• Nouveau WE Jura juillet

    03 juillet

     

    La canicule nous étiole... 

    Pas tout le matériel pour terminer les travaux... mais comme dit Ghyslaine "nous travaillons à la vitesse de l'escargot"...  

    Mon patron est toujours très compréhensif et très coopératif !!!!

    Donc nous allons tenter de retrouver un peu de fraicheur et d'air pur dans le Jura. Outre la beauté des paysages, plateau et combes rythmées par la vie pastorale, forêts, lacs, cascades, calme et sérénité nous envahissent dans ces lieux encore préservés.  

    Ce matin nous avons fait "notre mi-temps thérapeutique", pour reprendre les propos de notre ami Christian, qui a bien raison... A nos âges il faut se ménager !!!

    Aussitôt dit aussitôt fait, le camping-car est chargé et nous voilà sur la route du WE.

    Nous allons varier les plaisirs et les lieux. Mais pour ce soir nous coucherons à la Pesse sur l'aire de service, nous aimons ce coin tranquille et reposant.

    D'ailleurs je vous envoie un peu de fraicheur car vraiment il fait très bon, une douce brise  opère avec magie.

    Et je vous dis à demain pour d'autres aventures.

     

    04 juillet

     

    La nuit a été fort calme et fraiche donc très reposante.

    Nos prenons tranquillement notre petit déjeuner avec du pain frais et croustillant.  Puis nous enfourchons nos vélos, direction la borne aux lions, un coin du Jura  où les histoires se rencontrent. La côte n’est pas très rude, nous pédalons allègrement, humant l’air frais qui nous chatouille les narines, cheveux au vent. Cette petit route bucolique, monte descend, tourne, contourne tout en laissant quelques belles échappées sur le Crêt  de Chalam, pic mythique du coin. Niché dans son écrin en camaïeu de vert, il pointe sa cime vers un ciel d’azur.

     

    Le crêt de Chalam

    Le crêt de Chalam

     

    Nous voilà au Berbois, un refuge que nous connaissons l’hiver, un refuge bien agréable où il bon parfois de se restaurer ou de boire tout simplement un verre.

     

    Le refuge Berbois

     

    La Borne au Lion Approche….Nous y rencontrons un couple de marcheurs, juste un peu plus jeunes que nous, qui vont ainsi jusqu’à Bellegarde, en autonomie complète. Bravo !!!

     

    La borne aux lions

     Un chardon bleu

     

    Le lieu a été aménagé afin de perpétuer le souvenir de ce lieu historique, chargé d’histoire. Le passé récent est bien connu avec ses résistants de la seconde guerre mondiale qui occupèrent  ces montagnes. Sous les ordres du colonel Romans-Petit, ils portèrent leurs coups contre les troupes Allemandes. De terribles affrontements eurent lieu, mais ce lieu fut un refuge.

    Ce que l’on sait moins , s’est qu’il y a 400 ans, les hommes des Bouchoux résistèrent à leur manière à la matérialisation d’une frontière, une nouvelle frontière en 1601, précisée en 1612 et effective en 1613 (lieu de discorde entre les religieux de St Claude et ceux de Nantua).

     

    Volà la borne

     

    Nous caracolons toujours à notre gré sur ces petites routes qui se terminent parfois en cul de sac, nous obligeant à faire demi-tour.

     

    Une belle combe

    La Pesse 

     

    Nous poursuivrons sur les Bouchoux, d’abord sur un plateau, puis en descente dans une large vallée.

     

    L'immense plateau

    L'église des Bouchoux 

     

    Repas de midi, sous le store, toujours avec une légère brise qui nous comble. Nos paressons un peu avant de reprendre la route direction Bois d’Amont où nous stationnons sur l’aire de service.

    Il fait relativement chaud alors nous flemmardons, à l’ombre du store dans nos relax, un pur bonheur. Pas le courage d’aller pédaler.

    Paul dépanne un couple du sud de la France qui avait une batterie naze et qui ne pouvait démarrer. Ils sont si content que nous avons leur adresse et N° de téléphone. Il en faut peu parfois pour faire plaisir.

    Nous sommes maintenant installés à l’ombre il fait très très bon nous nous préparons pour l’apéro, dans un décor de rêve, près d’un petit ru qui court gentiment au milieu des roseaux.

     

    L'aire de Bois d'Amont

    Le petit ru, l'Orbe

    Notre toile de fond

    L'apéro

    L'apéro

      

    C'et samedi !!!

     

    Une bonne nuit en perspective, calme garanti.

     

    05 Juillet

     

    Comme prévue la nuit fut bonne et réparatrice, du coup lever tardif…

    Il fait toujours grand beau et déjà chaud.

    Après le petit déjeuner nous enfourchons encore nos vélos, direction Bellefontaine où nous avons l’intention de manger.

    Bien que  en grands lacets cette côte n’est pas rude pour nous, rapidement nous atteignons Les Combettes, puis la route de Chaux Sèche qui caracole en forêt. Sous bois magnifiques et multitue de fleurs qui bordent notre chemin.

     

    Myriade de fleurs

     

    Après un etit refuge virage à l’ouest par la route de Croix du tronc. Ces petits routes sont magnifiques, très peu de circulation et le vélo y est roi.

     

    Le petit refuge

    Route bien balisée

    Carte IGN e mais Paul vérifie...

    La route continue...

    Toujours de bonnes indications

    Une belle combe

     

    Au chalet des ministres, virage au nord par la route des ministres. Pourquoi ce nom ? Je n’en sais fichtre rien. Peut être parce qu’elle n’est fatigante…. Là c’est mon explication personnelle, un peu saugrenue, je vous l’avoue. Elle n’engage que moi.

     

    Le chalet des ministres

     

    En quelques tours de pédale nous voilà à Bellefontaine.

     

    Bellefontaine

    Eglise de Bellefontaine

     

    Il st un peu tôt pour manger, cependant nous nous installons en terrasse et demandons si nous pouvons charger nos batteries. Pas de problème, nous dit la patronne, Laurine, fort aimable. Nous réalisons que nous avons, avec une bande de copains, fait le réveillon de 2001 dans cet hôtel restaurant La chaumière, logis de France. La salle à manger avec sa grande cheminée n’a pas changé.

     

    La salle à manger 

     

    Nous sirotons tranquillement un pastis en attendant l’heure de manger.

     

    Petite mise en bouche

     

    Nous choisissons une assiette Jurassienne. Mais qu’elle est belle !!! Mais qu’elle est bonne !!! (Brigitte de regarde pas….)

     

    Assiette Jurassienne

     

    suivi de glace maison, pour ma part j’ai choisit des parfums peu habituels, pain d’épice et Macvin.

     

    Le dessert

     

    Ce n’est que vers 14h que nous reprennes le chemin du retour, avec une petite variante : le tour du lac des Mortes et celui de Bellefontaine nichés, tous deux, au milieu de la tourbières.

     

    Les tourbières 

    Les lacs

    Le lac des Mortes

    Vue sur les lacs

    Paysages idyliques

    Lac de Bellefontaine

     

    Des paysages idylliques, magie de la végétation ; ces petits miroirs reflétant les flancs escarpés du Mont Risoux. 

     

    Toujours le lac et de belles gentianes

    Une forêt de gentiane 

     

    Nous voilà sans le vouloir devant de refuge de l’Aimée, un refuge que nous avons connu lors de notre traversée hivernale du Jura, avec les copains, en ski de fond, de refuges en refuges. Il y a des quelques années… Souvenir souvenirs.

     

    L'hiver il n'a pas du tout le même aspect

     

    Nous empruntons à nouveau la route des ministres mais au chalet éponyme nous poursuivons tout droite, là une grande descente nous conduira vers le lac des Rousses et Bois d’Amont.

    Impossible de poursuivre nos randos demain avec nos batteries presque déchargées donc nuitée au camping de Morbier où nous étions la semaine dernière, là nous avons choisi un emplacement dans l’herbe et à l’ombre. Il fait toujours chaud et ce soir la température ne semble pas vouloir descendre, le vent vient de se poser. Nous apprécions nos relax, surtout après cette grande virée de plus de 40kms. Le Jura n'est pas de tout repos même avec un VAE, il faut l'aider fin de ne pas rester en rade. Nous prenons nos précautions.

     

    06 juillet

      

    Nous avons passé une excellente nuit dans ce petit camping bien tranquille. Il fit frais ce matin et le soleil nous a faussé compagnie.

    Dès que les services ont été faits nous continuons notre bonhomme de chemin. Nous surplombons une immense forêt de conifères aux robes vert sombre, parsemée çà et là de taches vert clair des prairies d’estives. Dès que nous prenons de l’altitude elle nous accompagne laissant ensuite la place à des grands prés fauchés.

    Nous stationnons sur le parking de l’abbaye de Grandvaux dont il ne reste que l'église 

     

    L'abbaye de Grandvaux

    L'abbaye

     

    et enfourchons nous vélos pour le tour du lac de l’Abbaye (lac glaciaire situé à 900m d’latitude) où l’on s’empreigne d’une ambiance et d’un paysage à la fois lacustre et agricole.

     

    Le lac de l'Abbaye 

    Le lac de l'abbaye

    Le lac de l'abbaye

    Le lac de l'abbaye

     

    Voilà un monument au mort avec des explications sur sa construction.

     

    Le monument au mort

    Le monument au mort

     

    Pas la moindre voiture sur cette petite route qui longe le lac puis le surplombe. Nous longeons, des fermes, traversons de petits hameaux au son des clarines qui tintent ou des oiseaux qui piaillent.

    Après de petit tour agréable nous allons stationner à Chaux du Dombiez, nous reconnaissons tout de suite le lieu nous y avons fait en 2001 la randonnée du Pic de l’aigle.

     

    Clocher de l'église de Chaux du Dembief typiquement jurassine

     

    Repas à l’ombre et ensuite farniente.

     

    Repas sur l'aure pique nique

     

    Nos vélos sont à nouveau de sortie nous irons simplement au belvédère des quatre lacs, un petit sentier en sous bois nous y conduit. Le panorama est admirable, les quatre lacs de moyenne montagne aux eaux profondes et mystérieuses, miroitent en contrebas, un panorama intact et sauvage où la nature offre un spectacle somptueux aux multiples nuances de vert et de bleu.

     

    Les quatre lacs 

     

    Voilà donc les lacs Narlay, Ilay, petit et grand Maclu, dominés par le pic de L’Aigle, crêt de 993m.L’écrivain Charles Nodier séduit par ce coin l’a appelé « la petite Ecosse ».

     

    Le lac Narlay 

    Le petit Maclu

    Au premier plan le Grand Maclu et derrière le lac Ilay

    Le grand Maclu

    l'Ile sur le lac Ilay

    Au belvédère

    Un beau sous bois

    Le lac Ilay

     

    Chacun des ces lacs a sa particularité, le lac d’Ilay possède sa petite île, le lac Narlay de forme triangulaire est le plus profond et chargé de légende. 

     On raconte qu'autrefois un village important était bâti sur les rives du lac. Un soir froid et brumeux d’automne, une mendiante, probablement une fée, implora, en vain, l'asile pour la nuit auprès de tous les habitants, mais ne trouva finalement refuge que sous le toit du plus pauvre d'entre eux. De colère, la fée noya le village entier, à l'exception de la demeure de son hôte située à l'extrémité du lac. Le nouveau village de Narlay se reconstitua autour de la maison épargnée, mais tous les ans à Noël, il paraît que le coq du village englouti chante les douze coups de minuit depuis le lac le plus profond de la région.

     Le petit Maclu, essentiellement bordé de forêt, se déverse dans le grand Maclu aux eaux turquoises, relié au lac d’Ilay par un canal de 200m.

    Sur notre route les bûcherons sont au boulot, nous discuterons avec un papi de 95 ans encore au boulot eten pleine forme.

     

    Le bois est emballé en stére

     

    Nous continuerons notre balade vers le lac de Bonlieu, ce petit lac aux eaux sombres, enchâssé dans la forêt et dominé  par une arête rocheuse. Nous nous sommes attardés sur sa rive, l’occasion d’admirer le lieu, de se détendre et de profiter de l’air pur.

     

    Le lac Bonlieu

    Le lac Bonlieu

    Le lac Bonlieu

     

    Retour à notre stationnement où nous allons rester pour passer la nuit.

     

    07 Juillet

     

     

    Bien que moins fraiche que d’habitude la nuit a été bonne et réparatrice, sans le moindre bruit, sur ce parking au pied du pic de L’Aigle.

     

    Notre bivouac

    Pour se repérer ...

     

    Une journée encore de lac en lac.

    Direction Doucier et le Lac Chalain. Nous longeons ou traversons le ruisseau Hérisson qui rebondit sur un long parcours de cascades en cascades. Nous voilà au point de vue de "Saut Girard » Mais quelle déception il y a si peu d’eau qu’elle devient une cascatelle à peine visible qui bondit de 35m. De même pour celle de l’éventail qui n'est pas très fournie.

     

    A peine visiblemalgré ses 35m

    Drôle d' évantail !!!

    Un beau sous bois

     

    C’est un camaïeu de vert qui nous accompagne juste troublé par l’or des quelques champs de céréales qui ondulent sous la brise.

    Un arrêt sur la place de Doucier et encore une fois nous enfourchons nos vélos direction les lacs Chambly  et du Val.

     

    Le fruitière de Doucier

     

    Pour le premier nous le devinerons à travers les feuillages, impossible de l’approcher. Quant à celui du Val il est magnifique,  avec ses eaux turquoises enchâssé dans son écrin d’émeraude. Malgré la fréquentation sur la route des cascades du Hérisson ces deux lacs ont gardé leur cachet sauvage.

     

    La Lac du Val

    Le lac du Val

    Toujours le lac du Val

    Encore le lac du Val

     

    Nous irons ensuite stationner à l’ombre sur un parking payant au bout du lac Chalain, un grand lac naturel d’origine glaciaire,  profondément ancré dans une échancrure du plateau de Champagnole.

     

    Le lac de Chalain

    Lac de Chalain 

     

    Chalain a deux visages : silence et solitude durant l’hiver, la belle saison lui redonne vie et animation. Lieu de rencontre pour les amateurs de nature mais aussi de sport nautiques ou tout simplement de baignades. Les pêcheurs ne sont pas en reste car il est bien fourni en espèces. Il est doté d’un très beau camping, haut lieu de tourisme international.

     

    Lac de Chalain

     

    Repas et farniente avant de reprendre nos vélos pour un tour élargi du lac avec de magnifiques belvédères à l’appui.

     

    Il faut modifier l'heure...sur mon cadran....

     

    Il fait relativement chaud fort heureusement nous pédalons souvent en forêt du Charrien et bois de Marigny. Quelques villages viennent rompe la quiétude de ces paysages boisés et des points de vue nous offrent un panorama spectaculaire.

     

    Vue sur le camping pres duquel nousstationnons depuis le belvédère de Fontenu

    Vue polngeante depuis le belvédère de Fontenu

    Belvédère de Fontenu

     

    Encore un panorama avec vue sur le château, le camping et le lac ce Chalain.

     

    Autre lieu autre panorama du lac

    Vue sur le château

     

    En fin d’après midi nous reprenons la route…vers le sud. L’aire de service de Clairvaux les Lacs est bien remplie et surtout fort ensoleillée, nous poursuivrons notre route jusqu’à celle d’Orgelet. 

     

    Clervaux le lac

     

    Ce n’est qu’en admirant le lac de barrage de Vouglans et le Pont de la Pile que nous réalisons que nous connaissons le lieu. Monique si tu me lis, souviens toi, vous êtes venus nous y rejoindre.

     

    Le lac de Vouglans, lac de barrage

     

    L’aire engazonnée est bien remplie mais pour une nuit cela nous convient.

    Le tonnerre a raisonné quelques instants, en tout et pour tout il est tombé quatre gouttes de pluie, pluie vraiment insignifiante. Il règne un calme olympien sur l’aire ce soir.

     

     

    08 Juillet

     

    Nous ne sommes pas des lèves tôt, nous démarrons donc tardivement direction l'Isère... Nous longeons à nouveau le grand lac de Vouglans, lac de barrage situé dnas la vallée de l'ain.

     L’Ain nait d’une abondante source vauclusienne, près de Nozeroy , au cœur du Jura, court sur la plateau de Champagnole avant de poursuivre sa course dans des gorges. C’est en tête de ses gorges que fût construit le barrage, le troisième plus grand de France. Il fût mis en eau en 1968 après avoir englouti quelques villages. Cet ouvrage de type voûte, voûte à  double courbure de 103m de haut s’étirant sur 425m,  répond à des besoins énergétiques mais permet aussi d’assagir l’impétueuse rivière qu’est l’Ain.

    Ici la nature reprend ses droits et offre un paysage sauvage et surprenant. Les eaux s’étirent, paressent sur 35 kms le long et entre 300 et 800m de large.

    Au détour d’un belvédère on peut admirer ses méandres d’un bleu turquoise surplombés de magnifiques forêts qui s’étendent majestueusement à perte de vue.

     

    Méandre sur lac de barrage de Vouglans

    Lac de Vouglans

    Le barrage

    Le barrage

    Le barrage

    L'ain en aval du barrage 

     

    Notre arrêt repas se fera à Thoirette, où il y a une aire de service 6€ la nuitée avec électricité. 

     

    L'ain à Thoirette

    Maison au bord de l'Ain à Thoirette

     

    Repas au restaurant « La Gargotte » idéalement situé au dessus de l’ain. Un menu du jour très correct.

     

    Le resataurant avec terrasse surplombant l'ain

    La gargotte

    A peine installés

    Terrasse très agréable au dessus de l'Ain

    cuisses de grenouilles crudités et frites

    Rognons au Madère, riz et crudités

      

    De là nous décidons de faire un tour de vélo dans les gorges de l’Ain.

     

    Gorges de l'Ain 

     

    Une balade fort agréable avec de belle échappées sur la rivière, la centrale électrique de de Cize-Bolozon mise en service en 1931

     

    La centrale

    un bref arrêt 

     

    et le viaduc éponyme dont la construction commence en 1872, son tablier supérieur culmine à 53m au dessus du niveau de l’Ain, livré au trafic ferroviaire en 1975 et routier une trentaine d’années plus tard. Il eut une fin tragique : en 1944 pour ralentir la progression Allemande. Les explosifs furent placés sur la clé de voûte  sous voie réunissant les piles 7 et 8 et sur la clé de voûte sous route entre les piles 6 et 7. Mais le viaduc entier s »croula dans un vacarme assourdissant, ce qui de devait être qu’un endommagement se révéla  fatal à l’ouvrage.

     

    Le viaduc

     

    Il sera reconstruit sur le même plan, il comprend alors 6 arches pour la voie routière, ces dernières supportant 11 arches de 20mde haut pour la voie ferrée, il fut inauguré en mai 1950. 

     

    Le viaduc

    Le viaduc

     

    Nous l’empruntons et retour à Thoirette par la rive droite de l’Ain.

     

    Voilà nous empruntons le viaduc

    Le barrage Cize Bolozon depuis la rive droite

    Une dernière vue sur le viaduc

    L'Ain depuis la rive droite

    Le château de Conflans

    Nous voilà à nouveau au Pont de Thoirette

    Sur le chemin du retour juste après Thoirette

    Le Rhône à Saint Sorlin 

     

    Nous n’avons pas envie de rentrer chez nous nous arrêtons chez Stéphane avec qui nous mangerons et passerons une agréable soirée.

     

    A Villebois, à l'Auberge du Clot 

    La petite hirondelle et son compagnon de jeu 

     

    Il est toujours père nourricier d’une petite hirondelle tombée du nid et d’un autre petit oiseau dont je ne sais plus le nom.

     

    Il les norrit à la pince à épiler

     

    Le lendemain prendrons le petit déjeuner avec lui avant de rentrer au bercail où nous attendait Sabine.

    Ces WE prolongés très agréables, nous font oublier nos soucis et nos travaux qui vont bientôt prendre fin.

    Nous prendrons alors des "grandes vacances" à la montagne... en Haute Savoie.

     

    12 juillet

     

    Bon anniversaire à mon fils adoré Stéphane. plein de gros bisous.

     

    Joyeux anniversaire

    « WE "Tranquillou" juin Un petit tour dans le Jura »

  • Commentaires

    13
    Vendredi 24 Juillet 2015 à 11:46

    Bonjour Lavandine,

    Je pense qu'en Bretagne vous aurez un peu de fraîcheur. Dans le Jura c'était pas car à l'ombre oudans le cc en courant d'air c'était bien.. Nous sommes en Hte Savoie à 1100m et il fait très bon les soirées et les nuits sont fraiches.

    Bon séjour en Bretagne et bonne journée.
    Amicalement.
    Huguette

    12
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 23:38
    lavandine

    Je me demandais s'il existait encore en france un endroit où la chaleur est supportable. Allons mettre les voiles sur la Bretagne. Belle fin du mois de juillet !

    11
    Mardi 14 Juillet 2015 à 11:45

    Re,

    Par cette chaleur tu restes à l'ombre ou bien ton blog n'est pas à jour, Rien vu depuis St Guillhem...pas normal 

    Ben,  j'étais dans les Pyrénées avec belles randos en montagne et aussi quelques visites ici ou là les jours où le soleil était absent (si, si, c'est arrivé !). Les articles sont en préparation ...

    Bises

    10
    Mardi 14 Juillet 2015 à 09:57

    Bonjour Christian,

    Nous aovns retrouvé un peu de fraîcheur dans le Jura, su moins le snuits. Car en isère souffrons beaucoup de la chaleur.Mais on n'est jamais content....

    Nous allons monter la chercher en hte Savoie, par le chemin des écoliers. pour le moment pas très envie de marcher sous cette canicule.

    Par cette chaleur tu restes à l'ombre ou bien ton blog n'est pas à jour, Rien vu depuis St Guillhem...pas normal LOL

    A bientôt.

    Huguette

    9
    Mardi 14 Juillet 2015 à 09:14

    Bonjour Huguette

    Une balade pleine de fraicheur que tu racontes avec verve et détails. Merci pour ce partage et bonne journée

    8
    Mardi 7 Juillet 2015 à 19:53

    Coucou Barbel,

    Il faut aussi que le patron se repose, c'est lui qui a le plus de travail.... Moi je ne fais que le manœuvre. Hi hi...

    Sommes à Orgelet ce soir, il fait chaud, mais avons fait de belles balades à vélo. L'orage tournicote depuis un moment quatre gouttes et le soleil réapparait.

    J’espère que retour n’a pas été trop dur.

     

    Bises

    Huguette

    7
    les cascadeurs
    Mardi 7 Juillet 2015 à 18:36

    coucou,


    Tu as vraiment un patron en or Huguette, mais  les balades il aime également donc il pourquoi pas en profiter.


    Super belles photos.


    bisous


    Barbel


     

    6
    Lundi 6 Juillet 2015 à 19:16

    Bonjour Didier,

    Le Jura est magnifique aussi bien l'hiver que l'été. 

    Tous les ans nous passons l'hiver au Maroc mais parfois je regrette un peu les balades dans le Jura en ski de fond ou en raquettes. Mais nous supportons de moins en moins le froid, comme la chaleur d'ailleurs.

    Amicalement.

    Huguette

    5
    Lundi 6 Juillet 2015 à 10:16

    bonjour Huguette,

    Belle virée et beau reportage de ce merveilleux Jura.
    amicalement,

    Didier

     

    4
    Dimanche 5 Juillet 2015 à 22:33

    Coucou les Zamis aveyronnais,

    Excuses moi Brigitte j'avais oublié ...Bonne soirée, bonne nuit et gros bisous à vous tous.

    Huguette

    3
    Dimanche 5 Juillet 2015 à 21:39

    Coucou tous les deux,

    Huguette! je regarde les assiettes mais je n'aime plus la charcuterie ni les glaces......

    On vous fait de gros bisous.

     

    2
    Samedi 4 Juillet 2015 à 20:52

    Bonsoir Ghyslaine,

    Pas de chance c'est vrai, manque de matériel et je ne sais même pas si on va pouvoir continuer tout de suite. mais nous rentrons pour honorer nos rv et en ce moment ils sont nombreux, parfois je les deplace pour prolonger le WE.

    Ton patron ne semble pas aussi conciliant, mais le chantier est beaucoup plus important...Alors !!!

    Bonne soirée et grosses bises
    Huguette

    1
    Vendredi 3 Juillet 2015 à 21:51

    Il est sympa ton patron, et l'excuse "il manque du matériel" à chaque fin de semaine…… wink2

    Bon week end

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :