• Virage à l'est

    13 mars 

     

     

    Ce matin au réveil seulement 9 petit degré, quelle différence, nous avons même mis un peu le chauffage avant de s’extirper de la couette… Mais le soleil fait rapidement remonter le mercure malgré le vent qui perdure.

    Départ vers 9h, un peu à regret car le menu de ce jour était alléchant…. et après avoir salué tout le monde forumistes ou pas.

     

    L'entrée de Guelmim

     

    Malgré le départ relativement tôt, nous loupons la station Afriquia, faisons nos courses à Aoutass après quelques difficultés pour stationner et en route pour Marjane afin de compléter et ou j’ai rencontré Jérico et son épouse. Pas de station, donc retour à la case départ à l’entrée ce Guelmim.

    Ce n’est que tardivement que nous prenons la route, voilà une matinée mal organisée… et oui Tour Opérator n’est pas toujours au Top….

     

    En route, un pu de verdure

     

    Repas dans un lieu désertique et poussiéreux, désolée Brigitte, le choix n’était pas judicieux. L’atmosphère est pesante, le vent souffle, une poussière immonde voltige et les collines environnantes sont enveloppées dans une brume de chaleur qui adoucit leur contour. La plaine est encore verdoyante bien qu’à la porte du désert.

    Plissées ou rocailleuses les collines se profilent des deux  côtés du petit ruban gris qui défile rapidement sous nos roues. Des fleurs toujours des fleurs, surtout ces immortelles violettes qui ont parfois de petites corolles blanches.

     

    Beaux plissements

    Toujours de belles fleurs 

    Virage à l'est

      

     

    Dans ce milieu austère, sec, sans la moindre vie apparente, apparait parfois un village et ses palmiers dattiers, la magie de l’eau….

     

    La palmeraie 

    La petit village blotti dans la palmeraie

     

    Nous montons sans le moindre problème le petit col d’Amlouz à 772m la vue y est superbe.

     

    La montée au col 

    Un peu plus haut

    Presque au sommet

    Le sommet est franchi

    Des paysages verdoyants, même dans le désert

    Où il y a de la gêne il n'y a pas de plasir... 

     

    Assa, une belle ville tout en longueur, rose Marrakech avec de beaux bâtiments administratifs et un beau jardin.

     

    Entrée de Assa 

    Un beau bâtiment

    Les gzelles

    L'autruche

    Le dromadaire

    Le renard

    Un autre beau bâtiment

     

    Après la ville malgré une route assez agréable nous sommes plongés dans de grands espaces désertiques avec les dromadaires et les tentes nomades, près des puits.

     

    Les deomadaires 

    Faut pas se gêner... vous êtes dans votre élément !!

    un esseulé  

    Les tentes nomades

    Encore des tentes

    Quelques palmiers  bordent notre route 

     

    Arrivée à Icht

     

    Djebel à icht

     

     

     

     

    et installation à Borj Biramane, nous sommes fort bien accueillis par Paul qui nous laisse nous installer comme l’on veut. En effet il y a personne.

     

     

     

     

     

    L'entrée du camping 

    Vue sur les bungalows

    Les sanitaires

    Le salon

    La salle à manger

    Le bar

    Devant le bar

    Salon extérieur 

     

    C’est avec le sourire qu’Abdellatif nous reçoit et fait nos fiches, nous décidons de venir manger un couscous avec Brigitte et Christian ce soir à 20h30. La salle à manger est très belle et très agréable. C’est un superbe camping mais avant tout une maison d’hôtes avec de nombreux bungalows et 75 chambres en tout.

    Le couscous sera excellent, le petit rosé gouleyant, le désert imposé mais très bon aussi et pourquoi ne pas terminer par un café pour nos hommes et un thé à la menthe pour les « nanas ».

     

    Le couscous 

     

    Nous n’en resterons pas là pour digérer, après quelques petits gâteaux et quelques carrés de chocolats, pris au cc, nous boirons une lampée de génépi. 

    Voilà une soirée bien terminée, on a parfois besoin d’un peu de remontant !!!!

     

    14 mars

     

    Balade dans la petite palmeraie. 

     

    Le départ

    Nos Hommes

    Avec notre accompagnateur

    La palmeraie et le djebel

    Dur dur la descente

    Les lauriers roses sont en fleurs

    Toujours dans la palmeraie

     

    et visite du vieux village d’Icht, ce petit village fortifié aux pieds de la montagne Bani et ses étonnantes ruelles couvertes, avec le cuisinier du camping qui prend son service à 15H. Un moment agréable pour découvrir cette curieuse ville.

     

    Dans les rue d'icht 

    Des enfants souriants

    Une rue souterraine

    Encore une femme lourdement chargée

    Des chambres pour se protéger de la chaleur

     

    Partons vers 11h sur cette route plate qui traverse une zone désertique, parfois caillouteuse, parfois sableuse où piquetés de quelques acacias récalcitrants en forme de parasol.

     

    immesité rocailleuse

    De grandes tendues d&sertiques 

     

    La planté au milieu de nulle part une maison, quelques palmiers et de petits champs cultivés, signale la présence de l’eau.

     

    L'eau c'est la vie 

     

    Des crêtes rocailleuses se faufilent à notre droite, le sable roux vient s’y amonceler sous l’effet du vent.

     

    crêtes rocailleuses et sable roux 

    Entrée de Akka 

     

    Un arrêt repas au milieu de nulle pas où la maigre végétation s’adapte au sol sableux et à la sécheresse, les tiges sont plus petites rabougries, peu de feuilles, les seuls arbres sont les acacias, petites feuilles et grosses épines évitant ainsi la déshydratation.

     

    arrêt repas

    Des acacias

    Leurs épines

    Une plante qui s'adapte

    Un petite fleur qui c'est aussi adapté au milieu

    Un oasis verdoyant, certaines céréales ont déjà des têtes blondes

     

    Peu de kilomètres nous séparent alors de Tata, ancienne ville de garnison où il fait souvent très chaud. Tata ville rose plantée dans une palmeraie entourée de ksour, au milieu des paysages désertiques, ville moderne, commerçante en pleine expansion..

     

    Un vieux ksar juste avant Tata 

    Encore avant Tata

    L'entrée de Tata

                                                       

     Installation au camping le palmier qui au premier abord ne nous séduit pas. Finalement nous
    resterons quand même deux jour ici. J’ai pu voir Larbi, le patron et lui faire part d’un nouvelle pas très réjouissante que l’on m’a confié. Après midi cool, nous profitons d’une bonne connexion pour mettre à jour blog et messagerie.
     

    Ce soir c’est samedi donc apéro chez nous. Demain sera une journée repos.

     

     

    15 mars

     

    Ce matin pas besoin de chauffage...C'est bine connu Tata est une ville chaude. Mais au fait ne sommes nous pas venus chercher le soleil ???

    Lavage, papotage au programme....de saines occupations de camping-caristes.

    Barbel rentrant de la lessive vient me dire j'ai rencontré Lucien. Quelques minutes ont suffit pour étendre mon linge et aller faire le tour du camping à leur recherche. Il n'est pas si grand, c'est chose facile. Brigitte se prépare à la hâte et sort de son camping-car. Lucien ne tarde pas à arriver puis Christian, Paul et enfin Brigitte. De quoi parlons nous : Maroc et famille.

    C'est jour de souk à Tata nous irons donc faire y  un tour et quelques achats.

    Un petit tour vers la piscine municipale, une belle piscine, avec vus sur la palmeraie.

     

    La piscine 

    L"oued Tata et la palmeraie 

     

    Un beau souk, lieu important marocain aussi bien pour les achats que pour les relations sociales, c'est pour nous un lieu presque incontournable pour se plonger dans l'ambiance locale.

     

    Départ pour le souk 

    Dans les rues de Tata

     

     Ces dames ont revêtu leurs beaux habits bleus agrémenté d'un châle noir. Nous aimons nous plonger dans cette ambiance ou odeurs et couleurs se mêlent intimement. 

     

    Nous voilà au souk 

     

    On y trouve de tout et n'importe quoi dans ce bazar organisé.....Même si souvent le touriste est flairé de loin, personne ne s'occupe de nous, mais éventuellement nous savons le prendre avec philosophie...

     

    Barbel fait ses ampletts

    D'un pas alerte....

    Ces dames on des couleurs chatoyantes

    Choix des légunes

    Il y a aussi quelques animaux

    Que fait Brigitte ? 

    VLa tour opérator....

    Achats des épices

    C'est l'heure de l'addition

     

    Il fait chaud, nous avons soif, aussi en rentrant nous siroterons un grand verre de pastis allongé. Rien ne presse, nous mangerons tardivement car la cuisinière n'a rien préparé...

    Voilà notre ami Christian qui s'occupe de la vaisselle, après le lavage, l'essuyage. C'est très bien tu pourras recommencer....

     

    Christian en plein boulot...

     

    Il fait toujours chaud, l'ombre des palmiers est la bienvenue et la brise aussi, même si nous sommes un peu dans le sable et la poussière nous sommes bien placés, loin des murs qui renvoient la chaleur. Farniente cet après midi.

    Vers 17 h nous allons en ville avec Brigitte et Christian, la température est douce et agréable, nous flânons au gréé de nos envies.

    Un mur décoré, Paulette, regarde bien...on voit nos coups de pinceaux de l'an dernier. On avait plaisanté avec les ados qui peignaient ce mur...

     

    Souvenir..souvenir...

     

    Au retour nous trouvons un vendeur de sfenges, nous ne pouvons pas résister, il nous en fait 4 de très gros. Miam que c'est bon. 

     

    Un vrai régal

     

    Nous nous arrêtons avec nos beignets, en terrasse, au petit bistrot en face espérant boire. Un Monsieur vient vers nous, sans rien dire, regarde Brigitte qui fait de même et repart aussitôt. Que faut-il penser ? Brigitte décide de rentrer au bar lui commander des boissons. Il remplit alors une bouteille d'eau au robinet et la lui tend, elle demande des jus d'orange, mais il n'en a pas et n'a rien d'autre. Nous restons donc sur notre soif et repartons avec un fou rire général.

    Heureusement ce soir c'est l'apéro chez nos amis, Barbel et Jack.

     

    16 Mars

     

    Départ vers 9H après avoir dit au revoir aux Héraultais. Arrêt en ville pour retirer quelques dirhams et acheter une bouteille de gaz.

    Notre court sur un plateau aux environs de 700m entre les pentes dénudées et plissées du Djebel Bani, seuls quelques acacias récalcitrant et quelques herbes téméraires poussent.

     

    Les pentes du djebel Bani

    Pentes du Djebel Bani

     

    Là un petit village,  avec sa verdure et quelques palmiers, parfois une tente nomade. De petites oasis se profilent, mais les palmier semblent lutter avec l'énergie du désespoir contre cette sécheresse.

     

    Une tente nomade

    Elle rentre du champs, lourdement chargée

     

    Perché sur la falaise, petit village de Taimsour domine la croisée de deux oueds, l'un salé, l'autre d'eau douce, qui ont creusé un véritable canyon.

     

    Le canyon

    Arrêt café

    Le canyon au dessous du village

    Le village de Taimsour 

    Le confluent des deux oueds 

     

    Les cascades dAtiq, pas très visible depuis la rive gauche de l'oued Tinssirt, à l'entrée du village du même nom. Le lieu est très agréable avec ses belles vasques même, sous un soleil de plomb. ma petite sœur n'est pas là, son  mal au dos la titille. 

     

    Cascade Atiq 

    De belles vasques

     

    Poursuivant notre route on traverse une belle palmeraie aux palmiers majestueux et élancés sur fond de Djebel sombre et abrite de nombreuses cultures verdoyantes, séparées par des muret de terre.

     

    L'oasis de Tinssirt 

     

    Le ruban asphalté défile rapidement sur ce plateau, parfois bordé de crêtes et piqueté de maigres arbustes qui s'évase. Ce paysage désertique, parfois rocailleux, brûlé par le soleil et battu par le vent reste pas moins serein.

     

    Les crêtes du plateau

     

    Repas de midi dans ce milieu  austère.

     

    Arrêt repas

     

    Foum Zguid s'améliore, s'embellit et sort de sa torpeur. 

     

    L'entrée de Foum Gzuid 

    Après Foum Gzuid

    Palmeraie des environs de Foum Gzuid 

     

    La nationale 12 récemment goudronnée,  parfois encore en travaux, permet de rallier Zagora plus rapidement. Elle est bordée de belles plantes même dans ce lieu aride et le désert, cette année, est verdoyant. C'est surprenant.

     

    Bas côtés de la Nle 12 

      

    Voilà la déviation

     

    Rencontre avec des dromadaires, que l'on dit pas très beaux avec ses airs dédaigneux, qui déambulent passivement au bord de la chaussée, la traversant parfois sans vergogne en mâchonnant de l'herbe moins rare qu'à l'accoutumé suite aux intempérie de fin d'année dernière.

     

      

     Avec le chamelier

     

    Ce trajet,  parfois un peu chaotique (une petite déviation pour éviter un radier en travaux) et monotone fait chuter notre moyenne.

     

    Djebel Zagora  et la ville

     

    Le camping

     

    Arrivée sur Zagora et installation au camping "Prends ton temps", un camping fait pour Christian.....  Nous sommes un peu serrés.... mais nous resterons. Carla pourra faire son petit tour dans la palmeraie en passant par les coulisses.....

     

     

     

     

    17 Mars

     

    Il fait beau en France, ici aussi....il fait même déjà 28°...Les oiseaux chantent.... même sur le pare-brise.

     

    J'espère que vous l'entendez... 

     

    Nous cherchons l'ombre et chacun s'occupe à sa façon....

     

    Mémère Cala se repose

    Paul bricole...

    Michel gratte la guitare 

     

    Nous avons aussi fait le tour du propriétaire....

     

    L'entrée 

    Voilà pourquoi nous sommes cool !!!!

    Pénétrons dans le patio 

    Un salon 

    Un autre salon

    La terasse

     Brigitte prend son temps !!!

    Le patio

    Les emplacements.... un peu exigus

     

    Repas confortablement installés à la marocaine, table basse, canapé et petits tabourets dans le patio.

     

    A table

     

    Le repas sera copieux et très bon : salade marocaine, tajine d'agneau et de bœuf, salade de fruits, même pas pris de photo.

     

    Salade marocaine 

    Tajine d'agneau

     

    Café pris dans le petit patio privé de Barbel et Jack.

     

    Café avec nos amis

     

    Le soleil décline, la température baisse et la brise se lève, nous en profitons pour aller faire un tour en ville, mais malgré tout regardez....

     

    Virage à l'est

     

    Nous ferons quelques achats et ensuite se délecter d'un bon jus d'orange à la terrasse d'un café. Vous allez pâlir d'envie, un grand verre pour seulement 7dh, donc même pas 0,70€.

     

    Des pompons

    Flânerie dans la rue principale 

     

    Ce marocain, après nous avoir venté un magasin d'épices et ses vertus, accepte de poser avec nous. Mais où est passé Jack ?

     

    Avec notre "démarcheur" !!!! 

    Un magnifique mosquée, porte ouvertes l'intérieur est de toute beauté

     

    La nuit tombe nous rentrons tranquillement dans nos foyers. A 21h42, heure française il fait encore 25°.

    Je vous dis bonne nuit et à demain sur les routes du Maroc.

     

    18 Mars

      

    Ce matin nous quittons Zagora, après avoir salué Mireille et Michel et donné le bonjour à Bélaï de la part de Fanfan et Albert, par l’avenue principale, direction le nord.

     

    Dans la rue principale 

    Une auto peut transporter tout et n'import quoi  

     

    Une large écharpe verte formée de magnifiques palmiers, de champs cultivés et de petits jardinets, court à notre droite le long de l’oued Draa. L’oued Draa le plus long fleuve marocain prenant sa source dans le haut Atlas, dont le cours se perd parfois dans le sable et devient fantomatique, atteint donc parfois difficilement, l’Atlantique à Tan Tan où il forme cependant une très grande embouchure. Cette année il roule encore beaucoup d’eau, une eau vert sombre.

     

    La palmeraie dès la sortie de Zagora 

     

    Nous roulons donc d’oasis en oasis, toutes luxuriantes sur fond de djebels désertiques, un panorama changeant à chaque détour.

     

    La palmeraie sur fond de djebel 

     

    Des ksour et des casbahs parfois en ruine se profilent le long de se trajet, comme le ksar Tissergate qui semble bien restauré. On aperçoit de loin parfois une silhouette furtive voilée évoluant dans ce lieu.

     

    Tissergate

    Tussergate

    Encore un ksar

    Le Draa 

    La palmeraie, des vilalges ne pisé et le djebel en toile de fond

     

    Plus loin le défilé d’Azlag nous rapproche sur Draa et on jouxte le djebel Zeroual, paysage minéral extraordinaire.

     

    Le défilé d'Azlag 

    Encore le défilé

    Encore le défilé

     

    Tin Zoulin, une succession de petits villages avec une casbah, ancienne résidence d’un cheikh important.

     

    Tin Zoulin 

     

    Voilà quelques scènes de la vie quotidienne des femmes de la campagne, transport de bois, sur le dos pour faire bouillir la marmite ou encore d’herbe pour alimenter le bétail. Les plus chanceuses peuvent mettre le chargement sur leur âne.

     

      

    Elles sont douées ces dames marocaines

     Quelle force

     

    Dans tous ces villages traversés des va et vient d’enfants et d’ados, allant ou venant de l’école ou du collège, les filles en général en blouse blanche.

     

      

      

     

    Sur les routes des vendeurs de dattes et de paniers.

     

    Vendeurs au bord de la route 

     

    Un petit arrêt au bord du Draa.

     

    Un arrêt 

    Les berges du Draa

    Le Draa 

     

    En remontant le Draa.

     

    Nous longeons toujours cette palmeraie sans fin 

    Un ksar en ruine

    Le Draa, qui cette année, roule pas mal d'eau

    Changement de direction

     

    A Tansikht cap à l’est direction Tazzarine, ambiance désertique  mais verte ou jaune car la pluie à fait son œuvre bienfaitrice. C’est rare mais aussi surprenant de voir ce désert fleuri.

     

    Le désert 

      

     

    Seuls quelques acacias torturés par les éléments naturels y poussent avec difficulté.

    Nkob est planté dans un cadre lunaire du djebel Saghro, sur fond de palmeraie. Tazzarine est encombré c’est le souk hebdomadaire, nous avons eu le plaisir de faire la bise à Phile qui passait par là, brève rencontre car nous bloquions la circulation.

     

     Tazzarine jour de souk 

    Tazzarine

     

    Repas de midi un peu plus loin, encore une fois au milieu de nulle part dans ce désert ingrat mais toujours vert.

    Parfois il ne faut pas trop parler, n’ayant rien de prêt, hors mis quelques crudités, ma petite sœur nous offrira son sauté de dinde aux pommes de terre. Merci Christian, nous avons mangé ta part….Il était excellent. Encore merci.

    Lentement mais surement les nuages tentent de nous envahir, mais ils n’y parviendront pas vraiment.

    Nous avons de la chance, les nouvelles d’Annie et Patrick ne sont pas brillante, côté temps, il pleut sur Asilah et mauvais temps sévit vers Ouzoud et la cathédrale aux dernières nouvelles d’Odile, Chantal, Christian et François.

    Nous poursuivons cette route en longeant le djebel aux formes diverses, hérissés de crêtes sombres et ce désert qui verdoie toujours où les fleurs jaunes parsemées de gros buisson violet fleurissent abondamment.

     

    Des fleurs dans le désert 

    Encore des fleurs

    De beaux djebels

    Un désert fleuri

     

    Après Alnif, les eaux de l’oued en cru ont emporté le pont, une déviation est en place avec un gué franchissable.

     

    Le fameux pont

     

    Encore quelques kilomètres et nous posons nos roues au camping Azurite, qui n’a que le nom…, les sanitaires sont dans un triste état. Mais le terrain est plat et il est très facile de stationner en prenant ses aises. Pour une nuit cela nous convient, nous avons tout ce qu’il nous faut chez nous.

     

    19 mars

     

    Départ 9H30 par une route en très bon état qui court sur un plateau verdoyant et fleuri le long d'un djebel désertique.Je suis encore fascinée par de désert aux couleurs éclatante.

     

    Encore le désert

    Toujours aussi fascinant 

    Surprenant 

     

    En quelques tours de roues nous voici à Rissani, ville sainte et berceau des Alouites notre but est d'aller au souk.

     

    La belle porte de Rissani 

     

    Nous aimons flâner dans ces endroits de vie marocaine où peu de touristes déambulent. Une partie du souk se trouve sous les canisses qui procurent ainsi ombre et fraicheur. Sentir, regarder, toucher et acheter.... nous nous plaisons à regarder les camelots même si nous ne comprenons pas ce qu'ils crient dans leur micro.

     

    En route pour le souk 

    Une cargaison à la marocaine

    Des touristes intéressés

    Le marchand d'épices

    Le choix est difficile

     

    Nous achèterons de très beaux légumes pour un prix toujours aussi dérisoire, nous faisons une cure de vitamines....

    Le souk hebdomadaire ne nous suffisant pas, nous poursuivrons notre visite par le souk permanent où nous achèterons encore des dattes, succulentes et peu chères, mais aussi des avocats que nous n'avions pas trouvés.

    Un court passage dans la palmeraie avant de stationner dans un coin aride, dépourvu de végétation pour le repas de midi.

     

    La palmeraie du Tafilet 

     

    C'est une hamada noire que nous parcourons où se profile dans le lointain les dunes orangées de l'erg Chebbi.

     

    Arrivée sur Merzouga 

     

    Les rabatteurs sont à pied d'oeuvre, mais ne sont pas trop insistant quand nous annonçons que nous nous rendons chez Mohamed.

    Après un arrêt pour acheter de l'eau nous allons donc directement à la gazelle bleue ou nous rencontrerons Eliane et Georges (éligeo pour le forum).

     

    Arrivée à la gazelle bleue

     Entrée du restaurant

     

    Mohamed avec sa gentillesse habituelle nous installe dans la deuxième partie. De nouveaux sanitaires sont installés sous la terrasse, sanitaires impeccables et coquets.

    Après installation Mohamed nous offrira un bon thé à la menthe dans le restaurant où sont peint les portraits de toute la famille.

     

     Thé de bienvenue 

     

    Mohamed et sa famille

     

     

    Le tour du propriétaire sera vite fait.... un tout sur la terrasse  et la grande dune q'offre à nous avec sa grande arrête difficile à gravir. Trois dromadaires attendent les touristes qui vont dormir dans les dunes.

     

    L'arête de la grande dune

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les trois dromadaires

     

    Chacun vaque à ses occupations, le vent se lève et la tempête de sable n'est pas loin....

    A l'heure ou j'écris ces quelques lignes il pleuviote... sur Merzouga.

     

    Vous allez aussi bientôt pouvoir suivre Le Rallye des Gazelles avec notre équipage préféré, le 402 sur Amarok, équipage Franco-Portugais.

    Voilà le lien : http://voyages-en-cc-et-randonnees.eklablog.com/rallye-aicha-des-gazelles-2015-c26095366

     

    Elisabeth et France

     

     

     

    Un côté Belge, un côté Portugais

     

     

    « Toujours plus au sudPrésentation de notre équipage préféré »

  • Commentaires

    8
    Mercredi 18 Mars 2015 à 08:56

    Bonjour Tentin,

    Merci pour ton message.et oui ici à Zagora il fait très beau et chaud,déjà 16° et un soleil éclatant. Mais 18° prévu pour chez pas mal non plus en cette saison. j'espère avec le soleil. Le matinée sont friaches chez vous c'est l'occasion de rester un peu plus sous la couette....

    Bonne journée.

    Bises

    Huguette

    7
    tentin
    Mercredi 18 Mars 2015 à 04:50

    Magnifiques photos de votre parcours au Maroc


    On se régale vraiment de vos récits. Humn 31 ° 25 à 17h00  


    Pour nous en Alsace c'est encore - 1° . Aujourd'hui on nous annonce 18 ° (au maxi) chic chic


    Bonne continuation dans votre périple


    Bises,


    Tentin

    6
    Lundi 16 Mars 2015 à 21:43

    Bonjour les Ariégeois,

    De la neige, encore de la neig...Nous nous avons 30° à Tata et Zagora. On vous envoie quelques degrés.

    Si j'ai bien compris vous connaissez le Maroc. Alors on vous attend. LOL

    Amicalement.


    Huguette

     

    5
    Lundi 16 Mars 2015 à 21:35

    Bonsoir Christian,

    Qu'elle différence de température !!! Randonner sous la pluie c'est l'horreur. Randonner avec un goretex çà va encore mais surtout pas avec ne cape de pluie.

    Bon courage pour demain.Tu raccourcit l'étape donc tes couchages ne sont pas réservés.

    Bonne continuation.
    Bonne nuit et grosses bises

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Lundi 16 Mars 2015 à 20:39

    bonjour,

    nous aimons bien le camping et la visite  de icht! tres joli.....

    profitez bien,......ici neige il y a 3 jours!! mdr

    amitiés

    3
    Lundi 16 Mars 2015 à 20:08
    Huguette, si j'avais 0° hier matin et de la gelée blanche (au sud de Cáceres) et 5° aujourd'hui, dès 11 heures, je suis en tee-shirt et heureusement que je suis arrivé à l'étape du jour avant 13 heures car en après-midi ça grimpe à 27°!
    Demain, ça sera autre chose, la météo annonce de la pluie et je n'aime pas randonner avec les vêtements de pluie, je ferai donc un court trajet de 17 km.
    Bises
    2
    Lundi 16 Mars 2015 à 19:21

    Bonjour Christian,

    Hi hi...Nous nous avons 30° au mieux de la journée.

    Avec ce temps là tu as les idées claires au petit matin. 25kms par jour c'est bien. As-tu prévu un long périple ?

    Bonne continuation.

    Bises.
    Huguette

    1
    Lundi 16 Mars 2015 à 16:04
    Bonjour
    Un petit coucou depuis l'Estrémadure où la température est fraîche quand je démarre le matin 0° hier, 5°ce matin sans compter la petite bise du nord ou du nord-est qui vient me rafraichir les idées si je ne suis pas bien réveillé ! Mais j'avance à raison de 25 km chaque jour...
    Bises à Huguette et poignée de main à Paul
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :