâtisserie où nous achetons nos « palmiers », 2 dh pièce, ils sont excellents, les meilleurs jusqu’à présent. 

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Direction Agadir par la quatre voies puis Tifnit  où nous bifurquons pour le camping Bakanou. Jean Christophe vient nous accueillir, nous nous installons. Il nous présente les lieux, sanitaires impeccables, le tout bien pensé, bac pour nettoyer le poisson, de l’autre côté les légumes, des bacs à lessive de plusieurs hauteurs et même de quoi laver nos compagnons à quatre pattes ou objet volumineux. Merci Emile car je crois que tu as donné de très bons conseils. 

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Le bureau

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    L’après midi se passe tranquillement chacun ses occupations ou ses préoccupations…. Il fait chaud mais c’est très supportable, un vent marin et oui l’océan est à 4 kms à vol d’oiseaux, tempère l’atmosphère.

    Nous discuterons avec Jean Christophe, le patron. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Une douche bien méritée, une douche chaude où la pression est constante bien que plusieurs douches soient occupées, cela n’est pas toujours le cas. C’est même parfois rare, donc voilà pourquoi je me permets de le préciser. 

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Le lieu est agréable, rien aux alentours, si vous désirez le calme c’est ici qu’il faut venir. Malheureusement nous ne pourrons pas aller manger à la « grotte », c’est matériellement impossible et nous ne pouvons rester jusqu’à lundi. Mais nous reviendrons, en tout cas je reviendrai…

    Les emplacements sont bien délimités, stables, parfois en herbe, pour l’ombre il faudra encore un peu de temps. Mais ne sommes nous pas venus chercher le soleil et la chaleur qui nous fait tant défaut en France. 

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Ce soir apéro chez nos voisins. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    A l’heure où j’écris ces quelques lignes, je suis dehors, en tee-shirt sous une voûte étoilée

      

    21 avril,

     

    Dés le début de la matinée il fait très chaud, malgré une brise.

    Nous avons l’agréable surprise de voir Claudie, la propriétaire du camping, venir nous saluer et nous offrir des « oreillettes » qui seront d’ailleurs excellentes. Promis nous reviendrons. 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Sidi Bibi

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Aït Melloul

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    En route pour Agadir, arrêt courses à Marjane où nous retrouverons les campings-caristes qui étaient avec nous à Bakanou ce matin, un couple charmant qui est sur la photo, avec Claudie et Jean Christophe.

    Repas sur le parking du supermarché.

    Même sur Agadir les ânes ont de beaux jours devant eux... 

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Un tour au souk pour les derniers achats ou presque… 

    Le souk El Had est le plus grand marché de la région et comprend plus de 6000 petites boutiques. Entouré de remparts il dispose de plusieurs portes d'entrées.

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    Installation au camping municipal. On ne peut pas dire que le réceptionniste soit sympathique, on sait à peine s’il parle, juste pour nous réclamer sèchement le montant de la nuitée à payer sur le champ. Encore jamais vu au Maroc.

    Fanfan et Albert viendront prendre l’apéritif avec nous, il fait très bon nous restons à l’extérieur à papoter…

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à

     

    De la Lagune de Naïla à 

     

    Nous les garderons pour un repas frugal, ce qui nous permettra de bavarder plus longuement. Nous les reverrons demain chez eux, nous sommes invités. 

     

    22 avril

     

    Une journée à Agadir, une journée chaude et parfois ventée.

    Nous irons faire un tour au port que nous n’avons jamais visité…. Et oui même après neuf séjours en camping-car dans ce magnifique pays nous avons encore beaucoup de choses à découvrir.

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    Vue sur les ruines d'Agadir suite au terrible tremblement de terre de 1961

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    Beaucoup de chaluts amarrés  parfois rongés par la rouille, une forte odeur nous chatouille les narines…pas très agréable…

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    Repas de midi au restau sur le front de mer, lieu touristique et animé où restaurants et café modernes s’y bousculent. 

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    Un court repos avant de faire quelques courses en ville et notamment à la recherche d’une pâtisserie, ce soir sommes invités chez nos amis résidents au Maroc depuis bientôt deux ans.

    Nous trouverons rapidement deux taxis pour nous conduire à Charaf chez nos amis Fanfan et Albert. Visite de leur nouvelle maison, plus grande que la précédente et mieux agencée et aménagée avec beaucoup de goût.

    Une soirée très agréable où nous avons beaucoup parlé surtout Maroc.

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    De la Lagune de Naïla à Agadir

     

    Albert a gentiment fait deux voyages pour nous ramener au camping. Nous espérons les recevoir en France lors de leurs prochaines vacances.

    De la Lagune de Naïla à

     

     

     

                                                                   Aglou plage et troglodyte...  

                                                                                               Port d'Agadir   

     

     

     


    4 commentaires
  • 23 avril,

     

    Nous continuons notre remontée…

    Grands travaux à Taghazout. Nous longeons une côte rocheuse où les vagues viennent mourir tout doucement et des belles anses de sable fin, grandes plages populaires fréquentées surtout par les habitants d’Agadir.

     Le rocher du Diable 

     

    D'Agadir à 

     

    Aourir

     

    D'Agadir à 

     

    Notre route se faufile entre océan et montagne peuplée d’euphorbes puis à Tamri , décrit une immense boucle pour contourner les bananeraies qui longent l’oued Tinkert avant de remonter au dessus du gouffre d’Agadir d’où on a de superbes vues sur l’océan bordé de quelques dunes dorées.  

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Nous découvrirons ensuite la beauté âpre des collines rouges, terre de prédilection des arganiers qui poussent en forêts très clairsemées sur cette terre ingrate. C'est arbre prend parfois de belles allures, malgré son tronc souvent noueux et torturé. On assiste de moins en moins au spectacle plaisant des chèvres qui escaladent les branches pour brouter les jeunes feuilles ou les fruits.

     D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Tout le long de la route de petits stands vendent de l’huile d’argan, nous nous méfions de ce petit commerce car souvent l’huile n’est pas pure mais mélangée avec d’autres huiles moins coûteuses. 

     

    D'Agadir à

     

    Beaucoup de paysans dans les champs qui coupent à la faucille ou arrachent à la main les maigres céréales  arrivant à maturité, ils confectionnent de petites gerbes qu’ils amoncèlent.

    Arrêt de midi dans cet environnement d’arganiers. Voici un âne lourdement chargé mais très récalcitrant, son maître a beaucoup de mal, il ne veut ni avancer ni traverser la route. 

     

    D'Agadir à 

     

    Tamanar est la capitale de l’huile d’argan avec une grande coopérative féminine, pionnière en la matière.

    Après Smirou, direction la plage de Tafalda, un paysage vallonné parsemé de Thuyas, avec quelques cultures et  notamment du maïs. Arrivée sur Sidi Kaouiki et installation au camping Kaouki Beach, où il y a peu de monde. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Ici il y a sans doute la magie des vents alizés qui ne cessent de souffler et  de nous secouer et la belle plage, une petite perle posée sur l'Atlantique.

    Malgré cela, cheveux au vent, nous irons faire un tour au village où quelques cafés et restaurants se pressent autour du marabout défraichi, avec sa coupole sous lequel est enterré le Saint, ses escaliers biscornus.  Sidi Kaouki  un vétérinaire qui, au début du 20e siècle, aurait réussi à sauver une grande partie des chèvres de la région de la peste, moussem mi août. Un peu d'animation sur la plage, quelques paillottes protègent les vacanciers de ce vent tenace, tandis que les chameliers promènent leurs clients, les chevaux attendent patiemment et quelques surfeurs jouent avec de grandes vagues. Le paysage est un peu gâché par ces constructions inachevées qui bordent la route.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

     24 avril

     

    Ce matin il fait toujours grand beau, le vent a, depuis hier au soir, cessé sa course infernale pour notre plus grand plaisir.

    Tout doucement le camping s’éveille, les portes s’ouvrent délicatement pour ne pas gêner les voisins ….Mais dorment-ils encore? Des enfants, en vacances, jouent tranquillement tandis que leurs parents s’affairent autour du 4X4 pour ranger tente et matériel.

    Pour nous les « chibanis » rien ne presse nous n’allons qu’à Essaouira.  En route....

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Essaouia la blanche corseté dans ses remparts ocre admirablement conservés surprend parfois, pitoresque et traditionnelle elle plait au voyageur qui s’y attarde en offrant un port animé, des étals colorés, des ébénistes, une plage admirable et que sais-je encore, peut être ces alizés et leur force irrésistible ou encore la présence obsédante des mouettes. Les européens ont envahi la ville mais le charme demeure. Nous y passons tous les ans d’agréables moments de détente. 

     

    D'Agadir à

     

    Nous sommes rapidement rendus, plus difficile de trouver un parking pour camping-car, près de la ville, celui du port est saturé, ceux en bord de plage étriqués et interdits que faire ? 

    Nous rencontrerons Alain et Denise accompagnés de leurs enfants et petits enfants. 

    Nous nous dirigeons vers la grande place et stationnons en bordure de la rue, c’est toléré. Un jeune entre 16 et 18 ans nous dit être le gardien. Cela nous surprend un peu…on tourne on hésite et voilà le ‘vrai’ gardien avec son gilet fluo qui apparait, saisit le jeune par la manche, le dispute violemment dans leur langue bien entendu. Il nous explique qu’il n’est pas gardien, qu’il a déjà volé un vélo et qu’il va le conduire à la police et apparemment c’est ce qu’il fait.

    Mais qui est-ce ? 

     

    D'Agadir à

     

    D’autres personnes nous confirment que le Monsieur avec le gilet fluo est bien le gardien. Nous partons donc en ville.

    Après cette petite entracte il est déjà midi, nous cherchons donc « la Découverte » tenue par Frédérique et nous nous installons dehors. Chacun son menu, lotte, assiette découverte et couscous de dromadaire, un vrai délice.

     

    D'Agadir à

     

    Un peu de distraction de rue... 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    Nous flânerons dans les rues où règne beaucoup d’animation, les petits commerces ont envahi les maisons blanches aux volets bleus.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Quel artiste.... mais quelles conditions de travail....

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Une nécessité dans ces petites rues...

     

    D'Agadir à 

     

    Voici le vendeur de figues de barbarie, elles sont rouges, donc se sont des figues d’hiver,  les figues d’été sont oranges. Il entaille délicatement la peau et l’acheteur mange le fruit qui est alors une boule rouge qu’il prend avec un pique. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Là une dame nous entend parler de « tourista »…donc nous conseille un remède à base de plante mais il faut une plante sauvage…  elle nous conduit par de petites traboules pour en acheter….mais là c’est le piège….nous voilà dans une herboristerie… On a tout compris. Mais on va jouer le jeu… d’abord me voilà au moulin à Amlou…

     

    D'Agadir à

     

    puis on prépare la potion magique à Paul et bien entendu il faut se reposer dix minutes…. Donc nos amis viennent s‘installer dans l’estanco maintenant il faut goûter, miel, huile d’argan, amlou, pendant que la dame masse le dos de Paul. Mais nous n’avons rien à acheter, peine perdue. Je donne mon obole pour la potion, car elle était gratuite. On aura bien rit.

     

    D'Agadir à 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Mais nous sommes passés dans l’Essaouira profond où il y a peu de touristes, dans des ruelles étroites où les marocains sont attablés dans la rue entrain manger des sardines grillées sur des grands barbecues fumants. Une autre facette d’Essaouira que nous ne connaissions pas, soit disant le quartier berbère.

     

    D'Agadir à 

     

    En direction du port... 

     

    D'Agadir à 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    On franchit la porte marine 

     

    D'Agadir à 

     

    et nous voilà au port blotti aux pieds des fortifications où se dandinent barques et chalutiers colorés. Après s’être laissées portées par les alizés, des escadrilles de mouettes se reposent sur un mur, parfois dans un concert de cri ou un ballet interminable tentant de piller l’étal des pêcheurs.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    Entre mer, vent et rêve cette ville a un aspect singulier qui attire, enchante et envoûte. 

    Nous reprendrons nos camping-cars, le ‘vrai’ gardien est là, il nous confirme que le jeune en a pris pour quinze jours. Est-ce vraiment nécessaire ? 

     

    D'Agadir à

     

    Nous roulons quelques kilomètres et nous installons en sauvage à Moulay Bouzerktoun, quelques confrères y stationnent déjà. Les enfants ne tardent pas à arriver avec leurs bonnets de laine à vendre ou à troquer. Ils s’expriment dans un très bon français.

     

    D'Agadir à

     

    Le marabout et la mosquée sont posés sur une côte escarpée à côté d'un minuscule village de pêcherurs.  C'est le lieu du moussem de Régraga, un lieu qui a gardé tout son charme.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    Sur la plage à marée basse des femmes sont en train de ramasser des algues, je tente d’engager la discussion, dialogue de sourd, hélas on ne se comprend pas. 

    Les algues sont transporté par les femmes ou les ânes.. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    Voilà à quoi cela ressemble. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    Ce soir nous avons droit à un magnifique coucher de soleil. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

     

    D'Agadir à

     

     

     

     

    Essaouira et Moulay Bouzerktoun

     

     

     

     25 avril

     

    Partir tardivement devient, depuis quelques jours, une habitude. Nous profitons du soleil, des températures agréables pour prendre notre café et thé dehors.

    L’étape sera courte, il est toujours difficile d’envisager le retour…. Donc nous remontons à petit pas…

    Notre route court alors entre océan que l’on surplombe ou que l’on longe et collines cultivées ou couvertes de garigues mais les bords et les champs sont fleuris de jaune, de rose ou d’orange. C’est le printemps !!! 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Céréales blondes à point.

     

    D'Agadir à 

     

    Ici les vaches cohabitent avec les chèvres et les moutons, les champs se font plus grands et la charrue de bois tirée par un âne ou une vache côtoie le tracteur. De grandes maisons souvent en pierres sont disséminées çà et là dans la nature. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Ici les champs de maïs aux tiges bien frêles sont bordés de murets en pierre sèche. Nous traversons l’oued Tensif, peu d’eau à marée basse

     

    D'Agadir à

     

    Nous voilà à Souiria Kédima nous nous installons à Souiria Beach, une aire de service en bordure de la côte.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Une aire tranquille, face à des maisons abandonnées, près de l’embouchure de l’oued. Repas de midi sur place.

    Le vent souffle et rafraichit l’atmosphère nous ferons donc une grande virée d’abord au petit port, par la plage. Les pêcheurs rentrent avec leurs barques colorées, les tracteurs les remontent sur la grève tandis que les chariots tirés par des ânes ou des mulets transportent le poisson jusqu’à la criée. Le petit port n’est pas vraiment très clean, mais il y a de l’amélioration par rapport à notre dernier passage.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Quelques belles maisons dans cette charmante station balnéaire, mais aussi pas mal de constructions abandonnées.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    Retour par la route puis un tour à l’embouchure de l’oued Tensif.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Ce soir magnifique coucher de soleil. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

      26 avril

     

    Ce matin nous partons à 9h après avoir fait le plein d’eau et bu caf& ou jus d’orange, vers Pierre, le parton de l’aire de service qui vraisemblablement est un grand sportif et qui anime des sports aquatique dans le chenal.

    C’est une côte rocheuse ou à falaises avec quelques anses sablonneuses qui se profilent devant nous. 

    D'Agadir à 

     

    Juste avant Safi

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Complexe chimique de SaFi

     

    D'Agadir à 

     

    L'entrée sud de Safi, beaucoup de drapeaux dans la ville, le roi va t-il passer ?

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Premier arrêt à Acima Safi, quelques courses seulement.

    Puis la colline des potiers, nous dévaliserons le stand 18, nous lui achetons touts les bonbonnières et quelques plats décoratifs. Mohamed parle très bien notre langue il a vécu en France à Dieulefit. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Nous resterons manger sur le parking et reprendrons la route pour peu de kilomètres puisque notre stationnement est prévu à Oualidia.

    Des paysages ingrats, caillouteux, dénudés, semi désertiques, quelques champs cultivés, des chèvres, des moutons ou quelques vaches voilà le décor, parfois sur fond d’océan qui étale sa frange blanche écumante. Nous surplomberons de nombreuses cultures maréchaires qui dégringolent jusqu’en bordure de côte, côte de sable fin doré. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Peu après le phare de Bedouzza planté sur son rocher nous arriverons à Oualidia, la lagune est toujours aussi belle elle est à marée haute et l’océan jaillit derrière la passe, il est rageant et écumant.

    Installation sur le parking qui jouxte la grande place, Ibrahim, l’ancien Mohamed n’est plus là .

     

    D'Agadir à

     

    Nous irons en amoureux faire le tour du village en passant par la lagune, l’océan déchainé lance d’immenses gerbes d’eau par-dessus les rochers. Nous resterons là, assis dans le sable, au soleil, regarder ces vagues qui roulent rapidement en se fracassant sur les rochers, ces mouettes qui planent ou virevoltent, ces pêcheurs à la ligne qui attendent patiemment leurs prises ou encore ces vacanciers attablés. 

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Retour par le village, avec un petit arrêt pour déguster une glace et retour dans nos maisons à roulettes. Soirée marocaine avec au menu 'Faut pas rêver' 

     

    27 avril 

     

    Une journée cool, sans soleil avec un peu de vent, mais des températures agréables autour de 20°. Comme en France….LOL !!!! Je sais qu’il fait mauvais, on pense à vous et on compatie, c’est bien pour cela que nous avançons à petit pas. 

    En montant au souk nous pourrons encore admirer cette magnifique lagune cette fois à marée basse.

     

    D'Agadir à

     

    Un Immense souk, coloré, animé ou tout se vend et tout s’achète. Une vrai ruche qui s’active.. balek par ci balek par là des carrioles transportant les marchandises pour leurs clients ont beaucoup de difficultés à circuler, la foule est dense les passages étroits, les légumes souvent à même le sol. Mais ils sont toujours beaux et peu chers.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Fèves  et pois chiche cuits, c'est vraiment la première fois que l'on en voit autant.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    Oh qu'elles sont belles ces ceintures !!!

     

    D'Agadir à

     

    On essaye... avant d'acheter. Quelle confiance !!!

     

    D'Agadir à

     

    Nous discuterons avec un couple d’origine marocaine installées depuis très longtemps en France à La Côte St André, qui ont une maison à deux kilomètres de là et qui, maintenant à la retraite, y viennent passer plusieurs mois. 

    A midi nous ne manquerons pas d’aller à « l’araignée Gourmande », nous avons très bien mangé, trop bien mangé…. Il y avait un monde fou et un brouhaha indescriptible, sans doute plus de 150 personnes, mais le patron à l’œil et les serveurs n’ont pas les deux pieds dans le même sabot. Malgré cela nous serons rapidement servis. 

    Après un repos digestif bien mérité nous irons faire un petit tour sur cette plage rocheuse où l’océan roulait encore de grandes vagues qui se fracassaient en grandes gerbes sur les rochers.

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à

     

    D'Agadir à 

     

    Ce soir apéro chez nos voisins et amis bourguignons.

     Demain nous changeons d’heure ici, dons nous n’aurons qu’une heure de décalage avec la France.

     

     

    D'Agadir à

     

                                            Oualidia, sa lagune, son souk                                

     

     

     

     

     

    28 avril

     

    Nous attendons nos amis d'El Jadida, Aïssa et son fils Aziz, malheureusement la maman Zhora a quitté ce monde il y a quelques mois. Pour les remercier de leur accueil et de leur gentillesse nous avons décidé de les inviter à notre tour, donc au restaurant.    

    Aujourd'hui le ciel est boudeur et le soleil presque inexistant, mais nous avons quand même 20°. En France !!! combien avez-vous ?

    Aïssa viendra seul nous retrouver sur le parking. Il tient absolument à nous conduire dans son nouvel appartement sur le haut de la ville, même s’il n’est pas fini d’aménager. Nous le trouvons amaigrit et bien contrarié du décès subit de son épouse. Hélas ainsi est la vie, souvent bien cruelle. Il est vraiment ravi de nous voir, ambassades chaleureuses. 

    Sa nièce est là avec sa petite fille.

     

    D'Agadir à Oualidia

     

    Aïssa a tout prévu, il a acheté des jus de fruit, de la limonade, des dattes pour nous recevoir. Il a même amené les verres. Délicate attention, de plus pour un homme seul de 83 ans.

     

    D'Agadir à Oualidia

     

    D'Agadir à Oualidia

     

    Il s’est arrêté juste pour nous voir car il allait sur Safi conduire sa nièce (fille de sa sœur). Nous tentons de lui dire que nous lui offrons le restaurant, peine perdu il n’aime pas cela, n’aime pas manger avec fourchettes et couverts et il nous montre sa pince monseigneur. 

    Nous avons été ravi de passer quelques moments avec lui, nous repasserons lors des prochains voyages s’il est là, nous aimons sa compagnie et son sens de l’accueil. Il est heureux de nous parler de ses enfants qui sont en France et ont réussi leur vie.

    Je suis désolée d'avoir imposé unejournée de plus à Oualidia à nos amis, mais nous sommes tellement contents d'avoir pu voir, même quelques instants, Aïssa. Ce sont de amis que nous connaissons depuis 2004, nous passons les voir à chaque passage, s'ils sont là bien entendu, car parfois ils sont en France chez leurs enfants. Nous n'oublierons jamais notre première rencontre à Safi, ni les bons couscous ou les bons poissons préparés par Zhora qui n'est plus là hélas.

    Nous prenons congé et Jack, qui avait pris le camping-car, nous redescend. 

    Nous irons en amoureux au restau… encore un succulent repas, je me suis laissé tenter par une araignée, heureusement Paul était là pour m’aider… en plus trois crabes offert par la maison.

     

    D'Agadir à Oualidia

     

    D'Agadir à Oualidia

      

    Maintenant nous digérons…

    Une petite promenade, cheveux au vent en front d'océan et puis apéro chez nos voisins Héraultais. Le soleil revient tardivement, les nuages se dispersent et le ciel redeivient bleu.

      

    .

     


    12 commentaires
  • 29 avril

     

    Une longue journée…une journée pas comme les autres…..

    Malgré le temps  pleurnichard, qui verse sa larme de temps de temps, laissant ainsi de minuscules diamant rouler sur le pare brise, nous décidons de faire la boucle par la casbah Boulaoune. Nous parcourons un plateau inculte, semi désertique où les cailloux occupent la majeure partie du terrain et où bovins et ovins paissent.

    Ce petit ruban gris fort étroit mais surtout « orangina »  court ensuite au milieu de grands champs de céréales, champs dorés où les épis s’agitent au moindre souffle, traverse des villages animés, en effet c’est jour de souk.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Un va et vient incessant de carrioles tractées par des ânes ou des chevaux entrave la circulation, les paysans s’activent dans les champs, les enfants vont à l’école, beaucoup d’agitation en tout lieu.

    Au fil des heures le ciel se dégage, seuls quelques nuages cotonneux trainent, laissant apparaitre un soleil généreux.

    Les champs se font de plus en plus grands, champs de céréales blondissant ou de maïs verdoyant, une symphonie en jaune et vert. Malgré ces immenses champs c’est pliés en deux, faucille à la main que les hommes et les femmes moissonnent, confectionnent de petites gerbes puis les entassent. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le transport se fait plutôt ainsi..

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Beaucoup plus rarement de façon motorisée.

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    On pourra voir aussi quelques moissonneuses batteuses..

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le copilote n’est pas au point ce matin, à Sidi Bennour, il a sans doute pris la mauvaise direction, d’ailleurs conseillé par un agent de police. Nous voilà alors sur de minuscule route où parfois le goudron n’est pas aussi large que nos maisons roulantes…  D’autre part Joséphine a perdu la tête…elle ne cause plus… cherche toujours son itinéraire et se trouve même hors route. Que faire ? 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Il est déjà midi donc nous prenons le temps de déjeuner, nous aviserons ensuite.

    Encore une petite route, difficile de s’orienter ou de suivre les conseils donnés par les gens du cru, mais tout à coup Joséphine reprend ses esprits, nous sommes sur le bon itinéraire. Quelle chance. Mais encore une erreur de ma part nous éloigne de notre but, demi-tour…

    Cette fois la casbah Boulaoune est fléchée mais l’atteindre n’est pas de tout repos, tant la route est étroite et en mauvais état.

    Mais enfin soudain au détour d’un virage, apparait cette fameuse casbah, dont l’enceinte est bien conservée, sur un des méandres de l’oued Oum Er-Rbia, fleuve de six cents kilomètre de long. Le site est splendide.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Trésor négligé, cette forteresse en ruines, fière et glorieuse fût construite en 1710 par Moulay Ismaïl sur un éperon rocheux, site stratégique. Nous pourrons en faire le tour et admirer l’oued, l’orangeraie et les environs. C’est une porte monumentale qui permet d’y accéder, de la mosquée seul le minaret est encore debout. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Au pied de la tour d’où Halima découvrit son domaine s’étendaient les appartements. Il faut beaucoup d’imagination pour faire revivre ce lieu comme il était à l’origine.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Visite rapide et quelques explications sommaires d’Abdel et de son fils Mhédi.

    Le pont sur le fleuve n'est pas très engeagant... un autre est en construction. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Bien que la route fût longue et un peu pénible, surtout pour nos chauffeurs, le site est à voir au moins une fois, ce n'est que mon avis. Je ne regrette pas le détour malgé les difficultés, mais il vrai que je n'étais pas au volant...

    Le retour sera long, la route « orangina » n’en fini plus, ce n’est qu’après Settat que la 4 voies sera agréable jusqu’à l’arrivée tardive à Mohamédia.

    Installation au camping l’océan bleu où Ali nous accueille avec beaucoup de gentillesse, comme d’habitude.

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Nous retrouverons nos amis Brigitte et Christian avec qui nous passerons la soirée.

    D'Oualidia à Ceuta

                               

     

     

                                                       En route pour la Casbah Boulâuane            

     

     

     

    30 avril

      

    Une journée repos, repos bien mérité après cette longue étape d’hier, étape qui a éprouvé nos chauffeurs, le copilote et à vrai dire tout le monde, même nos petits cubes blancs. Mais malgré tout ce fût une belle journée, ce n’est que mon avis. Un petit clin d’œil à Jocelyne et Jean Paul qui ont passé la nuit sur place…  Par manque d’eau n’avons pu faire de même mais il est vrai que le coucher de soleil sur la casbah devait être ravissant. 

    Le lever sera tardif pour les trois mousquetaires, comme dirait Mireille et Michel. Le cercle s’agrandit nous voilà à huit pour notre le café. Nos qmis Aveyronnais sont là.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

                                                 Il faut bien s'occuper......

     

     

     

     

     

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Tandis que certains papotent...

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Très pratique cette petite machine, Merci Brigitte. C'est concluant, je vais investir rapidement.... 

    Il fait beau, pas très chaud car une petite brise persiste mais nous prenons notre repas dehors, nous avons même un charmant visiteur, Hugo pour ne pas le nommer.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Après midi balade en ville, partis tous les huit en bus, nous flânerons dans le petit souk de Mohamédia, dans le beau jardin central, avant de passer dans une boutique que tous le monde affectionne. Vous ne voyez vraisemblablement que les plus gourmands, du moins on suppose….

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    On peut y manger du très bon poissson

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     

     Parfois on fait bande à part...  D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    On plaisante... 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Les voilà.... 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Retour dans nos foyers… Bière pour certains….

      

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Voilà le magnifique coucher de soleil ce soir.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     01 Mai

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Tout d’abord bon premier mai à tout le monde. Que ce brin de muguet apporte à toutes et à tous le bonheur, la santé d’abord et ensuite beaucoup de voyages dans ce merveilleux pays.

    Ce matin chacun vaque à ses occupations, café et thé toujours avec le cercle agrandi, des moments simples mais où règne la convivialité et l’amitié. Des courses pour certains, du nettoyage pour d’autres, lecture, popotage, internet...

    On va fêter dignement le premier mai, nous n’avons pas l’occasion d’aller au défilé, surtout pour réclamer plus de vacances !!!!  D'Oualidia à Ceuta

    Donc nous ferons l’apéro chez nous.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Karla et Ugo sont de la fête

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Après midi cool puis courses à Marjane… tous dans le même camping-car…pas de surcharge.

    Nous avons investi dans une petite machine à laver 3kg, suffisant dans nos engins à roulette. Aussitôt acheté, aussitôt testée.

    Soirée agréable à parler Maroc et voyages avec nos voisins et amis.

    Encore un très beau coucher de soleil ce soir. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

      

    02 Mai

       

     

    Nous quittons le camping vers neuf heures, un peu à contre cœur, nous laissons nos amis et en plus remontons vers le nord. Sniff sniff, nous allons peut être les retrouver. 

    Nous passons devant le palais royal qui a mobilisé beaucoup de monde, beaucoup de police, de gardes, nécessité beaucoup d’entretien, pelouse bien tondue, arbres biens taillés, quantaux lampadaires qui ordent la route ils ont fort nombreux et bien alignés. 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Nous longeons une côte rocheuse balayée par de douces vagues, près de Rabat cafés et restaurants ont sorti tables, chaises et parasols, quelques marocains s’y pressent.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Par contre à côté de cela subsistent quelques bidonvilles, bidonvilles cachés derrière les murailles mais qui jouxtent aussi quelques beaux immeubles.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le phare de Rabat

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Nous traversons donc Rabat sans nous arrêter, passerons dans le tunnel,

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    il est vrai que c’est la neuvième fois que nous faisons le tour du Maroc et les villes ne nous attirent plus beaucoup.

    L'oued Bou Regreg

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Salé  ses remparts, sa porte.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Un petit arrêt dans un souk, nous y achèterons nos oignons préférés que nous ramenons en France, ils se conservent très bien, sont doux et excellents, de plus à un prix défiant toute concurrence même pas à 0,30 € le kilo. 

    Arrêt repas à Kénitra, où encore une fois Paul se trompe de route... Il faut parfois écouter le co-pilote.... 

    Drin drin le téléphone sonne. Voilà Brigitte et Chrisitian qui font un coucou. Ils viennent de nous apercevoir et chez nous personne n'a rien vu, pourtant il y avait six paires d'yeux.. Brigitte ne rit pas... je t'entends d'ici !!!

     C'est une grande plaine cultivée, irriguée que nous traversons maintenant où coule l’oued Sebou qui roule pas mal d’eau. Les villages traversés sont très animés c’est jour de souk, les gens rentrent en carriole. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Un cimetière 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    En bordure de route.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Après Souk-el-Arba du Rharb le paysage se vallonne et devient un patchwork de vert, vert des prés ou de la luzerne et de doré, or des céréales bondissantes où se mêle parfois le marron des terres fraichement labourées.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le premier passage à niveau et le premier train que l'on voit au Maroc.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ce paysage pastoral est très agréable et diversifié, les collines se couronnent parfois de conifères ce qui leur donne un petit air alpestre, des cultures, des oliviers, là un troupeau de vaches, là un berger et ses moutons, là des ânes, là de petits villages qui se blottissent à flanc de coteau dans la verdure.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous arrivons ainsi par une route inconnue à Ouazzane, Ouazzane qui s’étale sur les flancs boisés du djebel Bou Hellal, environnement riant d’oliviers et de vergers. La ville est une vrai ruche, des gens partout c’est vraisemblablement jour souk, souk qui a envahit toutes les rues. Il est fort difficile de se frayer un passage au milieu de cette foule avec nos petits cubes.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Installation au camping Motel du Rif.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Voilà notre environnement

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

      

    Vers 17h pause inhabituelle…nous avons décidé de siroter la bouteille de cidre offerte par Guttièrez et de manger quelques gâteaux.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Demain nous reprenons la route, encore quelques jours et nous traverserons le détroit.

      

    03 Mai

     

     

    Après le café nos routes se séparent. Barbel et Jack préfèrent rentrer plutôt que de bifurquer vers la lagune Merja Zerga.

    Nous irons à APIA juste pour acheter de la tapenade, elle est excellente et se conserve très bien.

    Voilà la ville d'Ouazzanne.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Voilà nous sortons ....

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    La traversée d’Ouazzane se fit sans encombre, ensuite une petite route en très bon état caracole de collines en collines, de champs d’orge en champs de luzerne ou en champs d’oliviers.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    La campagne est verdoyante, fleurie, on pourrait se croire en quelques endroits de France, si l’on ne croisait pas autant d’ânes et de rifaines en chapeau, si les maisons n’étaient pas cubiques si les villageois n’allaient pas chercher l’eau à la fontaine ou au puits. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Beaucoup de paysans aux champs, ou de retour avec leur ânes lourdement chargés ou encore rentrant la faux sur l’épaule. Une autre époque…

    La route se dégrade dangereusement, comme vous pouvez le voir le goudron est fort étroit parfois inexistant, les bas côtés sont difficiles et fortement creusés. IL faut toute la dextérité de nos chauffeurs pour éviter ces nids d’autruche et lors des croisements, mais les paysages sont fantastiques.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Encore une erreur du copilote, Joséphine était silencieuse… nous ne l’avions programmé que jusqu’à Arbaoua… nous irons donc presque à Larache pour retrouver l’autoroute et nous diriger comme prévu à Moulay Bousseilham après avoir traversé de grands bois de chênes lièges écorchés vivants.

    De petits stands , nèfles et pêches.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     En route...

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le ramassage des pommes de terre bar son plein beaucoup de monde dans les champs, un peu plus loin c’est le ramassage des fraises.

    Nous nous installerons donc au camping municipal, près de la lagune Merja Zerga. Nous y retrouverons nos amis Brigitte et Chrisitan et leurs adorables toutous.  

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Papotage par ci, papotage par là… nous décidons d’aller au souk demain à Lala Mimouna.

    Les plus courageuses feront la lessive à la machine : « Les Brigittes »…. Pour ne pas les nommer.

    Un petit tour en ville en quête de nos crêpes aux oignons, celles-ci ne sont pas encore faites nous remettrons leur achat à demain, n’avons pas eu la patience d’attendre. Mais les hommes "chinent" 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Le petit souk 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Une vache fouineuse... dans une poubelle.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le transporteur de ferraille

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Mais la vue sur la lagune est toujours aussi belle même à marée basse.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     04 Mai

     

    Il fait grand beau, une légère petite brise tempère l’atmosphère.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nos prenons café et thé et allons à la recherche d’un taxi pour Lala Mimouna pour le souk. Trouver un grand taxi c’est chose facile et de plus peu onéreuse 10dh par personne pour l’aller.

    Le départ du camping. 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    La route 406 est en très bon état mais la P4208 est truffée de trous, que notre chauffeur arrive à éviter avec une grande dextérité.

    C’est un immense souk qui s’offre à nous, un souk où nous ne verrons pas l’ombre d’un européen, un souk où l’on nous regarde presque pour des extra terrestres et où ‘on nous prend parfois pour des américains, vu les prix annoncés.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Brigitte est très intéressée par les couturiers qui installés avec leur machine au milieu des camelots vendant leur tissus, confectionnent toutes sortes de choses, celui-ci coud une enveloppe de coussin. 

    Le couturier et notre couturière de service ciseau à la main....

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Très peu de monde parle français et avons parfois un peu de mal à nous faire comprendre. Il est très agréable de s’immerger dans cette atmosphère particulière au milieu des commerçants et de ces va et vient incessants. Chacun fera ses achats, chapeau, bouilloires ou encore tagine et crocs.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Séance essayage

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ici tout ce vent ou tout s’achète, il y a aussi le marché aux bestiaux et les grands camions avec leurs bottes de pailles drôlement chargées. Des fourgons transportent des clients, ils sont si nombreux que les portes ne peuvent pas fermer.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Brigitte est-ce que çà fuit ????

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Il est parfois difficile de déambuler au milieu des petites remorques à main dont le propriétaire attend l’opportunité pour transporter des achats.

    Un grand souk typique, haut en couleur, nous n’avions encore jamais vu des couturiers installés ainsi au milieu du souk et des pièces d’étoffe.

    Nous reprendrons donc un nouveau taxi pour rentrer, notre chauffeur aura la gentillesse de nous conduire jusque devant le camping. De bons moments de rigolades.. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Après le repas chacun ses occupations, lecture, sieste, internet ou lessive. Ma petite machine ne chôme pas, deux lessives ce soir. C’est quand même bien pratique. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous irons tous en ville faire quelques achats au petit souk notamment des crêpes salées aux oignons et piment que nous mangeons à chaque passage ici.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ce soir encore un apéro, le cercle s’agrandit ou se modifie. Je regrette beaucoup que nos amis Barbel et Jack ne soient pas avec nous surtout en ce 4 mai, c’était un jour spécial. Ce n’est que tardivement qu’Annie et René, qui venaient nous saluer, ont pris un verre avec nous.

    Les « mostiquos » nous ont fait fuir mais il était déjà  plus de 20H30.

     

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     

     D'Oualidia à Ceuta

     

                                                     Souk typique à Lalla Mimouna                          

     

     

     

     

     5 mai

     

    Encore une journée cool, sous le soleil de Moulay Bousseillham.

    Beaux reflets sur la lagune.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Café et thé chez Brigitte et Christian, des instants de franches rigolades. Nous sommes servis à la marocaine, dans une belle théière marocaine, avec une recette de thé à la menthe de Souad, exécutée à la lettre…. Vous pourrez admirer le style en photo.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Chut… Brigitte, ne rit pas aussi fort, je t’entends d’ici…. Il était très bon.

    Il ne faut pas oublier le maitre de service, Christian et sa bouilloire tout neuve, achetée au souk hier. Mais vous ne savez pas la meilleure, cette bouilloire a un petit « truc » qui se lève tout seul….éclats de rires…. Mais Brigitte, précise mais « çà retombe aussi vite »…..Comme vous pouvez le voir on s’amuse follement.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Après ce petit intermède nous sommes conviés à une réunion… amicale….bien entendu. Je dirai «genre Tupperware », admirez les beaux bols pour camping-car…. Je n’en ai pas dans les mains, désolé j’ai l’appareil photo. Puis c’est autour du couscoussier, pas mal d’ailleurs et surtout pas cher.

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Bref la matinée passe si vite qu’à 11h nous n’avons rien fait.

    Il est l’heure de voir l’arrivée des petits bateaux de pêche. Je parts donc seule avec mon appareil photo, certains sont déjà arrivés et les vendeurs sont déjà installés sur la grève sous leur parasol.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Dès qu’un bateau arrive tout le monde se précipite pour voir les prises puis il semblerait que la vente s’effectue au plus offrant. Beaucoup de monde, quelques européens curieux comme moi.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Brigitte vient me rejoindre. Voilà une belle prise, nous supposons que c’est un congre mais personne ne sait nous dire le nom en français. J’ai pris la belle bête à la hâte car tout le monde tournait autour. J’aurai bien voulu avoir une photo alors qu’il était bien étalé au sol, mais pas question, le pêcheur nous a rejetées avec beaucoup de mépris. Une fois le dos tourné le Monsieur Marocain avec qui nous discutions à soulevé le poisson pour que je puisse le photographier. Le pêcheur est revenu à la charge et le pauvre Monsieur c’est vraiment fait disputer méchamment.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous avons donc continué notre visite, comme si rien n’était.

    Encore un repas pris dehors à l’ombre, c’est très agréable. Et après c’est le repos…

    Qu’il est doux de ne rien faire, confortablement installée dans mon relax, au soleil, la tête dans les étoiles en écoutant le piaillement des oiseaux ou le léger bruissement des feuilles doucement bercés par cette brise bienfaitrice, ou encore de regarder les petits papillons qui voltigent tranquillement ou bien de rêver les yeux ouverts ou encore de contempler cette nature généreuse qui nous entoure.

    Après ces moments de tranquillité petite balade vers la lagune à marée basse. Au retour nous trouverons notre accompagnateur pour demain. Ses collègues ne semblent pas ravis… Ils auraient voulu que nous partions sur deux barques, ce n’est pas le but, nous contestons. Donc rv pris pour demain 10H (200Dh pour deux heures) A suivre….

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Avec mon amie Brigitte... de L'Aveyron (Je précise juste pour les personnes qui ne la connaissent pas)

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Vont-elles monter dans les barques ???? 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous allons réserver au restaurant pour demain ainsi nous n’aurons plus qu’à mettre les pieds sous la table. Le serveur nous précise qu’il avait aussi une barque. Là il est vraiment trop tard. On nous offrira le thé.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Voilà les tarifs, petite précision il s'agit de dirhams, donc diviser par 11. 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Ce matin j’avais précisé au Monsieur que nous partirons avec lui, pas question de changer, parole donnée, parole respectée.

    Ce soir apéro chez nos voisins Héraultais.

     On ne s'en lasse pas....

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     

     

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     

                                    La lagune, la pêche et la sortie en barque      

     

     

     

     

     

    06 Mai

     

    Ce matin une douce brume nous enveloppe… Ce n’est pas bon signe…la balade en barque sur la lagune nous parait bien compromise….Mais petit à petit le ciel s’éclaircit laissant ainsi pointer généreusement le soleil.

    Nous saluons Annie et René qui doivent traverser le détroit cet après midi.

    Notre guide Khalil arrive, nous apprendrons plus tard qu’il est guide ornithologique, nous montons à bord sans trop de difficultés malgré quelques petits balancements. 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

     On s'installe... 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Quel air triste... toi qui rit tout le temps... Pourtant elle est belle la vie... Tu n'as pourtant pas peur de l'eau comme moi....

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Et nous voilà sur cet immense lagon à marée basse. Une balade fort agréable, Khalid nous fait voir pas mal d’oiseaux, il est vrai parfois d’assez loin, mais il est sans doute un peu tard. En effet ces volatiles viennent en grand nombre nicher l’hiver dans cette réserve. Mais nous donne beaucoup d’explication. On sent fort bien qu’il est passionné. Il arrête son moteur pour pagayer afin de ne pas effrayer les oiseaux. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous voguerons ainsi pendant deux heures et demie, à six, pour notre plus grand plaisir. Pas mal d’activités sur cette lagune, des femmes qui ramassent des palourdes, des hommes qui pêchent à pied ou en barque, des hommes qui cherchent des appâts. Avant que la marée remonte trop tout ce petit monde à pied traverse la lagune avec seulement de l’eau jusqu’aux genoux.

    Avarie sur la lagune... 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Il remonte son filet

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Puis le relance

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    A grands pas...

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    A tire d'ailes..

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ramassage des palourdes

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Au retour

    Il y a si peu d'eau qu'il pousse sa barque... même à marée montante

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Rien à faire pour ce midi, nous n’avons plus qu’à mettre les pieds sous la table, en effet nous allons manger au petit resto touristique Izaguirre qui domine la lagune. Petit resto sympa, simple mais bon.

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Une légère brume entame à nouveau une tendre farandole entre océan et lagune. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous rencontrerons les amis de Brigitte et Christian, Annie et Patrick qui ont eu beaucoup d’ennuis mécaniques durant leur séjour, ennuis qui semblent cette fois résolus.

    Après ces moments d’échanges et de convivialité chacun ses occupations.

     

     

     06 Mai

     

    En cette belle matinée ensoleillée et chaude les lavandières s’activent, je dirais plutôt les machines à laver .. Mais il faut rincer et étendre…Quel boulot !!!

    Puis c’est la pause, pause café et thé comme tous les matins. Annie et Patrick se joignent à nous, de bons moments où l’on parle voyages. Ce sont des" baroudeurs" et leurs récits sont très agréables.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Repas de midi dehors comme d’hab, avec filets de poissons succulents, filets pêchés par nos amis Maryse et Raymond, que je remercie encore au passage. Et puis je suis restée traditionnelle  crique à l’oignon.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le début d’après midi s’annonce cool… 

    Nous irons faire un tour en ville, acheter nos crêpes préférées que nous congèlerons,

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le cordonier ambulant 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    puis vers le bas de la ville sous les marabouts.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ramène pas ta..... LOL

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Le coin n’est pas très clean… jugez par vous-même, un rat a investi les lieux il n’est certainement pas seul, la vache mange dans les détritus…

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Voilà la lagune sous un autre angle  et les barques des passeurs.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ce soir apéro chez Brigitte et Christian, une table bien garnie, comme vous pourvez le constater, de grands moments de rigolade.. et la « langue de Brigitte »…. Je n’énumèrerai pas toutes les bêtises dites… cela serait bien trop long. Annie et Patrick étaient bien sûr avec nous. Une très bonne soirée qui c’est terminé à 21h.  

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

     

     

     

     8 Mai

     

    Ce matin c’est le départ… Dernier café et  thé ensemble, nous sommes depuis deux jours huit, mais il y avait deux absents à qui nous pensons souvent et qui nous manquent.

    C’est avec beaucoup de regret que nous laissons nos amis, beaucoup d’émotions et quelques larmes qui roulent discrètement. Et oui nous avons passé d’agréables journées ensemble ou convivialité à beaucoup rimé avec amitié. Mais promis nous nous reverrons.

    AU REVOIR.....

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Jusqu’à Larache une grande plaine cultivée, des champs de pommes de terre, de fraisiers, beaucoup de céréales et beaucoup d’activité.

    Oued Loukos

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ensuite la campagne se vallonne, devient encore plus verdoyante et parsemée de petits douars. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Des fleurs partout des bleues de roses des jaunes de violettes ensuite une forêt de chênes lièges aux troncs dépouillés. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous avons fait un petit détour pour voir le Cromlech M’Soura tentant de suivre les indications du Routard. La route jusqu’à  Souk Thine est en fort mauvais état. Dans le village un Mr, parlant français nous propose de nous indiquer la bonne route.

    Voici la mosquée du village.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Malgré un peu de réticence nous acceptons. Bien qu’unique en Afrique ces mégalithes, au nombre de 176, s’étalant autour d’un tumulus, ne sont pas très grands , de 55cm à 6m  le site est assez mal conservé.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Au retour nous laissons notre accompagnateur à la grande route, comme il nous le demande, et voilà t-il pas qu’il veut encore des dirhams pour le taxi. Nous refusons catégoriquement, il ne faut pas nous prendre pour des américains. Nous payerons le prix demandé et rien de plus. Et en plus nous estimons qu’il a bien gagné sa vie, pour même pas une heure de déplacement.

    Installation à Asilah, près du port où il y a peu de camping-car.

    Des vendeurs de toutes sortes sont déjà venus nous proposer des tas de choses, nous n’avons acheté que des gâteaux, comme par hasard cette fois ils n’étaient pas fait pas la maman….

    Après un peu de repos nous flânerons dans les coquettes ruelles  de la médina où contrairement à beaucoup on a une sensation d’apaisement, une médina presque silencieuse aux ruelles éblouissantes de blancheur et aux portes et fenêtres bleues pour la plupart.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Une médina protégée par ses remparts portugais ocre vieux de cinq siècles et remarquablement bien conservés. Cette petite cité balnéaire ne laisse rien deviner de son passé tumultueux, en effet se fut une ville très disputée.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Après quelques achats nous rentrerons dans notre maison et de notre salle à manger nous voyons ceci.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Après Plus belle la vie, en amoureux, nous partirons en quête d’un restaurant pour oublier que la fin du séjour approche. C’est à Casa Océan que nous nous installerons dehors face à un magnifique coucher de soleil. Le repas arrosé d’un Boulâoune rosé sera excellent. Le ciel  d’un bleu marine foncé est constellé d’étoiles qui scintillent.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

                                                     Cromlech M'Soura et Asilah                  

     

     

     

     

     

    09 Mai

     

    Le soleil est toujours là…. Nous prenons notre thé er café dehors et puis partons au souk, l'avant dernier en terre macoraine.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Les mouettes perchées sur les petites barques colorées.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Naufrage au port...à marée basse....puis à marée haute....

     

    D'Oualidia à Ceuta

    D'Oualidia à Ceuta

     

     

     

     

     

      

     

    La promenade du front de mer... 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Les remparts et l'uns des trois portes

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    On nous indique la route et on nous dit environ un kilomètre… je crois bien que l’on en a fait au moins trois.

    En route, hélas, nous avons vu ceci.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Un vrai souk marocain, peu d’européens. On dirait plutôt un vide grenier installé à l’ombre d’eucalyptus de chaque côté d’une piste. Inutile de dire que lorsque les voitures se croisent c’est difficile et on a alors un concert de klaxons.

    Comme chaque fois tout ce vend et tout s’achète, par contre les légumes sont très beaux et toujours aussi bon marché. C’est un bric à brac indescriptible. Le voilà en images.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Tout le monde n'est pas motorisé....

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Retour en taxi et puis nous n’avons qu’à mettre les pieds sous la table, à la Casa Océan chez Pépé. Malentendu sur l’heure de la commande, serveur peu aimable et un peu speede. C’est tout juste s’il n’enlevait pas l’assiette avant que l’on ai fini…. Nus avons quand même bien mangé notre paella. Tout est bien qui finit bien. Mais peut être que la prochaine fois changerons de "crèmerie"...

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous sommes allés vérifier si le camping Saada était bien ouvert, c’est le cas, mais il ne faut pas s’attendre à des miracles (80dh tout compris)

    Le temps est entrain de changer, des nuages trainent dangereusement nous masquant l’astre divin, ce ne fût que de courte durée car il brille à nouveau.

    Vers 16H30 nos voisins nous ont invités à boire la bouteille de cidre de Guttierez et manger par la même occasion des palmiers… Miam…miam… ils étaient succulents.

    Nous partirons d’ailleurs ensuite en acheter et flânerons ensuite dans la médina. Retour au cc, juste pour poser nos achats, nous irons seuls faire une petite balade sur la jetée qui domine le port et ensuite vers les pêcheurs qui vendent leurs belles prises. Beaucoup de poissons, mais ne connaissons par leurs noms. Pour éviter tout problème, comme l’autre jour à Moulay Bousselham je n’ai pas pris de photos.

    La plage toute proche 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Nous ne sommes pas si mal  !!!! 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Ce soir de soleil rougeoie, on croirait vraiment que le ciel prend feu,  quel magnifique coucher.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Il fait très doux, après le repas irons encore flâner sur la grande promenade du front de mer et vers la place centrale. Beaucoup de monde aux terrasses, dans les restos ou encore dans la rue. Les marocains sortent beaucoup le soir. Nous ferons comme eux et siroterons un bon thé à la menthe en terrasse, le spectacle est dans la rue.

     

     

     

     

                                                       Le souk d'Asilah  et le port

    10 mai

      

    Encore un pas vers le nord….. Nous longeons la côte d’assez près, une belle côte de sable fin où viennent mourir quelques douces vagues écumantes tandis que de l’autre côté une petit lagune reflète un ciel où trainent quelques nuages.  

    Tanger s’agrandit de nouvelles constructions partout, pour une fois une circulation raisonnable, nous empruntons la route côtière par Tanger Med. 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Notre petit ruban gris caracole de collines en collines, tout n’est que fleurs et verdure sur fond d’océan.

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Tanger Med se cache dans son anse et derrière de grandes barrières qui nous bouchent la vue. Même du point panoramique l’on ne voit pas vraiment grand chose si ce n’est que le port de fret.

     Oh les curieux !!!

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta 

     

    Beaucoup de contrôles de police, mais nous ne serons jamais inquiétés, il est vrai que nous respectons les limitations de vitesse, mais un moment d’inattention est vite arrivé.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    Repas de midi sur le parking de Majane où nous ferons nos dernières courses, avant d'aller stationner au camping de Martil.  

    Ce soir dernier repas en terrasse au resto du camping, excellent tajine d’agneau.

     

    D'Oualidia à Ceuta

     

    On peut dire que la boucle est bouclée. Il n’y a plus qu’à rejoindre Ceuta, ce sera pour demain matin.

     

    Je suis bien triste et angoissée depuis ce matin, le seul plaisir sera de retrouver la famille.

     

    Toutes les bonnes choses ont une fin. Mais nous espérons revenir encore en 2014.

     

     

     

     

     

                                                               


    60 commentaires
  • 11 mai

     

    C’est la fin !!! Nous décollons du camping à 7h30 pour l’embarquement de 10h30 (heure Espagnole donc 1h de plus). 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Passage en douane (en travaux, il va y avoir plusieurs guérites) très rapide côté marocain, un peu plus lent côté espagnol.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    L’accueil espagnol se fait sous une brume intense. Arrivée au port, encore un peu d’attente, avec chien renifleur… et douanier qui occulte le dessous du cc  avec sa lampe… 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Ferry rapide, pas de possibilité de faire le tour, donc débarquement prévu en marche arrière. La mer semble assez calme, nous resterons dans notre camping-car, je finirai ma nuit…. Ceux qui sont montés à bord n’ont même pas vu la couleur de la mer tant la brume était épaisse. D’ailleurs l’on a entendu plusieurs fois la corne de brume.

    Débarquement rapide arrêt sur le parking de lidl pour courses et repas. Nous repartons ensuite direction Malaga, après quelques kilomètres nous voilà plongés dans le brouillard, pas gênant pour conduire mais les paysages sont sans reliefs.

    L’autovia est bordé de lauriers rose en fleurs et de genêts odorants dont les effluves arrivent jusqu’à nos narines. 

    Le soleil à beaucoup de mal a s’imposer, il sera pâlichon avant de disparaitre, cependant un peu de monde sur la plages.

    Les serres plastiques commencent à envahir le terrain. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    L’aire de Nerja ne nous concient pas vraiment, un simple parking en contrebas de la ville, de quoi perdre le moral en rentrant.

    Finalement nous élirons domicile à celle de Solbrena, plus sympa, plus aérée, sur un terrain herbeux où il y a pas mal de monde. Voilà la vue que l'on a de nos fenêtres.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    On est samedi donc apéro chez nous. 

     

    12 mai

     

     

    Ce matin tout est gris, le ciel nous tombe sur la tête en fines gouttelettes. Pour planter le décor, nous roulons phares allumés et essuie-glace intermittents en action. La vue n'est pas terrible... 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Les serres se font de plus en plus présentes défigurant collines et bord mer.

    Au fil de la matinée les conditions météo se dégradent rapidement et les intermittents ne suffisent plus. Dans cette immensité grise, terne, triste à mourir ciel et terre se confondent dans cette grisaille sui nous enveloppe.

    Alméria et le port

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La pluie cesse enfin mais le soleil ne reviendra pas de la journée.

    Stationnement en début d’après midi sur l’aire de service de Velez Rubio, aire avec eau, électricité et vidange, aire quelconque face à des bâtiments inachevés. Il ne fait pas très chaud, mais nous sommes à 820m d’altitude. (N37°39'07"  W02°04'32")

    Paul a décidé de changer ses plaquettes de freins, le voilà à l’œuvre.

    Balade en ville, une belle église et un arc à l'entrée. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne 

    Une petite ruelle..

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

     

    13 mai

     

    Nous partons à 9H comme prévu et nous avons un peu de soleil, il semblerait que le temps s’améliore.

    C’est une belle allée de genêts en fleurs qui nous accueille sur l’autovia vers Murica, ensuite se sont les lauriers, roses ou blancs qui prennent le relais.

    Dénudée et aride la Sierra Espuna se profile à notre gauche.

    Arrêt café sur un aire de station, là nos routes se séparent nous partons sur Murcia, espérant trouver un garage Fiat et puis rejoindrons la côte, les voisins héraultais partent vers le nord pour un arrêt à Turis, ce soir. Nous sommes surpris de les voir quitter l’A7 avant nous… aurait-il changé de direction sans nous le dire ?

    Josephine nous conduira bien sur la bonne voie mais nous n’avons pas vu pour autant le concessionnaire Fiat, nous poursuivons donc notre route, toujours sous le soleil, seuls quelques nuages s’grippent à la Sierra.

    Murcia

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La mer est d’un beau bleu marine, parfois turquoise elle prend alors des faux aires de lagon en bordure de côte. Le ciel est bleu seuls quelques nuages s'aripent sur la Sierra.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Benidorm et ses tours

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne 

     

    Un arrêt à Altea devant un garage Fiat, malheureusement il est fermé pour le moment, n’allons pas rester là à attendre l’ouverture. 

     

    La remontée de l'Espagne 

     

    Vue sur le penon. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Arrivée à Calp, en début d’après midi et installation sur l’aire de service où il y a pas mal de monde mais encore quelques places de libres, c’est un lieu très prisé par les camping-caristes étrangers. Vu le temps je renais et le lieu agréable. (N38°38'56" E 00)04'02")

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Papotage, internet et puis grande balade en ville, impossible de trouver le bouquin des aires de service espagnoles, mais je ne désespère pas.

    Un beau bistrot en front de mer nous tend les bras… C’est l’heure du thé… nous nous laisserons tenter par un thé et café gourmand, donc avec un mini croissant et une crêpe au citron et au sucre, devinez pour combien… on se croirait presque au Maroc, 1,9€. Nous avons une carte postale devant les yeux, le penon D’ilfac au soleil couchant pour le plaisir des yeux, des mouettes qui virevoltent, des vagues qui se meurent sur la côte des, voiliers  qui voguent sur une mer d’huile. Un bonheur simple mais qui nous ravit, nous faisant un peu oublier le Maroc, les rencontres avec les amis que nous aurions dû prolonger. Vous nous manquez aussi… on serait bien revenus avec vous tous au souk  Lalla Mimouna avec plaisir. Mais il est des fois où l’on ne peut pas tout changer au dernier moment…Brigitte 2 ne verse pas ta larme…on va se revoir même avant le Maroc prochain.

    Ce soir sommes allés au restaurant El Carro I, en bord de plage, encore face au penon mais avons été très déçus…. Une fois n’est pas coutume. Nous nous rattraperons !!!! Ce n’est que partie remise.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

     

     14 Mai

     

    Nous décidons de remonter un peu, le temps est très moyen, peu de soleil....mais 19° pas si mal qaund on voit les temératures en France quoique à Annecy il fait beau ce matin...

    Nous filons tranquillement sur la 332 dans un paysage verdoyant parsemé de maisons blanches, seule la Sierra exhibe sa barrière rocheuse.

    Le soleil tente de s’imposer il y arrivera après quelques tentatives infructueuses.

    Joséphine nos fait un caprice elle nous fait passer par le centre ville de Valencia pour aller à Castellon de la Plana où nous devrions trouver un garage Fiat. Mais que faire ? sinon l'écouter pour sortir de ce guêpier....

    Nous trainons par des petites routes près de la côte, nous mangerons au Pation Tolédano au Port de Bodianna, pour la modique somme de 8€ nous avions une entrée, un plat, un dessert. Un repas bien meilleur que celui d’hier pour moitié moins cher.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Dès la sortie du port avons contrarié Joséphine, bonne initiative, elle a repris ses esprits et nous sommes passés ainsi à l’extérieur de la ville, ce qui, en camping-car, est tout de même plus agréable surtout pour le chauffeur.

    Nous voici dans Castellon de Plana sans avoir trouvé Fiat.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Encore une  remontée touten douceur  avec un arrêt à Peniscola. La vieille ville est construite sur une péninsule rocheuse, sur ce pignon se dressent les anciennes fortifications que domine le château de Pape Lune, Benoit XIII veille sur la ville. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Il est très agréable de flâner dans ces petites rues fleuries, abruptes et pavées, parfois tortueuses qui grimpent jusqu’à la citadelle d’où la vue est imprenable, vue sur la grande plage nord et à l’est sur le port. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne 

     

     Le port 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne 

     

    Au delà de cette péninsule ont été construits hôtels et immeubles qui contribuent au succès touristique de la ville. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Après cette belle promenade nous nous installerons au Camping Los Pinos (10€ tout compris).

     

    La remontée de l'Espagne

     

     

                         Port de Boriana, Peniscola son port et sa vieille ville

     

     

     

     

    15 mai

     

     

     

    Légère bruine cette nuit, pas de problème ce matin mais un ciel nuageux.

    A Vinaros un garage Fiat nous accueille, la vidange sera faite dans la demi-heure qui suit. Garage super sympa qui nous fera aussi le graissage du châssis sans surplus et le niveau du lave glace.

    Bien qu’un peu pâlichon le soleil est bien présent, la température oscille entre 18 et 21°. Au fur et à mesure de notre progression la côte reste ensoleillée mais de gros nuages noirs et menaçants s’amoncellent sur la Sierra qui fait barrage.

    Repas au grand buffet de Cambrils, pas mal, pas le style de celui de Narbonne mais à moitié prix, plutôt celui de la Jonquéra.

    Nous bouderons le Camping Park Playa Bara, que nous aimons bien, malgré des places parfois un peu exigües, il est vrai qu’ils ont pas mal augmenté le prix sénior.

    Nous irons donc jusqu’à Villafranca de Pénédés d’abord au concessionnaire camping-car, ensuite sur l’aire de service gratuite située avenue de Taragonne (N41°20’25’’  E01°41’29’’).

    Rien de bien spécial ce jour, quelques courses ici à Simply juste le temps de rentrer au camping-car et l’orage qui grondait déjà, s’abat sur nous sans trop de violence.

    Les amis qui êtes encore au Maroc, profitez bien et restez y encore quelques jours, peut être que l’été arrivera avec vous….On pense souvent à vous, on regrette vraiment de ne pas être restés plus longtemps vers vous. On fera mieux la prochaine fois.

     

     16 mai

     

    Après la pluie soutenue d’hier au soir et de cette nuit il ne reste qu’un ciel gris…

    Nous voguons de collines en collines, vers le nord, dans milieu alpestre où les conifères sont rois, sous un ciel tumultueux qui laisse filtrer quelques rayons de soleil.

    Nous suivons ensuite l’ troite vallée d’El Cardenet qui draine une eau vraiment boueuse. Après Solsona nous voilà dans la brume, il est vrai que nous sommes à 700m d’altitude.

    Puis direction l’Andorre par la vallée de la Segre, on se croirait au mois de mars avec une alternance de soleil et de giboulées. Nous trouvons nos pneus pour le camping-car, en une heure ils sont montés et changés comme on voulait.

    Nous continuons donc notre progression après un arrêt course mais les giboulées se transforment en neige dès l’altitude de 1500. Nous emprunterons donc le tunnel d’Envalira pour éviter tout problème et nous voici donc en Franc, sous une pluie incessante sur l’aire de service d’Ax les thermes.

    Des nouvelles d’Annecy, de Lyon ou encore de Bligny nous annoncent aussi du mauvais temps. C’est la « cata », tout cela n’est pas fait pour nous donner le moral. Nos avons presque envie de faire demi tour. Mais est-ce bien raisonnable ?

     

    17 mai

     

    Après une soirée et une nuit bien arrosée la matinée s’annonce sous de meilleurs hospices, grand ciel bleu, grand soleil, quel plaisir. Mais la neige est descendue bien bas tout de même.

    En quelques lacets serrés nous prenons rapidement de l’altitude pour atteindre le col de la Chioula à 1450m. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La neige fraichement tombée donne un air magique aux forêts que nous traversons quant aux sommets ils étincellent sous ce magnifique soleil.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Paysage verdoyant, mais les frimas ont retardé la végétation et les arbres ont du mal à revêtir leur belle robe printanière.

    Drin drin…le téléphone sonne. Quel plaisir d’entendre Brigitte et Christian depuis le Maroc. Nous avons discuté un bon moment, parlé Maroc bien entendu, mais ils vont bientôt rentrer. A bientôt les amis. Et voilà la carte postale que nous aviosn a ce moment là devant les yeux.... Hiiii alors que vous n'aviez plus le soleil à Moulay Bousseilham...

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Sommes nous vraiment mi-mai ????

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Les pissenlits ont envahi les champs, le tapis jaune est donc déroulé pour notre passage. 

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La campagne est magnifique avec ces arbres aux feuilles bourgeonnantes d’un vert délicat qui tranche avec le vert sombre des sapins. Paysages divers et agréables qui se déclinent dans une palette de verts infinis, des scènes pastorales avec des belles vaches rousses qui paissent une herbe drue, des villages riants et fleuris, des crêtes enneigées.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Plus bas dans la vallée ces fleurs jaunes sont devenues des petites boules blanches vaporeuses qui au moindre souffle laissent s’envoler une myriade de graines ailées qui deviendront à leur tour de beaux pissenlits.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    La remontée de l'Espagne 

     

    La descente sur Quillan se fait tout en douceur, tantôt sur un plateau tantôt dans une étroite vallée.

    Au fil du temps quelques nuages s’effilochent dans ce ciel d’azur, mais pour l’heure ils sont bien inoffensifs.

    Voici le château d’Arques.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Nous suivons le chemin des écoliers, notre route la Nle 660 court dans un paysage boisé et fleuri.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Arrêt repas à Mouthenet à l’auberge chez Divine, en effet elle est divine. Un repas excellent, une patronne et serveuse est super sympa et pleine d’humour, si un jour nous repassons par là nous nous arrêterons.

    Les nuages se font plus langoureux mais le soleil est toujours bien présent, plus vers la côte que vers la montagne.

    Nous chercherons encore un fiat à Narbonne puis à Béziers pour trouver des plaquettes de freins arrière cette fois.

    Château de Beauregard.

     

    La remontée de l'Espagne

     

    Arrêt à Valras sur une petite place après le Casino, l’aire de service étant complète. 

    La belle aventure ce termine là, quelques jours en famille dans l'Hérault, puis c'est la rentrée au bercail.

    Pour la conclusion sur ce cru 2013 il vous faudra encore patienter...un peu. Mais je peux vous dire, que malgré quelques problèmes, ce sera un bon, mais il aurait pu être meilleur.....

     

    18 Mai

     

    Juste quelques photos d'un petit village de l'hérault où nous venons de faire une belle balade et où il y a une aire de service gratuite près d'une petite mare.

     

    La remontée de l'Espagne


    9 commentaires
  • FIN

    D'ores et déjà je peux vous dire que le Maroc se termine encore une fois  par le même refrain....

      

    NOUS REVIENDRONS. 

     

    Nous rentrons, comme à chaque voyage, avec des images plein les yeux et des souvenirs plein la tête. C’est toujours avec le même plaisir que nous avons sillonné le Maroc, ce Maroc si accueillant, si surprenant, terrain de jeu favori de nombreux camping-caristes qui, comme nous, adorent cette terre de charme et de contraste où il fait bon vivre, loin de la froidure hivernale  de nos régions.

     

    Nous avons vu de nouveaux paysages, sommes sortis des sentiers battus parfois un peu chaotiques, avons revu, toujours avec la même plaisir, des coins que nous aimons où j'aurais parfois bien voulu rester un peu plus. C’est avec une joie partagée que nous avons revu nos amis marocains, nos amis français installés dans ce magnifique pays, avec qui, au fil des ans, avons tissé des liens très forts, mais aussi des membres du forum ou des propriétaires de petits campings que nous avons beaucoup apprécié. Par peur d'en oublier je ne citerai personne.

     

    Malgré des absents, les retrouvailles avec nos amis Brigitte et Christian furent de grands moments de bonheur,  des moments de partage, de convivialité et d’amitié sans la moindre ambigüité. Annie et Patrick nous on rejoint tardivement mais nous avons beaucoup apprécié ce couple que nous avions déjà rencontré en 2011 mais aussi à un forum voyage. Là, j’ai personnellement un petit regret, c’est de ne pas être restée encore quelques jours avec eux. Mais il est parfois difficile de modifier l'itinéraire à la dernière minute....

     

    J’avais aussi laissé ma mentalité européenne lors de la traversée du détroit (sauf peut être lors de mon premier voyage) et je n’ai même pas envie de la reprendre au retour… je me sens toujours aussi bien dans ce pays si hospitalier, même au 9ième voyage, mais pour cela il faut essayer de vivre à leur rythme, de prendre le temps…et surtout de ne pas avoir de principes….S’il arrive quelquefois, une erreur de prix, d’addition ou encore quelques grammes en moins lors d’un pesée… je ne vois rien. Pour moi ce n’est pas important. Bien au contraire j’ai l’impression d’avoir fait ma BA. Que pense ces marocains qui ont parfois très peu de chose lorsqu’ils nous voient débarquer avec nos engins….. et rechigner pour quelques dirhams....

     

    Globalement le cru 2013 a été un bon cru, comme les précédents d’ailleurs, cependant je déplore sincèrement l’incident de fin de séjour (pour une futilité) et j’ai été très peinée par le départ anticipé de nos amis. J’ajouterai juste, malgré le port de lunette que j’y vois clair, même si je n'en ai par l'air.... et je n’ai pas toujours besoin d’entendre pour comprendre… Je ne suis ni naïve, comme on pourrait le croire, ni tombée de la dernière pluie....

     

    J’ai oublié une chose c’est la rencontre  fort agréable avec le Rallye de Gazelles et particulièrement avec la gazelle et amie France qui à fait un bon score. Si l’an prochain elle court, si nous pouvons revenir, comme prévu, dans ce pays que nous adorons, nous tacherons de la suivre de plus près quitte à bousculer notre itinéraire qui pourtant n’est pas tracé à l'avance et se fait au fil des jours. Cette année cela n’a pas été possible.

     

    A l’arrivée c’est encore une fois le choc, à tous les niveaux, d’abord le temps, ensuite les prix…. Le seul plaisir est de retrouver la famille et les amis.

     

    Si la vie, parfois si ingrate, ne nous réserve pas de mauvaises surprises, nous retournerons au Maroc, encore et encore !!!! et si un jour cela est possible peut être pour six mois.   Inch Allah

     

    UN GRAND MERCI POUR VOTRE FIDELITE 

    Vous pourrez suivre quelques évènements dans "une petite parenthèse" ensuite  dans Randos 2013  

    A Bientôt !!!

     

    Nous repartirons au Maroc, sans doute en fin d'année, mais vous pourrez nous suivre le moment venu.


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique