• 05 septembre

    Comme chaque fois nous partons de l'Hérault après un petit arrêt en famille.

    C'est une petite route tortueuse ou s'égrainent de nombreux petits villages, entre Caroux et Montagne noire, qui nous conduira jusqu'à Mazamet. Soleil et nuages jouent aux ombres chinoises sur les montagnes, un vent intrépide et volage ne cesse de souffler.

     

    Massif du carroux. vers les gorges d'Heric

    Le village d'Olargues

     

    Repas en route et nous voilà au coeur de la montagne noire et du pays Cathare à Mazamet, ancien centre mondial de délainage. "Mme Google", pour ne pas la nommer nous conduit à la passerelle Hymmalayenne, sans hésitations. Un grand parking permet un stationnement sans problème, du moins en cette saison.

    La passerelle hymmalayenne, lieu unique et insolite en Occitanie, il est vrai qu'un tel panorama ne se voit pas tous les jours au coin de la rue...140m de long à 70 m au dessus des gorges de l'Arnette. 

    Depuis le parking une bonne grimpette nous attend, elle se fait ensuite plus raide ou alors plus longue pour éviter de nous couper le souffle, et toujours en sous bois, ce qui est très agréable.

    En sous bois 

    Vue sur vall"e

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                          

    A l'aller nous opterons pour le circuit le plus facile mais plus long,     

     

     

     

       

     En route pour Dax

     

    au retour prendrons le plus court et le plus pentu, mais en descente, plus abordable pour nos mollets et notre respiration.

     

     

    Le site est impressionnant, cette passerelle défie le vide, mais pour nous adepte des via ferrata ou de bisses en Suisse, elle ne présente aucune difficulté. Elle ne bouge même pas. Bien entendu sujet à vertige, vaut mieux éviter. La vue là haut est superbe et en plus Mazamet s'étale à nos pieds.Et nous voilà donc au pied du village médiéval de Hautpoul.

     

    Voilà la passerelle Himalayenne

     Sur la passerelle

     

    Voilà on l'a traversée 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Balade dans les ruelles médièvales pittoresques où flotte encore une odeur cathare...ce village perché, accorché à un piton rocheux dominant la ville du haut de ces 300m, n'est pas ouvert à la circulation, quelques échoppes sont encore ouvertes, on peut se désaltérer ou se restaurer.

     

    Les ruines du château d'Hautpoul

    Le four

    Voilà un lapin peu farouche

    Une belle enseigne

    En flânant

    En montant au rocher de la vierge

    Le rocher de la vierge 

     

    Passage sur la passerelle et descente par le chemin le plus pentu et le plus rapide, facile mais il faut être bien chaussé.

    Nous n'allons plus très loin, nous élisons domicile sur l'aire du lac des Montagnès, environ à 10kms, aire en bordure du lac, stationnement et service ne sont pas au même endroit, mais très proches, le tout est gratuit. (services 43°27'45" - 2°20'47"// stationnement 43°27'54" - 2°20'28")

    Juste pour nous............

    L'aire

    L'aire pique nique

     

    Le lieu est agréable, l'aire est presque complète, ce soir et la police passe.

    Je ferai seule le tour du lac, mais il ne fait pas très chaud, la polaire fût la bienvenue il est vrai que nous sommes à environ 700m, environ 2.5kms.

     

    Le lac

     

     

     

     

    06 Septembre

     

    Notre petite route ombragée sinue souvent en forêt, forêt aux essences diverses, châtaigniers, bouleaux, conifères ou encore fayards et nous laisse quelques échappées sur des grosses fermes ou des petits villages.

    " Mme Google" nous joue un vilain tour ce matin, elle cherche les raccourcis et nous voilà devant un dilemme. Impossible de continuer tant le passage entre maisons et mur est étroit, il faut reculer pour éviter de toucher au virage, juste à 30m de la route. Paul reculera environ sur 500m et retrouvera une voie plus large pour notre engin.

    Visite de Saissac, ville cathare, qui étage ses terrasses devant un paysage exceptionnel, tout est histoire de pierres, de vieilles pierres, ici. Vue saisissante sur le château, du moins les ruines et l'église. Château du X ième qui malgré les ruines, conserve l'essentiel de sa structure, pièces principales et tour sont encore bien visibles.

    Le château

     

    L'église

     

    Grosse tour, tour carré et tour Rossignole trônent dans le haut du village.

    La tour carré

    La tour Grosse

     

      

    Vue d'ensemble

    Bois et bocages se succèdent, les champs semblent brulés par le soleil, des belles vaches y pâturent à la reherche d'une maigre pitance.

    Passons Revel et le lac de St Féréol, où nous avons des souvenirs de 1997 avec des cousins et ma maman.

    Lac de St Féréol

    Lac de St Féréol

     

    Un arrêt à Auch, où nous sommes passés plusieurs fois sans pour autant le visiter. Le centre historique campé sur la colline domine le Gers qui coule tranquillement.

    Le centre historique depuis les berges du Gers

    Le centre historique

    Auch, captiale historique de Gascogne et terre natale de d'Artagnan. 

    Nous traverserons le Gers et monterons le monumental escalier qui sert d'écrin à D'Artagnan, D’Artagnan, de son vrai nom Charles de Batz de Castelmore, est un militaire du XVII e siècle, au service du Roi.

     

    Le grand escalier

    Cet escalier monumental fût terminé en 1863 il relie la ville basse au centre historique par 234marches (au total 334 avec double volées), sur le palier le plus bas trône la statue de bronze de d'Artagnan, sur les suivantes des fontaines.

    Voici d'Artagnan enfant du pays

     

       

    La tour d'Armagnac

    Une des fontaines sur le grand escalier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous arrivons donc à la place Salinis avec en son centre le monument aux morts.

    lé momenument

     

    Tout à côté se dressent la tour d'Armagnac haute de 40m, bâtie au XIV elle servit de prison, nous pourrons voir encore les cachots, mais aussi la cathédrale Sainte Marie. Elle possède trois nefs et est considérée comme une des dernières cathédrales gothique. Sa façade XIV-XVII illustre parfaitement ses différents styles architecturaux, gothique, renaissance et classique. 

    La cathédrale

     

     

     

     

        Les ogues

     

     

     

    Passerons la porte d'Arton, ancienne porte inférieure de la cité. 

                   Porte d'Arton

     

     

     

     

     

     

     

    De là irons voir les pousterles typiques d'Auch, ces ruelles en forte pente et en escalier au nombre de 5 ici , permettaient aux habitants de s'approvisionner en eau et avaient aussi un rôle défensif. 

    Pousterle de las OumesttosPousterle de ParisPousterle des Couloumats

    Notre tour de ville se poursuit, la maison d'Henri IV où il aurait séjourné ave la reine Margot, puis la bibliothèque qui est fermée mais se situe dans l'ancien couvent des carmélites et l'hôtel de ville, construit  entre 1760 et 1770 qui renferme un théâtre à l'italienne. Un petit détour par l'ancienne halle aux grains, charpente remarquable que l'on ne verra qu'à travers les vitres car elle est fermée. 

    La maison d'Henry IV

    La bibliothèque

    La mairie

    Ancienne halle aux grains

    Maison du XV à pans de bois

    Descente par la rue Dessoles pour arriver au bas de la cité historique et de regagner le camping-car.

    Notre chambre à coucher devait être à Aignan, après des tours et des contours elle sera à Risle, sur un parking ombragé en compagnie d'un autre camping-car qui connait les lieux.

    Voilà une journée bien remplie, demain nous approchons de notre but. 


    8 commentaires
  • Dax

    Nous voilà donc à Dax, fière de ses eaux et de ses boues millénaires, c'est assez loin de l'océan il est vrai, mais ici l'eau est toujours bien présente, l'Adour prend un malin plaisir à dessiner  de nombreuses méandres et à paresser gentiment dans la ville, mais peut devenir furieuse et dangeureuse lors des pluies.

    La légende de Dax… 

    Du temps de l’occupation romaine, un légionnaire possédait un chien auquel il était très attaché. Mais celui-ci était vieillissant et perclus de rhumatismes. Lorsque l’homme fut appelé en mission, la malheureuse bête ne put le suivre. Par pitié, le légionnaire décida de mettre un terme à ses souffrances en la jetant dans l’Adour toute proche pour la noyer. Quelle ne fut pas sa surprise, de retour de campagne, de retrouver son chien, visiblement en pleine forme… Ce dernier avait dérivé le long de la rivière jusqu’à des poches de boue, s’y baignant et y retrouvant une nouvelle jeunesse. C’est ainsi que les romains auraient découvert les vertus des boues de l’Adour et des eaux de la source de la Néhe.

    Le légionaire romain et son chien sous des oliviers centenaires

     

    En sera t-il de même pour nous ?? Cependant chaque cure nous a apporté son lot de bienfaits.

    Nous sommes donc installés au camping le Bascat, comme chaque fois que nous faisons une cure de "jouvence"....Toujours le même accueil, chaleureux et agréable.

    Ce 8 septembre le ciel n'est qu'une écharpe blanche qui s'effiloche lentement et nous enveloppe avec volupté. Au fil des heures le soleil joue avec cette brume pour finalement gagner la partie.  Le voilà, il rutile de mille feux et nous réchauffe.

    Aujourd'hui nous allons échapper au temps….à la course du monde….et tranquillement nous diriger vers un restaurant, pour savourer, une cuisine traditionnelle de pays. Sera t-elle à la hauteur de nos espérances ?

    Après....nous penserons cure…. et visite médicale…. et contrainte horaire.

    Nous nous dirigeons vers le restaurant de Borda, beaucoup de choix de menus. 

    Le voici :   

    Dax au Basca

     

    Il nous conviendra parfaitement, je ne ferai pas de grand discours les photos parlent d'elles mêmes….

    Notre repas

     

    Maintenant nous pataugeons… dans la boue, la piscine, la baignoire…..nous bougeons devant les jets d'eau ou d'essence térébenthine….nous marchons, nous pédalons, nous conversons, nous mangeons et nous trinquons…..voilà donc de bonnes occupations pour la semaine.

    Le "trou des pauvres", situé en contrebas du Casino. Autrefois les malades sans ressources venaient se baigner à cet endroit et profiter de la boue chaude et bienfaisante. C'est sur ce phénomène naturel que le Péloïde de Dax est toujours pérennisé.

     

    Le "trou des pauvres"

    La Gloriette : ancienne petite fontaine d'eau de sourcenaturelle construite en 1891, près des thermes où nous sommes en cure.

     

    La gloriette

     

    Après dissipation de la pluie nocturne et matinale, le soleil revient à petits pas….

    Nous marchons…… Vers les arènes….. de style andalous construite en 1913

    Porte centrale des arènes

    Devant les arènes

     

      Dax

     

     Le Spendid se reflète dans l'Adour, un monde de détente où se mêlent les mosaïques des années 30 et  les voûtes de l'ancien château fort. 

     

    Le Splendid

     

    Tout ici est fait pour le thermalisme, la détente et le bien être, aussi les têtes grises, comme nous, sont très nombreuses dans la ville. La rue principale grouille de personnes en balade, en quête de découverte, s'attablant au bistrot du coin pour boire un verre, faisant la queue devant le marchand de glace ou encore léchant les vitrines des nombreux petits magasins.

    Sans bruit, chaque jour comme un rituel immuable, nous roulons nos carcasses dans la boue bienfaisante, pour le seul bien de nos vieux os et de nos articulations défaillantes. Nous pouvons ainsi battre le pavé des rues et des ruelles de Dax ou de St Paul les Dax, ou fouler les sentiers du bois de Boulogne.

    Ce jour nous nous sommes perdus dans le bois de Boulogne….. pas de soucis n'avons fait aucune mauvaise rencontre...seulement des curistes et des cyclistes.

    Encore un apéro avec des amis du forum, Sylvie et Claude, avec qui nous avons bien papoté.

    Les journées s'écoulent comme un long fleuve tranquille, de plus en plus chaude ce qui est très agréable.

    Nous marchons ou nous pédalons…..Voilà des beaux reflets sur l'Adour, le lac du Bois de Boulogne ou encore le lac Christus à St Paul des Dax, atteint en vélo.

    Sur l'Adour

    Encore sur l'Adour à Dax

    Sur le lac du bois de Boulogne

    Sur le lac du bois de Boulogne

    Sur le lac Christus

    Sur le lac Christus

    Tujours sur le lac Christus 

     

     

    Le WE nous naviguerons sans doute vers d'autres lieux… si le temps le permet.

    A bientôt.


    4 commentaires
  • 14 septembre

    Par chance j'ai fini la cure plus tôt que prévue. Nous mangeons donc de bonne heure et filons vers le Bassin  d'Arcachon.

    Des forêts surtout de pins se profilent des deux côtés de la route qui défile rapidement, guidée d'un voix sûre de Madame Google.

    Nous voià donc sur la presqu'île de Cap Ferret, beaucoup de monde, beaucoup de voitures et difficile de se garer. Nous trouverons un place sur une contre allée en terre, comme les voitures et tout près du phare, but de notre visite de ce soir. Bâtiment moderne, imposant et classique.

    Le phare de Cap Ferret

    Le Phare du Cap Ferret, tel que vous le voyez aujourd’hui date de 1945.
    Le tout 1er phare, datant de 1840, a été détruit par les allemands désertant les lieux…
    Vous verrez d’ailleurs sur le site un « vestige » des bunkers d’alors ! 

     

    Le blockhaus

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il n'y a que 258 marches à monter, dur dur pour notre souffle et nos mollets....mais elles se montent assez facilement. Mais là haut à 53m au dessus du sol la vue est imprenable, une vue à couper le souffle, on peut y admirer un panorama remarquable sur le bassin d'Arcachon jusqu'à la dune du Pilat, un peu dans la brume d'ailleurs.

    du haut du phare

    Dans le lointain la dune du Pilât dans la brume

    Cap Ferret

     

    Petite balade en bord de plage, encore beaucoup de monde. Mais il fait si beau.

     

    Ce soir serons sur l'aire de Lège cap Ferret, Bof !!! assez mal stabilisée et surtout près de la route donc assez bruyante. Pour une nuit ferons avec.

     

    15 septembre

     

    Comme prévue la nuit a été brève.... 

    Il fait grand beau et nous nous dirigeons vers la dune du Pilat.

    Nous avons décidé de déjouer la route pronée par Mme Google et de suivre la côte de plus près. Rien de spécial à voir, des villages riants aux maisons fleuries, une certaine activité dans ces lieux touristiques.

    Mais là, à un carrefour, Madame Google essaye de nous imposer son itinéraire mais un signalement de hauteur nous oblige à changer de cap. Là d'une voix  insistante elle veut nous faire faire demi-tour. Que Nenni nous ne t'écouterons pas.... Finalement elle retrouve ses esprits. Nous roulons ensuite dans une magnifique forêt.

    En forêt

    Les difficultés surviennent, beaucoup de monde et "cu à cu"....jusqu'à l'embranchement du parking pour la dune, où nous tourniquons avant de trouver un place.

    Vraiment un mode fou, surprenant. 

     

    La voici

    A l'approche de la dune, 107m de haut,  c'est la foule qui tente l'ascension, surtout par les escaliers prévus à cet effet, escaliers que "le tamalou" montera pour protéger son genou....la "tamalou" montera tranquillement dans le sable.

    Le Tamalou

    La tamalou

    La dune envahit la forêt

    Beaucoup de monde mais dès que l'on s'éloigne un peu on retrouve la tranquillité. Effectivement ce n'est pas comparable à Merzouga, le sable y est plus fin moins coloré, les dunes sont plus petites, mais le lieu est tout autant magique qu'incomparable. Il est agréable de suivre la ligne des crêtes, doucement à pas feutrés en admirant le pyasage et   quel  paysage !!! 

    Première vue sur le bassin d'Arcachon

     

    Entre océan et forêt ce lieu fragile, en perpétuel mouvement, nous procure des vues extraordianaires. Elle est née de l'action combinée des vents, des vagues et des marées et c'est en rencontrant un obstacle, ici la végétation que le sable s'est accumulé. Elles rest emob ile et roule sur elle même. Sculptée par le vent elle est dissymétrique.

    Toujours autant de monde.

    Voilà la foule est dispersée

     

    De son sommet notre regard se fige sur l'embouchure du bassin d'Arcachon. Au millieu des passes des bancs de sable émergent, il d'agit du banc d'Arguin. Au loin se dessine la presqu'ile du Cap Ferret et son phare visité la veille.

    La presqu'ile du Cap Ferret et son phare

    Le banc d'Arguin

    De nombreuses embarcations, grosses ou petites y navigent.

    Un repas rapide et direction Sadirac, nous nous détournons un peu de notre itinéraire de retour. En effet nous allons faire un petit coucou à nos amis Gadiris qui sont encore là. En effet nous sachant dans le coin Bernadette et Phillippe nous accueillent. Nos heures seront comptées car nous devons retourner à Dax. Malgré cela nous sommes ravis d'avoir pu papoter un moment avec eux. Rendez-vous pris en janvier...en tout cas l'an prochain pour des retrouvailles en terre marocaine.

    Retour sur Dax où le ciel gris ne terde pas à pleurer, parfois à chaudes larmes. il en sera donc ainsi une bonne partie de la nuit.

    Ce matin le beau temps est revenu et nous allons encore barboter….toute la semaine.

    Les journées s'écoulent tranquillement, sous un soleil radieux et des températures estivales.

    Ce 17 septembre la pluie nous a accompagné une partie de la nuit et ce matin elle fait route avec nous vers les thermes. Elle s'arrêtera comme elle est venu et nous aurons une belle après midi ensoleillée. Et ce soir apéro chez Sylvie et Claude (Claude91) qui résident au camping voisin, nous nous retrouverons mercredi soir.


    4 commentaires
  • 19 septembre

    Une journée pas comme les autres....

    Il fait toujours beau et chaud, même si le soleil joue parfois avec les nuages.

    Nous avons loué une voiture, une C3 pour aller à Pessac. En effet nous sommes allés voir une amie hospitalisée qui vient de subir une importante intervention.

    C'est un plaisir de la retrouver, après des années, même si nous aurions vouul là voir dans d'autres circonstances, nous espérions la voir un WE ici. Le sort en a décidé autrement. Nous espérons qu'elle remontera la pente très rapidement et sortira comme prévue en centre pour la réadaptation.

    Retour sur Dax où nous sommes allés manger un couscous au "couscoussier", lapalisse n'aurait pas dit mieux mais il s'appelle ainsi....Un bon couscous, mais nous nous sommes un peu "cassé les dents" sur la brochette de gigot d'agneau.

    Au restau

    Notre couscous brochettes..

    Notre dessert

     

     

    21 septembre

     

    Journée du patrimoine, après notre barbotage nous irons visiter le Splendid "Le Splendid et ses décors, véritables trésor Arts Déco", visite commentée par Marianne le Morgan, docteure en histoire de l'art. nous y rencontrerons Sylvie avec qui nous papoterons bien entendu en attendant l'heure de la visite.

    Fontaine art déco devan le Splendid

    Deuxième fontaine. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La façade principale du SplendidLe Slendid...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le hall de l'hôtel

    Dax suite....

    Voilà Marianne

    Un bar..

    La salle à manger

    Un détail de décoration

    La déco

    Une table ...comme autrefois pour la visite

    Reflet sur l'Adour

     

    Après cette visite inintéressante nous partons pour le week-end, pas très loin, vers la côte.


    2 commentaires
  • 21 Septembre

     Donc après la visite du Splendid, en route pour Azur où nous avons décidé de poser nos roues, sur l'aire de service de Camper Parck, aire payante mais très agréable et très calme.

    Un petit tour au lac de Soustons, le soleil ne se montre pas très généreux en cette fin d'après midi, mais les températures sont estivales.

    Le lac de Soustons

    Lac de Soustons

    Restaurant de la place et camping

    Nous décidons d'aller voir l'auberge du Soleil sur Azur, l'aire est à 1,5 km du l'aire qui est très près du lac. Les renseignements sur Park4night étaient élogieux. Nous allons donc vérifier....

    L'auberge du soleil

    De bellees éloges, bien méritées

    Le menu nous convient nous réservons donc pour tout à l'heure. Retour à notre maison roulante, Paul sort les vélos nous irons donc un peu plus tard en pédalant.

    Nous serons accueillis par le gracieux sourire d'Astrid, la serveuse, pleine d'attention, le patron, Damien est en cuisine et Juna, la patronne apporte sa touche créole. Nous nous installerons dehors puisqu'il fait très bon.

    Paul choisira un plat et un dessert, pour moi ce sera entrée et plat.

     

     

     

    Juste pour patienter...tchin tchin !!

     

    Boudin antillais et œuf poché

    Le tout sera un vrai délice, je crois que je n'ai jamais mangé un aussi bon foie gras poêlé aux figues.

     

    Je vous laisse saliver devant les photos.

     Foie gras poêlé aux figues

     

      

    Bœuf au deux saveurs

     

     

    Panacota pour Monsieur

     

     

     

     

    22 Septembre

    Dame pluie, comme prévue, est venu tambouriner sur nos petits cubes et continue ce matin, nous en profiterons donc pour faire la grasse matinée.

    Elle cesse sa course infernale et devient légère brume....nous partons donc pour la côte à Messanges. Là aussi une aire cc. Nous resterons sur un parking nous allons juste faire une petite promenade vers la côte. le ciel est encore bien gris, mais il ne pleurniche plus.

    La côte à Messanges

     

    De belles vagues déferlent devant nous. un panneau indique plage non surveillée interdiction de se baigner courants dangereux. Pas de problème, nous respectons....hi hi ceux qui me connaissent savent bien pourquoi.....

    Quelques belles vagues

    Sémaphore de Messanges

    Nous caracolons toujours au milieu des pins où bruyère et fougères tapissent le sol. Au vieux Boucau, impossible de stationner...nous connaissons mais avions envie d'y faire un tour...nous passerons notre chemin.

    Longue balade le long de l'étang Marin et ensuite l'étang Pinsolle qui jouxte le golf.

    Étang marin

    toutjours l'étang marin

    Étang Pinsolle et golf

    L'heure tourne mais nous décidons d'aller au point de vue sur le lac à Soustons, un lieu agréable et bien ombragé, cependant en cette fin de matinée nous n'en avons pas besoin....

    Vue sur le lac depuis Soustons

    Un petit arrêt devant l'office du tourisme, un beau bâtiment typique et là sur une mini colline la Statue de François  Mitterand marchant derrière sa chienne Baltique (celle-ci a été vandalisée, queue coupée), oeuvre en bronze de Jacques Raoult et installée là depuis 1996. Il est vrai que sa demeure la Bergerie de Latché n'est pas très loin.

    L'office du tourisme de Soustons

    Méméorail de François Mitterrand

    Point de restau à notre goût dans le coin....nous filons sur Seignosse....vous le savez bien les kms ne nous font pas peur....

    A Seignosse du Penon nous mangerons à L'Océane, moules frites nous suffiront pour ce midi.

    A l'Océane

    Grande balade digestive en front d'océan, balade agréable sur un circuit aménagé pour éviter de détruire ces petites dunes si fragiles, le soleil est revenu pour le plus grand plaisir de tout le monde, même si quelques nuages traînent encore.

    Le bateau pirate pour les enfants

    Seignosse de Penon

    Bel aménagement

    Deuxième WE

    Nous repasserons vers le lac Blanc qui est magnifique mais il se cache dans la verdure, c'est un coin secret et il est difficilement accessible. C'est un lieu de chasse, en effet nous pouvons quand même observer de nombreuses "touches" ces cabanes sur pilotis.

    Une toune 

     La nature est dense à ses abords et il est souvent difficile de s'en approcher. Au restaurant le Roseaux, menu très alléchant mais hélas complet, on y passera une prochaine fois car je pense qu'il faut réserver à l'avance. A cet endroit nous l'approcherons ce lac discret, il y a des barques en attente de passager, des canards plus ou moins sauvages.

    Au bord du restaurant les roseaux 

    Déçus de ne pouvoir l'approcher d'avantage nous prendrons la direction du retour avec un arrêt aux  tourbières de Mées. Un large chemin nous conduira, avec des parcours aménagés pour ne pas détruire ces zones  humides, colonisées par la végétation, caractérisé par l'accumulation de la tourbe. Un sol saturé par une eau stagnante, mais qui semble un peu faire défaut, sans doute en cause la sécheresse actuelle. Cet écosystème particulier est très fragile Dans les parties sous les grands pins landais on croirait marcher sur une douce moquette tant il y a des aiguilles au sol.

     Mées

     Plan des tourbières

    Au milieu des pins

    La mare

    Un parcours aménagé

    Voilà notre périple est terminé, encore un beau WE (malgré un peu de pluie) qui nous fait oublier "trempettes et barbotages". Demain les soins se poursuivent.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique