• 17 juillet

     

    Les travaux son terminés, il fait une chaleur épouvantable... Nous partons, dès le début de l'après midi,  pour les  "grandes vacances" dans la Haute Savoie mais par le chemin des écoliers. Espérant un peu de fraîcheur....

    Un petit passage dans nos belles montagnes Jurassiennes que nous affectionnons. La clim fonctionne à plein rendement, c’est ainsi très agréable de voyager.

    Comme chaque fois nous passons devant le mémorial des maquis de l’Ain et de la Résistance.

     

    Mémorial de la Résistance du Val d'Enfer

     

    Monument du Val d’Enfer

    Erigé en bordure de la D1084, dans la gorge sauvage du Val d’Enfer, le monument de la Résistance de l’Ain et du Haut Jura, sculpté par Charles MACHET, surprend tous ceux qui circulent sur cette importante voie de communication.
    [Cette oeuvre, due à l'initiative du Colonel ROMAN PETIT, chef des maquis de l'Ain, a été sculptée par Charles MACHET dans ce site choisi par les responsables de la Résistance en raison des exactions commises à Cerdon, d'un accrochage sérieux infligé aux troupes ennemies dans ce secteur en juillet 1944, pour permettre d'intégrer ce projet en parfaite symbiose avec une nature vierge.
    Ce mémorial, dédié à la mémoire des 700 morts des maquis de l’Ain et du Haut Jura, restera un témoignage de reconnaissance envers ceux qui ont laissé leur vie pour notre liberté. C'est surtout, à travers le symbole de beauté de cette femme brisant ses chaînes, l'incarnation de la Victoire sur toutes les oppressions et les dictatures.

     Une belle vue sur la vallée du Cerdon, cette petite bourgade célèbre pour ses cuivreries mais aussi pour son vin AOC Bugey – Cerdon, vin pétillant rosé apprécié pour son goût fruité et sa mousse légère et fine.

     

    Les vignobles, côteaux du Cerdon

     

    Un petit arrêt à Echallon au « monument aux ailes alliées» pyramide de 7m de haut surmontée de la croix de Lorraine. (Nous ne verrons pas Bruno mais seulement son camping-car)

     

    Le monument aux ailes alliées

    "Chez Bruno"

    Heureusement nous ne nous sommes pas mis à côté de lui....

     

    Là, eurent lieu des parachutages d'armes et de vivres. Le 4 août 1944, parachutage par 36 forteresses volantes de l'USAAF d'un important stock d'armes de toutes sortes et d'explosifs. C'était aussi un lieu de rencontre entre les maquisards des différents camps des maquis de l'Ain et du Jura et des combattants de l'armée secrète des villes. Le monument fut élevé avec les pierres des maisons du village détruites par l'occupant. Les cendres des officiers alliés y reposent et un jardin des souvenirs accueille les cendres des anciens maquisards qui voulaient reposer ici.

    Pour plus de précisions : http://www.maquisdelain.org/docs/37eAvion.pdf

    Arrivée à la Pesse sur l’aire de service où stationnent déjà quatre camping-cars. Nous nous installons à l’ombre, un peu de courant d’air et le tour est joué, La température chute et devient très très agréable. Nous fermons même quelques ouvertures. Nous revivons.

     

    Notre environnement sur l'aire de la Pesse avec de beaux épilobes

     

     

    18 juillet

     

    L’orage a grondé cette nuit, il a déversé une pluie bienfaitrice sans violence, aussi bien pour la nature que pour l’homme.

    Ce matin nous n’avions que 16°, parfait, mais le soleil fait doucement remonter les degrés sans exagération. Que du bonheur.

    Quelques courses aux petits commerces du coin, puis une balade dans les coulisses de la Pesse où nous découvrirons quelques beaux chalets en rondins.

     

    Chalet typique jurassien

    Un modèle réduit

    Encore un

    Une admirable boite aux lettres

    Un lotissement de chalets

     

    La matinée se passe ainsi bien tranquillement et l’heure du repas approche.

     

    Il fait presque frais

     

    Encore un peu de farniente avant d’enfourcher nos vélos pour une belle rando entre forêts et belles combes.

    Pédaler sur ces petites routes où peu de voitures y circulent, malgré la période des vacances, est un vrai plaisir. C’est devenu notre terrain de jeu favori, ici dans ce lieu magique de moyenne montagne l’on peut contempler, admirer, humer en toute tranquillité, communion parfaite avec la nature.

     

    Une mgnifique combe

     

    Le lac de l’Embossieux s’endort dans une belle combe entourée de forêt maos aussi d’épilobes qui rougeoient.

     

    Descente vers le lac

    Un cycliste Hi hi

    Le lac de l'Embossieux

    Il est à pied!!!!

    Encore le lac

     

    Nous suivons les petites routes ou les chemins forestiers qui nous réservent de belles vues.

     

    Le Crêt de la Neige dans le lointain

    Le Guinette en été (souvenir d'unréveillon de 1er de l'an)

    Encore unmagnifique vallon

    Les Moussières

     

    Retour au camping-car, farniente et apéro… Il vient même de tomber quatre gouttes, une pluie fine qui a encore rafraichi l’atmosphère pour notre bien être.

    Ce soir sur l’air il y a neuf camping-cars, mais nous avons suffisamment d’espace.

     

    19 juillet

     

    Quelques nuages inoffensifs trainent dans un ciel bleu, nous ne changerons donc pas nos projets.

    Viennoiserie au petit déjeuner, la boulangerie est vraiment toute proche.

    Vers 10h nous partons donc en vélo pour le refuge du Berbois où nous pensons laisser nos vélos et faire un petite rando mise en jambe, la première de l’année.

    Une petite route montante ombragée nos y conduit en quelques tours de pédales, cependant, sur cette route si calme, beaucoup de voiture nous double. Nous sommes très surpris…

    Nous comprenons rapidement en arrivant, les parkings sont plein au niveau de la borne aux lions. En effet c’était le 50ième rassemblement des amis de Crêt de Chalam et de la borne aux lions, haut lieu chargé d’histoire, bien entendu les anciens résistants de l’Ain et du Jura étaient là, hélas de moins en moins nombreux, ainsi que de nombreuses personnalités. A cette occasion il y avait un repas festif.

     

    Anciens résistant et porte drapeau sont là

    c'est endroit est réservéaux anciens

     

    Nous laissons tout ce beau monde pour poursuivre à pieds notre but, le somment du Crêt de Chalam 1545m.

    Après quelques centaines de mètres le chemin forestier se transforme en sentier agréable qui court en forêt. Faux plat et montées se succèdent réduisant parfois notre souffle et durcissant nos mollets, cependant nous sommes montés légers juste avec de l’eau . 

     

    On pourrait croire qu'il a des jambes Hi hi

    Sur un petit sentier en forêt de Chalan 

     

    Là des racines, là des cailloux qui ralentissent notre progression, parfois un arbre couché nous barre le sentier nous obligeant à l’escalader.

     

    Plus que quelques mètres à monter

     

    La partie sommitale en herbe est très pentue, des escaliers en rondins y sont installés, et oui nos sommes au Jura, mais ils ramollissent nos jambes de chibanis.

     

    L'avant dernier effort

    Le dernier effort et pas des moindres...les escaliers

    Les derniers escaliers, enfin le sommet

    Le sommet, pour l'occadion il y avait un drapeau

    La Pesse en contrebas

     

    Descente par le même sentier, descente rapide et bien entendu arrêt au refuge du Berbois pour le repas. 

     

    Descente au milieu des épilobes

     

    C’est une croûte des Hautes Combes que nous avons choisi accompagnée de salade.

     

    Croutes des Hautes Combes

    Miam c'est bon

     

    C’était copieux et délicieux, salade du jardin que la propriétaire allait cueillir au fur et à mesure des besoins.

    Nous reprenons nos vélos et rentrons au camping car.

    Un peu de repos, sieste et soduku et nous voilà repartis.

    Les beaux coins ne manquent pas ici, vélo et petites routes permettent de les dénicher, combes sauvages et forêts mystérieuses sur succèdent. LeJura plisse et ondule. Nous voilà au belvédère de la Roche Blanche, quelques centaines de mètres à parcourir à pied et nous y voilà. D’un simple coup d’œil nous admirons St Claude, le vaste pli anticlinal de Sur-les Grès, ces immenses plissement rocheux, les gorges du Flumen , une impressionnante vue plongeante.

     

    Vaste anticlinal Sur le GrèsSt Claude dans le lointain

    Belle falaise dont on ne voitmême pas le fond

     

    Nous poursuivons au belvédère de Cernaise, mêmes vues en contrebas nous pouvons suivre les gorges du Fumen encore plus loin. Panorama époustouflant du haut de ses falaises.

     

    Le chapeau de gendarme

    Les gorges et Septmoncel

    Depuis le belvédère

     

    Retour chez nous…. Toujours sur l’aire de la Pesse. Nous nous sommes un peu déplacés et internet est encore plus aléatoire.

    Il fait un temps d’été très agréable, des températures de saison, une brise nous rafaichit. Que du bonheur.

     

    20 Juillet

     

    Pas de boulangerie ouverte ce matin…dommage.

    Nous faisons les services à la borne, pour 2€ et nous profitons des 20mn d’électricité pour charger tout ce dont nous avons besoin.

    En route pour les Bouchoux direction St Claude une petite route qui se tortille en forêt, à chaque tour de roue, comme à chaque coup de pédale on est surpris par la variété des paysages et la beauté des parcours.

    Un tour dans ST Claude, ville nichée dans ses montagnes et qui évoque la fabrication des pipes de bruyère, pour quelques courses. (Toutes les photos sont prises du camping-car, impossible de s'arrêter en ville)

     

    Cathédrale St Pierre:Sr Paul :St André à St Claude

    St Claude

    St Claude

    St Claude son ppnt

     

    Direction Septmoncel par les fameuses gorges de Flumen, sur cette route un éperon n’a pu être contourné, on l’a troué par un court tunnel : la Roche-Percée. La sinueuse route D486, parfois à pic au dessus de l’abîme, un simple garde-fou protège le voyageur contre le vertige corniche, longe les gorges profondes et sauvages du Flumen. Le Belvédère du saut su chien offre un magnifique panorama de la gorge en contrebas sans toutefois voir les profondeurs, paysages grandioses et imprévus comme offre souvent le Jura. (peu d'arrêt possible en cc donc peu de photos)

     

    Au saut du chien

    Les gorges boisées entrecoupées de strates rocheuses

    Au saut du chien, on entand aussi le Flumen roler au fond de la gorge sans le voir

    Premier arrêt au Saut du Chien

     

    Le bord du plateau semble s’être effondré en un cirque gigantesque, frangé de découpures profondes entre de hautes parois.

    Hier on s’est approché du ciel pour voir le monde d’en haut aux deux belvédères, aujourd’hui on le voit d’en bas.

    En grands lacets serrés nous arrivons au chapeau de gendarme, curiosité géologique qui ressemble à un de ces chapeaux que portaient les gendarmes après la révolution.

     

    Le chapeau de Gendarme

    Le Chapeau de Gendarme

    Deuxième arrêtles deux seules possibilités durant la traversée des gorges, dommage

     

    Malheureusement en ce moment, la canicule sévissant, le spectacle des cascades n’est pas au rendez-vous.

    Nous poursuivons notre route et nous arrêtons sur l’aire de Lamoura où nous prendrons notre repas de midi, dehors, sous le store déplié où il fait très bon.

    Les relax nous tendent les bras pour des moments de repos que nous apprécions.

    Nous chausserons ensuite nos godillots pour le tour du petit lac de Lamoura, lac glaciaire avec son petit coin de plage où les vacanciers s’en donne à cœur joie, une petite merveille. Nous prendrons encore le temps d’apprécier ce petit coin, de contempler ce lieu magique, d’écouter ou encore de humer.

    Près d'une ferme nous découvrirons un ancien grenier fort vraisemblablement pas entretenu. Dans la deuxième moitié du 18ième les fermes du Haut Jura présentaient des risques d’incendie, avec leur cheminée en bois, les façades recouvertes de tavaillons et le foin entassé dans la grange. D’où cette construction, pour limiter les dégâts en cas de sinistre. Donc cette construction à l’écart, construite en bois épais, sans fenêtre, avec une porte épaisse avec serrure et clé importante permettait d’abriter les biens les plus précieux. Sous le grenier était creusée une cave permettant de stocker grain et légumes.

     

    Un ancien grenier fort 

    Un bien joili sentier fleuri nous permet d'arriver au lac

    Le début du lac

    D'un bon pas  !!!

    Dans la partie tourbière, sentier de bois

    Petit pont de bois 

     

    Retour au camping-car et départ pour l’aire de Bois d’Amont, plus agréable à notre goût.

     

    21 juillet

     

    Une nuit fraiche et agréable, une belle et chaude journée qui commence.

    Après le petit déj, au pain frais, nous partons pour les Rousses visiter le fort. La route que l’on croyait plate a des montagnettes russes, nous pédalons ou nous nous laissons glisser sans le moindre problème.

    Un petit tour au fort et nous prenons nos tickets pour la visite de 15h des caves du comté Juraflore, grandes caves de Charles Arnaud, fromager depuis trois générations. C’est un lieu d’exception réunissant les meilleures conditions pour l’affinage du comté.

     

    Entrées Susse du fort des Rousses

    La cour intérieure

    Un des bâtients reconvertis 

     

    A la sortie des Rousses, le gîte du grand Tetras, souvenir d'une traversée du Jura en ski de fond...

     

    Le grand Tetras

    Et sa fontaine

     

    Retour au camping-car par la route du lac des Rousses qui scintille et reflète ce ciel parsemé de quelques nuages, forêts et maisons.

     

    Le lac des Rousses

    Une vrai carte postale ce lac

     

    Repas agréable dehors sous le store et nous voilà repartis aux Rousses, en vélo, cette fois ne ferons que la route du lac, beaucoup plus calme.

    Dans ce haut Jura à 1150m, le fort des Rousses voit le jour en 1843, c’est la deuxième forteresse française par sa superficie après celle du Mont Valérien à Suresnes. Il possède plus de 50 000m2 de salles voûtées, sa solidité ne fait aucun doute certains endroits possèdent une double voûté séparée par plus de 4m de terre, sur laquelle se trouve encore 7m de terre. Cette forteresse est entourée de 22ha de terrain et 2,2km de remparts.

    La construction du Fort des Rousses : En 1800, Bonaparte remarque la position militaire importante des Rousses qui devient le point de convergence de routes venant de Suisse. En 1814, puis en 1815 l’invasion des troupes autrichiennes pousse les autorités militaires à fortifier les Rousses. Dès Juin, des ouvriers travaillent à l’édification de redoutes dont la plus importante se situait au Sud-est de l’église. Celle-ci, apparente sur le cadastre Napoléonien, est actuellement démolie. L’année suivante la construction du fort est officiellement décidée mais ce n’est qu’en 1841 que les Chambres, sur la demande du ministre de la guerre, votent 5 millions de francs pour la création d’un camp retranché capable de recevoir une garnison de 2500 à 3000 hommes. Du mois d’avril au mois de septembre, sept à huit ingénieurs, sous la direction du capitaine de génie Bichat, travaillèrent aux plans architecturaux du fort. La construction s’étale de 1843 à 1862, 20 ans au cours desquels des hommes du génie, des milliers d’ouvriers et une dizaine d’entrepreneurs se relayeront. Connus pour leur savoir dans le métier de la taille de la pierre, la plupart des ouvriers provenaient de la région Piémontaise. En 1848, beaucoup d’ouvriers des Rousses, sans emploi par suite de la Révolution vont se faire embaucher à la construction du fort. Les entrepreneurs hésitent à les employer, redoutant leur peu d’expérience dans le domaine mais cèdent rapidement face à une émeute. Dans les années suivantes, les travaux se ralentissent et ce n’est qu’en 1853 que le revêtement des fossés est entamé. Même si en 1862 le fort se tient prêt, ce n’est qu’en 1868 qu’il sera armé avec 81 pièces d’artilleries (meurtrières, embrasures). On reçoit 40 000 kilos de poudre. Les canons arrivent l’année suivante. Le fort abrite 3500 hommes jusque dans les années 1870. Dès la 1ere guerre mondiale, le nombre de soldats est restreint : il ne reste qu’une cinquantaine d’hommes. A la fin de la 2ème guerre mondiale, le fort des Rousses devient un centre d’entraînement commando jusqu’en 199

    La reconversion du Fort des Rousses : Les militaires décident de vendre une partie de leur patrimoine qui ne leur est plus utile. C’est la MRAI (Mission pour la Réalisation des Actifs Immobiliers de la Défense nationale) qui est dirigée par un ingénieur, un colonel et 5 négociateurs. Le Fort des Rousses sera vendu à la Commune des Rousses pour 0,87 millions d’euros en 1997. En 1998, elle entreprend quelques travaux de rénovations et réalise un créditbail avec les Fromageries Arnaud, spécialistes du comté (caves d’affinage et centre de visite) ainsi que le groupe Forsym (fabriquant de composants de lunetterie et d’horlogerie), ce dernier n’occupant plus maintenant les locaux du Fort. Le bâtiment Saint Germain est utilisé par la Sogestar (Société de Gestion de la Station des Rousses) et la Communauté de Communes des Rousses. Des caves d’affinages sont également présentes avec leurs 75 000 meules de comté et de nombreuses activités existent dans l’enceinte, et à l’extérieur du Fort des Rousses.

     En 1997 suite à la réorganisation des armées, les militaires quittent le Fort des Rousses qui est reconverti en « Fort Aventure ». De nombreuses activités s’offrent à tous dans l’enceinte du Fort :

    Les Parcours Aventure

    Les Souterrains Aventure

    Découverte du Fort

    Les Caves d’Affinages La Fromagerie Juraflore.

    C’est avec une charmante guide que nous ferons la visite des caves d’affinage, le choix du lieu n’est pas innocent, Mr Arnaud a fait son service militaire au fort et pensait déjà que ces voûtes pourraient devenir un lieu idéal pour l’affinage des meules de comté.

     

    Suivez nous

     

    Dans la première salle nous pourrons voir la maquette du fort. pas de belles photos à travers les vitres protectrices.

     

    Une partie de la maquette

    Une autre partie

    Encore la maquette, cave d'affinage

     

    Quelques objets d'une ancienne fromagerie.

     

     

    Notre guide évoquera ensuite les fromages AOC du haut Jura, le Mont d’or, le bleu de Gex et le Morbier.

    Puis on pénètre dans l’impressionnante cave, avec son fantastique  demi-cintre en pierres de 215m de longueur. Les meules, environ 42kg, sont déposées, tournées, salées et frottées par des robots sur des planches,  

     

    Une travée de la cave d'affinage 

    Une autre partie de la cave d'affinage 

     

    Nous découvrirons une fruitière d’autrefois où tout était fait à la main, passerons dans une salle d’affinage avant de se retrouver dans la poudrière où nous pourrons voir un petit film. 

     

    Reconstirution d'une ancienne fruitière

     La presse

    Pesage des meules

    Le transport

    Boite à fromage que l'on trouvait autrefois dans touts les fermes

    Couloir voûté permettant d'accéder à la procrière 

     

    Cette poudrière est une pièce très aérée, entourée de couloirs, utiles en cas de déflagration, celle-ci s’étalait en largeur et non en hauteur. Dégustation de trois comté, un comté d’hiver donc plus blanc, les vaches étant nourries à l’étable avec du foin, ensilage interdit, puis un fromage d’été, 9 mois d’affinage plus jaune car les vaches paissent dans les près et un fromage d’hiver 12 mois d’affinage. Pour nous le meilleur et le plus fin en bouche était le fromage d’été.

    Sur le site il n’y a que 8 employés permanent, dont cette guide pour un affinage de 95000 meules de comté. Le minimum d’affinage est de 4 mois, Cette cave exceptionnelle affine ses fromages sur 12 voire 18 ou 36mois.

    La maison mère est à Poligny, affinage de plus de 100000 meules. La famille Arnaud aménage encore de nouvelles caves au fort et on nous promet des nouvelles visites exceptionnelles. Notre guide a une profonde admiration pour son patron qui semble un homme admirable.

    Le massif jurassien offre un espace naturel où seules les vaches montbéliardes produisent un lait de qualité, riche en saveurs, le savoir faire des maîtres affineurs et le lieu d’exception permettent de proposer un comté possédant des saveurs et une richesse aromatique exceptionnelle.

    Nous sommes ravis de cette visite à la fois instructive et passionnante.

    Nous ferons le tour du fort à vélo.

     

    Tour du fort

    Un petit tour dans le Jura

    Nous allons sortir du fort par la porte de France

     

    Un petit arrêt agréable aux Rousses.

     

    Crêpe au sucre

    Juste pour le verre !!!

    Crêpe au nutela

     

    En route à l'entrée de Bois D'Amont quelques maisons surprenantes...

     

    Celle-ci tout en métal

    Là un petit air de Norvège

    Là des mini chalets

     

    Retour sur notre aire de service où nous pourrons manger dehors ce soir en mettant une petite laine. Nous sommes très bien la température est à peine de 20°. La nuit s’annonce bonne.

    Demain sera une journée de liaison, nous rejoignons notre petit pied à terre dans la vallée verte.

     

    22 juillet

     

    Nous avons donc pris la route par le col de la faucille sous un beau soleil et ciel bleu. Mais le cœur n’y est pas, pas envie de quitter le Jura, ses paysages merveilleux, son calme, sa nature généreuse et sa fraicheur.

    Arrivés au studio vers la mi après midi, le ciel commence a s’obscurcir dangereusement. Le gardien déplace gentiment sa remorque pour que nous installions notre cc juste devant chez nous, et cela sans rien demander.

    Quelques gouttes tombent…rien de méchant…. Nous nous installons en toute quiétude…

    Il ne fait pas trop chaud, c’est très agréable, il y a un peu de vent. Mais le ciel continu à se charger, le tonnerre comment à retentir au loin et la pluie fini par arriver, une petite pluie qui fait sans doute beaucoup de bien à dame nature qui souffre, comme nous même à cette altitude.

    Nous avons donc un cc devant nos fenêtre, mais c’est un Hymer, nous aurions préféré un Mc Louis. Et oui nos amis aveyronnais ne peuvent pas venir cette année. Le studio est bien vide, le rire de Brigitte ne retentit pas, Christian n’st pas là pour tenter de nous communiquer son calme légendaire. Et comme si nous n’y pensions pas assez voilà que le temps devient semblable à celui de l’an dernier….

    Nous sommes tristes mais j’espère que ce n’est que partie remise.

     

     

    22 juillet

     

    Nous avons donc pris la route par le col de la faucille sous un beau soleil et ciel bleu. Mais le cœur n’y est pas, pas envie de quitter le Jura, ses paysages merveilleux, son calme, sa nature généreuse et sa fraicheur.

    Arrivés au studio vers la mi après midi, le ciel commence a s’obscurcir dangereusement. Le gardien déplace gentiment sa remorque pour que nous installions notre cc juste devant chez nous, et cela sans rien demander.

    Quelques gouttes tombent…rien de méchant…. Nous nous installons en toute quiétude…

    Il ne fait pas trop chaud, c’est très agréable, il y a un peu de vent. Mais le ciel continu à se charger, le tonnerre comment à retentir au loin et la pluie fini par arriver, une petite pluie qui fait sans doute beaucoup de bien à dame nature qui souffre, comme nous même à cette altitude.

    Nous avons donc un cc devant nos fenêtres, mais c’est un Hymer, nous aurions préféré un Mc Louis. Et oui nos amis aveyronnais ne peuvent pas venir cette année. Le studio est bien vide, le rire de Brigitte ne retentit pas, Christian n’st pas là pour tenter de nous communiquer son calme légendaire. Et comme si nous n’y pensions pas assez voilà que le temps devient semblable à celui de l’an dernier….

    Nous sommes tristes mais j’espère que ce n’est que partie remise. Pas dephoto ce jour....pas vraiment envie....

    A demain pour nos aventures en Haute Savoie.


    8 commentaires
  • Jouant sur ses lumières douces et changeantes, sur la beauté sauvage et l’élégance naturelle de ses paysages variés, la hte Savoie, offre  aux randonneurs et promeneurs une immersion grandeur nature avec ses sommets envoûtants et mythiques, ses neiges éternelles, ses plateaux, ses vallées étroites ou ensoleillées,  ses torrents chantants ou bouillonnants, ses cascades déboulant à cœur joie dans de vertes vallées, ses lacs lumineux où se mirent les cimes, ses belles forêts épaisses, ses immenses prairies d’estive, sa flore si riche  et sa faune très attrayante que l’on peu découvrir discrètement à l’orée d’un bois ou sur une barre rocheuse.

    Région coquette parée de magnifiques petits villages aux chalets éclatants et fleuris, révélant leur éclat singulier sous la belle lumière montagnarde et égrenant tous la douceur de vivre durant l’été.

    Ce cadre spectaculaire et enchanteur, ce riche décor naturel, cet écrin verdoyant, devient, le temps de la belle saison, notre terrain de jeu favori où l’on se plait à marcher, à humer cette campagne pleine de senteurs, à regarder, à écouter le cri d’une marmotte, celui d’un passereau perché sur une branche ou tout simplement le silence et parfois à rêver les yeux grands ouverts tout en respirant à plein  poumons.

    Cette belle contrée, veillée par le Mont Blanc, abrite bien des trésors et distille son charme aussi bien en été qu’en hiver, même si depuis quelques années nous boudons les frimas et son manteau d’hermine. En effet nous préférons la quiétude ensoleillée du Maroc, l’accueil de ses habitants, le charme de ses paysages envoûtants et les rencontres agréables.

    Ces montagnes que nous aimons tant,  que nous parcourons avec plaisir, parfois avec quelques difficultés (nos mollets faiblissent sous les ans… nos genoux grincent….) nous avons envie de les faire connaitre à nos amis, de les parcourir avec eux  afin de découvrir leur secret et leur beauté ou tout simplement de les contempler.

    Mais hélas cette année ils ne viennent pas. Nous sommes très très déçus, bien que nous comprenions leur décision. Nous osons espérer que fin août ils trouveront un créneau.

     

    23 Juillet  

     

    BON ANNIVERSAIRE MURIELLE ET GROS BISOUS

     

    Ne dit-on pas « après la pluie le beau temps » et bien voilà cela se vérifie ce matin.

    Le soleil est bien là, un peu de vent mais des températures agréables quelques brumes trainaient encore sur les sommets mais se dissiperont rapidement.

    C’est à vélo que nous allons faire un tour à Bellevaux afin de situer le départ de la Via ferrata, nous voilà donc au pied de celle de la cascade des Nants, classée assez difficile, c’est l’itinéraire fraîcheur mais hélas en ce moment point d’eau.

     

    Roche Motta encore la tête dans la brume

    Bellevaux

    Bellevaux se rapproche

     

    Retour au studio où nous mangeons dehors sous le parasol.

    Cette nous allons faire la reconnaissance de la via ferrata de la cascade des Nants, en effet nous allons avoir un week-end sportif en famille.

    Harnaché de la tête aux pieds, comme vous pourrez le voir, nous démarrons la voie en toute sécurité.

     

    Le départ

     

    Le premier tronçon, très facile nous conduit au dessus de la petite cascade  par le pont de singe de la cascatelle, qui est à sec, mais subsiste une grande marmite remplie d’eau, impressionnant pour moi qui n’a pas le pied marin…. 

     

    Pont de singe

     

    Nous suivons l’itinéraire rive droite jusqu’à la poutre de la marmite, puis l’ascension se poursuit rive gauche jusqu’à la double poutre de la Goulotte.

    Haute Savoie

    Ma poutre

     La double poutre  

    La double poutre

     

    La montée se fait plus verticale, il faut parfois faire de grandes enjambées pour trouver un point fort et forcer sur nos bras pour se hisser….nous voilà au pont Népalais de la source qui faut passer avec attention. 

     

    Malgré la ferraille pas toujours facile de trouver ses pas

    Une vue en contrebas 

     

    A la sortie du pont l’on monte jus qu’à la poutre de la crue, on a une vue sur l’ensemble de la voie.

     

    Presque arrivé...

     

    On termine par un petit canyon avant de traverser sur la poutre du moulin. Ouf c’est fini. C’était super mais un peu dur tout de même. Mais que ne ferions nous pas pour nos petits enfants (qui sont déjà bien grands...)

     

    C'est terminé. 

     

    Et dire que l’on va recommencer samedi et peut être en enchainer une autre….On verra bien….

    Nous découvrons avec cette via ferrata un pont couvert que nous ne connaissions pas… Brigitte et Christian fermez les yeux…on vous dera visiter le coin 5' de marche mais çà monte....

     

    Le petit pont couvert

    Le pont couvert de Bellevaux

    Haute Savoie

     La pointe dIreuse dans le lointain

     

    Une journée bien remplie et très agéable.

     

    24 juillet

     

    Journée relâche…. Sous un soleil magnifique, un ciel d’un bleu parfait et des températures de saison.

    En courses à vélo, c’est toujours très agréable et les montées ne nous font plus peur. Hi Hi

     

    Repas de midi sur la terrasse

    Après le repas, sodoku pour tout le monde

    Un cc squatte devant chez nous...trouvez l'erreur !!! 

     

    Encore une petite virée cet après midi avant de passer au fourneau…

    .

    Villard et la pointe de Miribel en arrière plan

    Les Crêtes d'Hirmintaz

    Un beau chalet

    Habère Poche côté pile

    L'église d'Habère Poche et les Crêtes en arrière

    Le Mont Forchat

     

    Il faut bien cuisiner un peu pour nourrir tout ce petit monde qui arrive ce soir.

    Nos gamins sont bien arrivés, avec eux c'est la joie de vivre. Mais le temps n'est pas très favorable, voilà la pluie qui arrive et l'orage gronde. Il rage sans être trop violent, mais traine en longueur une bonne partie de la nuit, troublant notre sommeil.

     

    Voilà nos gamins

    en famille

     

    Je vous dis donc à demain pour un we plus sportif en famille.

     

    Week-end en famille

     

    25  Juillet

     

    Ils sont tous levés avant nous (nous avons couché dans le camping-car) et sont même allés chercher viennoiseries et pain frais, la table est dressée et on nous attend patiemment, 10h il est vraiment l'heure de se lever. N'est-ce pas ??

    Notre petite Hindy est aussi de la fête, quelle câline ....

     

    Sahra et Hindy

    Unpeu de repos...

    Elle adore les caresses

     

    Sébastien et Pauline sont partis tester les vélos….

     

    Pauline

    Pauline et Sébastien

    Hinds s' inquiéte...

     

    Le ciel est morose, le soleil tente de percer la couche nuageuse sans y parvenir et la polaire est de rigueur que 16 petits degrés ce matin. Grrrr Même temps que l'an passé....

     

    En attendant Sabine

    En attendant le repas...

    Chacun s'occupe à sa façon 

     

    Voilà abine arrive, un peu fatiguée de sa dure semaine... Il est l'heure de passer à table...

     

    A Table !!!

    Pauline au service

      

     

    Mais après le repas amélioration certaine, nous partons donc faire la via ferrata de la cascade des Nants. Tout le monde est équipé de pied en cap, poulie compris, matériel loué sur place au stand de l’accrobranche. Et nous voilà en quelques minutes à l’œuvre….

     

    Tout le monde se prépare...

    Dans la bonne humeur....

    Départ imminent

    Nos trois minettes

    Sabine Harnachée

    Quelques mètres à parcourir et voilà le début de la via

     

    Le papi, après quelques conseils aux débutants, passe en tête suivi de Sébastien, je ferme la marche, Pauline et Sabine étant devant moi au milieu Maude et Sahra se débrouillent aussi comme des chefs….

     

    En piste !!!

    Cool le départ

    Maude et Seb vont atteindre la première poutre

    Sahra les suit de près

    Sabine et Pauine

    La dernière de cordée...

    grans sourire après la première partie

     

    Chacun va a son rythme, mais bien entendu en respectant les consignes de sécurité, pas deux sur la même partie de câble et une seule personne sur le pont de singe et pont népalais, même si deux sont tolérés, pour éviter des balancements inutiles et à contre courant.

     

    passage de la première poutre

    Pas de souci Pauline arrive avec le sourire

    Maude et Sébastien sur la poutre

    Sahrah vient de passer au dessus de la marmite

    Me voilà au dessus de ma marmite sur le pont de singe

    Sabine sur le pont de singe  Bien ma fille

    Sahra va franchir la poutre

    Un deux trois et quatre...grimpeurs

     

    Tout se passe fort bien même pour Sabine qui a le vertige et qui regarde plutôt la falaise que le vide sous ses pieds. Mais elle fait son chemin sans problème.

     

    Ca grimpe encore tout doux

    La paroi est raide mais la progression se fait rapidement

    Pauline franchit le pont de singe

    Maude sur le pont népalais

    Pauline monte comme un chef

    Sabine sur le pont népalais

    C'est maintenant au tour de Pauline

    Pont népalais en cours de franchissement

    Les derniers mètres...

    Puline passe l'avant denière poutre

    Dernier obstacle pour Sahra

    Encore un petit effort

    Courage Sahra c'est la fin

     Ouf !! dernière poutre en vue

    Ils sont arrivés...

    Ultime effort

    Mission accomplie repos bien mérité 

     

    Un peu de repos le temps de siroter une boisson et l’on décide de faire la via farrata du Châtelard, itinéraire classé difficile. Sabine préfère s’abstenir et aller chercher Hindy pour faire un tour.

    Une petite marche au bord du ruisseau, puis une petite montée et nous voilà au pied de la voie. 

     

    Un passage en forêt près du ruisseau

     

    La première partie très verticale me décourage, je décide donc de renoncer. C’est donc à cinq qu’ils poursuivent, Sébastien en tête, suivi du papi et  des trois filles. Finalement voyant leur progression assez rapide je regrette ma décision. Trop tard.

     

    Le départ

    Seb part en tête

    Malgré la verticale il grimpe facilement

    Nos trois minettes démarrent

    Seb creuse l'écart suivi du papi

    Le départ est un peu plus lent

    La petite Maude poursuit son ascension

    Nos deux hommes progressent rapidement

    Sahra poursuit sa voie

    Pauline la suit de près et ferme la marche

    Il faut faire de grands pas, les difficultés sont évidentes, mais ils pregressent fort bien.

    Plus lentement, mais surement elle progressent aussi

    Bravo Pauline

    Nos trois sportives

    Débit de la deuxième voie

    Sahra sur un pont népalais

    Sahra sur la poutre du chamois

    Mission accomplie pour nos cinq courageux

     

    Nous attendrons donc leur retour pour avoir leurs impressions. Peu de photos suaf au départ.

    D’un avis commun ils l’ont trouvé physique et leur bras furent mi souvent à contribution.

    Le deuxième tronçon fût un peu plus facile, puis le suivant d’avéra à nouveau très vertical jusqu’au pont népalais de Tétras lyre avec un passage athlétique en amont. Ensuite traversée ascendante jusqu’à la poutre du Chocard. Après la jonction avec la voie de la Grotte de Cristal, classée très difficile, la partie commune devient un cheminement plus facile avec le pont de singe de la Bartavelle et la poutre du chamois. L’itinéraire se termine par la tyrolienne de l’Aigle, aérienne au dessus du ruisseau des Nants que tout le monde a apprécié.

    Retour par le sentier de l’ancien moulin qui rejoint celui de la voie de la cascade des Nants.

    Notre petite troupe est un peu fatiguée. Mais après une bonne douche la faim se fait sentir.

    Nous irons donc manger à Hirmentaz, au restaurant les skieurs, chacun son choix, mais sommes restés dans des mets très savoyards, comme les bougnettes (beignets de pommes de terre) ou encore raclette. Menu qui réchauffe tout le monde car ce soir il fait à peine 16° et au retour 13°.

     

    Au restau des Skieurs

     Repas savoyard

     

    La nuit sera bonne pour tout le monde. Demain normalement journée adrénaline…

     

    26 juillet

     

    Petit déjeuner rapide…nous devons tous rejoindre Annecy, Doussard, plus exactement et plus précisément la piste d’atterrissage des parapentistes. Nos jeunes, Sabine et Dominique doivent faire un vol en bi depuis le col de la Forlaz.

    Une fois sur place, Dominique nous rejoint et nous piqueniquons tranquillement car les vols n’ont lieu qu’à 16H. Nous pouvons à loisir regarder les parapentistes voler, faire des voltiges ou tout simplement atterrir.

     

    Tous réunis

    Vive Takamaka

    un atterrissage en douceur

    Hindy

    Il fallait bien un dessert...glaces pour les gourmands

     

    L'endroit est propice aux vols, plusieurs agences sont en place dans ce champs d'atterrissage.

     

    Voilà celle avec laquelle ils volent

    Chacun son stand

    Il n'y a que l'embarras du choix...

     

    Comme nous avons décidé de faire quelques photos au décollage et que nous n’avons pas la possibilité de monter en voiture sur la plateforme. Nous partons plus tôt pour être fin prêts quand ils arriveront, avons un bon quart d’heure de marche sur un terrain en forte montée.

    De là haut nous avons une vu splendide sur le lac et les sommets environnants, dommage le ciel est gris et terne.

     

    Vue sur le lac d'Annecy

     

    Drin, drin le téléphone sonne c’est Pauline : vous pouvez redescendre on ne vole plus, trop tard, pas assez de vent.

    Très déçus, nous prenons le chemin du retour pour les rejoindre. Vols remis au 29 août, en espérant qu’il fera beau car en plus aujourd’hui le ciel est gris et le soleil n’a pas daigné se faire voir.

    Nous irions prendre un verre et manger une gaufre au restaurant du lac avant de nous séparer.

    Malgré cette déception de dernière minute nous avons passé un magnifique WE en famille.

     

    31 juillet 

    Retour dans nos montagnes

    Le camping-car est remisé pour un bon mois sans doute et nous remontons dans nos montagnes en voiture. Plus pratique pour sillonner le coin et se garer pour faire des randonnées.

    Nous ferons un petit arrêt à Seyssel qui a la particularité d'être pour la rive droite dans l'Ain et pour la rive gauche en Haute Savoie. Mais l'histoire des deux villes est intimement liée.

    Seyssel nous invite à découvrir une nature généreuse façonnée par le Rhône, ses quais  propices à la balade.

     

    Quai, pont suspendu et église

     

    Seyssel nous offre de vieilles demeures à portes cohére, des traboules, son église planté sur un promontoire dominant le fleuve et ses deux ponts suspendus.

     

    Autre pont suspendu

    Pont suspendu

    Pont depuis la Haute Savoie 

     

    En contrebas de l'église, dédiée à St Blaise, se trouve la Grenette, ancienne halle à grains.

     

    La Grenette

     

    Repas de midi à l’hôtel Beau séjour dont la terrasse domine le Rhône, un emenu du jour excellent, salade mélée, filet de rouget, riz tomate à la provençale, fromage blanc crème ou aux fruits rouges et salade de fruits.

     

    La terrasse su restau

    Le barrage de Seyssel

    Barrage

     

    Arrivée dans nos montagnes sans le soleil.

    Je ne vous décrirai pas le banal quotidien mais seulement nos sorties. Donc je vous dis à bientôt.

     


    10 commentaires
  • 01 Août

    Camping improvisé pour Rock n Poche, festival Rock qui a liu tous les ans le premier WE d'août, pas très beau cette année.

     

     

     

    02 Août

     

    Nos amis de Béziers en villégiature à Chamonix nous rendez visite et nous offre le restaurant. Nous avons réservé au Tiennelet, un restaurant que nous connaissons fort bien et où nous n’avons jamais été déçus.

    Ils arrivent vers 11h ainsi nous pouvons bavarder tranquillement avec Lulu et Michel et prendre un petit apéro avant d’aller manger.

    Discussions et souvenirs vont bon train. Nous ne nous voyons pas souvent alors nous profitons de l’occasion. Des moments de partage forts agréables.

     

    La mise en bouche

     

    Repas  donc au Tiennelet où nous serons super bien servis :

    • mise en bouche, velouté de petits pois

     

    Mise en bouche 

     

    • Entrée terrine de truite en corne d’abondance, petits légumes sauce vinaigrette aux fruits de mer

     

    Terrine de truite

    •  
    • Ou terrine de jambon aux petits légumes

     

    Terrine de jambon

      

     

    • Plat souris d’agneau (sauce je ne sais plus quoi…)

     

    Souris d'agneau 

     

    • Ou filet de mostelle

     

    Fulet de mostelle

    •  
    • Ou onglet au bleu de Savoie, le tout avec de petits légumes de saison et un gratin dauphinois.

     

    Onglet

    •  
    • Fromage blanc aux myrtilles

     

    Les desserts dont aussi variés, mille feuilles de framboises, sorbets variées, salade de fruits, son pain d’épice et sa glace à la lavand et vacherin, après une petite mise en bouche de dessert.

    Le tout accompagné d’un rosé d’oc très gouleyant. Bien entendu café avec ses petits chocolats et sa liqueur de framboise (offerte).

    Un grand merci à nos amis c’était excellent et copieux. Nous avons pris notre temps pour déguster aussi la digestion s’en trouve facilitée.

    Nous voilà au studio où nous pouvons poursuivre nos discussions. Mais tout à une fin ils rentent dans leur maison d’adoption à Chamonix.

    Une journée fort agréable.

     

    07 Août

     

    Il est des jours où l'on ne vas pas montagne....Mais la journée sera magnifique à tout mpoint de vue.

    Il fait un temps radieux, presque trop chaud, mais on ne va pas se plaindre, en montagne c’est supportable.

    Direction Morsullaz  où nous avons rendez-vous avec nos amis montagnards, pour manger de bougnettes. Oui,oui ces fameux beignets de pomme de terre, grand classique typiquement haut savoyard,  dont on raffole.

     

    L'église de Mont Saxonnex 

     

    Nous avons un peu d'avance en profitons donc pour monter sur le plateau des Frachets, face à la chaine du Bargy.

     

    Chaine du Bargy depuis le plateau

    Le Bargy depuis les restaurant

     

    Puis Paul va nettoyer son pare brise. 

     

    Heureusement il y a un ru

     

    Nous voilà donc installés au « restaurant de la Pointe du Midi », à 1567m d’altitude, sur la terrasse et sous les parasols.

     

    Le restaurant

     

    Un apéritif s’impose…framboisine pour ces dames et demi pour les messieurs.

     

    C'est l'heure de l'apéro

     

    Les bougnettes sont donc servies avec de la charcuterie et une belle salade composée. Les conversations vont bon train, ici on parle plutôt montagne que Maroc…..Ou encore les différentes bougnettes et là tout le monde n’est pas d’accord sur les lieux où elles sont les meilleures… Mais chacun ses goûts. Pour nous c’est un excellent endroit.

     

    Nos assiettes sont bien garnies...

    Miam c'est très bon

    Un petit coup de rouge...

     

    L’ambiance est agréable et nous nous attardons. Fromage, dessert et café rien ne manque.

     

    Taete aux myrtilles

    salade de fruits frais

    Tarte aux framboises

     

    Papotage par ci papotage par là, l’heure tourne plus rapidement qu’on ne le voudrait.

    Mais voilà, nous nous séparons, pas pour longtemps…Rendez-vous pris pour dimanche.

    A bientôt.

     

    Ce 09 août nous devions faire, avec nos amis montagnards, une petite  balade en matinée. Mais la météo en a décidé autrement puisque nous avons la pluie et une voluptueuse brume jouant au yoyo nous masque la forêt voisine.

    J’ai donc tout mon temps pour préparer mon repas, mais il était bien avancé au cas ou…

    C’est  l’heure de l’apéro champagne et petits toasts offerts par nos amis.

     

    L'apéro

     

    C’est l’heure de l’entrée, après avoir mangé une verrine de mousseline d’asperges.

     

    L'entrée

     

    Sans doute trop occupés à manger ou à papoter, nous n'avons même plus pensé aus photos.

    La suite du menu : cuisses de caille aux herbes accompagnées d'un flan de courgettes, salade de fuits frais, café et limoncelle apporté par nos amis ainsi que le vin.

    Encore des moments de convivialité que nous apprécions. Merci les amis d'être venus nous rejoindre dans notre vallée verte malgré le temps. Mais nous allons continuer cette belle aventure sous peu.

    A mardi sans doute.

     

    11 août

     

    Nous voilà donc tous aux Paccots, chez Michèle, pour des moments de convivialité autour d’une bonne table.

    Merci Michèle de nous avoir concocté un bon repas et sefvi de bon vins.

     

    C'est l'heure de l'apéro

     Tchin à la vôtre !!!

     

    Une petite entrée sympa et rafraichissante suivi de brochettes et d'excellentes pommes de terre rissolées, cultivées avec amour par Michèle, nous seront servis par la maitresse des lieux.

    Une soirée entre amis, comme on les aime.

    Deus jours répit et nous recommençons.... donc à samédi chez nos amis Nantais.

     

    14 Août

     

    Une journée agréable, malgré un temps maussade, en famille. Nous étions invités chez ma belle soeur et mon beau frère à Douvaine. De bons moments passés ensemble en compagnie de leur fille, gendre et petit fils, tout cela devant un bon repas.

     

    Odile son mari et son fils

    Une entrée aussi bonne qu'originale

    André et Gisèle

    Voici les toutous de la maison

     Voilà il manque encore unchien d'Odile

     

     

    15 Août

     

    Comme le mauvais temps est prévu, c'est repas...on alterne... randos et bon repas ... beau temps  et pluie. Il faut bien s'occuper en vacances et entre amis....

    Nous voilà donc chez nos amis Nantais où Maryvonne (que vous ne verrez pas, elle se cache sur les photos ou c'est elle qui tient l'appareil) nous a concocté un très bon repas. 

     

    Apéro pour tous

     

    Gaspacho au melon façon Maryvonne, Veau Orlof, fromage et dessert. 

     

    Ce n'est qu'un début 

     

    Les conversations vont bon train...souvenirs par ci...souvenirs par là...

     

     

    Un petit intermède avant nos parties de belote... ou l'on samuse follement avec Serge.

     

    Les intélectuels...

    Les mordus de la toile...

    Plus exactement nous tentons une modifiction d'indentifiant...

    Belote et rebelote

    Atout coeur...

    La bonne humeur règne

     

     

    16 Août

     

    Encore une journée pluvieuse, le ciel est au ras des pâquerettes. On prend les mêmes et on recommence... Michèle nous fait faux bon, pour la bonne cause elle arrose les 25 printemps de sa petite fille.

     

    Champagne pour tous 

    Nous passons à table...

    Mousseline d'endives aux lardons et noix

     

    Le menu est prévu d’avance et c’est un choix délibéré : Tête de veau sauce gribiche.

     

    La maitresse de maison sert 

     

    Nous avons fait honneur à la cuisinière qui nous a régalés.

     

    Un petit break...Un casse tête pour Serge 

    N'en croyait rien..je travaille

     

    Encore une bonne journée entre amis comme on les aime.

    Après deux jours passés dans la vallée nous avons regagné nos pénates...et çà sent la fin des vacances en Haute Savoie.


    votre commentaire
  • 03 Août

     

    Le soleil brille, les oiseaux chantent…il fait un temps magnifique seuls quelques petits nuages cotonneux s’effilochent dans un ciel s’azur.

    Nous allons donc faire le col de Chavan 1757m, un classique du Chablais. 

     

     

    Départ du dernier chalet après la Chévrerie à environ 1240m d’altitude.

     

    Départ

    Ya plus ka !!!

    Suivons la direction

     

    Nous longeons un ru qui susurre et puis chantonne mais rapidement nous le traversons et les choses sérieuses commencent. La montée en sous bois est rude, nous nous essoufflons rapidement, quelques faux plats nous permettent de récupérer.

    Le torrent dévale la pente c’est une longue complainte qui arrive jusqu’à nous. Il se calme et nous le traversons sur à nouveau sur un petit pont de bois. Les pointes de Chavasse et de Chalune s’étirent à travers les arbres.

     

    La pointe Chavasse

    Crêtes sous chalune

    Encore en sous bois

     

    En petit effort et nous voilà en alpage, les cloches des belles vaches en pâture  tintent gaiment.

     

    Nous voilà en alpage sous Chavasse

    Les clarines tintent 

     

    Le refuge de Chavan apparait dans son cirque de montagne délimité par Chalune, Chavasse et la Haute pointe.

     

    Toujours sous la pointe Chavasse

    Le refuge de Chavan 

     

    Souvenir, souvenir, c’est dans de refuge, avec nos amis montagnards, que nous avons fait le 31 décembre 98, et oui c’est récent !!! un superbe réveillon et passé trois jours inoubliables à faire de la raquette ou du ski de randonnée pour les plus chevronnés.

     

    Sous le col et la Haute Pointe

    La Haute Pointe

    Pointe de Chavanais à gauche et Roc de la Tournette à droite

    Point d'Agay et en arrière plan Pointe d'Ireuse

     

    Nous progressons rapidement dans les prairies, la montée se fait à nouveau plus rude et nous voilà donc au col de Chavan. Missions accomplie.

     

    Nous sommes au col

     

    Nous montons sur un petit promontoire et là sous nos yeux toujours ébahis le Mont Blanc s’offre à nous. La fenêtre de notre salle à manger s’ouvre sur des paysages fabuleux, au premier plan les alpages du Sommand, parsemés de chalets et ce majestueux toit de l’Europe fortement enneigé.

     

    La Haute Pointe

    Massif du Mont Blanc

    Autre face de la Pointe de Chavasse

    Haut Fleury et alpage du Sommand

    En admiration devant dame nature

    De chavasse à Chalune

     

    Nous mangeons en admirant ces paysages extraordinaires, sous un soleil radieux, un peu chaud, mais une brise légère s’est invitée pour notre plus grand plaisir. Nous trainons un peu avant d’amorcer la descente par le même chemin.

    520m de dénivelé, pas mal pour notre première balade même si ce n’est pas beaucoup….nous ferons mieux la prochaine fois.

     

     

    04 Août

     

    Temps mi-figue mi-raisin jusqu’en début d’après midi. Nous décidons tout d e même d’aller faire un tour A Salève, cette montagne préalpine balcon de Genève et qui culmine au grand Piton à 1379m.

    Dès les premiers lacets nous voguons en forêt qui nous laisse quelques échappées sur la Suisse. Le temps est encore bien couvert et Genève, son jet d’eau et son lac sont encore bien ternes.

    Dès que nous atteignons l’arrivée du téléphérique le soleil tente son apparition, la vus sur le lac devient alors extraordinaire,

      

    Vue sur Genève

    Il ny à plus Ka..monter

    L'arrivée du téképhérique

    Estrembieres à nos pieds

      

     

    Ce soleil plus ou moins voilé nous accompagnera tout au long de l’après midi. Le versant de Genève est abrupt entaillé de gorges étroites et profondes.

     

    gorges profondes

     

    Ce grand espace naturel est ouvert à tous sportifs comme promeneurs mais ce massif connait aussi des activités pastorales et forestières.

    Nos arrêts sont ponctués par de petites marches en sous bois ou encore sur pâturages et présentent des point de vue essentiellement sur Genève et le Lémon, un autre aurait permis de voir le Mont Blanc mais celui-ci est dans la brume, mais au premier plan se dresse fièrement le Môle.

     

    En sous bois

    Tour des télécommunications 

     

     A ce niveau est installé le monastère Bouddhiste  du Salève de tradition Tibétaine, ​Shedrub Choekhor Ling, ,ouvert en 2010 et inauguré en 2011 par sa Sainteté le 14ième Dalaï Lama. Voici quelques photos du lieu et du temple.

     

    Le temple bouddhiste

    Drapeaux à prières

    L'intérieur du temple

    Hne Tanka

     

    Nous poursuivrons notre route dans des alpages avant d’arriver à La Croisette, un arrêt bien mérité pour nous désaltérer, car rien trouvé sur notre route. La vue s’étale maintenant côté Mont Blanc, Aravis et Beaufortin mais hélas ils ont la tête dans les nuages.

     

    Notre buvette

     

    Nous bifurquerons pour retour sur Reignier et Habère Poche, nous ne verrons donc pas le grand et le petit  Piton, sommet su Salève.

    Beaucoup de chemins de randonnée parcourent le Salève, peut être qu'il deviendra un jour notre terrain de jeu, car le lieu semble très agréable.

    Le 06 août au matin nous enfourchons nos vélos pour une petite balade

     

    Nous jouons la prudence avec casque et tee-shirts colorés...

     

    et l'après midi nous voilà encore au Salève pour monter au Grand Piton, point culminant à 1379m. Juste une petite balade d'un quart d'heure pour l'atteindre depuis la route. Son plateau est marqué de lapiaz et en bordure s'élève la tour Bastian et la curieuse pointe rocheuse de la sorcière.

     

    La tour Bastian

    Au bord de la falaise

    La roche de la sorcière

    Les lapiaz

    La tour Bastian entourée de Lapiaz

    Lapiaz 

     

    Cette tour fut érige en 1820 et 1830 par Claude Bastian, notaire et maire de Frangy, et alors propriétaire de l'alpage du petit Pomier. Posée sur le plateaus sommital au bord de la falaise elle servait de belvédère. 

    Nous profitons d'une large vue sur Genève, le bassin franco-suisse et le Jura.

    Nous poursuivrons jusqu'au Plan du Salève d'où la vue s'étend sur les chaines environnantes qui ont encore une belle écharpe blanche et cotonneuse qui masque souvent les sommets, ainsi que sur une partie du lac d'Annecy estompé par une brume de chaleur bleutée qui tel un voile de tule l'enveloppe délicatement.. 

     

    Le lac d'annecy dans son voile de tule

     

    Retour sur Annemasse pour quelques courses

     

    Voilà notre projet de demain 05 août, rando au Lac du Darbon par les trois cols, prévue avec nos amis Nantais et Sallanchards.

     

    Lac du Darbon depuis le refuge de Bise

     

     

    05 Août

     

    La  petite route buccolique de Vacheresse nous conduit dans le vallon de Bise où s’étirent tout en douceur de verts pâturages dominés par la beauté des parois rocheuses des Cornettes de Bise qui apporte une touche plus montagnarde. Les eaux calmes du petit lac de la Fontaine prend la couleur de la végétation qui le cerne. Ce matin l’atmosphère y est magique.

     

    Le lac de la Fontaine

     

    A peine garés nos amis arrivent. Nous sommes très heureux de les revoir, il y a si longtemps que  nous ne les avons pas vus, bien que pour la plupart nous ayons souvent des nouvelles.

     

    On enfourche les godillots...

     

    Le but est le lac Darbon par les trois cols.

     

    C'et ce que nous faisons....

     

    Dès le départ, aux chalets de Bise à 1502m,  nous prenons le sentier de gauche qui contourne une bosse et pénètre dans le vallon où l’on côtoie de belles vaches de la race d’Abondance qui nous font un concert de clarines. 

     

    Le grand vallon

    Vaches de la race d'Abondance

    Direction à suivre

     

    La sente se fait plus raide ralentissant notre progression au milieu d’une pelouse alpine fleurie à souhait. Dans le fond la Pointe Pavis sépare les deux cols.

     

    Le Roc du Pavis

    Une magnifique pelouse alpine

    La Pointe de Pavis

    La rimpette est rude

    Le col Floray sous la lune

     

    Nous voilà donc au col Floray à 1940m, l’instant d’une petite pause et nous poursuivons notre ascension.

     

    L'arrivée au col

    Jacqueline il est là... 

    Le premier col est donc atteint 

     

    Par un virage serré à gauche nous zigzaguons au dessus du magnifique petit lac du Darbon, lac glaciaire, toujours au milieu d’une multitude de fleurs dont de beaux delphinium d’un bleu élégant. 

     

    Le château D'Oche 

     

    Serti au fond d'un large entonnoir, dans un milieu minéral un peu austère, il est tout simplement admirable. 

     

    Vue plongeante sur le lac Drbon

     

    Ses eaux calmes à peine ridée reflètent les rochers environnants. La plus grande partie des entes cernant le lac sont envahies de gros blocs rocheux laissant peu de place à la végétation qui tente de prospérer.

     

    Lac Darbon

     

    Le sentier contourne ce lac que nous pouvons admirer de plus prés au passage et qui se blotti dans un  cirque de montagnes : le château d’Oche au nord, les rochers du Pavis à l’est, les aiguilles de Darbon à l’ouest et la Pointe de Bénévent au sud. 

     

    Beaux reflets

    On ne se lasse pas ...de regarder ce petit miroir

    Petite pause avant d'attaquer la montée au deuxième col

     

     Il  amorce une nouvelle montée avant de rejoindre le large col du Pavis à 1944m. Quelques bouquetins seront au rendez-vous.

     

    Le château d'Oche

    Sur sur la montée...

    Et de deux....

    Un bouquetin

    Il se sauve

     

    Le sentier descend à nouveau et nous permet une large vue sur le lac Léman, à la côte 1834 nous l’abandonnerons pour bifurquer sur la droite direction le col de Bise à 1915m.

     

    La gouille de Neuteu et le lac léman à peine visible

     

    Nous atteindrons rapidement celui-ci malgré une montée assez rude. Beaucoup de monde au col, nous nous éloignerons sur une petite plateforme, pour un casse-croûte tranquille.

     

    Le repas se termine

     

    Une petite lampée de génépi à la fin du repas nous permettra de mieux digérer. Brigitte il en restera….tu peu venir….

     

    C'est l'heure de la digestion... 

    Face est de la pointe Pavis

    La dent de Velan 

     

    Il ne reste plus qu’à dévaler la pente au milieu des alpages, toujours accompagnés par le son des clarines.

     

    Belle race d'abondance 

     

    Une magnifique randonnée, une première pour tout le monde même si nous avons déjà fait le géant du coin : Les cornettes de Bises. Des paysages de montagne à couper le souffle, tout cela dans la bonne humeur et l’amitié.

     

    Les majestueuses cornettes de Bise

    Le refuge de Bise

    L'entrée

    L'a fontaine

     

    Jacqueline nous offira un verre au Bar de la Chevrette. il est vrai que les chèvres sont en liberté et cherchent l'ombre après des voitures en stationnement.

    Encore un grand merci à nos amis nantais, Maryvonne et Serge pour le choix de ce circuit. Si vous en avez d’autres nous sommes preneurs.

     

    08 août

     

    Comme vous le savez nous avons la bougeotte….Donc ce matin courses en vélo….sinon on rouille !!!

    Et cet après midi belle balade en voiture.

     

     

     


    Premier arrêt dans un site enchanteur, chargé d’histoire les ruines de l’abbaye de St Jean d’Aulps. Sise à 800m d’altitude dans le Chablais, elle fût fondée à la fin du 11ième. Ces moines d’affilient à l’ordre cisterciens.

     

    L'abbaye

     

    Nous poursuivons tranquillement notre bonhomme de chemin jusqu’au lac de Montriond, un petit havre de paix dans un écrin verdoyant, au pied de grandes falaises, cependant il manque d’eau. Et oui la sécheresse se fait sentir aussi en Haute Savoie.

     

    Le lac de Montriond

     

    Il ya six siècles un ensemble de ‘bancs’ rocheux s’écroule en rive droite de la Dranse, barrant le fond de la vallée et créant ainsi le lac.

     

    Le lac dans son écrin de montagne

     

    La vallée d’Aulps atteinte en grands lacets serrés permet d’arriver aux Lindarets  devenu le très célèbre « village aux chèvres ».

     

    Le village des Lindarets

    Quelques beaux chalets et la Point d'entre deux Pertuis

     

    La gente caprine, curieuse et gourmande  s’y promène en toute liberté, émerveillant petits et grands, ravis de leur donner une croquette fourragère dont elle raffolent et de les voir se cabrer sur des gros plots de bois. Comme les vacanciers elles sont venues ici passer un été de flânerie et de rêve.  

     

    Elle attend patiemment

    Elle attend sa gâterie

     

    Ce village beau village aux chalets recouverts de tavaillons offre à la fois un cadre montagnard, des alpages verdoyants  et une certaine authenticité malgré la foule de touristes qui s'y presse.

     

    Beau chalet, mais adieu la tranquillité 

    Ici les fermes se sont parfois transformées en restaurant

    Un peu à l'écart ét plus au calme

    On ne sent pas seuls

    Belle transformation

     

    Encore des grands lacets au dessus des alpages et des remontées mécaniques et nous arrivons sur un plateau où se situe la célèbre station d’Avoriaz, village piéton, sans voitures.

     

    La combe de la Lécherette

    Depuis le parking extérieur d'Avoriaz vue sur Pointe de Chesery 

     

    Depuis sa création il est interdit au voitures, c’est à pied à vélo, en roller ou avec le petit train que vous le parcourez où encore avec des petites « carrioles » afin de transporter votre « attirail » de vacancier. Tout ceci en toute tranquillité et loin du tumulte urbain surtout en cette période estivale.

     

    Premières vues sur Avoriaz

    Voilà comment on transporte ses affaires ici 

     

    Lové dans son écrin d’alpage où les remontées font légion, Avoriaz, la spéciale, nous offre une architecture mimétique, empreinte de modernisme intégré à la nature. Je dirai presque que c’est la Grande Motte à la montagne. 

     

    Voilà nous arrivons en ville

    Station de nettoyage de VTT

    Poursuite de la balade

    Toujours cette architecture originale

    Au centre du village

    Face sud du sybdicat d'initiative

    Trop beau ce toutou qui regarde par la fenêtre

    Toujours au centre du village

    L'intérieur du syndicat d'initiative 

     

    Avoriaz attire beaucoup de monde même en été. Avoriaz propose un véritable terrain d’aventure pour toute la famille, terrain de jeu sans limite. Tout le monde peut y trouver un environnement adéquat et s’y épanouir aussi bien en été qu’en hiver.

     

    Toujours de grands immeubles au centre

    Ici rien ne se ressemble

    Nous commençons à nous éloigner du centre

      

     

    Avoriaz fait du relooking intérieur, créant de nouveaux appartements spacieux haut de gamme et tend à devenir une station de luxe pour conquérir une nouvelle clientelle.

    Nous nous y promenons en toute quiétude, mais personnellement ce n’est pas ici que je viendrai passer mes vacances.

     

    Arrêt voiture, on décharge et on va la ranger au parling

    Entrée du quai de déchargement et s'il ny a pas de carriole on attend.... 

     

    Le ciel se charge rapidement et prend des allures fantasmagoriques et dès que nous arrivons à Morzine l’orage gronde et ne tarde pas à déverser de gros sanglots. Il nous poursuivra presque tout le trajet et nous lâchera peu avant d’arriver à destination. Donc à chez nous point de pluie.

     

    10 Août

     

    Bon Anniversaire Barbel

     

     

    Soleil ce matin mais il s’éclipse dés midi, laissant le ciel se dégrader progressivement. Que faire ? Vélo…. Ou balade en voiture…

    Au cas ou, nous jouons la sécurité et partons vers Châtel afin de monter au col de Bassachaux où nous trouverons la direction du lac vert et du lac de Chésery .

     

    Belvédère de Tréchauffé

     

    Les divers paysages que nous traversons sont magnifiques et même si nous les connaissons nous ne nous lassons pas. De beaux chalets ou de belles fermes ponctuent notre passage. 

     

    Belle ferme

    Un chalet ancien

     

    L'habitat traditionnel s'appuie sur les ressources naturelles : le bois, il règne ici en maitre. L'homme a su l'exploiter avec talent. Châtel, Portes du soleil, est une station village de rêve.

    La montée se fait par une petite route étroite mais agréable, les télésièges fonctionnent amenant vers les sommets vététistes en quête de sensations et VTT.

     

    Ils montent sur les cîmes pour dresecendre à toute vitesse

     Harnachés de la tête aux pieds

     

    Au col beaucoup de monde malgré un ciel voilé mais vraisemblablement inoffensif.  Nous ferons une petite balade digestive sur un large chemin jeepable au dessus le lac de Montriond que nous avons côtoyé de près il y a deux jours, face à quelques « géants » du Chablais, Le Roc d’enfer et le Mont Grange.

     

    Nous surplombons le lac de Montriond

     

    D’autres sommets se présentent à nous comme la Pointe de Nantaux ou encore la pointe de Chésery.

     

    La Pointe de Nanteaux 

     

    Nous cheminons tranquillement simplement chaussés de nus pieds sur un terrain presque plat jusqu’à la remontée qui arrive depuis la combe de Lécherette. Nous apercevons même Avoriaz dans le lointain.

     

    n petit panoram du coin

    Avoriaz dans le lointain

     

    Un petit brin d'ornithologie....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au retour un arrêt s’impose à la tyrolienne, en fait il y en a deux, «  Fantasticable ». Le soleil est revenu, bien qu'un peu pâlichon, il nous accompagnera jusque chez nous. Nous avons une pensée spéciale pour Pauline qui a fait celle d’Orcière Merlette l’hiver, donc au dessus de la neige. Cà à l’air formidable, mais l’arrivée est un peu speede….Vu du ciel les paysages prennent sans doute une autre dimension. Mais au fait que voit-on de là haut à près de 100km/h ? Mais sans aucun doute sensations garanties....

     

    En descendant vers la tyrolienne

    La tyrolienne en quelques chiffres

    Il fut avoir un gros coeur tout de même !!!!

    Voilà une arrivée. Impresionnat$nt !!!

    En voici une autre. mais tout va si vite !!!!

    Il ne reste plus qu'à la désharnacher...

     

    Encore un petit arrêt aux chalets de la plaine de la Dranse, juste pour se désaltérer…et manger une crêpe.

     

    Chale Plaine de la Dranse

    Une petite pause

     

    Et nous prenons la route du retour.

    Encore une belle après midi. Demain direction Sallanches où, avec nos amis, nous allons randonner, une randonnée programmée par Maryvonne et Serge.

    Je vous dis donc à demain…..


    15 commentaires
  • 11 août

     

    Rendez-vous à Sallanches, toujours avec nos amis montagnards pour une balade vers Servoz. Le soleil est au rendez-vous.

    Nous nous rendons donc au hameau de Montvauthier vers 1000m d’altitude où nous laissons nos voitures.

     

    Départ

     

    Dés le départ de sentier se fait très raide, quelques câbles nous permettent de passer quelques passages un peu délicats mais malgré tout sans grande difficulté. Nous évoluons en sous bois qui ne nous laisse que quelques rares échappées sur la chaines de Fiz et la Pointe noire.

     

    La chaine des Fiz

    La chaine des Fiz

    Tête noire

    Vue sur Servoz

    La montée n'est pas encore terminée...

    Une petite halte bien méritée...il faut grignoter !!!

     Serg prend sont temps..

    Un peu plus haut... 

     

    Cette pente raide se poursuivra jusqu’au chalet du Fer d'en haut, l’inférieur étant complètement en ruine et recouvert de mousse.

     

    Ouf , dès lors la montée s'adoucit

     

    La vue s’élargit mais les gorges de la Diosaz sont invisibles, nous les devinons à peine.

     

    Panorama sur la chaine des Fiz

    Une dernière pause avant le casse croûte 

     

    C’est un superbe chemin engazonné et surtout moins pentu qui fait suite au milieu des myrtilliers et ce jusqu’à la Pierre Blanche. 

     

    Ouf la monte est terminée

     

    Nous sommes ravis car la montée fût rude pour presque tout le monde. Bien évidemment Maryvonne monte comme une gazelle.

    Nous décidons de nous arrêter pour déguster notre repas. Nous cherchons l’ombre car il fait chaud, mais n’avons point de vue. Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas.

    Comme d’habitude rien ne manque, nous terminons par  gâteaux et chocolat, s’en suit toujours une gorgée de génépi. Un epue de repos s'impose ensuite.

     

    Jacqueline se détend

    Serge pianote pour connaitre la météo

    Nous on pose pour notre photographe attitrée

    Nous amorçons la descente

    Alors...A droite ou à gauche ???

     

    Nous voilà dans la descente, parfois un peu rapide,  encore en sous bois, nous apprécions toujours l’ombre. Aux chalets de Samoteux nous avons quelques échappées sur le Massif du Mont blanc.

     

    Vue sur le Massif du Mont Blanc

    Le Mont blanc

    Une vue s'ensemble sur le Massif du Mont bBlanc

     

    L’arrivée n’est pas loin…nous sommes un peu fourbus.

    Les chalets de Montauvthier sont magnifiques, sur la petite place se dresse un four à pain.

     

    Un beau chatet de Montvauthier

    Le four à pain

     

    La balade, bien qu’un peu rude, a été agréable mais laisse quelques déceptions.

    Arrêt à Servoz pour prendre un verre avant de se séparer, pour peu de temps d’ailleurs car nous sommes invités aux Paccots chez Michèle (dans nos rencontres).

     

    12 Août

     

    Et si on randonnait !!!!

    Nous voilà donc partis tous de Sallanches, une absente ce jour, Michèle, elle nous fait faux bon pour aller tester une via ferrata à Sixt.

    Une petite erreur de pilotage nous fera faire un tour inattendu dans Morzine, on ne s’en plaindra pas, nous avons vu de magnifiques chalets très fleuris. Ah qu’elle est belle la Haute Savoie !!!

    Nous avons décidé de faire une rando cool, sans effort ou presque.

    Notre arrêt se fait sur le parking la combe des Lécherettes et là nous empruntons le télésiège de la Chaux Fleurie qui, en quelques minutes, nous conduit sur la crête de Rochansson. Le but étant de réduite le dénivelé à monter, le temps de marche et la distance pour soulager nos « vieilles carcasses »…..

     

    A l'arrivée du télésiège.

     

    Le soleil est bien là accompagné par une petite brise qui nous ravit.

    Nous sommes au niveau du départ des tyroliennes qui dévalent la pente vers Châtel(Fantasticable). Bien évidemment nous nous attardons un bon moment pour regarder les courageux qui tentent l’aventure.

     

    Le départ de la tyrolienne

    c'est parti !!!!

    La première descente est bien amorcée

    Au suivant ...l'harnachement fut un peu difficile

     

    Nous descendons alors d’un bon pas pour rejoindre le GR5, tout en laissant de côté les pistes des vététistes qui sont nombreux à monter avec le télésiège pour ensuite dévaler les pentes à toute vitesse.

     

    En piste pour la première descente

    Une ptite mont"e vers le col

     

    Nous suivons les indications, laissant toujours les pistes VTT libres, suivant maintenant le GR5 qui nous conduit sans difficultés au col de Chésery à 1992m. 

     

    Direction le col de Chésery

    Sous la Pointe de Chésery

    Des Aconit

    quelques renoncules

     

    Une courte descente sous la Pointe des Mossettes nous permettra d’arriver au refuge de Chésery au cœur d‘un alpage traditionnel helvétique.

     

     

    Une courte descente dans les rochers

     

    En effet depuis le col nous sommes en Suisse. Ce refuge est une ancienne bergerie datant du milieu du 19ième , retapée en 1987, elle devint un gîte de montagne.

     

    Arrivée au refuge

    Le refuge

     

    Face au refuge le lac vert, ce n’est pas un vain mot. Il est si vert qu’il se confond presque avec l’alpage.

     

    Le lac vert

    C'est ici à gauche

     

    Une courte descente nous permet de voir le petit lac de Chésery qui semble bien réduit en cette période de sècheresse. Nous n’irons pas à ses pieds et personnellement je suis un peu déçue, je pensais trouver un lieu beaucoup plus bucolique.

     

    Le lac de Chésery

     

    Quelques rochers nous permettent un repos bien mérité, et là nous allons pique niquer au son des bêlements et des clochettes des moutons, fort nombreux, qui paissent dans les environs.

     

    C'est l'heure du Pique nique 

     A la vôtre !!!!

     

    Sans repasser au refuge nous remonterons au col d’où nous entamerons une longue descente (partagée avec les vététistes), un peu pénible pour rejoindre nos véhicules..

    Arrivés dans le vallon et après avoir libéré nos petits pieds fatigués nous irons nous désaltérer à l’un des bars du coin.

    Beaucoup de monde dans cet alpage, beaucoup de famille avec les enfants au bord du petit ruisseau qui court gaiement.

    Nos routes se séparent nous rentrons chez nous et nos amis dans la vallée.

    Un court répit, nous nous retrouvons à nouveau, samedi,  au Plateau d’Assy, chez nos amis Nantais et dimanche chez Jacqueline. Nous bravons ainsi le mauvais temps.... A suivre dans rencontres.

     

    17 août

     

    Le temps ne nous permet pas de nouvelles randos pour le moment...nous en espérons une dernière tous ensemble pour clôturer la saison, nous allons bientôt partir et nos amis Nantais aussi. 

     

    Chalets prés de Lullin

     

    Cet après midi balade à Bernex,

     

    Au dessus de Bernex

     

    Thollon les Mémises, 

     

    Entrée de Thollon

     

     le Grand Roc et ses chalets originaux dont certains ont une vue imprenable sur le Léman. Ils se situent tout le tour d'une colline. Impressionnant.

     

    Les chalets du Grand Roc

    Drôle de panneau mais de circonstances

     

    Nous longerons le lac et remonterons vers Novel. nous sommes en gros sous la dent d'Oche, et le col de bise que nous avons fait il y a quelues jours par un autre circuit.

     

    L'Au de Morge

    Un petit torrent

    Pic Boré et Pointe Pétalouse

    Novel 

     

    Au retour un arrêt au petit port de Meillerie.

     

    Le Port

     

    Demain le temps s'améliore et mercredi c'est encore meilleur, donc nous programmons une randonnée, mais ne connaisson pas la destination, laissons à nos amis de la vallée le soin de décider.

     

    19 août

     

    Dernière petite randonnée en Haute Savoie Sniff sniff !!!!

    C’est nous qui, finalement, avons programmé cette petite balade, même pas 200m à monter, qu’elle aubaine pour nos mollets…. Une promenade de santé bien que la monte soit un peu rude….

    Pour une journée qui devrait être fort ensoleillée ce fût une journée plutôt brumeuse surtout en matinée.

    Nos amis montagnards on eu la gentillesse de se déplacer jusqu’à Ajonc. Comme vous pouvez le voir le départ se fait à 1428m, nous sommes déjà haut …

     

    Départ

     

    La bise souffle, le ciel est bas, la brume joue au yoyo on se croirait en automne ou presque.

     

    Ajonc dans la brume

    Les premiers de cordée...toujours les mêmes !!!

    Serge ferme la marche...

     

    Nous atteinfons les premières colone du calvaire.

     

    Première colonne

    L'ensemble des 17 colonnes

     

    Nous atteignons rapidement la Pointe de Miribel à 1581M et, et comme nous avons le temps nous tentons de deviner les sommets mais à vrai dire ils se cachent….

     

    Au sommet, là trône la statue de la vierge

    Un peu de repos ...

    Durant la descente, ils viennent nous saluer...

    Quelques beaux chardons

    Des crocus, l'automne approche à grands pas

     

    Vers 11h30 sommes aux voitures, mais nous n’allons pas bien loin, juste au restau à côté au Fully.

    Vers midi nous sommes devant la porte fermée…Surprenant !!! D’autres personnes sont là aussi, surprises que nous…Mais voilà le maitre des lieux, avec son chapeau, qui arrive et nous accueille. Grand sourire et bises pour toutes les dames présentes. Pas commun me direz vous. C’est un accueil montagnard…. Cela nous amuse.

    L’ambiance sera chaleureuse, le repas agréable et bien servi. Rien à redire…quant aux bougnettes chacun apprécie à sa façon.

     

    C'est l'heure de l'apéro

    L'entrée choux aux lrdons et croûtons

     

    Bougnettes et charcuterie....nous aimons toujours les repas montagnards.

     

    Charcuterie

    bougnettes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous racompgnons no amis sur le plateau, nos routes se séparent définitivement pour cette saison. Sniff sniff.

    Durant ce séjour en Haute Savoie nous avons coulé des jours paisibles, vagabondé dans ces montagnes que nous affectionnons, respiré à plein poumons, apprécié tous ces décors naturels, sans cesse renouvellés qui s’offrent à nous et rencontré avec beaucoup de plaisir nos amis montagnards. Nous avons partagé avec eux les joies de la randonnée, de la bonne table et des bons petits restaurants typiques hauts savoyards.

    On vous dit à l'an prochain ou peut être en ocotbre ou novembre.

    Vous pourrez bientôt nous suivre dans les Hautes Alpes, en Champsaur, en randonnée, si le tmps le permet. A bientôt !!!!

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique