• Après Dussac

    10 septembre

     

    Les équipages se dispersent petit à petit, pour nous modérateurs, administrateurs, membres du GO dernière réunion avec Emile, réunion fort émouvante où l'on a la larme à l’œil.

    Nous saluons tout le monde présent et partons pour continuer notre séjour dans les environs.

    Premier arrêt à Jumillac le Grand, pour les services....sur une aire gratuite.  Dans la vallée sauvage de l'Isle avec un grand  château du XII  dont il ne reste pas grand chose tant il a été remanié à la Renaissance. Il est couronné d'une multitude de toits d'ardoise en poivrière orné de cheminées et de lanternons. Jumilac est la "perle noire" du Haut Périgord.

     

    L'église et le château

    Le château et ses tourelles

     

    Par une route enchanteresse, aux voûte de feuillage nous poursuivrons notre bonhomme de chemin toujours sous un ciel radieux et des températures estivales. Ce Périgord vert, et il porte bien son nom nous réserve de belles surprises.

    Voilà encore une petite aire de service à St Jean de Côle, nous y prendrons notre repas de visite avant de visiter ce beau petit village où l'ocre des pierres se marie fort bien avec le brun des tuiles. Une ravissante église remarquable par son curieux clocher, un vieux château de la Marthonie des XII et XV, quelques maisons et un pont médiéval avec des avant becs, enjambant la Côle,  voilà une belle carte postale qui s'offre à nous.

     

    L'église St Jean Baptiste

    Le château 

    Pont médiéval

     

    Vieille maison et château

      

     

     

          La Côle

     

      

     

     

     

     

     

    Toujours par des petites routes étroites mais agréables nous arriverons au château de Puyguilhem, château renaissance qui a des airs de Chambord, dresse son élégante silhouette dans le bois de Villars. Visite très inintéressante, même s'il y a très peu de mobilier. 

     

    Puyguillem

     Clic pour voir notre itinéraire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           

    détail intérieur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Clic pour voir notre itinéraire

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un détail extérieur

     

    Le corps de logis principal, percé de fenêtres à meneaux, est flanqué de tours et tourelles aux formes variées.
    A l’intérieur, un vaste escalier d’honneur vous conduit dans les différentes salles meublées et décorées avec des tapisseries. Admirez l’exceptionnelle cheminée montrant les douze travaux d'Hercule, puis rejoignez la galerie aménagée au dernier étage du château dans laquelle est visible une charpente en chêne en forme de carène de bateau renversée. Villars vous réserve d’autres surprises touristiques, telles que l’une des plus belles grottes ornées du Périgord ou encore l’abbaye de Boschaud.

    Nous poursuivons notre route jusqu'à Brantôme où nous installons sur l'aire de service près de la Dronne, une aire payante très agréable.

    Au milieu de la luxuriante Dronne, dans un paysage bucolique, Brantôme, la Venise du Périgord est en réalité une île, une très belle ville paisible et tranquille dominé par les façades blanches de son abbaye qui est adossé aux falaises, mais aussi le grand clocher de l'église abbatiale, un des plus anciens clocher roman du Limousin. Enlacée par le cours d'eau est un îlot de pierre dans une nature verdoyante.

     

    Un des pont sde Brantome

    Toujours au bord de la rivière

    L'abbaye

     

    On peut y accéder à cette magnifique abbaye par le pont coudé, pont du XVI.

     

    Le pont coudé

    Le pont coudé

    Le clocher de l'abbatiale de St Pierre du XII

    Les vestiges de l'ancien cloître

     

    Sur le quai Bertin les vielles maisons reflètent leurs balcons fleuri ou leur traille dans les eaux calmes de la Dronne. L'abbaye, l'église et le cloche s'y mirent formant une vrai carte postale.

     

    le clocher de l'ancienne église, aujourd'hui office du tourisme

    Reflet dans le canal

     

     Clic pour voir notre itinéraire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    11 septembre

     

    Ce matin nous avons décidé de faire une balade au fil de l'eau, tandis que nous attendons le bateau, les canards font leur show.

    Notre bateau électrique se glissera doucement d'abord dans le canal, notre guide très sympa et plein d'humour nous expliquera la vie de la ville, puis sur la Dronne, rivière calme et poissonneuse. Un vrai plaisir de glisser parfois dans un silence religieux, sur cette eau calme qui reflété cette végétation fournie et verdoyante.

    Repas de midi  au Saint Sicaire, repas simple mais très bon.

    Nous avons donc pris la route pour Périgueux où nous stationnons sur l'aire de service à coté de l'Isle. Beaucoup de monde sur l'aire, nous sommes un peu serrés mais pour une nuit pas mal et pas loin du centre.

    Nous ferons juste un petit tour en ville, voir la magnifique cathédrale St front. 

    Il fait très chaud nous n'avons pas eu le courage de remonter...demain il fera jour...

     

    12 septembre

     

    Nuit calme sur l’aire de service de Périgueux.

    La capitale du Périgord à traversé les âges, ville d’art et d’histoire, elle se d »couvre comme un livre d’histoire dont on feuillette les pages épisodes par épisodes… la ville fut d’abor Gallo-romaine, il y a plus de 2000 ans sur les bord de l’Isle.. Quelques vestiges témoignent de l’importance de la ville à cette époque.

    Les arènes occupées actuellement par un jardin public, quelques vestiges subistent comme des voûtes.

    Venuma, musée gallo-romain est construit tout près  du temple de Vésone, dont il ne reste qu’une tour de 27m de haut sur 17 m de diamètre.

    Deux maisons fortes, la maison d’Angoulême et le château Barrière en parti  en ruine.

    Au IV siècle, la ville se replie dans son rempart, on peut encore voir la porte Normande.

    La ville médiévale et renaissance entoure la splendide cathédrale Saint Front, cathédrale à coupoles d’inspiration byzantine qui domine et protège depuis ces huit siècles d’histoire architecturale. Au détour d’une ruelle médiévale et en se baladant de place en place on rencontre des maisons à pan de bois, de belles demeures dotées de tours ou encore de beaux hôtels souvent finement décorés et sculptés.

    Dans ce quartier historique trône, un petit bijou, au sommet au sommet du Puy (colline), la cathédrale Saint Front dont les Périgourdins sont très fiers.

    Services fait, nous poursuivons notre périple par la vallée de L’Auvezère, sœur jumelle de l’Iisle qu’elle rejoint  à quelques kms de Périgueux.

    Le Change, minuscule petit village vit  paisiblement le long de la rivière, il n’en possède pas moins de trois manoirs.

    Tourtoirac, niché autour de son abbaye, tout près de l’Auverèze, ce petit bourg distille un charme désuet avec son église à clocher mur.

    Excideuil, cité médiévale, vieille d’au moins 1500ans, aux confins du Périgord vert s’étire au pied de l’imposante forteresse. Nous flânerons dans les ruelles, médiévale de l’ancien bourg, monterons jusqu’à  l‘église paroissiale St Thomas et la fontaine Bugeaud, descendons vers l’hôpital du XIV siècle, un des plus vieux hôpitaux du département. La ville fortifiée possédait cinq portes qui complétaient le système défensif.

    Le château ne se visite pas, deux donjons carrés sont reliés par une courtine, seuls vestiges du XII. Le châtelet d’entrée de la forteresse est plus tardif.

    Il fait chaud, nous avons beaucoup marché, nous décidons donc, après cette visite de chercher notre chambre à coucher et suivons les conseils des colistiers et notamment de Marie Claude et Francis. Donc nous voilà sur l’aire de service privée de Bourdeilles sur un grand terrain herbeux, au bord de la Dronne et où l’on peut sans difficultés sortir table et auvent et vraiment sans gêner les voisins. Il fait si bon que nous avons mangé dehors. 

     

    13 Septembre

     

    Ce matin le soleil nous a faussé compagnie mais il fait relativement bon, nous allons donc visiter le château de Bourdeilles, perché sur son rocher, dans la vallée de la Dronne.

     

    Nous devons passer le pont à becs pour atteindre le village médiéval.

     

    Le pont à bec, côté pile

    Reflet dans la Dronne

     

    Il abrite, malgré son donjon octogonal de 36m de haut, son air sévère et martial, un délicat logis renaissance, richement meublé. Le village se love à l'ombre de ses châteaux et  de la Dronne.

     

    le donjon

    L'entrée des châteaux 

     

    Nous allons le visiter, du moins la partie renaissance.

     

    Pénétrez avec nous 

     

    La maison du sénéchal du XV pointe ses tourelles aux belles toitures.

     

    La maison du sénéchal

    Depuis le jardin vue sur les tourelles de la maison du sénéchal

    La partie renaissance que nous allons visiter et le donjon de l'ancien château

    Un détail extérieur

    L'admirable donjoon

    L'intérieur

    Coffre secret

    Le plafond

    Un coffre travaillé avec de l'ivoire

     

    A côté de l'église de Bourdeilles du XII,  une belle promenade avec un chemin pavé bordé de pelouses, de jardins simples mais attrayant et de maisons médiévales.

     

    L'église

     

    Le point de vue est magnifique, vue sur la rivière Dronne et son pont à bec du XIV mais reconstruit plus tard au XVIII, après de graves inondations.

     

    Le voilà côté "becs"....

     

    Le magnifique moulin de Bourdeilles se situe entre les deux bras de la Dronne, il n'a pas été remanié depuis le XVIII, propriété privée il d'admire de l’extérieur.

     

    Le moulin

    Le moulin vu de la cour du château

     

    Nous prenons notre repas de midi sur l'aire et partons à la visite des anciennes papeteries de Vaux à Payzac, sur le ruisseaux des Belles Dames. "Souvenir de paille".

    Ancienne forge, transformée en papeterie industrielle pour la fabrication du papier  de paille de seigle  (utilisé pour l'emballage et l'alimentation) en 1861, "elle fonctionnera jusqu'en 1968.

     

     Bonjour ou Bonsoir

    La papeterie

    Pour écraser la paille

     

    L'espace est aménagé pour nous faire découvrir la fabrication de ce papier. la dame qui nous accompagne nous fait revivre à merveille le travail de ces hommes et de ses femmes. On découvre avec plaisir sa passion pour la fabrication du papier. Elle nous décrira étape par étape la production de se papier et nous fera tourner, au ralenti bien entendu le mécanisme. les étapes sse suivent une à une dans un mouvement de cascade, tout est précis et bien pensé; Cette machine fonctionne encore parfaitement.

     

    Voilà la ligne de production du papier de paille

    Les bacs de décantation

     

    Pour la dernière étape on se retrouve devant les grandes chaudières,

     

    la grande chaudière

     

    à l'extérieur on peut voir les deux grande roues à augets qui alimente en eau, l'une pèse 5 tonnes l'autre 3.

     

    Les grandes roues

     

    Visite très ludique, intéressante et instructive avec cette découverte d'un patrimoine rural et industriel.

    Nous avons promis à Violette d'aller sur son aire. Nous y serons donc ce soir comme prévu. Nous voila ravis d'avoir fait sa connaissance. Nous avons discuté en levant le verre de l'amitié. sans la retenir trop longtemps..... ..demain elle part au boulot.

    « Dussac 2018Suite de notre voyage »

  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Septembre à 17:18
    Superbe région
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :