• De Saidia à Figuig

     

     

    14 janvier

    Une excellente journée, comme je les aime, journée découverte et journée rencontre. 

    A peine 7 petits degrés ce matin, difficile de sortir de sous la couette, les feuilles s’agitent Grrr....mais le soleil pointe son nez à travers les eucalyptus.
    En route pour les Monts des Béni Snassen, nous longeons dés lors la frontière Algérienne et son cordon de barbelé. Puis direction Berkane par une belle 4 voies, plate à souhait.

     

    Un petit commerce de rue à Berkane

    Cigogne à Berkane

    Ensuite la route R607 est prévue pour une quatre voies, la première partie sera bientôt terminée, nous roulons encore sur deux voies seulement. Pour la suite des travaux titanesques sont en cours, des petites déviations sont en place et des parties "orangina" réduisent notre vitesse, sans pour autant nous inquiéter. 

    Les travaux

    De Saidia à

     

     

     

     

     

     

    Arrivée à l'entrée de Taforalt, petit village niché dans la montagne, prend des airs européens avec ses maisons en tuiles rouges.

    Taforalt

    Intrigués par des ruines sur la colline, nous questionnons un charmant jeune homme, Abdessamie qui nous y conduit, nous disant qu'il s'agit de maisons françaises datant du protectorat.

     La haut sur la colline

    Gentiment il nous conduira au kiosque de la grotte des pigeons, site préhistorique du Maroc.

    Le kiosque

     

     

    Nous pourrons discuter avec le militaire en faction et voir les nombreux mouflons qui sont ici réunis car on leur donne à manger bien que leur terrain de jeux soit de 200 ha. 

    Les mouflons

    C'est par un minuscule sentier, souvent au milieu des lavandins, que nous atteindrons cette entrée en forme d'arche où nichent de nombreux pigeons et sa galerie de 55m de profondeur que bien entendu nous ne verrons pas.

     Notre guide

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La grotte

    Après cette visite Abdessamie, ce jeune de 19 ans, que nous avons souvent du mal à comprendre, nous quitte sans rien demander, mais il sera récompensé comme il se doit, vu sa gentillesse et sa discrétion.

    Après le repas pris sur place, dans nos petits cubes, nous poursuivons vers la grotte du chameau et les gorges de Zgezel, route étroite, aux bords rongés, avec quelques nids de poule et en grands lacets, parfois pentus.

    Un petit embranchement nous conduit donc, après "le péage " au parking. La grotte, nommée ainsi à cause de la montagne qui la surmonte, 

    Voilà la montagne

    est à quelques pas de là, petit coin paradisiaque au cœur de la vallée verdoyante, sans doute un lieu incontournable vu le nombre de tables et de chaises installés sur les plateformes.

    La grotte du chameau

    la petite gargotte

    Le braséro

    Il n'y a plus qu'a s'attabler

    Selon Nature et Patrimoine, la grotte dispose de trois étages de galeries, la partie inférieure vit son pic de flux d’eau avec les précipitations, elle peut atteindre 700 mètres de développement. Partout autour, l’eau garde la même température, 26 degrés. Une température douce, qui rajoute au charme de l’oued Zegzel.

    De nombreux arbres fruitiers et surtout des néfliers s’épanouissent le long des gorges que nous poursuivons.

    Les gorges

    Les néfliers

     

    Dès lors nous filons sur Oujda, des amis de longue date nous attendent, il est vrai que nous n'y passons pas tous les ans,  en effet nous occultons souvent cette partie orientable, bien que nous l'aimions beaucoup.

    C'est sans trop de difficultés que nous retrouvons leur belle maison et que nous stationnons devant chez eux. Sommes accueillis, comme chaque fois, à bras ouverts.

    A Oujda

    Rien en manque, thé, petits gâteaux, dates et cachettes, Khalid ne tarde pas à nous rejoindre. Parlons famille, ils ont marié leur fille cadette qui est maintenant installée en Angleterre à Manchester. Un grand mariage, dans une salle hors du commun et avec 400 personnes.

    Ce soir sommes invités au restaurant et avons même le choix, poissons, grillades...etc. Ce sera poissons.

    En attendant l'heure Amina, avec son 4X4, nous conduit voir la frontière Algérienne, ben oui pas question de passer, mais nous échangeons quelques mots avec le  gardien marocain. Un karting est même installé tout à côté, nous "chouffons"....

    Au karting

    Plus loin Amina nous arrête devant une de ces grandes salles de mariage et nous rentrons. Il y a un rassemblement de traiteur de la région, un responsable vient nous expliquer tout cela, nous installe et nous voilà servis, jus de fruits frais variés et petits gâteaux (jamais mangé d'aussi bons). Remise de diplôme et orchestre. Quel luxe !!!

    Avec Amina

    Nous partons ensuite au restau KABADOS où khali nous rejoindra et commandera le repas, de bonnes crudités, un grand plat de poisson grillés et des fruits. Un vrai délice. Nous sommes un peu déçus de ne pas pouvoir payer. 

    La salle du restau

    L'entrée

    La friture

    Nous espérons bien les recevoir un jour chez nous, ils viennent en France, Belgique ou Angleterre, assez souvent, voir la famille.

    Une bonne nuit s'annonce devant chez eux, où un gardien veille sur nous comme sur les maisons environnantes. Nous déclinons l'invitation du petit déjeuner de demain, nous irons juste leur dire au revoir et les remercier encore une fois.

    Quelle belle journée !!!!

     

    15 Janvier

    Avant que Khalid parte au boulot nous allons les saluer et nous prenons congé.

    Nous quittons Oujda sous un ciel en demi teinte et un soleil voilé, en route vers Guercif par une belle route souvent rectiligne qui court dans une large plaine souvent encadrée dans le lointain par des collines. Parfois le Nle 6 est en réfection,  cela donne cela...

     en refection

    Après quelques kilomètres les nuages s'effilochent, laissant la place à un ciel bleu et un soleil rutilant.

    Nous voilà au complexe touristiques Benyakoub, seuls....

    Au camping vers 13h

     

     Le restaurant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    16 Janvier

     

    Ce matin entre 2 et 5 degrés nos thermomètres sont discordants...

    Mais le soleil est bien là, il nous darde de ses doux rayons déjà lors de notre départ.

    Ce matin

    Les ruines d'une caserne française à Majirija

    Nous décidons d'écouter Pascal et pas le frère d'Adam qui nous dit de faire le tour par Touarirt. Déjà premier embranchement dans Mihirija, raté, nous voilà donc à celui de Rchida (là je savais, grâce à Émile, qu'il y avait de la piste, confirmé par la gendarmerie sur place).

    Il faut donc prendre l'embranchement, sans direction au centre de ce bourg, route à une voie, mais en très bon état. Premier embranchement suivant, jouons la prudence, partons à gauche,  en suivant le fléchage Debdou, alors que "Valentine" nous disait à droite. Cette route toujours à une voie est très bonne et nous conduit sur la RN19, route impeccable, à deux voies, sans circulation. 

    Debdou la juive,  petite ville au pied de l'atlas avait été peuplée par des juifs d’Espagne, a un riche passé chargé d'histoire. Avant d'y arriver on est émerveillé par les paysages, collines verdoyantes piquetés d'oliviers où se blottissent de nombreux petits douars que nous pourrons admirer depuis nos découvertes dans Debdou  qui apparut en dernier et nous livre quelques secrets. Elle nous dévoile ses trésors insoupçonnés grâce à de charmantes personnes qui ont bien voulu nous nous accompagner.

    Notre première vue avant d'arriver aux cimetières juifs

    Les deux cimetières juifs, nous pourrons y entrer grâce à la complicité d'un Monsieur parlant français et demandant au gardien de nous ouvrir la porte. La vue est imprenable sur la ville et les environs ainsi que sur les murs de la casbah de mérinide, plantée là haut sur la  colline.

    La porte du premier cimetière juif

    Le cimetière

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Saidia à

    La vue sur le village

     

     

     

     

     

     

    Deuxième cimetière juif

     

     

     

    Il y a aussi de véritables tombes

     

     

     

    Le gardien

     

     

     

     

     

    Quelle belle vue

    Encore grâce à une charmante dame parlant presque un français parfait que nous découvirons le Mellah où du moins ce qu'il en reste, car beaucoup de maisons sont en ruines.

    Une maison juive encore en état

    La synagogue n'est pas facile à trouver, nous verrons aussi la maison des bains, l'ancienne synagogue en fort mauvais état. Cette dame nous dit que des juifs viennent encore ici. 

    La synagogue

     

    Plaque sur la synagogue

     

     

     

     

     

     

     

    Plaque sur le maison des bains

     

     

     

     

     

     

     

    L'ancienne synagogue

    Beaucoup de ruines dans le Mellah

    Une délégation, avec une seule femme parmi de nombreux Messieurs, patrouille le coin, une somme phénoménale serait débloquée pour restaurer les lieux. Paul à même discuté avec un Monsieur qui est le sans doute le maire du  village (cette dame nous a dit le petit ministre du coin). Nous sommes allés voir la source Ain Sbilia, source de vie comme elle dit, que nous d'aurions pas découvert sans elle, alors que nous sommes passés tout à côté. Gentiment elle est repartie chez elle avec nos remerciements et notre obole.

    La source

     du street art autour de la source

    Ici personne ne cherche à nous attirer dans des boutiques, les gens viennent spontanément nous causer ou nous guider. Que du plaisir dans ces coins qui ne connaissent pas le tourisme de masse et ses méfaits et ou l'on se sent très bien.

    En route pour le sud, notre route part à l'assaut du djebel, se tortille dans ses flancs et nous entraîne à plus de 1600m. La vue en contrebas est tout simplement magnifique.

    Notre route

    La vue en contrebas

     

    Nous voilà sur le plateau du Rekkan dont l'altitude oscillera en 1500 et 1300 m environ. Là haut nous trouverons notre salle à manger, au soleil même à cette altitude il fait 16 degrés. Terre ingrate,, demi désertique ou rien ne semble vraiment pousser, des maisons isolées, des vaches, des troupeaux de moutons ou de chèvres qui mangent une hypothétique herbe... Puis là courant et sautillant un petit ru, sortant de je ne sais où, créant une petite frange de verdure où quelques vaches broutent ou se désaltèrent qui disparaît presque aussi vite.

    Un petit ruisseau qui serpent

    Plate souvent rectiligne notre route court inexorablement sur ce plateau triste à mourir. Mais que peuvent bien faire ces habitants si isolés, quelles sont leur ressources ? du nomadisme peut être. il est vrai que l'on trouve quelques écoles là au bord de la route au milieu de nulle part.

    Une école facilement reconnaissable

    Après Matarka notre route se réduit à une seule voie, faut descendre sur les bas côtés, pas trop de monde sauf à l'approche de Tendrara où le grand souk se termine, surprenant mais de nombreux passages d'oued qui laissent présumer de leur furie même s'ils sont actuellement tous à sec..

    Encore beaucoup de monde

    Dés lors nous retournons la RN17 qui est un vrai billard jusqu'à Bouarfa. 

    L'arrivée sur Bouarfa

    Installation au Climat du Maroc, qui est en réalité : Clim Oriental, stationnement identique qu'avec Gaston. Très bon accueil, thé offert. 

    Thé au salon de l'hôtel

    L(entrée de l'hôtel

    un salon

     

    Abdellatif est venu nous rendre visite, prendrons un thé avec lui dans la salle de réception, thé offert encore par la maison, je pense qu'Abdel est connu ici. Nous papotons gentiment il y a six ans que nous ne sommes pas passés ici. Les bons souvenirs remontent à la surface. Demain nous pensons le revoir, nous avons quelques projets ensemble.

    A demain, journée cool, journée couscous......

     

    17 Janvier

    Pas très chaud ce matin...mais toujours ce soleil ☀ 

    Une matinée cool...chacun ses occupations.... un peu de mécanique pour les hommes. Mohamed d'Iche est venu nous saluer.

    A l'ouvrage

     

    Comme prévu vers 12h30 nous irons en salle à manger....

     

    De petites stagiaires sont à notre service...Nous voilà avec un thé de servi. Merci Mesdemoiselles, en plus elles sont charmantes.

    Voilà notre couscous au mouton, un couscous excellent avec leben pour ceux qui en veulent.

    Notre couscous

     

    Notre dessert

     

    Un petit tour en ville.... cette balade s'impose...il faut éliminer....

     

    Voilà l'hôtel

    La place qui le précède

    Serions nous à Paris

    En ville

      

    Une petite boisson avant de rentrer ....

     

     

    18 Janvier

    Toujours un beau soleil et ciel bleu, seulement 4 degrés ce matin, mais le mercure va rapidement grimper...

    Nous allons rouler vers Ich, ce petit coin du bout du monde, entouré de montagnes formant une enclave en terre Algérienne, qui depuis notre premier passage, il y a pas mal d'années, à bien changé.

    A tout à l'heure pour la suite de ce circuit....

    Nous partons vers 11h en suivant notre ami Abdellatiff accompagné de Mohamed.

    Sortie de Bouarfa

    Changement de direction

     

    La route est souvent chaotique, des trous, des bosses, des rainures et des parties impeccables, tant et si bien que parfois on se croirait dans un char d'assaut..... j'exagère sans doute un peu !!! a vrai dire je ne suis jamais monté dessus....Mais des paysages désertiques de toute beauté, parfois tapissé de choux fleurs de Bou Hamama, dur comme de la pierre et piquants, ils sont redoutés par les gazelles lors de leur Rallye, des écoles isolées, tentes nomades et de grands troupeaux de moutons ou de chèvres. 

    Une école au milieu de nulle part

    Des tentes nomades

    Voilà les choux fleurs

    A environ 25 kms d'Ich, nous stationnons nos petits cubes, donnons les fiches de police au militaires qui passent par là (poste tout à côté) et nous partons avec Abdel et Mohamed voir les gravures rupestres. 

    Quelques kms plus loin, un petit tour au dessus de l'oued, pas très loin de la frontière Algérienne, sur des grosses pierres nous pourrons voir les gravures.

    Nous partons à la découverte des gravures

    Notre ami Mohamed

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Notre ami Abdellatif

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le  coin est magnifique, un petit oued court en contrebas...Des vaches s'abreuvent ...

     

     Le petit oued

    En route pour Ich, Mohamed porteur de tajine....

     

    Après cette visite fort agréable, en route pour Ich

    En route

    où nous laisserons nos camping-cars sur la place du bas. Une fiche de police aux militaires et nous allons au barrage pour pique niquer. Il est déjà pas loin de 15h.

    Abdel et Mohamed on tout prévu, Albel à fait les achats pour préparer le tajine et Mohamed le thé. Nous donnons un coup de main à Abdel qui cuisine très bien.

    Nous voilà arrivés..

    Notre salle à manger

    Papi aspirateur devient balayeur....notre future table

    En préparation....

    Au boulot !!!

    Il est pas veau !!!!

    Voilà notre tajine qui mijote, mijote et mijote encore.

    il mijote

    Quelques branches de palmier entre des roches et voilà la théière qui chauffe. Il faut parfois de bonnes volontés pour attiser ce maigre feu. Pas de chance elle se renverse tout seule, il faut recommencer. Tout cela en discrétion Mohamed n'a rien vu....

    Notre thé

    Voilà le pain qui arrive...

    Abdel surveille

    Il v être prêt...

    Abdel attise le feu

    Vers 16h nous dégustons ce bon thé avec un bout de brioche, ouf cela va mieux, en effet notre petit déjeuner est bien loin....

    De temps à autre des effluves de tajines chatouillent nos narines et éveillent nos sens...

    Vers 16h45 on considère qu'elle est cuite, nous voilà donc attablés (sur une grande pierre plate) pour déguster, à la marocaine, cet excellent tajine. Jugez vous même !!!!! lé plat est bien vide....

    On la mange des yeux...

    les mains s'activent....

    Oh que c'est bon...

    Les "morfalous" sont passés par là. i,utile de dire qu'il était très très bon.

    Des fruits et du chocolat....(Mohamed semble adorer) voilà une belle journée, avec un menu de choix : découverte et amitié.

    Des journées comme je les aime. Un grand merci à Abdel qui nous a accompagné depuis Bouarfa pour cette découverte, pour son pique-nique, sans oublier bien entendu Mohamed. Une journée très amicale que nous avons tous apprécié. 

    Ce soir nous sommes donc en compagnie de Hollandais, sur la place en haut du village, vers les maisons neuves.

    Et ce soir nous sommes samedi...et oui qui dit samedi dit apéro et bien voilà nous irons tout à l'heure chez nos amis pour trinquer.

     Tchin tchin

     

    19 janvier

    Le temps semble changer il fait 8 degrés ce matin mais le ciel se couvre, quelques nuages vagabondent.

    Mohamed et un cousin sont là, même avant l'heure, surprenant...

    Vu sur la palmerai

    Nous partons donc pour une belle balade d’abord dans l'ancien village avec ses rues couvertes et ses maisons en terre.

    Une rue couverte

    rue couverte

    Voici la source et le lavoir des femmes.

    La source

    Voix donc Mohamed et Brahim le maire de Béni Guil

    Une rue de l'ancien village

     

    Nous traversons l'oued

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un des plus vieux chemin du coin

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il nous fait voir la sienne qui a subit des dégâts suite à des intempéries.

    Nous traversons à nouveau l'oued passons par la palmeraie, les jardins. Mohamed ramasse des carottes dans un jardin et nous en donne, trop gentil. 

     Deux nanas...

    Vu sur la nouvelle mosquée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous allons voir la maison du patrimoine, Mohamed est heureux de nous la faire visiter et de nous indiquer l'utilisation de tous les objets entreposés. Nous y retrouvons avec surprise une photo avec les amis lors de notre passage vers les petites jeunes institutrices, elle date de 22 avril 2010, mais aussi de Nelly et Gérard.

    La maison du patrimoine

    Pour carder la laine

      écuelle pour le lait,

     

    Pour le théPhoto de 2010

     

     

    Nous repassons par le village, les maisons qui s'effondrent et l'ancienne mosquée. 

    Tous les habitants vivent dans les nouvelles maisons, sauf une famille qui reste en bas avec son bétail.

    Le vieux village

    Les intempéries font des ravages

    Mohamed nous invite à prendre un verre de thé chez lui, très bien ces petites maisonnettes. Un village tout neuf bien entendu bien moins authentique que le vieux village. Nous sommes cependant ravis de l'avoir vu avant cette modernisation.

    Chez Mohamed

    Thé chez Mohamed

    La maison des femmes est toute belle, le petit hôtel semble fini, il faut installer l'intérieur et ensuite faire un appel d'offre.

    La maison des femmes

     

    Le futur hôtel

       

    La nouvelle moquée

     

    A l’école

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà encore une matinée conviviale, une balade agréable. Ah que l'on est bien dans ce petit coin de paradis. 

    Prenons congé de notre hôte et le remercions comme il se doit et reprenons notre périple.

    Par le petit lorgnon de notre camping-car, en l’occurrence le pare brise, nous voyons l'envers du décor, toujours ces paysages désertiques grandioses, ces pierres qui sillonnent les collines et que je compare à des crêtes de coq.

    En route sur le retour

    Le crêtes de coq

    Toujours sur le retour

     

    La route est aussi chaotique, nos chauffeurs louvoient pour éviter les nids de poules, mais ils sont si nombreux qui est parfois difficile de les éviter.

    Le ciel semble charge de sable, les montagnes semblent enveloppés dans une brume ocre et le vent souffle. Que faisons nous ? 

    Entre les deux mon cœur balance, il est peut être plus prudent d'aller se réfugier à l'Hôtel Clim Oriental.... 

    Arrivés au croisement la tempête de sable fait rage vers Bouafa, nous pennons donc la direction de Figuig.

    Sur la RN 17 en direction de Figuig

    La route 17 est en très bon état, nous roulons à notre rythme, une rythme de croisière et arrivons rapidement à l'hôtel de Figuig où un grand cc anglais stationne.

    Le vent souffle en rafales et depuis 19h il pleut.

    C'est dimanche, donc un petit apéro chez nous. La pluie s'intensifie et ne semble pas vouloir s'arrêter. Rien au programme de demain..... attendons de voir le temps.

     

    Quelques jours à Figuig 

     

    20 Janvier

    Première journée à Figuig, pas de pluie ce matin un ciel gris et du vent....pas très réjouissant aussi on reste longuement sous la couette.

    Vue d'épis la fenêtre de notre salle de petit dej...

    Pas terrible...

    Figuig, cette ville oasis nichée au coeur  d'un cercle de petites montagnes, au seuil du grand erg saharien, telle une corolle, formée de 7 ksours,  ( Laâbidate, Lamaïz, Hammam Foukani, Hammam Tahtani, Loudaghir, Ouled Slimane et Zenaga), à gardé quelques traces ancestrales de construction. Avec ces 150000 palmiers, arbre providence, l'oasis de Figuig est parmi les plus belles du Maroc, ici l'eau est omniprésente, ici émergent une vingtaine de sources.

    Sa position en "cul de sac" fait que cette oasis n'est pas pollué par le tourisme de masse, lui permettant de garder ses particularités et son authenticité. 

    Vue depuis la terrasse de l'hôtel du camping. 

     

    En contrebas

    La marée de palmes

    Une matinée plus que cool, vue le temps, Mohamed, le guide, est venu nous voir, nous ferons la visite demain après midi en espérant que le temps sera un peu plus clément.

    En fin de matinée le soleil revient, il fait plus de 25 degrés dans le camping-car. 

     

    Seuls au milieu des oliviers

    Vers 15 h nous décidons d'aller en ville, malgré le soleil il ne fait pas chaud, le vent rafraîchit considérablement l'atmosphère, peu de boutiques ouvertes, mais trouvons notre bonheur.

    Ce n'est pas le jour....la boutique est fermée...

    L'office du tourisme

    Traversons un petit jardin très agréable,

    Une petite allée

    passons devant l'ancienne église transformée en mosquée

    L'ancienne église

    La grande place

    puis une école   

    du street art

    La palmeraie

    Une tour de guet restaurée

    et atteignons la plateforme belvédère qui nous permet une vue époustouflante sur la palmeraie d'un vert lourd, le ksar Zenaga et ses mosquées, le plus grand et le plus beau  de tous les ksours et les massifs qui l'entourent. La palmeraie est très belle et l'on y croise des tours de guet.

    La mer de palmes

    Zenaga

     Zenaga

     

    Retour à pas rapides, car une belle giboulée s'annonce.

    De retour à nos petits cubes un chocolat chaud nous fait beaucoup de bien. Belle promenade dans ces lieux tranquille où l'on en prend plein les yeux.

     

    21 Janvier

     

    Une bonne nuit.... ce matin fraîcheur garantie mais grand ciel bleu et un soleil au top pour nous réchauffer.

    Une petite brise mais "gloria", n'est pas arrivé ici...Mdr

    Une matinée cool, il faut bien se reposer un peu.... Je ne peux m’empêcher de vous faire voir la vue depuis la terrasse du restau du camping.

      

    Une après midi merveilleuse. Nous avons contacté Mohamed, guide Figuig, que nous conseille le guide des "campings du Maroc". Merci Pascal.

    Comme prévu nous partons en sa compagnie, un guide discret et chaleureux qui nous conduit en bordure de la palmeraie au point de vue sur Zenaga, on ne se lasse pas de voir cette mer de palmes, ces minarets qui pointent vers le ciel et les montagnes désertiques qui l'entourent.

    Nous allons partager avec lui la vie de l'oasis, les chemins de l'eau et des  sources souterraines et chaudes et l'art de l'irrigation.

    Nous pourrons écouter chanter les oiseaux, voir une fabrique de briques en terre....découvrir l'architecture oasienne.

    Avec notre guide Mohamed

    Fabrique de briques en terre

    Nous cheminons entre des murs en terre,

    murs en terre bordant notre chemin

    dans cette palmeraie en direction d'une source d'eau chaude où se baignent et se lavent ces Messieurs. Les femmes y viennent une fois dans leur vie juste avant le mariage.

    La source d'eau chaud ( lé grand bassin)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette source distribue de l'eau dans quatre directions grâce aux souagui; de grands bassins de stockage et de régulation où se reflètent les palmiers servent à l'arrosage.

    Voilà le répartiteur, le quatrième par sur la gauche vers Zenaga

    De beaux reflets dans les bassins

    Les canaux (souagui) sont maintenant en béton, pour éviter les pertes, oui mais les arbustes environnants n'en profitent pas et se meurent lentement.

    Nous cheminons sur les souagui

    Non nous n'avons pas bu c'est volontaire...

    Mohamed nous expliquera comment est mesuré et réparti l'eau par parcelle avec une perche et une mesure en feuille de palmier, déterminant ainsi le volume d'eau utilisé..

    Encore un bassin

    La perche est plantée dans le bassin

     la petite mesure permet de savoir l'eau utilisée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà la vanne

     

    Nous pourrons voir ces dames laver leur linge dans un petit coin qui leur est réservé, nos maris ont du nous attendre.....dans ces rigoles prévues à cette effet où une eau claire coule, contre le mur des petites cases pour entreposer leur linge. Certaines viennent de loin, transportant leur linge mouillé dans une petite carriole. 

    Il suffit de lever la tête pour apercevoir des tours de guet ainsi qu'un marabout perdu dans la palmeraie.

    Tout de guêt

    Le marabout

    Des cultures poussent sous ces beaux palmiers qui fournissent une ombre précieuse et bénéfique. 

    de belles cultures

    A pas rapides nous irons au centre de Zenaga, le plus grand ksar, sous la falaise, passerons sous des ruelles couvertes, architecture écologique et bioclimatique faite de troncs de palmiers et de bout de branches juxtaposées, un dédale de ruelles chargées de plus de 600 ans d'histoire. Ces rues ont bien changé depuis notre derniers passage, les murs sont ravalés et le sol est souvent revêtu.

    Tues couvertes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une enseigne...que des amis reconnaîtrons....je vous en parlerai demain

    Une porte qui sécurisait plusieurs habitations

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà un plafond en palmierNous atteignons la grande placeig

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous voilà sur la grande place, un taxi doit nous conduire à la source Thaddert source principale.

    Un petit moment de repos et de paix, au soleil, au bar de la place pour siroter thé à la chiba ou un café, en attendant Brahim notre chauffeur qui à travaillé à Paris.

    Avec notre  guide Mohamed et notre chauffeur Rachid

    Ici tout est calme, personne ne nous hèle, tout le monde nous salue ou nous demande comment on va.

    Tous dans le taxi

    Brahim nous conduira  vers la source de Taddert, nous descendrons les quelques marches irrégulières où se dégage beaucoup de vapeur tant l'eau qui coule un peu plus bas est chaude. Impossible de prendre des photos.

    Voilà les tour de guet vers la source

    Une ancienne mosquée

    A la sortie de la source de Taddert

    Tout près se trouve un grand bassin et un peu plus loin le minaret pierreux, petit bijou architectural. Ce minaret octogonal, situé dans les ksar Loudaghir , haut de 19 m en est un bel exemple;  au soleil couchant, fait plaques de calcaire et de couches d'argile jaune , il est tout simplement magnifique, 

    Le  grand bassin

    Lieu où autrefois se discutait les affaires

    Le minaret octogonal

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Par des petits chemins détournés nous rejoindrons la grande place face à l'église transformée en mosquée et au camping.

    Nous remercierons Mohamed pour cette après midi agréable, faite de découverte et de bonne humeur.

    Nous constatons donc que certains ksours sont proches les uns des autres ou parfois distants de quelques kilomètres.

    Encore de bons moments en agréable compagnie, des moments comme je les aime. Ici on est presque dans un autre monde, on oublie nos soucis et notre mentalité d'européen.

    Ce soir......

    Coucher de soleil depuis la terrasse du restau du camping

     

    22 Janvier

     

    Le mercure grimpe tout doucement, mais sûrement...Le soleil se cache parfois derrière quelques petits nuages, sans le perturber outre mesure....

    Encore une matinée cool, Cela fait un bien fou...chacun vaque à ses occupations, mais devinez ce que font nos "hommes" ...et bien ils bricolent....

    A vrai dire nous n'avons pas grand chose à faire, à 13h30 nous mettons les pieds sous la table, chez Nina et Ismail. je ne vous en dit pas plus pour le moment. A tout à l'heure....

    Nous avons déjà vu la vieille porte, avec sa clé originale, de cette maison d'hôte hier avec Mohamed, il est vrai que dans Zenaga ce n'est pas difficile de se repérer pour un néophyte. Se faufiler entre ombres et lumières n'est pas si simple dans ces ruelles authentiques, propres et couvertes, sans point de repères.

    Vers 13h Rachid est venu nous chercher et il est même en avance, rare chez un marocain, en effet nous on à l'heure eux ils ont le temps.

    Nous voilà en quelques minutes sur la grande place de Zenaga, face à la rue de la maison d'hôte de l'oasis. Un petit tour de la place...

    Sur la grande place, le grand café

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avez vous traduit

     

     

     

     

     

     

    Ben voilà

     

     

     

    Voilà l'entrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le couloir pour y accéder est éclairé et Mina nous reçois chaleureusement. Le patio de l'auberge est un vrai musée, chaque objet semble raconter son histoire. Je vous laisse le plaisir de regarder.

     

    Le patio etnotre salle à manger

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

        

    lé petit salon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un petit tour à l'étage et même à la terrasse et voilà ce que l'on voit....

    Depuis la terrasse

    Nous nous installons confortablement dans le patio Mina nous sert une très bonne Harira, accompagnée, comme il se doit de dates.

    Harira

    Vient ensuite le trid, ce met traditionnel qui ne semble servi que dans cette région, fait de fines feuilles de brick, œufs, de poulet, d'amandes grillées, de pois chiches et de raisins secs.

    Mina nous sert

    Le trid

     

    Pour moi c'est délicieux et je mange avec délectation, à la marocaine, en s'aidant parfois de la fourchette.

    Et voilà !!!!

    Un délicieux dessert fait de fruits frais et de dates conclura ce repas, avec le thé bien entendu.

    Salade de fruits

     

    Le thé

     

     

     

     

     

     

    Nous avons apprécié cette ambiance chaleureuse et cet excellent repas.

    Retour par ce dédales de rues couvertes, protégées du vent et qui doivent garder la fraîcheur durant les mois d’été. Difficile de retrouver notre cheminement qui se fait hésitant,il faut parfois faire demi tour, mais nous trouverons notre route, guidé par notre instinct.

    Drin drin on tel sonne...devinez qui m'appelle.... Ismail pour savoir si nous avions bien mangé. Quelle délicatesse !!!

    Nous voilà donc en ville où nous ferons un petit tour, où nous prendrons encore un thé en attendant que les  boutiques ouvrent pour faire nos achats.

    En ville

    Les boutiques sont désertes même à 16 h

     

      Dommage le salon est fermé

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà donc "Leroy Merlin" et à côté "Auchan" figuigui, la vendeuse, une jeune dame, très aimable et très polie, nous sert avec un gracieux sourire.

    "Auchan

    ">Leroy merlin"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Fermé aussi...

     

    Le car d'Oujda arrive, tout le monde se précipite pour aider les voyageurs

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       

    D'ailleurs ici tout le monde à le sourire, tout le monde nous dit bonjour et nous demande si çà va.

    Retour dans nos chaumières.

    Encore une fois un beau coucher de soleil depuis la terrasse de l'hôtel.

      

     

     23 janvier

    Bon  anniversaire petite Pauline avec les bisous de papi et mamie.

    Dernière journée à Figuig, cette oasis de rêve....

    Encore une belle journée qui s'annonce....comme tous les jours, fraîche ce matin mais le mercure grimpe rapidement, le soleil et le ciel bleu sont d'actualité.

    Quelques courses ce matin, au magasin "d'Auchan", d'hier, puis à notre petit épicier qui se prête au jeu des photos. Il faut bien faire travailler tout le monde.

    Notre petit épicier tout sourire

    Au petit snack voisin des poulets à la broche sont entrain de "bronzer", nous en commandons un, il sera prêt à midi.

    Nos amis décident de faire comme nous....12h20 .... devant la boutique...

    Nous devons patienter ils ne sont pas tout à fait cuit....

    Nous patientons....au soleil bien entendu

    Et avec le sourire

    Un quart d'heure plus tard tout est prêt, petite salade, frites, poulet et pains. Je suis certaine que vous devinerez pas le prix... Tout simplement 90 dirhams, donc environ 8,7€. Nous lui laissons la monnaie.

    Nous voilà donc confortablement installées au soleil pour notre repas, deuxième repas dehors, s'en suivra le café.

    Voilà donc notre repas

    Bon appétit

    Le café

    Juste le temps de faire la vaisselle et nous voilà repartis pour une grande balade dans la palmeraie, cheveux au vent.

    Nous louvoyons au milieu de ces palmiers où l'on peut voir de nombreux bassins, foggaros et échangeurs et canaux qui roulent une eau claire et tiède.

    Un bassin aux reflets  changeants

    Les canaux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Atteindrons la petite falaise et sa cascade, un bien joli coin d'où la vue est des plus agréable.

    De Saidia à Figuig

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    voilà la petite cascade

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Autre bassin autres reflets

    Cette palmeraie en jardin étagé, avec ses arbres fruitiers et quelques cultures mais peu abondantes, en font un lieu authentique. Cependant les dattes semblent être l'essentiel des revenus des oasiens.

    Quelques cultures

    D'ailleurs certaines n'ont pas été ramassées...

    Nous aimons nous perdre dans ce lieu agréable où seul le bruit des palmes agitées par la brise vient troubler le silence, sur ces sentiers (entre des murs de terre) qui tournent et contournent semblant mener nulle part. 

    Et pourtant....nous voilà à nouveau à la petite falaise que nous contournons maintenant par la droite et nous voilà en ville dans le centre administratif.

     La boucle est bouclée

    Nous prenons la direction Ksar el Maiz et décidons de flâner dans ces petites rues réhabilitées et propres où les plafonds sont réalisés avec des palmiers, ici peint de différente couleur.

    Voilà un plafond

    Tantôt une silhouette furtive vêtue de blanc d'une de ces dames, des zones d'ombres et de lumières en alternance donnent une harmonie particulière à ces lieux.

    Là une mosquée rénovée, puis  l’ancienne Zaouïa de Sidi Bou Amama (1840 – 1908), originaire du ksar, là encore des ruines.

    mosquée et Zaouia

    En déambulant au hasard des ruelles nous perdons le sens de l'orientation, où allons nous nous retrouver ?

    Très vite nous reconnaissons la rue principale du quartier administratif et nous rentrons ravis de cette longue promenade.

    Notre dernière journée à Figuig, encore une journée remplie de découvertes.

    Le camping se remplit ce jour en effet ce soir nous sommes neuf camping-cars.

    « Premiers tours de roues au MarocDe Figuig à Aoufous au Hakkou »

  • Commentaires

    39
    MINOT Bernard
    Vendredi 24 Janvier à 03:38

    Bonjour Huguette, (et Paul, of course !...)

    "Mes nuits sont plus belles que vos jours" roman dont le nom de l'auteur m'échappe...Etant insomniaque, il est 3 h du matin, je viens de lire le récit de vos derniers jours sur Figuig. Avec toutes tes photos qui illustrent vos visites, je vais retourner dans mon lit et rêver de Figuig, en attendant de retrouver tout à l'heure mon escabeau, mes pinceaux et .rouleaux... 

    Une fois de plus, je suis scotché par le magnifique travail que tu réalises avec la tenue de ce blog. Je dis travail, mais ce doit être plaisir pour toi ? Il faut tout de même trouver le temps de s'y coller, au milieu des multiples activités de la journée. Merci pour ce partage.

    Bien cordialement à tous deux.

    Bernard 

     

      • Vendredi 24 Janvier à 21:50

        Bonjour Bernard,

        Je suis ravie de hanter tes nuits.  LOL....chut faut pas le dire à Maïté....

        Blague à part je suis ravie que mes écrits et photos te permettent d'oublier un peu l'escabeau et le pinceau.

        Oui c'est du travail mais qui me plaît, bien entendu. Je suis une couche tard donc c'est seulement le soir que je l'y attelle. et puis en ce moment les jours sont encore courts, les soirées fraîches donc on rentre un peu plus tôt dans nos petits cubes.

        Amicalement.
        Huguette

    38
    touareg
    Vendredi 24 Janvier à 01:33

    Bonjour Émile,

     

    Ravie de te faire revivre quelques étapes de tes voyages. Faut reprendre le camping-car et venir t'immerger à nouveau dans ce beau pays. Tu peu le faire moins rapidement qu'auparavant puisque tu as ton aide.

    Il est vrai que l'on repasse souvent au mêmes endroits mais on essaye de varier les apéros anisette ricard whisky

    et pour le nouveau voyage au printemps la vodkacool

    37
    Jeudi 23 Janvier à 10:19

    Coucou, toujours bizarre le message 32 Claudine 44 n'est pas de moi !!! Je ne pense pas qu'on soit 2 avec le même pseudo ?

    Bonne route, on attend la suite

    Bises

      • Jeudi 23 Janvier à 19:42

        Claudine,

        Je ne comprends pas non plus, message aussi bizarre de lindeparsylviejl2  je ne sais pas ce qui se passe. Est-ce un intrus...peu importe il se lassera. Les prochains messages de ce style je ne les mettrais plus en ligne puisque je dois valider pour qu'ils y soient.

        Bonne soirée et grosses bises.
        Huguette

    36
    Jeudi 23 Janvier à 10:08

    encore une belle série de photos, les plats ont l'air très appétissants , super, pour mon dernier commentaire, deux choses, soit je perds la boule car je me rappelle pas avoir écrit cela (tu filtres) ou soit c'est une erreur qui n'est pas juste et désolé, bonne continuation, bise JL

      • Jeudi 23 Janvier à 19:39

        Bonsoir,

        Je ne sais pas ce qui se passe, mais il y a donc des mess bizarre..un intrus peut être. Pas grave, il se lassera. et surtout ne soit pas déolée, ce n'est pas important.

        Oui Le Trid est un plat régional excellent il faut aimer le salé sucré.

        Ravie que mon récit et photos te plaisent.

        Bises.
        Huguette

         

         

    35
    Jeudi 23 Janvier à 09:48

    Voilà un voyage rempli de belles découvertes et rencontres. 

    Bonne continuation et merci pour ces images et sles explications.

    A++

      • Jeudi 23 Janvier à 19:36

        Bonsoir,

        Merci pour votre message.

        Nous allons changer de coin mais toujours de belles rencontres et de beaux paysages.

        Amicalement.
        Huguette

    34
    Mardi 21 Janvier à 15:35
    Bonjour
    Figuid est vraiment magnifique. Ça fait envie.
    Ce met-on il y avait maintenance du site. C'est peut être l'origine du "bug" ce n'est pas moi qui ait parlé de la boisson et de la Russie !!!
    Bises
      • Mardi 21 Janvier à 19:23

        Bonjour Claudine, 

        Oui il y avait maintenance. pas grave pour le message, d'ailleurs il y en avait un autre incompréhensible que je n'ai pas validé.

        Oui Figuig est magnifique nous avons fait une super balade avec Mohamed cet AM, que du plaisir !!!

        Bonne soirée et grosses bises.
        Huguette

    33
    Dimanche 19 Janvier à 10:10

    Recoucou, 

    Je n'ai pas vu sur la carte le trajet de Iche à Figuid. D'après ton récit je pense que vous avez pris la piste directe plutôt que le détour qui ramène sur la N17. 

    Bises

      • Dimanche 19 Janvier à 17:51

        Coucou Claudine,

        Figuig n'est pas mis, effectivement car nous venons juste d'y arriver, donc le trajet n'est pas encore fais. Mais nous sommes bien entendu retournées sur la Nle 17 pas quesion de passer par la piste. la route n'est déjà pas si bonne.

        Bonne soirée et grosses bises.

        Huguette

    32
    Samedi 18 Janvier à 17:07

    coucou Huguette,

    Que du plaisir de revoir ces endroits et d'autres à découvrir, contente de revoir Amina, tellement accueillante et agréable. Merci a toi Huguette.

    Bises et bonne continuation

     

      • Samedi 18 Janvier à 19:02

        Coucou Barbel,

        Cette partie de voyage est magnifique, on ne se lasse pas. On en la fait pas assez souvent. Amina et Khalid sont super. Ils sont seuls, Leurs deux filles sont mariées l'une vit à Paris, l'autre à Manchester  et leur fils toujours en Belgique.

        Aujourd’hui super belle ajourée avec Abdellatif et Mohamed, découverte et amitié.  

        Grosses bises.
        Huguette

    31
    Guy
    Samedi 18 Janvier à 15:12

    Ce couscous nous à fait envie, il ne faut pas le comparer au notre....

    J'espère que les problèmes mécaniques ne sont pas trop graves et que Paul et Jean  ont résolu tout cela.

    A bientôt,

    Guy et Claire

      • Samedi 18 Janvier à 18:59

        Bonjour les amis,

        Le couscous était très bon et copieux.

        Pas vraiment de problèmes mécaniques juste le changement de plaquettes arrières.

        Encore une très belle journée aujourd'hui, une journée découverte et amitié, comme je les aime.

        Bonne continuation.
        Bises à vous deux.
        Huguette

         

    30
    Nicole07
    Samedi 18 Janvier à 15:09

    Bonjour,

    sympa de pouvoir profiter à nouveau du resto de l’hôtel climat de Bouarfa, le couscous sera peut être au programme pour nous la semaine prochaine, 

    j’espère que vous allez garder un beau ciel bleu pour la suite de votre programme à Iche et certainement à Figuig car la météo risque d’être capricieuse en début de semaine prochaine.

    pour info, nous venons d’arriver au camping de Saidia, je l’ai devancé en lui disant que nous réglerons en partant, il m’a dit OK pas de problème.

    Pas d’eau au sanitaire, et pas d’eau chaude le réparateur est là, ça devrait fonctionner demain!!!!

    bonne continuation pour la suite de votre périple

    bien amicalement.

      • Samedi 18 Janvier à 18:57

        Bonjour Nicole,

        Oui ils viennent d'ouvrir, il faut leur laisser un peu de temps pour améliorer, pas de poubelles encore..

        Le couscous était très bon.

        Pour aujourd'hui grand ciel bleu et beau soleil, frais des 17h car un peu de vent qui est à nouveau aux abonnés absent. 

        Une journée découverte et amitié magnifique.

        En ce qui concerne Saïdia nous n'avons pas utilisé les sanitaires.

        Bonne continuation également, vous allez peut être nous rattraper. Demain on part pour Figuig.

        Amicalement.
        Huguette

         

    29
    Samedi 18 Janvier à 10:48

    Ça donne envie d'aller dans ce secteur... Mais un peu plus tard dans la saison.... 4° brrrrr...

    Bises

      • Samedi 18 Janvier à 18:52

        Bonsoir Claudine,

        Ce n'est pas grave il fait très beau dans la journée, j'ai vu que vers Mersouga il y avait des temperatures négatives le matin.

        La météo doit changer des demain...on verra bien Inch Allah.
        Bises
        Huguette

    28
    Vendredi 17 Janvier à 19:51

    Encore une bonne journée avec surement un bon couscous, c'est marrant le café des champs Elysées, quand je suis à Paris je ,ne l'ai jamais vu, lol, bise JL

      • Vendredi 17 Janvier à 21:48

        Bonsoir,

        Comme tu dis encore une bonne journée et un excellent couscous. Tu as du mal regarder pour le café des champs Elysées. Mdr.

        Bonne soirée.

        Bises

        Huguette

    27
    touareg
    Vendredi 17 Janvier à 15:07

    magnifique quel plaisir de redécouvrir tous ses endroits 

    et super content que vous puissiez le découvrir a votre tour

    bon Voyage

      • Vendredi 17 Janvier à 17:57

        Bonjour Émile,

        Ravie de te faire revivre quelques étapes de tes voyages. Faut reprendre le camping-car et venir t'immerger à nouveau dans ce beau pays. Tu peu le faire moins rapidement qu'auparavant puisque tu as ton aide.

        Il est vrai que l'on repasse souvent au mêmes endroits mais on essaye de varier et de découvrir souvent grâce à toi qui nous a précédé.

        Amicalement.
        Huguette

    26
    Vendredi 17 Janvier à 10:55

    Reportage agréable à lire, loin des touristes et où les habitants sont ouverts, savent accueillir et conseiller.

      • Vendredi 17 Janvier à 14:45

        Bonjour Christian et merci.

        Loin de la foule et du tourisme de masse les habitants ne subissent pas les méfaits et l'on est accueillis à bras ouverts.

        On apprécie mais c'est un peu dommage pour eux.

        Bises

        Huguette

    25
    Vendredi 17 Janvier à 10:13

    Magnifique parcours qu'on suit bien avec la carte, car ce ne sont pas des circuits très fréquentés. 

    Le camping est magnifique, mais comme tu dis, va t'il tenir ?

    Bonne suite 

    Bises

     

      • Vendredi 17 Janvier à 14:44

        Bonjour Clauside,

        il est vrai que parfois on trouve ce circuit un peu l'on et qu'on occulte l'oriental, mais on a tort. C'est une régin qui mérite d'être visité et ou le sent très bien.

        Bises.
        huguette

    24
    francisa
    Jeudi 16 Janvier à 20:55

    Coucou les Amis. Nous vous suivons en attendant de partir nous aussi dans une semaine. Le Benyakoub, nous y avons fait une halte l'année dernière, un bon camping mais pas beaucoup de monde. Espérons qu'il pourra tenir.

    Bonne continuation, et bises à vous 2

    Francis

     

      • Jeudi 16 Janvier à 21:26

        Bonjour,

        Oui pas mal, mais il manque de chaleur humaine.

        Il n'est pas très bien placé, et pas grand chose à faire dans le coin si tu n'es pas motorisé.

        On voulait passer à Debdou, sinon on ne serait jamais allé là bas, ou faire Taza et puis Fés.

        On a du très beau temps, pas chaud ni le matin ni le soir, mais cela nous convient.

        Bises à vous deux.
        Huguette

    23
    Mercredi 15 Janvier à 20:03

    C'est très agréable de vous suivre dans ce pays que je connais seulement de nom, bonne continuation, bise JL

      • Mercredi 15 Janvier à 21:44

        Bonjour et encore une fois merci de nous suivre et surtout d'apprécier. Le Maroc est un pays formidable.

        Bises.
        Huguette

    22
    Bibi
    Mercredi 15 Janvier à 19:45
    Quel beau reportage!
    Magnifiques photos. Super de retrouver de tels Amis...
    C'est le Maroc!
    Bonne continuation
    Bizzz de Bibi
      • Mercredi 15 Janvier à 21:43

        Bonsoir Bibi,

        Merci. Comme tous nos amis au Maroc ils sont super. On essayera de passer plus souvent vers eux. Si on ne peux pas passer à Oujda, ils viendront peut être nous retrouver ailleurs, s'ils sont libres.

        Comme tu dis c'est le Maroc et c'est pour cela qu'on aime y séjourner encore et encore...

        Grosses bises.

        Huguette

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :