• Préparation et Approche

    Rien n'est défini pour le moment mais nous pensons visiter les Bardénas en trainant dans les Pyrenées françaises depuis l'Hérault.

    Depuis le début de l’année cette région d’Espagne méconnue m’attire, les photos que l’on peut voir sur le net sont si belles que petit à petit germe ce projet dans ma tête, le désert me fascine…..m'enchante.....

    Au retour du Maroc je tente de préparer ce que j’appellerai le voyage d’automne. Des sites de camping-caristes m’incitent à poursuivre la préparation ainsi que le livre de Frédéric Moncoqut.

    Si rien d’important bouscule nos projets nous partirons, peut être avec nos amis. Pour cela nous en discuterons, sous peu, à Dax, lorsque nous allons les rencontrer, car je n'en ai parlé à peronne sauf des photos vues en janvier avec Barbel et Jack. 

     

    Nous ne nous bornerons pas à ce désert, nous sillonnerons  Navarre et Aragon avec peut être une incursion à Madrid dont nous remettons toujours la visite d’année en année….

    La traversée des Pyrénées sera aussi peut être l’occasion de faire quelques balades et de jouir de ce panorama montagnard… que nous adorons aussi.

     

    Le projet se concrétise, le départ, sans être fixé exactement, se fera dans les premiers jours de septembre avec nos amis Bourguignons.

     

     

    C’est le départ de notre nouvelle aventure vous allez pouvoir nous suivre .....           

     

    L’APPROCHE

     

    06 Septembre :

     

     

    Après un repas chez nos amis héraultais nous prenons la route destination les environs de Carcassonne, exactement à Villeneuve Minervois, sur une aire de service gratuite, afin de retrouver nos amis bourguignons pour une nouvelle aventure dans les Pyrénées aussi bien française qu’Espagnole.

    Vers 18h nous sommes sur place, retrouvailles agréables et apéro traditionnel.

     

     

    07 Septembre :

     

    Notre route serpente au milieu des vignes (où les machines à vendanger s’activent)

     

     

    Copie de P1060271

     

     

     bordées à droite par la Montagne Noire, suit parfois le canal du Midi, canal « des deux mers », pensé et financé en parti par Paul Riquet qui y englouti sa fortune, fit des emprunts onéreux et sacrifia même les dots de ses filles.  Epuisé il mourut en 1680, six mois avant son inauguration. Le gabarit de cet ancien canal gigantesque ne permet qu’un trafic commercial modeste mais fait encore actuellement le bonheur des plaisanciers.

     

     

     

    P1060268

     

     

     

    P1060269

     

    Carcassonne, cité fortifiée, figée depuis le Moyen Age, est la plus grande forteresse d’Europe bâtie sur la rive droite de l’Aude. Nous passerons notre chemin vu les difficultés pour se garer.

    Les vignes font maintenant place à une grande plaine céréalière parsemée de nombreux petits villages. Puis de modestes collines ondulent au soleil, dans un ciel d’azur où trainent des petits nuages blancs statiques bien qu’il fasse un peu de vent. Normal nous sommes encore dans l’Aude, département venté par excellence.

    Dès l’Ariège les Pyrénées se profilent dans le lointain semblant une barrière infranchissable.

    Repas de midi un peu avant Pamiers et parapentes au dessus de l'aérodrome.

     

     

    Copie de P1060273

     

     

     

    Copie de P1060275

     

     

    Il était une « Foix »… Du haut de son roc, surveillant le défilé de la rivière, le château de Foix attire notre œil par son site tourmenté et ses trois tours, dès le 10ième siècle il fût une place forte.

     

     

    Copie de P1060278

     

     

     

    P1060281

     

     

     

    P1060286

     

     

     

    P1060287

     

     

    Nous quittons la ville pour la « route verte » qui remonte d’abord la vallée de l’Arget et serpente dans les bois en rampe légère. Après le premier col, Col des Marrous à 990m la montée se poursuit dans une belle forêt aux plusieurs essences mais le hêtre, avec on tronc droit, à l’écorce lisse d’un gris argenté, aux feuilles luisantes créant des sous bois obscurs, est ici le plus représenté. Les bas côtés de la route sont si vert et si bien tondus que l’on croirait que l’on a déroulé un tapis vert pour notre arrivée…

    Arrêt au col de Péguére 1375m où la vue se dégage, de magnifiques fleurs roses tapissent les abords autour d’un refuge abandonné.

     

     

    P1060290

     

     

     

    P1060291

     

     

     

    P1060300

     

     

     

    P1060295

     

     

     

    P1060298

     

     

     

    En quelques minutes nous atteignons la tour Laffont, tour de gué des comtes de Foix puis relais de chasse mais aujourd’hui en ruine au milieu de magnifiques sous bois.

     

     

     

    P1060302

     

     

     

    P1060303

     

     

    Poursuivant notre montée nous atteignons rapidement le col du Portet 1432m où une belle aire de stationnement nous permet un arrêt agréable. Discussion sur le Maroc avec camping-caristes des Alpes Maritimes, qui semblent craindre les évènements, mais je ne suis pas arrivée à les persuader du contraire….

     

     

     

    P1060307-copie-1.jpg

     

     

     

     

    En peu de temps, malgré la montée, arrivons au sommet de la croupe herbeuse du Portel d’où la vue s’étend sur les Pyrénées Ariègeoise jusqu’à la frontière.

     

     

     

    P1060308.jpg


     

     

    Un cruel dilemme se pose dès le carrefour suivant… où allons nous passer ? Une dame nous renseigne et nous déconseille la route de gauche trop étroite et surtout en forte déclivité. Elle à la gentillesse de nous attendre jusqu’au prochain carrefour pour nous indiquer l’itinéraire à suivre.

    Ecoutant ses conseils nous empruntons la D72 en direction de St Girons, elle est très étroite et encore fort pentue, mais nos chauffeurs experts n’ont aucun problème pour mener à bien cette descente infernale, évitant les pièges des passages étroits dans les villages et croisant avec beaucoup de dextérité les quelques voitures rencontrées, heureusement fort peu nombreuses.  

    Bruyère, fougère et rocaille se partagent le talus. 

    Nous retrouvons ensuite la D618 qui suit les gorges de Ribaouto, joli torrent impétueux aux eaux claires et nous conduit, sans encombre, à Aulus les Bains, petite station thermale traitant le cholestérol où nous retrouvons sur une petite aire de service, le calme et le repos.  

     

     

     

     

    08 Septembre :

     

    Ce matin grand beau mais une myriade de minuscules diamants perlent sur l’herbe et les feuillages.

    Aulus les bains est une petite station au creux d’un vallon étroit et boisé où un petit torrent aux eaux limpides a chantonné toute la nuit, perturbant parfois le sommeil fragile du voisinage.

    Ce matin c’est une journée cool, on traine, coup de téléphone par ci coup de téléphone par là, services et ensuite café.

    Nous voilà donc en direction de St Girons, évitant sans doute les tracas de la veille…  à la recherche d’un super marché pour faire le plein de gasoil ainsi que quelques provisions.

    Un rond point va nous être fatal… encore une erreur de pilotage, décidément le copilote de tête n’est pas à la hauteur. Nous voilà engagés sur une petite route où plusieurs tunnels s’enchainent…  Passerons-nous ? Il est trop tard pour reculer car elle est en sens unique, nous devons donc poursuivre, mais sommes rassurés par le passage d’un camion. S’il passe …. Nous passerons…. Aucun souci, mais aucun intérêt non plus.

     

     

     

    Copie de P1060312

     

     

    La route est agréable, les versants déploient leurs rondeurs vertes où se nichent de petits villages ou des fermes. Le paysage décline presque à l’infini toutes les nuages de verts, du plus tendre au plus éclatant.

     

     

    Copie de P1060336

     

     

     

    Copie de P1060321

     

     

    L’heure du repas sonne. C’est à Bordes sur Lez que nous trouverons notre salle à manger, sur une petite place. Ce petit village riant aux toits gris, comme la plupart des villages ici, offre dès l’arrivée une belle vue sur le vieux pont du Couserans et de l’église romane de d’Ourjout.

     

     

    P1060314

     

     

     

    P1060316

     

     

    Dans cette Ariège, essentiellement à vocation agricole ou forestière, notre route, longe, surplombe, traverse toujours un cours d’eau, petit ou grand, paisible ou rugissant mais toujours limpide et cristallin, des bois et des prairies où paissent quelques vaches.

    Nous attaquons la montagne…et ses grands lacets serrés pour le col de Portet d’Aspet à 1069m d’où le panorama s’étale sur le Mont Vallier  2838, qui forme une pyramide sombre et inclinée.

     

     

     

    P1060323

     

     

     

    P1060331

     

     

     

    COL

     

     

     

    La descente sera rude, parfois à 17%, épuisant nos chauffeurs et nos freins.

    Le vallon resserré du Ger est semé de hameaux hauts perchés dont les églises possèdent des clochers murs.

     

     

    P1060334

     

     

     

    P1060335

     

     

    Notre route gravit alors le versant est du col de Mendé 1349m. Nous rencontrons de nombreux cyclistes aussi bien dans la montée que dans la descente, ils ont de bons mollets mais aussi un gros cœur.

     

     

     

    Copie de P1060338

     

     

     

    Encore une occasion de faire une petite halte, il fait si bon, c’est un véritable plaisir de respirer à plein poumon dans ce paysage sauvage et vivifiant. 

     

     

     

    P1060340

     

     

     

    P1060341

     

     

                 Débardage du bois au col.

     

     

     

    P1060343

     

     

     

    Encore une rude descente, nous commençons à être rodés….mais elle plonge rapidement au dessus des toits d’ardoise de Boutx et de St Beat.

     

     

     

    P1060344

     

     

    St Beat, une ville où les maisons grises se courbent en arc de cercle au fond de la gorge où coule le torrent qui est pourtant la Garonne.

     

     

     

    P1060345

     

     

    Sur les conseils de l’office du tourisme nous irons stationner au bord de petit lac de Géry à quelques contours de roues sur la D44.

     

     

     

    Copie de P1060348

     

     

     

    P1060347

     

     

     

    Allons voir le restaurateur et décidons d’aller manger une truite ce soir et restons donc là. Mais il faudra la pêcher nous dit-il. Plaisanterie !!!

                Il est encore tôt, le lieu est plutôt agréable et plaisant faisons donc le tour de petit lac, discutant avec des pêcheurs. Puis chacun vaque à ses occupations.

     

    Ce soir une brume légère semble ne pourvoir altérer ni l’équilibre gracieux du petit lac ni la pureté minérale du sommet qui le surmonte.

     

     

    lac

     

     

    Vers 19h, comme prévu, nous nous installons au retau, mais voilà pas qu’il nous faut pêcher nos truites. Ce n’était pas une plaisanterie !!!. Nos hommes sont à l’œuvre rapidement. Hop en voilà une, pêchée par Jack, puis plus rien….

     

     

     

    P1060353

     

     

     

    P1060354

     

     

     

    Puis une deuxième, pêchée par Paul.

     

     

     

    P1060357

     

     

     

    Mais il en faut une troisième,  Barbel ayant choisi une salade. L’heure tourne et toujours rien, le patron vient finalement à notre rescousse pêchant la dernière….mais il est 20h. J’ai bien failli changer de menu. Nous nous sommes beaucoup amusés et avons bien rigolé. N’en doutez pas, nous sommes de grands enfants….

    Les truites à la crème, cuites en papillotes sur un grand feu de bois, seront excellentes, s’en suivra un gâteau basque. Directement du pêcheur au consommateur.

    Et nous voilà chez nous…mais sommes prévenus que les poneys pourront venir se gratter contre le camping-car, cette nuit. Nous aurons donc notre berceuse naturelle !!!!  Enfin peut être.

     

     

     

    09 Septembre :

     

     

    Nos voisins et amis ont eu leur berceuse naturelle, comme prévu…

    C’est toujours une journée ensoleillée et chaude qui se profile, malgré la fraicheur matinale.

    Voici le petit château que nous avions aussi en décor hier.

     

     

     

    P1060368.jpg

     

     

    Notre point de chute sera Luchon ou ses environs, donc peu de kilomètres de prévus.

    Le départ sera tardif et arrêt rapide pour note sacro saint café de la mi matinée.

    La route se faufile dans une vallée étroite où le torrent en gerbes éclatantes se précipite sans doute pour atteindre la Garonne.

    Arrivés à Luchon c’est un peu la galère pour dénicher le parking de la télécabine de Super Bagnères, mais l’on y arrive tout de même. Il est midi, nous prendrons donc notre repas.

    Luchon, station  thermale, a été surnommée la « reine des Pyrénées », des petites maisons aux toits d’ardoise blotties autour de l’église  contrastent avec d’opulentes demeures qui se dressent le long de l’allée d‘Etigny donnant accès aux thermes.

     

     

     

    Copie de P1060373

     

     

    Comme de petit vieux fatigués nous prendrons un peu de repos sur un banc à l’ombre de grands arbres séculaires, puis nos hommes posent....  avec nounours....

     

     

     

    P1060374

     

     

    Après avoir fait nos pleins d’eau à une fontaine près de notre parking nous irons à notre rendez-vous, chez le coiffeur, pour ne rien vous cacher, histoire soit de faire un brushing soit une coupe d’été.

    Respectueux des signalétiques affichées (interdiction de stationner en cc de 21h à 9h) et ne voulant pas nous parquer sur l’aire de camping-car,  nous grimpons jusqu’à Superbagnères  1804m  qui nous accueille. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls.

    Superbagnères petite station de ski, au dessus de la limite de la forêt, où trône un bâtiment monumental « le grand hôtel » construit en 1932 et relancé récemment par les villages clubs du soleil. 

     

     

     

    P1060417

     

     

    P1060378

     

     

    Au dessus de la forêt, l’uniformité obsédante du manteau vert recouvrant la montagne est surprenante.

    Nous jouissons d’une vue extraordinaire, sur les Pyrénées Luchonnaises et le massif de Maladeta d’où émergent de nombreux petits glaciers.

     

     

    pano1

     

     

    Dans ce calme réconfortant, nos paupières s’alourdissent et ne résistons pas au sommeil même si demain nous ne nous levons pas au petit jour.

     

     

    10 septembre :

     

     

    Un silence, chargé de curiosité, s’est installé pour la nuit, elle ne fût que douceur dans ce paisible environnement.

    Nous flânons nous contemplons….. Il faut bien s’arracher à ce spectacle montagnard et reprendre la dure descente.

    Dans la prairie, là, en contrebas, pâturent de belles vaches rousses. Le tintement de leurs sonnailles s’élève jusqu’à nous.

    Eclairées par le soleil matinal, les crêtes échancrées où se nichent de petits glaciers se détachent et composent un tableau d’une saisissante beauté. L’image de ce site grandiose restera gravée dans notre mémoire.

     

     

    pano

     

     

    La descente s’effectuera par paliers ménageant ainsi nos petits cubes blancs, nous permettant ainsi de nous imprégner une dernière fois de cette vision.

     

     

    P1060427

     

     

     

    P1060428

     

     

     

    P1060431

     

     

     

    P1060440

     

     

    Traversons le Lys et la Pique deux torrents impétueux qui sautent de roche en roche en de magnifiques petites gerbes d’eau.

    Arrêt à Luchon pour faire les vidanges et acheter le pain et direction le col de Peyresourde, ensuite la D76 vers la Vallée d’Oô.

    J’ai bien dit Oô. Oh qu’elle est belle la vallée nos pouvons en apprécier la beauté ainsi que les toits d’ardoise du petit village d’Oô que nous traversons.

    Nous ne sommes pas hypnotisés, par les sommets de 3000m et plus ni à la recherche d’une quelconque forme d’exotisme, mais seulement le calme et la sérénité pour couler des jours heureux dans ces paysages montagnards un peu hors des sentiers battus. Bien qu’il semble y avoir beaucoup de monde, en effet de nombreuses voitures et de nombreux camping-cars stationnent aux grandes d’Astau. Ici c’est un peu le bout du monde, un petit coin de paradis dans ce val resserré du Val d’Astau.

    C’est le lieu idéal pour le farniente de cet après midi, doigts de pieds en éventail nous paresserons à l’ombre car ce soleil si vif et si brillant fait grimper le mercure à 38°, avec en toile  de fond, des paysages diversifiés, un minuscule laquet aux rives chaleureuses, des forêts qui viennent border les prairies et plus haut des zones steppiques mêlées de roches qui selon la lumière prennent tantôt des teintes rouilles tantôt des reflets d’ébène.

    Ainsi se passe l’après midi.

    Demain allons tenter de monter au Lac d’Oô, je vais donc, seule, repérer le sentier de montée qui ne semble pas trop difficile. A suivre….

    On est samedi nous sommes invités chez nos amis bourguignons pour le traditionnel apéritif du we.

    Ce soir nous irions manger au restau du coin, j’avais la ferme intention de manger une garbure mais hélas il n’y en avait plus. Nous avons cependant bien mangé, seul le désert laissait un peu à désirer…

    Dans cette vallée étroite le soleil nous  fait faux bon rapidement et la nuit va être fraiche et reposante.

     

     

    11 Septembre :

     

     

    Comme prévu ce matin nous allons monter au lac d’Oô, en ménageant les douleurs de Barbel. Comme nous ne sommes pas des fanas du chrono et que pour nous la montagne rime avec randonnée tranquille et conviviale, nous allons l’aborder calmement.

    Au départ les petites prairies reflètent encore une activité agricole où l’élevage est spécifique : vaches, moutons tarasconnais et chevaux… de Mérens, à robe noire, se partagent l’herbe de cette fin d’été.

    Notre progression se fait sur un chemin jeepable qui devient de plus en plus caillouteux.

     

     

    P1060448

     

     

    Là, tranquillement couché, un mouflon se repose et ne semble pas se préoccuper des nombreux randonneurs qui passent, le plus souvent sans le voir.

     

     

     

    DSCN0288

     

     

    Le chemin s’approche du ruisseau et un petit pont nous permet d’atteindre le lac et le refuge d’Oô.

     

     

    P1060458

     

     

     

    P1060467

     

     

     

    DSCN0294

     

     

     

    Le lieu est assez austère, les eaux sombres d’un bleu marine profond nous surprennent. Malgré tout le cadre est agréable, face à nous le torrent du lac d’Espingo s’épanche en une large cascade sur 225m de haut.

     

     

     

    P1060474

     

     

     

    DSCN0295

     

     

    Nous sommes tous très heureux et Barbel en particulier, elle a pu atteindre le but sans  difficulté. Il y a beaucoup de monde, c’est une randonnée familiale, assez facile et de plus c’est dimanche. Malgré cela, sans vraiment s’isoler, l’on peut se mettre un peu à l’écart sur cette pelouse rase.

    Laissant nos amis là, nous décidons de poursuivre jusqu’aux lacs supérieurs. Un sentier ombragé, en lacets, serpente, en forêt, ménageant des échappée tantôt sur la lac tantôt sur la cascade.

     

     

    P1060478

     

     

     

    P1060507

     

     

     

    P1060481.jpg

     

     

    L’eau est partout en liberté, l’on croise de nombreux petits torrents dévalant la pente en petites cascatelles rugissantes qui se fracassent en contrebas.

     

     

     

    P1060482

     

     

     

    P1060485

     

     

     

    Vers 1700m la forêt s’éclaircit avant de disparaitre et de céder la place une pelouse alpine peu fournie. Le dallage sous nos pieds est sans doute le témoin ancien d’une activité pastorale importante, mais il facilite notre montée qui devient un peu plus raide.

     

     

     

    P1060505

     

     

    Encore quelques lacets et nous voilà dans un splendide cirque d’où l’on domine le lac D’Espingo avec son refuge et plus à droite le lac Saussat, niché dans la rocaille.

     

     

    pano2

     

     

    En quelques enjambées nous voici à son bord. A sa surface, à peine ridée par la brise, ondulent doucement les doux reflets des sommets avoisinants.

     

     

     

     

    P1060501

     

     

     

    Une courte montée pour atteindre le col et redescendons rapidement pour retrouver nos amis.

     

     

    P1060511

     

     

     

    DSCN0308

     

     

     

    Il est tard, le casse croute est bienvenu, en effet étions montés comme des touristes, sans nos sacs à dos.

     

     

    DSCN0310

     

     

    Un petit moment de repos s’impose et nous amorçons la descente calmement, vaut mieux ménager nos articulations parfois récalcitrantes.

    Notre mouflon, rencontré à la montée, est toujours là, quelques mètres plus loin la tête au dessus de talus, tantôt il nous regarde,

     

     

    DSCN0311

     

     

     

    tantôt il nous ignore.

     

     

     

    DSCN0312

     

     

     

    P1060516

     

     

     

                                   Un nouveau pélerin Jacobus...

     

     

     

    P1060520

     

     

    Voilà une journée bien agréable même si le soleil nous a lâchement abandonné préférant se cacher derrière un épais rideau de nuages inoffensifs.

    Ce soir c’est apéro chez nous.

     

     

    12 Septembre :

     

     

    Grand beau temps ce matin, le soleil montre son nez derrière les cimes et lance ses rayons fulgurants sur toute les crêtes environnantes qui prennent de belles teintes alors le fond de la vallée est encore dans une ombre profonde.

    Nous quittons ce petit lieu paradisiaque et pastoral à regret et filons en direction du col de Peyresourde 1569m.

     

     

     

    DSCN0319

     

     

     

    La forêt fait gentiment place à de grandes croupes herbeuses où paissent de nombreuses vaches. L’élevage et la forêt semble encore occuper une place prédominante dans l’économie locale.

     

     

     

    P1060523

     

     

     

    P1060524

     

     

    Petit arrêt au col, juste le temps de boire un café et nous amorçons la descente, le paysage change une crête hérissée de sommets nous barre l’horizon.

    Arrivée à Arreau et stationnement sur l’aire de service où nous pourrons faire les pleins et les vidanges et prendre notre repas de midi.

    Arreau, petite bourgade de 800 habitants, au riche patrimoine architectural, située au confluent de la Neste d’Aure et la Neste de Louron, a conservé son charme pyrénéen avec ses toits d’ardoise.

     

     

     

    P1060530

     

     

     

    P1060531

     

     

    La maison du Lys, demeure gothique du 16ième  élève ses colombages ornées de lys sur un rez-de-chaussée en marbre.

     

     

     

    P1060533

     

     

     

    L’ensemble halles mairie construit en 1932 sur l’ancienne halle en bois abrite le marché hebdomadaire.

     

     

     

    P1060535

     

     

    Garante des traditions gastronomiques, Arreau a crée en 1999 la confrérie du gâteau à la broche, gâteau que l’on ne trouve que dans la région.

    Notre route se poursuit par la large vallée d’Aure, harmonieusement dessinée.

     

     

     

    P1060527

     

     

    Saint Lary Soulan, typique village des Pyrénées aux toits d’ardoise et aux façades en pierre, est le berceau d’Isabelle Mir, championne de descente en 1968 et une station de sport d’hiver où affluent les amateurs de glisse.

    Le splendide massif de Néouvielle offre maintenant des paysages somptueux et cache de nombreux lacs où se reflètent pics et ciel pur.

    La vallée se resserre, seule la petite route et la Neste de Canplan se frayent un passage dans une vaste forêt aux énormes sapins, figés comme des sentinelles qui nous encadrent ou nous surplombent.

    La route est parfois si étroite que les croisements sont parfois périlleux, fort heureusement rencontrons des chauffeurs responsables qui roulent tranquillement s’arrêtant si nécessaire.

    De grands lacets impressionnants portent des noms évocateurs « virages des écureuils » ou « virages des myrtilles ». De nombreux moutons campent au milieu de la chaussée, sans se préoccuper de la circulation, la rendant encore plus difficile.

     

     

     

    P1060567

     

     

     

    DSCN0330

     

     

    Dans un cadre austère se dresse devant nous le grand barrage de Cap-de-Long, dès notre arrivée sur la plateforme nos chauffeurs pour un grand « Ouf » de soulagement mais anticipent et pensent à la rude descente qui nous attend.

    A 2160m d’altitude, avant les travaux d’EDF, le lac de Cap-de-long était une magnifique nappe d’eau naturelle, charmante et romantique. Les travaux élevèrent le niveau de 130m créant l’immense retenue qui s’offre à nous et qui demeure malgré tout un site sauvage et grandiose.

     

     

     

    lac 1

     

     

    Ses rives inaccessibles plongent directement dans les eaux bleues foncé. L’environnement est tourmenté à la fois par les dures conditions climatiques et les avalanches.

     

     

     

    P1060576

     

     

     

    Une maigre végétation rampante se mêle intimement aux rocailles qui prennent des teintes agréables en cette fin d’après midi. Les quelques conifères qui osent pousser là sont noueux et torturés.

    En contrebas se profile, tel un miroir sombre, le petit lac d’Orédon qui sommeille dans son écrin de sapins.

     

     

    P1060564

     

     

    Après une petite promenade agréable nous décidons de descendre et stationnons pour la nuit sur le parking situé au dessous du lac D’Orédon à 1591m. 

     

     

     

     

    13 Septembre :

     

     

     

    Ce matin balade familiale au Lac d’Oule à 1819m d’altitude qui démarre tout en douceur d’abord à flanc de montagne puis au milieu des résineux.

     

     

    P1060579

     

     

     

    P1060580

     

     

     

    Après une petite pose......

     

     

     

    DSCN0355

     

     

     

    Quelques grands lacets faciles nous permettent d’arriver au lac artificiel bordé soit par des pinèdes soit par des pelouses accueillantes et dominé par le sommet du Bestan qui, telle une sentinelle austère, veille jalousement sur les environs.

     

     

     

    LAC2

     

    C’est toujours un moment émouvant lorsque l’on débouche sur un tel site tout semble suspendu et le lac sommeille. Le silence nous surprend, pas un seul gazouillis d’oiseau.

     

     

     

    DSCN0356

     

     

    Le cadre est magnifique, sauvage mais riant. La limpidité des eaux reflètent les crêtes des alentours comme un véritable miroir. Les pentes en pelouse aux formes ondulées et gracieuses en font un site extraordinaire.

     

     

     

    P1060584

     

     

     

    P1060585

     

     

    On longe tranquillement les berges silencieuses où deux pêcheurs sans doute bien matinaux nous ont devancé dans notre montée et rivalisent d’ingéniosité pour déjouer la méfiance de Dame la truite !!!

    Une petite halte  nous permettra de nous reposer, d’admirer ce coin paradisiaque, de méditer ou de rêver….de surprendre une violette au milieu de la rocaille....

     

     

     

    P1060588

     

     

     

    Là nous pourrons surprendre un minuscule filet d’eau silencieux, là un petit torrent qui gambade en murmurant gaiement, là  un plus grand qui bondit en mugissant, là une cabane en pierre sèche  dont la voûte à encorbellement est exemplaire.

     

     

     

    P1060593.jpg

     

     

     

    Cet abri est le vivant témoignage de l’activité de ces bergers agriculteurs qui au siècle dernier ont sculpté les flancs de cette vallée. L’étanchéité du toit y est encore assurée par une couche de terre engazonnée, véritable toison végétale.

     

     

    P1060594

     

     

    Repas de midi, tout près du barrage et du refuge de l’Oule avec en toile de fond une majestueuse cascade turbulente et tapageuse  qui s’étire comme un voile de mariée.

     

     

     

    P1060604

     

     

    Son ronron régulier et permanent est propice au repos, je pourrais presque dire à la sieste.

     

     

    P1060603

     

     

    Retour par le même chemin, la pente est sage, le profil toujours agréable, outre sa fcilité et son confort, il nous conduit rapidement au camping-car. Barbel se surprend elle-même et randonne aussi bien que nous mais surtout sans plus de douleurs. C’est génial.

    Comme il est encore de bonne heure nous prenons notre douche, faisons un peu de lessive, trainons ainsi pour être dans le flot descendant afin d’éviter au mieux les croisements délicats sur cette route de montagne très étroite, tantôt proche du ruisseau, tantôt s’en éloignant pour mieux le contempler.

     

    En route...

     

      une chapelle esseulée.... des clochers...

     

     

     

    P1060615

     

     

     

    P1060617

     

     

     

    P1060618

     

     

     

    P1060620

     

     

    Nuit sur l’aire de service d’Areau.

    Nous irons faire un petit tour en ville histoire de faire quelques photos de ce beau petit village, les voici.

     

     

     

    arreau

     

     

     Le château de Neste

     

     

    P1060622

     P1060623

     

     

     

     

    Château de Ségure, dominé par une tour carrée du  16ième

     

     

     

    P1060629

     

     

     

    14 Septembre :

     

     

    Cette journée va être une grande étape de montagne avec des cols mythiques Aspin et Tourmalet.

    Dès le départ le plafond est bas, la brume légère et vaporeuse s’effiloche sur les sommets environnants en un va et vient incessant.

    Rapidement amorçons la montée vers le premier col, parcourue par de nombreux cyclistes courageux, dès les premiers virages une vue fantasmagorique s’étend sur la belle vallée d’Arreau. La brume s’intensifiant ne nous permet plus d’admirer le panorama qui se borne aux bas côtés où fougères et genêts cohabitent intelligemment. Encore quelques vaches sur la route, dans les Pyrénées point de barrière ou de clôtures électriques comme dans les Alpes.

     

     

    P1060640

     

     

     

    Petit arrêt au col 1489m où l’on trouve quelques camping-cars et de nombreux cyclistes et notamment des Hollandais. Café quotidien.

     

     

     

     

    P1060643

     

     

     

    P1060641

     

     

    En franchissant le col on entre dans une vallée boisée parsemée de lambeaux de prairie qui canalise notre descente, descente régulière mais assez rapide (6,7%) qui en 12,5 kms nous fait dégringoler à 700m d’altitude.

     

     

     

    P1060645

     

     

    Nous caracolerons ensuite dans la fraiche vallée de Campan où nous suivrons gaiement un petit cours d’eau limpide avant de nous diriger vers la Montgie. La montée d’accentue dans le petit vallon boisé du Garet avant d’atteindre le vallon dénudé d’Escoubous où de nombreux ruisseaux serpentent dans les pâturages.

    Arrêt à la Montgie,  station de ski par excellence, qui s’ouvre sur des paysages époustouflants tantôt caressés par le soleil, tantôt enveloppé d’une légère brume qui monte ou descend à son gré. Impossible de voir le mythique Pic du Midi à 2877m recouvert par fin voile blanc et la télécabine qui permet d’y accéder est en panne.

    Agréable petite balade en ville, avant notre repas.

     

     

     

    P1060650

     

     

     

    P1060651

     

     

     

    P1060656

     

     

     

    Vue côté Montgie

     

     

    Copie de P1060658

     

     

    La rude ascension continue et en quelques grands lacets atteignons le col d’où le panorama est grandiose et la descente sur Luz St Sauveur fort impressionnante. Le petit ruban d’asphalte gris gravé dans l’âpre vallée lacère, comme des coups de canif, cette étendue aux pâturages pierreux d’où émergent, d’une mer de nuages, les sommets environnants.

     

     

     

    P1060664

     

     

     

    P1060671

     

     

     

    COL-copie-1

     

     

     

    P1060678

     

     

     

    Vue sur le Pic du Midi...

     

     

    Copie de P1060683

     

     

    Poursuivons en direction de Gavarnie, vers Barèges, petite station thermale quelques vieilles fermes ou granges en pierre possèdent de beaux pignons à redents.

    Arrivée à Gavarnie, cirque grandiose avec ses petites cascades qui dégringolent, paysage naturel et harmonieux.

    Après un petit tour en ville en direction du cirque nous irons stationner sur l’aire de service  sur la route du Port de Boucharau.

     

     

    P1060691

     

     

    En face de nous, sous la brèche de Tuquerouye, le grand bâtiment trapu du refuge des Espugettes apparait. Souvenirs, souvenirs de 2002. 

     

     

     

    Copie-de-P1060696.jpg

     

     

     

    15 Septembre :

     

     

    De notre petit belvédère où nous avons la visite des ânes,

     

     

     

    P1060701

     

     

    partons en direction de col de Boucharo, avec un seul camping-car, espérant avoir une belle vue sur le cirque. De grands lacets nous y conduisent rapidement. Nous avons eu la chance de pourvoir observer, tout à loisir, quelques marmottes bien dodues qui pointent leur nez sur les bas côté de la route. Pas de sifflements si caractéristiques les mettant toutes sur le qui-vive, toutes prêtes à se réfugier dans leur terrier.

    Dès notre arrivée c’est un peu la déception nous ne verrons que le Casque et le Taillon, ce dernier nous laisse encore un bon souvenir, nous l’avons gravi en passant par la brèche de Roland en 2002, après une nuit au refuge des Sarradets.

    Cette fameuse Brèche de Roland nous ne l’apercevrons que très furtivement lors de notre montée. La légende dit que Roland, avec son épée Durandal, à fendu la montagne en deux.

     

     

     

    P1060702.jpg

     

    Nous redescendrons doucement dans cette immense pelouse rase où paissent vaches et moutons.

    Nous stationnerons au plus près de Gavarnie, ce petit village où vivent, essentiellement du tourisme, 164 habitants.

    Casse-croûte dans notre sac, empruntant un grand chemin, rive gauche du Gave nous nous dirigerons vers ce magnifique et impressionnant cirque. Traverserons un petit pont de pierre, pont romain dit de Brioule et évoluons alors rive droite.

     

     

     

    P1060705

     

     

    P1060711

     

     

    Une maison à pignons en redents.

     

     

     

    P1060710

     

     

     

    Là, au bord du torrent une pelouse ombragée nous permet un agréable arrêt repas.

     

     

     

    Copie de P1060722

     

     

    Nous décidons de poursuivre, le paysage s’éclaircit laissant des échappées sur quelques sommets le Marboré, le Casque ou encore le Taillon qui nous dominent du haut de leurs trois milles mètres ou plus.

     

     

     

    Copie de P1060704

     

     

     

    De plus en plus l’immense muraille sombre du cirque et sa grande cascade, alimentée par une résurgence des eaux de l’étang Glacé du Mont Perdu (Espagne), faisant un bon de 425m, se rapproche, semblant à portée de main. Chaque virage donne l’impression de l’atteindre, mais il y en toujours un autre…Nous décidons donc de descendre sans atteindre l’hostellerie.

     

     

     

    P1060718

     

     

     

    P1060723

     

     

     

    Quittant ce site remarquable nous poursuivons notre route qui longe le Gave de Gavarnie, passe  par le chaos de  Coumély et devant la centrale hydraulique de Pragnière où nous faisons une halte afin que nos hommes puissent la visiter. Cette  plus grande centrale des Pyrénées « turbine » les eaux collectées dans le Massif de Néouvielle sur une hauteur de 1250m issus de quatre lacs dont celui de Cap de Long que nous connaissons. Un gros tube de un mètre cinquante de diamètre balafre la montagne, comme a de nombreux endroits dans le massif.

     

     

    Copie de P1060732

     

     

     

    P1060725

     

     

     

    Nous essuyons maintenant un petit orage, première pluie de notre périple.

    Le pont Napoléon jeté sur le Gave de Gavarnie en pays Toy.

     

     

     

    P1060736

     

     

     

    Copie de P1060735

     

     

    L’aire de service gratuite de Pierrefitte Nestalas, (que voici)

     

     

     

    P1060738

     

     

     

    trop exigüe et bondée ne nous permettra pas de stationner, nous préfèrerons élire notre chambre à coucher sur le champ de foire de Soulom où stationnent déjà un bon nombre de camping-cars et qui a l’avantage de posséder robinet d’eau et vidanges.

    Il faut reconnaitre que depuis notre départ avons pu nous approvisionner, très souvent gratuitement, en eau et stationner aussi librement sur aire ou en sauvage.

     

     

    16 Septembre :

     

     

    Partant de Soulom notre route entaille une superbe forêt de l’étroite vallée sombre que nous remontons, coupe le Gave de Cauterets, cascadant sur son lit de pierre, qui ne se dévoile que rarement.

    A Cauterets c’est jour de marché, beaucoup  monde et difficile de stationner, nous poursuivrons donc jusqu’au Pont d’Espagne.

    Il est midi, l’heure pour les braves de prendre des forces et oui la vie de camping-caristes, que nous sommes, est très dure….

    Une petite promenade par les passerelles qui enjambent le bouillonnant Gave de Gaube nous permettra d’admirer des cascades bruissantes et impétueuses qui s’effondrent dans des petits ravins étroits comme pour échapper à la vue.

     

     

     

    P1060743

     

     

     

    P1060773

     

     

     

    P1060746

     

     

     

    P1060771

     

     

     

    P1060749

     

     

     

    P1060756

     

     

     

    P1060762

     

     

     

    P1060763

     

     

     

    Plus bas les eaux du torrent bondissent joyeusement, resplendissantes de pureté, formant encore de nouvelles cascades, du Cerisey,

     

     

     

    P1060777

     

     

     

    P1060780

     

     

     

    P1060782

     

     

     

    du pas de l’Ours ou encore de Boussés et plus en contrebas encore celle de Lutour qui saute, gicle et tourbillonne en remous impressionnants.

     

     


    P1060786

     

     

     

    P1060787

     

     

     

    P1060790

     

     

    Situé à 930m d’altitude, enserré dans ses montagnes boisées, Cauterets est une petite ville de charme, une station balnéaire et climatique à l’architecture du début de siècle dernier.

     

     

     

    P1060795

     

     

     

    P1060805

     

     

    Le calme est maintenant revenu, plus de problème de stationnement, nous pouvons flâner en ville.

    La gare en bois présente un charme suranné, construite en 1898, rénovée en 1994 elle accueillait les visiteurs débarqués du tramway, elle est devenue aujourd’hui gare routière.

     

     

     

    P1060796

     

     

     

    P1060802

     

     

     

    P1060804

     

     

     

    Copie de P1060799

     

     

     

    Direction Argelès-Gazost et le val d’Azun plus large, plus riant et plus cultivé  où se nichent de beaux petits villages tel Aucun avec ses maisons anciennes.

    Ce soir nous avons élu domicile sur la petite aire de service gratuite Arrens-Marsous à 877m d’altitude en compagnie de quelques camping-cars. Il faut dire que nous en rencontrons beaucoup, les Pyrénées semblent un lieu très prisé pour ce genre de tourisme.

    Nous avons encore eu une belle journée, ce soir un petit orage tambourine raisonnablement sur nos maisons roulantes.    

     

     

     

    17 Septembre :

     

     

    Après la pluie d’hier le plafond est bas et gris. Que faire ? Après quelques courses et notre sempiternel café du matin nous partons encore à l’assaut des cols Mythiques des Pyrénées.

    Première montée le col du Soulor à 1474 m, mais il y a tant de brouillard que la vue se limite aux bas côtés de la route, dans cette région pastorale  où les animaux sont en liberté nos chauffeurs doivent redoubler de vigilance. 

     

     

     

    P1060810

     

     

     

    La montée est relativement douce au départ pour atteindre les 7 à  8% ensuite, petit arrêt pour acheter du fromage. Le soleil tente de percer sans y parvenir.

    Une légère descente s’amorce mais ce n’est que pour mieux remonter et enchainer sur le col de L’Aubisque beaucoup plus emblématique que le précédent.

     

     

    Voici ce que l’on peut voir sur le bas côté, de la belle bruyère…

     

     

     

    P1060811

     

     

     

          Quelques éclaircies nous permettent d’y voir un peu plus loin que le bout de notre capot…

     

     

     

    Copie de P1060815

     

     

     

          Nous voici enfin au col…. Il nous permet de passer du Béarn en Bigorre. 

     

     

     

     

    P1060817

     

     

     

     

    Le soleil nous fait une belle révérence, découvrant les sommets et laissant la brume épaisse dans la vallée et un panorama grandiose s’offre sur lOssau.

    L’Aubisque, col mythique des Pyrénées, fait partie intégrante du tour de France qui l’a franchit à 71 reprises et cela depuis 191O.

     

     

     

    aubisque

     

     

     

     

    AUBISQUE3

     

     

     

    De nouveaux cyclistes …. Mais que de grands  vélos !!!!

     

     

     

    P1060825

     

     

     

    La descente sera périlleuse, voilà ce que l’on peut voir….

     

     

     P1060834

     

     

     

    Traverserons Gourette, dans un brouillard intense..  puis  Eaux Bonnes, ville étonnante mais peu engageante surtout par ce temps. En effet, la grande place rectangulaire semble avoir subi de plein fouet le déclin des cures et propose un instantané de la grande époque des eaux thermales qui lui avaient donné un nom.

    Arrivée à Laruns, porte de la petite route sinueuse et ardue que nous venons de descendre. Galère pour trouver l’aire de service notée sur la route du col du Portalet que nous empruntons rapidement.

    Rien en vue un demi tour s’impose, mais pas facile dans cette gorge du Bitet….

    Arrivée sur l’aire gratuite, en ville, après un accès un peu difficile à cause du marché. 

     

     

     

    P1060835

     

     

     

    Le ciel nous tombera un peu sur la tête vers 16h…. mais nous avions fait notre petit tour….ici rien à voir. Beaucoup de monde sur l’aire de service il semble que cela soit le cas dans beaucoup d’endroit des Pyrénées qui sont un lieu fort agréable à cette forme de tourisme.

     

     

     

    P1060837