• Les jours défilent à grands pas....

    Nous nous préparons tout doucement. Un nouveau voyage au Maroc, ce fabuleux pays qui nous attire et nous accueille à bras ouverts pour des vacances ensoleillées, se profile à l'horizon 2020, à vrai dire dans les premiers jours de janvier, car les fêtes sont pour nous indissociables de famille, du moins pour Noël. 

    Ben oui cette année ce voyage aura un goût de trop peu....nous avons d'autres projets qu'il est, sans doute, temps de réaliser....la roue tourne.... saisissons les bons moments.

    Nous espérons que nos amis, Paulette et Jean viendront nous rejoindre. A nous le Maroc, que nous ferons dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, si le temps le permet. En effet ils ne connaissent pas la côte méditerranéenne ni l'oriental. Nous avons un peu délaissé cette partie marocaine et avons envie d'y retourner et de la faire connaître à nos amis.

    Les grandes lignes sont donc tracées, laissons place à l'aventure pour mettre un peu de piquant à notre voyage.

    Comme chaque année nous espérons rencontrer de nombreux camping-caristes pour lever le verre de l'amitié, mais aussi nos amis marocains que nous voyons tous les ans, sans oublier nos amis gadiris avec qui nous passons des moments agréables.

     

    Même après de nombreux voyages dans ce pays depuis 2004 le livre "Campings du Maroc 2020-2021" m'est très utile, les mises à jours sont importantes, donc ne vous privez pas.

    Je peux donc d'ore et déjà vous annoncer que nos amis Paulette et Jean viendront avec nous et nous traverserons dans doute la plus grande partie de l'Espagne, sans  rapidement, ensemble.

    Si, encore une fois, vous avez envie de nous suivre....c'est par ici au jour le jour, dans la mesure du possible.


    13 commentaires
  • 31 Décembre

    L'heure du départ arrive....

    Encore une fois nous avons notre gardienne, ma fille nous remplace.....

    Nous sommes ravis de partir à la recherche du soleil, un petit pincement au cœur de laisser la famille, mais ils ont aussi leurs occupations.

    Le portail se referme... Au revoir, nous serons là plus tôt que d'habitude.

    Cette première étape nous conduira en Aveyron, chez des amis avec qui nous allons passer à l'année suivante, devant un bon réveillon. Chut !!! je connais la cuisinière.....

    En route... sous le soleil mais des températures négatives qui nous motivent....

    Ce soleil laissera rapidement la place à une brume légère et délicate qui estompe les contours du relief. Dès Givors il reviendra comme comme il est parti.... Les arbres exhibent leurs troncs noueux et leurs branches dénudés ne laissant aucun doute sur la saison.

    Repas de midi sur le parking du Pertuis, un lieu bien tranquille.

     APertuis

    Nous arrivons chez nos amis dans l'après midi. 

    Apéro et réveillon cool mais super, encore de bons moments de convivialité pour ces retrouvailles.

    Une journée du premier encore aussi agréable, toujours en Aveyron et toujours devant un bon repas festif et sous le soleil.

    Le petit Murphy

     

    02 janvier 

    Il est difficile de se quitter, encore une fois nos amis ne peuvent nous suivre. Dommage !!!

    Nous partons pour un saut de puce, juste dans l’Hérault pour voir des amis. 

    Nuit sur le parking de la salle des fêtes d'un petit village de l'Hérault le Pradal.

    Demain nous prenons la route du soleil, pardon la route vers le Maroc.

     

     03 Janvier

    Nuit calme sur ce parking de campagne.

    Ce matin au réveil..

    Ce matin le soleil a bien du mal à se hisser au dessus des nuages. Va t-il y arriver.....mystère

    Il se cache encore

    Premier arrêt Narbonne... porte close chez "Narbonne Accessoires", nous passons donc notre chemin.

    Continuons vers Perpignan au centre commercial Claira où nous retrouverons Bibi et Paul. Tchin tchin, juste un petit apéro au cc et nous allons manger aux Délices D'Asie, où nos repas seront offert, c'est notre point de remontre dès que nous passons ici. Ici le soleil rayonne et la température oscille entre 16 et 17 degré et pas de vent.

    Nous évoquons nos bons souvenirs du Maroc, que Bibi adore aussi et de plus en camping-car.

    Nous leur promettons de les revoir au retour s'ils sont libres.

    Nous continuons notre route avec arrêt à la Jonquera où nos amis lyonnais doivent nous y rejoindre. En effet ils seront là vers 18h, ils ont bien roulé.

     

     

     


    14 commentaires
  •  

    Cliquez sur chaque point pour connaître le lieu.


    3 commentaires
  • 04 Janvier

    Après une nuit calme sur le parking de la Jonquera, quelques courses et nous voilà direction le sud.... 

    A Gran Jonquera

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce matin 11° soleil mais un peu de vent rafraîchissant.

    Le petit ruban gris défile sous nos roues dans une campagne faite de champs fraîchement labourés ou verdoyants. Sur notre droite la sierra pointe ses pics acérés et enneigées.

    Stationnement repas sur l'aire de Villafanca de Penedes

    Après Tarragonne Eole se réveille en furie et chahute nos petits cubes blancs, il se calme aussi vite nous laissant terminer notre étape à Poblenou sur l'aire de service à côté du restaurant Casa Fusta.

    En arrivant sue l'aire

    Ce soir apéro chez nos amis, ben oui c'est samedi.

    Tchin tchin

      

     

    05 janvier,

    L'aire est surchargé, pour une nuit, pas de souci, elle sera d'ailleurs très calme, mais il est fort bien placé pour parcouru le delta soit à pieds soit en vélo. Ce ne sera pas notre cas puisque nous descendons au Maroc. Ce matin 8 petits degrés, un ciel bleu et un soleil qui rutile déjà, de quoi nous mettre de bonne humeur pour la journée, il est vrai que nous nous sommes levés un peu tardivement.

    Le delta de l'Ebre est magnifique par ce temps, les montagnes et les arbres se reflètent dans l'eau où de nombreux oiseaux trouvent leur bonheur. Une vrai carte postale.

    Ce matin sur le delta

    Toujours sur le delta

    Le port de Poble Nou

    Nous roulons donc tranquillement entre mer et montagne. Oliviers,orangers et palmiers font une apparition parfois furtive, déjà un petit air de Maroc.

    Repas de midi sur une aire de l'AP7

    dans la cafet  

    Joséphine nous guide fort bien et nous retrouvons le sedimentation de l'an dernier à Santa Pola, un endroit calme mais là encore beaucoup de monde. Dommage. Les nombreux camping-car toutes nations confondues stationnent le long de la plage ou près de la petite chapelle.

    Stationnement à Santa Pola plage

    La petite chapelle

    Les plus courageux feront une grande balade en front de mer cheveux au vent, en effet une petite brise nous caresse.

    Sur la plage à Santa Pola

    C'est dimanche....alors nouvel apéro. N'en déplaise à certains. Convivialité oblige.

    Tchin tchin

    Nous avons emprunté en  partie l'autoroute AP7, gratuitement, elle l'est donc de Tarragonne à Alicante, les barrières sont levées.

    Sur l'AP7

     

    06 Janvier

    Ce matin après une nuit reposante....

     Lever du soleil

    Nous pensions que l'AP7 était gratuite jusqu'à Alméria, il n'en est rien. Nous avons donc emprunté l'itinéraire de nos amis, à savoir l'autovia qui passe par Grenade et arrive à Malaga.

    Repas encore sur une aire de l'autovia.

    Voilà la température

     

    Thé et café

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce petit ruban gris, souvent monotone, flirte parfois avec les 1300 et quelques mètres, notamment à l'approche de Grenade. 

    En route vers Vêlez Rubio et la Sierra Clara.

    Vêlez Rubio

    La Sierra Névada est enneigée. 

    La région des troglodytes vers Guadix.

     Encore une Sierra

    En Andalousie, les oliveraies font légion, les village blancs s'éparpillent dans la nature.

    Un arrêt à Arroyo del Miel juste pour prendre nos billets, 180€, aller retour en open, deux personnes et un camping-car, paiement par carte bleue et avec le sourire de la gentille hôtesse qui est souvent là. Pour information, le bureau est ouvert de 6h à 22h.

     

    Ce soir nous sommes sur l'aire de Cala de Mijas, encore une fois beaucoup de monde.

    Une grande étape aujourd'hui, demain matin repas et demain on arrive à Palmones et traversée du détroit mardi matin.

    C'était l’épiphanie et jour férié, donc pratiquement tout fermé en Espagne.

     

    07 Janvier

    Bon anniversaire à notre petit Sébastien. Avec les gros bisous de papi et mamie.

    Encore un ciel d'azur, pas le moindre nuage pour masquer l'astre divin qui brille encore une fois de mille feux.

    ce midi

    Une matinée de camping-caristes, ménage, courses, café....papotage...

    Après le café pris chez nos amis grande balade digestive en bordure de plage sur ce sentier aménagé où il fait bon se promener. Il fait même très chaud et je regrette de ne pas être en tee-shirt.

    Sur la place ce Cala de Mijas

    Vont-ils venir ??

     

    Une mer d'huile comme nous l'aimerions demain pour la traversée du détroit. 

    Quelques cormorans, ils font bande à part...

    Là les mouettes

    En rentrant au cc

     

     

     

     

     

     

     

    Les derniers kilomètres pour atteindre Palmonés sont roulants. Stationnement sur le parking le plus près de Carrefour avec de nombreux camping-caristes, sans doute en attente de traversée.

    Nous aurons le plaisir de retrouver des vulpilliens que nous ne rencontrons qu'en vacances, avec qui nous avons fait un tour de Corse, nous lèverons chez eux le verre de l'amitié en papotant, espérant les retrouver au Maroc, ils traversent aussi mais sur Ceuta.

     


    8 commentaires
  •  

      Cliquez sur les sigles, il peut y avoir plusieurs photos

    08 Janvier

    Ce matin nous prenons le bateau de la compagnie Baléria à 10h, partons suffisamment tôt....Paul ayant toujours périr d'être en retard. Algésiras s'éveille...

    Arrivée au port

    Les quais d'embarquement

    Nous sommes à quai....

    Chouette il arrive à quai

    Bien nous en a pris car le bateau est arrivé en retard, donc le temps de débarquement bien que court à accentué note attente. Donc grosso modo avons démarré à 11h. Embarquement rapide car peu de monde. Mer d'huile, traversée impeccable pour moi.

    On est tout près du port

    Douane 5' pour nous 15' pour nos amis. SUPER.

    13 h nous cassions la croûte sur le parking à la sortie, change et nous voilà en route pour Martil, notre point de chute pour ce soir et sans doute demain.

    Sortie du port

    Sortie du port

    Notre route grimpe en grands lacets sur les hauteurs nous laissant de larges vue sur Tanger Med puis sur l'océan et le lac de barrage.

    Le port

    Le lac de barrage

     

    Des maisons colorées et éparpillées se nichent dans cette campagne verdoyante, des mosquées dressent fièrement leur minaret.

     

    Dès la première station nous raison le plein, avec le sourire, 9.98 dirhams soit 0,96€ avec notre change du jour. 

    Nous plongeons ensuite rapidement sur la méditerranée la vue s'étale jusqu'à Ceuta

    Ceuta dans le lointain

    et atteignons la côte et la suivons sur la grande rocade où les villas blanches nous laisseraient croire que l'on est en Andalousie si quelques mosquée ne hissaient pas leur minaret.

    La côte

    Installation au camping Alboustane à Martil. 

    L'entrée du camping

     

     

    09 Janvier

    Une journée à Martil...

    On prend le rythme croisière....

    J'apprécie ma couette ce matin.... un p'tit déj tranquille, des occupations de camping-caristes.

    Un promenade tranquille sur le grand boulevard de la plage, on flâne, on regarde les douces et minuscules vagues qui roulent, les petites barques de pêcheurs qui se dandinent.

    Sur le boulevard

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le boulevard

    La petite barque au loin qui se dandine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une boutique de luxe......

     

     

     

      

     La grande place bien aménagée

     

     

     

     

     

    Nous irons au port, le petit port marocain où les barques sont ramenées sur le sable, souvent à la force du poignet, aidées par un treuil, souvent manuel, parfois motorisé. Ces Messieurs acceptent les photos, quelle chance !!!

    Les voilà à l'oeuvre  

    v

     

     A la force des pognets

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un treuil manuel

     

    Un motorisé

     

     

     

     

     

     

     

     

    La pêche ne semble pas miraculeuse, même parfois nulle. Du travail de titan, sans doute pour un maigre salaire. 

    sur une baraque de plage

    Le long de cette belle avenue les restaurants nous tendent leurs chaises.... Mais Paulette n'est pas là, un coup de fil et elle vient à notre rencontre.

    Notre choix se portera sur le Ras Tarf et nous ne le regretterons pas. D'abord en terrasse à l'étage, mais le courant d'air nous fait rentrer.

    Notre restaurant

    Installation sur la terrasse

    Tchin-tchin au jus de fruit

    Bien servis

     

    Avec nos jus de fruit pour patienter, nous serons servis comme pour une apéritif, olives bien entendu, petits toasts et anchois.

    Un serveur délicat et souriant, qui sert les dames en premier....rare au Maroc.

    Quatre plats différents, mais bons et copieux, tant et si bien que nous ne prendrons même pas de dessert, café et thé nous suffiront.

    Tajine de boulettescalamars frits

     Côtes d'agneau   Pizza bolognaise

     

    Maintenant nous digérons.....avant d'aller au petit souk pour l’achat de légumes et de fruits.

    Au retour je ne manquerai pas de vous donner les prix...ils vous ferons rêver. La baguette ce matin nous à coûté 1,5dh soit même pas 15 centimes. 

    La rue du petit souk

    Une déco surprenante

    Drôle de petite boutique

     

     

    Grande balade pour aller au souk, nous trouvons tout ce que nous voulons... pour 65dh donc même pas 6.5€, plus d'un kg de petits pois, plus d'un kg de pomme de terre, un kg d'aubergines, six œufs, un sachet d'ail, plus d'un kg d'orange et 1kg de bananes. Cherchez l'erreur ????

    Un de nos gracieux vendeurs de légumes

    Je ne vais pas insister davantage..... Pour ne pas faire rêver ceux qui malheureusement ne peuvent pas venir au Maroc.

    Ce Monsieur épluche des cardons et les vend en sachet tout prêt à cuire.

    Les commerçants sont toujours aussi aimables et son tout sourires sur les photos.

    Que dire de ce vendeur de cacahuètes qui se prête volontiers au jeux des photos au jeu des photos...

    Un futur vendeur

     

    Voilà une journée comme je les aime dans ce beau pays où je me sens si bien.

     

    10 Janvier 

    Nous filons donc vers l'est en suivant la côté Méditerranéenne puis la frontière Algérienne. Cette région du Maroc, nous la connaissons, moins que d'autres où nous passons tous les ans. Il est vrai qu'il y a des incontournables, des campings où nous adorons séjourner, des lieux où nous avons des amis, aussi bien marocains que français.

    De plus nos amis ne connaissent pas, dès demain ils seront en terre inconnue. Nous éviterons donc les campings surpeuplés de la côte atlantique, en effet je pense que ces régions ne sont pas saturées par le tourisme de masse , surtout en cette saison.

    Peu de camping dans ces régions, bien moins isolées depuis la construction, au prix de grands travaux, de la rocade méditerranéenne, la nationale 16 que nous allons emprunter et qui procure des paysages fantastiques entre mer et montagne.

    Départ comme prévu, quelques nuages s’agrippent sur le Rif  et envahissent Tétouan la blanche. Nous voilà donc sur la rocade méditerranéenne, la Nationale le 16 et dès la côte le soleil brille à nouveau réchauffant nos vieux os.

    Le Rif sous les nuages

    Notre route monte à l'assaut des collines, plonge aussitôt un niveau de la mer dans de petites plaines où les oueds sont souvent presque à sec.

    Au passage

    Un petit tour à Oued Laou sur la grande esplanade du front de mer. Rien de spécial ici. 

    Front de mer à Oued Laou

    Mais un ciel sans nuage et un soleil radieux nous accompagnent. Nous poursuivrons ainsi notre route qui caracole à flanc de colline et joue toujours à saute mouton, nous laissant souvent de belles vues en contrebas. Mais la luminosité n'est pas au top et les places pour stationner ne font pas légion. Grands virages, grandes montées, descentes impressionnante ralentisse notre progression et font chuter la moyenne. Nous avons le temps, pourquoi se presser.

    Des collines verdoyantes piquetées de maisons

    Des villages riants, aux maisons blanches parfois très colorées parsèment cette campagne verdoyante, des mosquées pointent leur minaret souvent bleu.

    Madame de corvée d'eau

    Maison en pîsé qui se confond avec le sol

    Un oued bien en eau

    La côte vers El Jebha est splendide.

     

    Premiers tours de roues au Maroc

    Le port se reproche

    Un arrêt presque au milieu de nulle part, pour notre repas de midi pourtant avant la fin du repas des enfants sont là réclamant stylos et bonbons. Dès que nous attrapons nos appareils photos ils courent, légers comme de petits écureuils, pour se cacher.

    Nous sommes dans le Rif, ces dames, souvent aux champs, ont revêtu leurs habits traditionnel, grand chapeau de paille souvent à pompon et leur fouta, nouée autour de la taille. Vaches et moutons, comme à l'accoutumé laissent dans les près ou en bordure de route.

    Une rifaine

    Des rifaines lourdement chargées

    Une belle rifaine

    Encore quelques tours de roues et nous voilà à El Jebha, ce petit port qui se niche contre la falaise à la Pointe des pêcheurs. Que de changement depuis notre dernier passage qui remonte à quelques années. Comme souvent au Maroc une grande et belle rangée de lampadaire blancs et bleus nous accueillent. Le village à bien changé, quelques immeubles et maisons blanchies à la chaux  ont poussé çà et là et même sur la falaise.

    Arrivée sur le port

    Nous voici donc au port

    Premiers tours de roues au Maroc

    Le port est toujours aussi agréable, il fait chaud, flâner et discuter avec ces Messieurs est un vrai plaisir. Assis en tailleur ou sur une cagette, ils  remaillent les filets ou fixent d'une main experte les flotteurs. Certains acceptent volontiers les photos avec le sourire, tout en continuant de travailler.

    Il  fixe les flotteurs

     il remaille

    Des lamparos

     

    Le port et le village

      

    La Pointe des pêcheurs

    Nous rencontrerons également un couple de Al Hoceima qui a travaillé en France avec qui nous papoterons.

    Les stationnements prévus auparavant ne semblent plus opérationnels, nous continuons notre route. La montée au dessus du port est très impressionnante, travail pharaonique pour ces grands virages qui culminent presque à 800m au dessus du niveau de la mer. La vue en contrebas est tout simplement exceptionnelle.

    El Jebha vu du haut

    Pano sur El Jebha

    Les collines sont plus douces, plus travaillées et c'est une belle palette de couleur qui s'offre à nous rehaussé par quelques champs verdoyants et de petites maisons blanches. Toujours des tas de pailles  de toutes dimensions, emmaillotés dans des filets.

    Des tas de paille

     

    Quelques vendeurs au bord de la route, amandes noix en coques, parfois du pain ou des bouteille de gaz.

    Un vendeur

    Parfois au détour d'un virage on peur rencontrer des obstacles imprévisibles et non signalés... il vaut mieux avoir de bons réflexes....

     

    Premiers tours de roues au Maroc

    Ce soir nous stationnons en sauvage sur la petite plage de Torres de la Escala, bercés par les vagues car il fait un peu de vent. Face à nous un lamparo pêche.

    Notre stationnement

    La vue depuis notre salle à manger

    Toujours depuis notre salle à manger

    Et de notre chambre à coucher

    Venons d'avoir des nouvelles de nos amis de Haute Savoie qui sont pour un mois à Agadir, en espérant les rencontrer.

     

    11 Janvier

    Le nuit a été bercé par des douces vagues qui sont venues mourir gentiment sur la grève. La pluie s'est invité cette nuit sans crier gare, mais nous ne l'avons pas entendu. Ce qui est tout à fait normal pour moi....

    Point de soleil...mais la lune....

    Elle est encore là

    Entre soleil et giboulées nous grimpons la petite côte pour atteindre l'ancienne forteresse plantée à 60m au dessus de la côte. Tout est bien aménagé et la vue là haut est imprenable sur cette mer tranquille et nos petits cubes en contrebas.

    C'est là haut!!!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore quelques escaliers à gravir

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Torre de la Escala en contrebas

     

     

     

     

     

     

    Nos petits cubes

     

     

     

     

     

     

    Premiers tours de roues au Maroc

     

     

     

     

     

     

     

        

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En route pour le petit port de Cala Iris, calé entre falaise et collines peuplées de thuyas, un bien joli non pour ce joli petit port qui semble très actif, (construit en 1998 dans le cadre d'une coopération Maroco-japonaise). La route est pratiquement refaite en très bon état seul un pont en travaux, donc quelques mètres de déviation qui ne gênent en aucun cas notre progression. Il est aussi connu pour sa plage paradisiaque avec ses petits îlots. Il fait bon y flâner entre deux giboulées.

    En allant au port

    Le petit port en arrière plan

    Le port de Cala Iris

     Les petites barques

    Ces Messieurs au remaillage des filets

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les lamparos

     

    Le treuil servant à remonter les barques

     

     

     

     

     

     

     

    Les îlots autour du port

     

     

     

     

     

     

     

    Nous poursuivons toujours vers l'est, sur la Nle 16, vers 12h la pluie se fait un peu plus persistante, mais s'en va ou revient au même rythme...

    Nous nous dirigeons vers Izemmouren, pensions voir le souk des femmes. Mais la pluie en a décidé autrement, nous ne ferons juste qu'un halte repas sur un parking. 

    La route P5211, au revêtement refait, nous conduira en de nombreux virages au port de Al Hoceima. Oh surprise !! Le parking que nous avions connu, quelques années en arrière, il est vrai est réduit comme peau de chagrin. Avec l'accord de la gendarmerie sur place nous pouvons stationner en épis devant la gare maritime, parking sous surveillance où l'on ne risque rien, cependant peu attrayant.

    Nous faisons donc un tour au port, pas de photos, bien entendu nous respectons (nous en prendrons juste une de l'extérieur à travers les barreaux) mais sommes un peu déçus.

    C'est tout ce que vous verrez du port

    La falaise depuis le port

    Nous grimperons environ 240 marches pour atteindre le haut de la falaise d'où la vue est imprenable justement sur le port.

    Un ferry

    Un petit souk nous tend les bras, les légumes y sont magnifiques et toujours aussi peu cher. Nous ferons donc quelques achats.

    Au souk

    Il quitte le port, destination ???

    La ville est pour nous méconnaissable, des immeubles ont poussé comme des champignons.

    De retour aux camping-cars nous décidons d'avance un peu, pensant stationner au Port Sidi Hssaim. Arrivés au port il y a un grand panneau Campement interdit. Nous stationnons donc et cherchons un responsable pour savoir ce qu'il en est. Point de responsable et impossible de savoir ou le joindre. Que faire ???

    Nous sommes hésitants, ne voulant pas aller à Nador surtout que la nuit commence à tomber. 

    "Saga africa"...commence. Il y a toujours une journée ainsi dans un voyage... où elle ne se déroule pas comme l'on voudrait. Nous décidons de trouver une gendarmerie afin de nous conseiller. Mais où allons nous la trouver ? Que des petits bleds sur notre route...

    Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. Au détour d'un virage, un accident, voiture en mauvais état, la gendarmerie royale est là. On nous précise qu'il s'agit s'agît d'un blessé léger, voilà donc une bonne chose. Ce charmant gendarme nous dit que l'on peut stationner à une trentaine de kms plus loin à l'hôtel Delta. Nous voilà donc parti tranquille, sous une belle averse, à la recherche de cet Hôtel. 

    Comme prévu nous le trouvons au bord de la route à Boundouha, c'est un patron charmant qui nous accueille, nous disant qu'il à l'habitude, que nous pouvons stationner en toute quiétude devant chez lui. Ouf, Merci. Je n'ose pas ajouter Allah...

    Le Motel Delta

    Nous nous installons et allons prendre une boisson chez lui, un whisky berbère pour nous quatre qui sera d'ailleurs très bon et sucré à notre goût.

    Notre thé

    Bien entendu nous demandons le prix de la nuitée. Pas question de payer, le restaurant étant fermé en ce moment,, nous irons donc prendre notre petit déjeuner chez lui demain matin à 9h. Nous voilà soulagés. Il n'y a qu'au Maroc, ou presque,  que l'on trouve cela.

    On est samedi, et nous prenons donc un petit apéro dînatoire chez nos amis, nous l'avons bien mérité. N'est-ce pas ? Ma petite sœur Brigitte, tu peux donc faire encore une croix sur ton calendrier...

    Tchin tchin

    Dommage, le petit port de Hssaim est charmant et regrettons de n'avoir pu y passer la nuit et de le faire découvrir à nos amis qui ne connaissent pas (le responsable a changé aux dires des personnes rencontrées).

    Demain sera un autre jour, nous espérons le soleil, pour l'instant pas de pluie qui clapote sur notre cc. 

    Bonne nuit, à Demain.

     

    12 Janvier

     

    Malgré la situation, la nuit sera douce.

    Comme prévu nous allons prendre notre petit déjeuner au bar, un bon petit déjeuner, comme vous pouvez le voir, et encore une fois pour un prix modique.

    Petit dej à l'hôtel

    Notre plateau

    Grand ciel bleu et soleil radieux ce matin, comme quoi les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Nous continuons donc notre route  tranquillement, direction le cap des trois fourches qui se mérite.

    Traversons Nador,

    Nador

    contournons Mellila,

    Port de Mellila

    Mellila

     roulons ensuite sur cette route étroite, aux bords rongés, aux nombreux nids de poule, devenant, comme dirait Émile, alias Touareg, des nids d'autruche, traversant parfois des bois de pins ou d'eucalyptus dont les senteurs chatouillent nos natives, qui dévalent les pentes et les remontent aussi vite en grands lacets tout en surplombant la mer.

     

    Notre route

    de minuscules villages en contrebas

    Ces dames vont faire bouillir la marmite

    Encore un village sur cette route du bout du monde

    Un demi tour sans problème, nous monterons sur la terrasse du phare, convié parc ces Messieurs de l'armée. Là haut la vue est imprenable, la mer prend quelques airs de lagon.

    L'arrivée au phare

    Au bout du monde, faut faire demi tour

    La vue en contrebas

    Le phare

    Repas de midi sur la petite plateforme devant cette petite maison blanche cubique où semblent loger les militaires.

    Notre plateforme pour midi

    Encore une petite balade sur le petit promontoire où la mer en contrebas joue la carte postale.

    Sur l'autre face

    Un Monsieur avec son petit sac semble attendre une âme charitable pour le conduire en ville. Nous raison notre BA et le montons à bord et le déposerons comme prévu en ville. Il a sourire radieux avec de grands merci, nous lui avons sans doute enlevé une repine du pied, vu le peu de circulation vers le cap, même en ce jour dimanche. Peu ou pas de discussion, juste quelques lots en Français ou en espagnol et hélas nous ne parlons pas leur langue.

    Nous roulons tranquillement, les nuages s'agrippent aux collines tandis que l'a côte est tout à fait dégagée.

    Côté terre

    Côté mer

    Un dernier arrêt à Ras el Mar ou Cap de l'eau, encore une petite station balnéaire et portuaire qui a bien changé depuis notre dernier passage. Juste un tour en bord de mer face aux îles Charfines, trois îles espagnoles, plantées là tout près de la côte, connues au Maroc pour Iles de voleurs, référence aux pirates du XIX ième.

    Le port de Ras el Ma

    Les iles

     

    • L'île de Congrès, est la plus grande avec une superficie de 22.5 hectares, 900 m de longueur, 500 m de largeur et 137 m d'altitude.
    • L'île d'Isabelle II (15.9 hectares) est la seule habitée. Elle est située au milieu à un km de la première île et à 175 m de:

     

    • l'île du Roi Francisco (12.7 hectares) qui sert de cimetière à l'archipel.

    Des jeunes sautent dans l'eau qui ne semblent pas très chaude et font l'attraction du coin, beaucoup de badauds. 

    Il saute

    Encore quelques kms et nous voilà devant le camping Amazone, comme à chaque passage il est fermé il faut sonner pour avoir porte ouverte.

    Sommes seuls nous nous installons dans la première partie évitant les beaux eucalyptus qui le peuple. Il a changé agréablement de physionomie, mais l’accueil ne nous convient pas. Même pas la fiche remplie il faut payer la nuitée.... Nous nous exécutons, sans dire mot, surpris tout de même, on se croirait ua municipal à Agadir.....

    On est dimanche !!!

    Tchin tchin

     

    13 Janvier

     

    Journée relâche.... des saines occupations de camping-caristes. Plus quelques  "bricolages". En effet quelqu'un est monté, par le porte vélo de nos amis, sur leur toit, sans nul doute hier car en reculant il ne voyait plus rien. Qui ?? où ??? arrachant à moitié au passage la caméra de recul.

    Encore une surprise, de taille.... Vers 10h ou 10 h30, le responsable du camping, prétextant un départ à Berkane, vient nous demander de payer la nuitée. Je vous avoue que j'ai failli lui dire que nous partions, il était encore temps, il n'était pas midi. Bonjour l'accueil !!!!

    Du coup plus de porte vélo il est dans nos coffres.

    Cet après midi une grande balade le long du grand boulevard en front de mer où café et restaurants ont poussé comme des champignons... il fait très bon, presque chaud car pas le moindre souffle.

    Les falaises se trouvent en Algérie

    le long de la plage

    Cela semble tout à fait normal ....

    La belle plage de Saïdia et au fond les charafines

    Petit tour au souk, Merci Pascal de nous l'avoir indiqué.

    En allant au souk

    Quelle ne fut pas notre surprise, un souk aseptisé, comme dirait le Routard, avec des échoppes en dur, un plateau central avec le poisson et les légumes autour. Quelle différence avec le souk que nous avions connu, sous les arbres sur la terre battue avec des commerces fait de bric et de broc en toile et plastique. Tout évolue au Maroc et souvent en bien.

    Menthe et shiba

    Au souk

    Paulette compte bien....

    Une belle tranche de thon

    Que de belles raies !!!

    Voilà les bébés...LOL

    Toujours au soukRien ne manque...........

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Drôle de véhicule

     

    Encore une journée cool.

    Ce soir un petit restau trout près du camping, des envies de poisson avant de filer dans les terres. Tout est dans nos assiettes....

    Notre restau, accueil bien sympathique

    Harira pour nous rechauffer

        Ou calamarscrevettes

     

    Bon appétit

     

    Demain , nous filerons vers Oujda, pour voir des amis,  notre route sera guidée par le temps...

    En  tout cas ce soir c'est clair de lune...donc pas très chaud.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique