• Au fil de l'eau

     

      

    28 juin

    Ploc ploc, Dame pluie s'est invité cette nuit et ce matin le ciel est au ras de sapins....

    Nous partons pour d'autres cieux....bonne heure ce matin, pour une journée au fil de l'eau à pied et à vélo .

    Notre route se faufile entre forêts et prairies et traverse de nombreux petits villages.

    Premier arrêt au village de Foncine le Haut. Le but de notre promenade sera la source de la Saine, rivière qui se jette dans l'Ain après une course de 19 kms. Rivière capricieuse elle cache sa source dans un ruz appelé localement "La Baume"

    Voilà l'église de Foncine

    Un sentier agréable nous conduira à cette petit merveille naturelle situé au flanc du Bayard. 

    Les explication dans cette petite cabane en bois.

    Voilà le champ de tir

    Jaillissant dans un site calcaire, un amphithéâtre rocheux avec sa structure plissée et ses failles, d'un domaine souterrain complexe, la Saine sort d'un pierrier moussu en ce moment, en période de forte pluies elle sort d'un gouffre. Parcours thématique avec panneaux d'interprétation et belvédères aménagés en font un lieu superbe qui ravi nos yeux et notre curiosité.

    La source

     u

    L'environnement de la source

     

     

     

     

     

    Failles et gouffres

    Dans ce petit village il y a une aire de service superbe, attenante au camping municipal au bord de la rivière. Juste un petit arrêt pour le café de mi-matinée.
    Le temps c'est, comme tous les jours, bien amélioré, ce n'est pas encore le grand soleil, mais nos balades sont agréables et la température très supportable.

    Après cette naissance tranquille, La Saine poursuit son chemin, (nous la longeons d'ailleurs rive droite puis la traversons et la longeons rive gauche) parsemé de gorges dont les plus impressionnantes sont les gorges de la Langouette.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un stationnement sur le "parking vert" nous permet d'atteindre les gorges rapidement dès le pont. Ces gorges sur la Saine impressionnent par leur étroitesse et leur profondeur, 47m. Un circuit aménagé permet de profiter de ce spectacle grandiose, de ce serpent argenté encastré dans la gorge et de plonger dans une ambiance tout à fait particulière. Un paysage somptueux fait de marmites de sauts et de cascades. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au fil de l'eau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au fil de l'eau

    Nous traversons le pont et passons dans le village avec ses lavoirs et sa belle église.

    Au fil de l'eau

     u

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà un Onagre à grande fleurs.

    Une barbe de Bouc.

    Il est recommandé de le faire le trajet que dans un sens afin qu'il n'y ai pas de croisement en cette période de pandémie. Mais cela est respecté, hélas, par peu de monde. Les français ne sont pas vraiment disciplinés.

    Notre programme n'est pas vraiment pré établi, même si nous connaissons les grandes lignes. C'est en fonction de l'humeur et des visites. Nous suivons donc au hasard la Source de l'Ain.  Au final une route étroite, nous nous arrêtons donc sur le premier parking rencontré et poursuivons à pied par un joli sentier boisé. Un lieu de promenade et de ressourcement super car peu de monde. L'eau surgit des profondeurs sans remous. Cette rivière devra parcourir 190 kms avant de se jeter dans le Rhône. En ce moment la source est très calme, l'Ain est un petit ruisseau tranquille qui sautille de rocher en rocher, en période de pluie cette source peut débiter 60m3 à la seconde.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Par un petit sentier pentu parfois aménagé en escaliers nous descendons jusqu'à la cascade du Saut du Maillys, par rapport à la Saine l'Ain est ici petit joueur....

     

     

     

     

    Voilà une matinée bien chargé, nous allons nous installer sur l'aire de Nozeroy, petite cité médiévale au coeur du Jura. Planté sur sa colline Nozaroy l'attachante est une petite ville de caractère à la pierre blonde, cité des ducs de Chalon.

    Les  nuages dansent dans le ciel mais nous pouvons manger dehors même si l'air est assez vif.

    Après le repas nous enfourchons nos vélos pour une balade aux Pertes de l'Ain à Bourg de Sirod.

     

    En route...

     L'Ain

    Nous voilà sur place.

    C'est dans un gorges étroite et profonde que s’engouffrent les eaux de l'Ain et surgissent en un bouillonnement sourd, après un cheminement souterrain dans les "Pertes".

      

     

      

                      

     

     

     

     

     

     

     

    Un circuit bien aménagé nous permet d'y accéder au plus près. Un spectacle dont on ne se lasse pas. Après ces remous l'Ain poursuit sa course plus sereinement. L'Ain se montre ici sous son vrai jour, sauvage, brutal et pressé se frayant un passage dans cette gorge étroite.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Perte de l'Ain

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il ne nous reste plus qu'à remonter vers notre maison à roulotte. Avons beaucoup de chance car peu après notre arrivée le ciel devenu subitement gris verse de grosses larmes. Ce soir encore elles clapotent sur notre petit cube. 

     

    29  Juin

    La pluie de semble pas vouloir s'arrêter ce matin. C'est donc sous un parapluie que nous faisons le tour de Nozeroy.

    A l'entrée de la promenade et de l'aire de service.

    L'aire

    Il ne reste plus grand chose du château de Nozeroy nommé  "la perle du Jura" au 16ième siècle. Mais des bénévoles ont entrepris de sécuriser ses vestiges et d'embellir cette si agréable promenade bordé d'arbres magnifiques, le buste de Pasteur y trône, il contemple même l'aire de service que l'on voit ci dessus.

    La tour de l'horloge était jadis la porte principale de la ville fortifiée, élément majeur d'architecture défensive. Après un incendie elle fût modifiée d'ou la présence du mâchicoulis de pierre et du dôme comtois.

     Côté interieur

    Côté extérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques belles maisons ont des façades classées et l'ancien couvent des cordeliers.

    Quant à la collégiale St Antoine elle est en pleine réfection, nous passons donc par tun toute petite ruelle. 

    La porte nord.

    La place des Annonciades.

    Nous quittons cette petite bourgade en fin de matinée, la pluie cesse rapidement laissant la place encore une fois à un ciel bleu où brille le soleil et où des nuages blancs vagabondent.

    Direction Champagnole, blottie au pied du mont Revel 812m, au coeur de la région des plateaux ouvre la port du parc régional du haut Jura. Au centre-ville, l’église Saint-Cyr et Sainte Julitte, construite en 1755 est dotée d’un clocher à dôme à impériale (ou clocher comtois traditionnel de Franche-Comté),

    un tour que l'on pense être la tour de l'horloge trône dans la rue principale,

    tandis que le cinéma arbore du street art.

    Les bords de l'Ain sont aussi très agréable il sautille et bondit en petites cascatelles.

    Nous continuons notre visite par le site remarquable de Baume les Messieurs, dominé par de vertigineuses falaises, à la rencontre de trois vallées parmi lesquelles la magnifique reculée de Baume.

    Au fond de la vallée...la merveilleuse cascade des tufs, même s'il n'y a pas beaucoup d'eau.

    Le restaurant de la cascade

    L'abbaye impériale est une ancienne abbaye bénédictine, fondée au 6 ième s. Nous pourrons déambuler dans les trois cours de l'abbaye tranquillement.

    En flânant dans le village.

    Le soleil nous darde et il fait chaud, il est vrai que nous avons perdu de l'altitude. Nous ne sommes pas loin de Château Chalon nous allons aller y flâner quelques instants.

    Encore un des plus "beaux villages de France, dans un site picturesque, posé comme une sentinelle au bord de Revermont, Château Chalon,  berceau du célébrissime "vin jaune", divin nectar à la robe ambrée, semble surveiller ce riche vignoble qui occupe toute les pentes en contrebas.

    Ce petit bourg a un charme indéniable avec les vestiges de son château, ses hautes maisons vigneronnes et son église, l'église St Pierre, du 10ième.

     Portail d'entrée de l'ancienne abbaye

    Au coin d'une rue....c'est le maire qui a décidé cela nous dit un Monsieur, mais je ne sais pas ce que xela représente...

    Une  porte

    Ces petites rues agréables sont égayées par de nombreuses et magnifiques roses trémières, faisant penser parfois à l’île de Ré.

    On la croirait presque réelle, mais elle a le regard un peu fixe.

    La vue depuis la sortie est du village.

    Ce  site imprenable, gardien d'un vignoble renommé nous a séduit.

    L'heure tourne il et temps de chercher notre chambre à coucher... Nous avons décidé d'aller sur l'aire de service d'Arbois au lieu dit le Mesnay. La route est en travaux, une charmante dame nous explique comment y accéder tout de même. La route est si étroite que nous ne nous engageons pas. Hop demi tour direction Salin les Bains. Celle ci en bordure de route ne nous convient pas non plus. Serions nous difficiles ??? Voilà sans doute la journée galère, comme il y en a souvent une dans chaque sortie.

    Paul, cherchant sur son GPS, nous dégote.... une ferme. Qu'en sera t-il ? Nous suivons scrupuleusement Joséphine qui nous conduit dans une cour....Ce n'est évidemment pas le bon endroit. Mais la charmante dame nous dit que la ferme est à l'autre bout du village où l'on vend du fromage de chèvre. 

    Tout à fait nous sommes donc à la ferme, un accueil chaleureux par le papa du propriétaire. Nous voilà donc installés près d'un autre camping-car dont les occupants habite Montluel dans l'Ain.

    Voilà notre stationnement et son environnement.

    Bien entendu nous achèterons du fromage de chèvre. Paul adore.

    Voilà une nuit qui promet d'être calme à 600m environ au petit village de Abergement lès Thésy à la ferme de Rotsy.

    Voilà les biquettes et notre gardien au pied du cc.

    30 Juin

    Oh que les journées passent vite !!!

    Des nuages se promènent dans le ciel mais ils disparaîtront rapidement laissant la place à un ciel bleu et un soleil rutilant. Encore une journée au fil de l'eau.

    En quelques kms nous voilà à la source du Lison qui jaillit d'un grotte impénétrable, car elle ne tarit jamais. Un site boisé et magnifique, au charme riant, un havre de paix aux splendides couleurs, un lieu authentique et préservé typique du Jura.

    Stationnement sur le parking, face à la grotte Sarrazine que l'on devine.

    Le Lison quelques centaines de mètres sous la résurgence

     

    La résurgence apparaît.

    Au fil de l'eau

    Par une sentier agréable rive gauche et un beau sous bois,

    nous atteindrons la Grotte Sarrazine, cette cavité haute de 90m, s'ouvre sur une falaise abrupte et boisée par un gigantesque porche naturel qui nous contemple, une vrai cathédrale sauvage. En ce moment la résurgence a tari et l'on peut s'avancer vers la grotte.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Telle un serpent gris notre petite route se tortille en forêt qui la borde parfois à perte de vue, dans des champs de céréales ou encore dans des près fauchés d'ou monte une bonne odeur de foin fraîchement coupés et nous conduit sur le parking de la source de la Loue, autre résurgence du Jura, une des plus célèbres du Jura. C'est la vallée de peintre et en particulier celle de Courbet. 

    La source de la Loue, depuis le stationnement prévu à cet effet. Plus que 600m à descendre pour atteindre la source. Brusquement au dernier virage l'hémicycle rocheux, impressionnant d'où jaillit la Loue s'offre à nous.

    Au fil de l'eau

    Un spectacle naturel dont on ne se lasse pas.  Au pied de la falaise, haute de 104m, s'ouvre le porche, large de 60m, haut de 32m, laisse passer l'eau de la rivière. De mémoire d'homme elle n'a jamais été à sec même si son débit baisse en période de sécheresse.

    Juste un peu plus bas.

    Le barrage

     

    Nous poursuivons en forêt par un petit sentier souvent boueux, avec des rampes ou des cordes pour descendre vers le lit de la Belle Loue et voir le "grand saut".

     

     

    Un passage délicat

      

     

    C'est une belle cascade "tuffière" au coeur des gorges de Noailles. Trop glissant nous ne descendrons pas à son pied. La vue est un peu gênée par la végétation.

    Au retour arrêt au Chalet de la Loue pour nous restaurer. Encore une fois après l'effort le réconfort.

     Saucisse de Morteau frites

              Le Morbi Loue

    Tarte aux pommes

    Crêpe caramel au beurre salé

     

    La descente sur Mouthiers et ses magnifiques falaises.

    Un tunnel étroit...

    Nous poursuivons d'abord en surplombant l'étroite vallée de la Loue qui se cache dans la verdure, puis en la longeant de près dés Mouthiers Haute Pierre.

    Où allons nous ce soir ? Peut être à Ornans, il y a plusieurs aires. En Passant à Vuilafans, petit village aux vielles demeures bourgeoises, nous voyons rive droite de la Loue pas mal de camping-cars. Le lieu nous parait fort sympathique, nous allons voir. C'est un petit camping municipal Gîte Dupré Bailly. Impossible de savoir le prix de la nuitée. On nous ouvre et on s'installe. Nous verrons bien tout à l'heure quand la personne sera au bureau.

    Notre décor depuis le camping.

    Vers 16h enfourchant nos vélos nous passons à la réception, nous payons 12€40 avec l'électricité, rien à dire. Nous sommes ravis de notre choix. 

    Nous remontons donc la vallée de la Loue, où il été difficile de s'arrêter en camping-car. A Lods, le cours de la Loue est coupé par de belles chutes.

    Toujours à Lods

     u

    Remontant encore la D67 nous arrivons à Mouthier Haute Pierre, terre de contraste en montagne et vallée, bâti à flanc de colline dans un vaste amphithéâtre rocheux, les falaises abruptes d'Haute-Pierre (882 m) et du Moine (800 m). D'anciennes maisons se pressent autour de son église édifiée au XV et le de la mairie.

    Retour par une petite route qui grimpe fortement pour redescendre aussi vite au niveau de la rivière Loue.

    Voilà encore une journée bien remplie toujours autour de l'eau et de dame nature.

    « Escapade Jura Franche-comtéJuillet 2020 »

  • Commentaires

    4
    Jeudi 2 Juillet à 10:19
    Pour nous, les cascades étaient à sec. À Clairvaux les lacs, vous avez manqué un musée assez extraordinnaire, des machines à nourrir le monde... Vous allez devoir y retourner.
      • Jeudi 2 Juillet à 14:18

        Coucou Claudine,

        Nous ne sommes pas passés à Clairvaux le lac, une autre fois sans doute.

        Nous voici encore au fils du Doubs et du canla du Rhône au Rhin.

        Bises

        Huguette 

    3
    Lundi 29 Juin à 00:27

    Ton récit sur La Saine me disait quelque chose... Effectivement nous y sommes allés lors de notre "Tour de France en 2018."

    C'etait une jolie balade.. Je ne vois pas les photos, je pense qu'elles vont venir.

    Bises

      • Lundi 29 Juin à 09:26

        Coucou Claudine,

        Oui les photos vont venir, j'ai pris un peu de retard. Je vais peut être remédier à cela car il pleut ce matin. On espère que le vent va vite chasser les nuages.

        Oui il y a de belles balade dans le Jura. On s'y sent bien. Pas trop de monde et pas d'aires surpeuplées.

        Des projets ?

        Bonne journée et grosses bises.

        Huguette

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :