•  

    Comme  de nombreux camping-caristes, nous avons souvent rêvé de voyager en Corse, en camping-car, sans jamais oser franchir le pas.

    Les dates des programmes de 2016 ne nous convenaient pas.

     

    Nous avons donc programmé ce voyage avec Paul du Camping La Vallée à Abaynou (Maroc) comme manager, afin de visiter "son ile" autrement.  

    GPS :      29° 6'49.32" N 

             10° 1'12.68" O

     Donc c'est en septembre que nous partirons vers l"île de beauté.

    Vu l’enthousiasme des voyageurs précédents nous n'avons pas hésité un seul instant. 

    Connaissant un peu Paul et Marie Mathilde, il ne pouvait en être autrement. Nous ferons, c'est certain, un voyage hors des sentiers battus, où jamais nous ne nous serions aventurés seuls.

    Mais avant, nous irons passer quelques jours dans ce camping, en demi pension, puisque le Maroc est aussi programmé début 2017.  Paul est un excellent cuisinier, il va, je cois, être secondé par Rachid. Nous salivons à l'avance.

     

    Voilà l'ile de beauté

     

    Voici un petit aperçu des voyages que Paul organise. Nous sommes partant pour celui de septembre

     

    La Virée Corse en Camping Car

     

    Bonjour, 

    Vous êtes intéressés par notre tour de Corse en camping car; c’est bien 

    Vous connaissez l’itinéraire, qui ne devrait pas subir de changement, sauf conditions impératives. 

    Nous serons pour la plupart du temps hébergés en Camping, je suis en train d’obtenir de certaines mairies des autorisations exceptionnelles, pour des bivouacs dans des endroits non moins exceptionnels. 

    Le tour de corse se fera en 13 étapes, avec des stop de 1, 2 voire 3 jours au même endroit pour pouvoir faire des boucles et découvrir ainsi les merveilleux paysages de l’intérieur de l’île 

    Nous ferons aussi 2 magnifiques sorties en mer 

    Nous allons prendre le train que l’on surnomme en corse « U Trinigellu » ce qui signifie « celui qui bouge dans tous les sens » 

    Nous ferons une magnifique randonnée pédestre ( pour ceux qui le désirent ) à l’ombre de pins Larriccio plusieurs fois centenaire. 

    Nous irons à la rencontre de bergers pour assister à la fabrication du fromage corse et du fameux Brocciù, 

    Nous dégusterons des produits corses lors de nos arrêts au restaurant. 

    Nous allons emprunter des routes que vous n’auriez jamais imaginer prendre 

    ( naturellement en toute sécurité ) 

    Nous allons découvrir une multitude de choses que ne voient généralement pas les touristes. 

     

    Et bien d’autres choses encore… 

    Bon, et maintenant, puisqu’il faut bien finir par en parler : les conditions 

    Le prix ? 1100 € + billet de bateau qui ne devrait pas excéder les 300 € ( même pour un grand camping car avec remorque ) 

    Les dates : 

    27 jours en Mai 

    27 jours en juin 

    27 jours en septembre 

    Je précise enfin, que je ne suis pas une agence de voyage, et que l’organisation de ce voyage est du bénévolat. 

    Naturellement, mais est il besoin de le préciser, je serais présent durant tout le séjour. 

    Voilà ce que j’avais à vous dire , sur notre : 

    VIRÉE EN CORSE 

    Vous recevrez naturellement un Road Book, assez précis avec point GPS des campings … etc. 

    Mais en avant première je peux vous dévoiler les grandes lignes de notre séjour en Corse. 

    Nous séjournerons deux nuits à Bastia, puis après le tour complet du Cap Corse en deux étapes, avec une nuit en bivouac à l'extrème nord de Corse, nous passerons deux nuits à Saint Florent, avec la découverte des Agriâtes par la mer. Nous quitterons Saint Florent pour une étape de transition, d’environ 80 km qui nous conduira dans un camping situé sur le bord du fleuve Tavignano, perdu en pleine nature, dans le maquis corse, où plane encore le souvenir des bandits d’honneur. Le lendemain, départ vers 11 h, pour notre étape de deux jours dans la forêt de Vizzavona, en cours de route, arrêt restaurant, pour savourer quelques spécialités corses à base de Brocciù. Nous profiterons de cette halte fraîcheur, à près de 1000 m d’altitude, pour prendre celui que l’on appelle « le Trinigellu » je veux parler du train pour nous rendre à Corte, ancienne capitale de la Corse. 

    De Tattone ou se situe notre camping nous prendrons la direction de la Corse du Sud, après une étape aux environ de Solenzara, nous continuerons notre route vers San Gavino di Carbini où nous passerons deux nuits, afin de découvrir les aiguilles de Bavella, la somptueuse forêt de l’Ospédale et d’autres beautés naturelles. 

    Puis direction la région de Porto Vecchio. Stop de 3 jours à Porto Vecchio, nous profiterons de cette pose pour nous rendre à Bonifacio, afin d’effectuer la visite des grottes de Bonifacio…en bateau. 

    Ayant atteint l’extrême sud de la Corse il nous faudra « remonter » vers Propriano 

    Véritable joyau posé sur le fond du golfe du Valinco ( un des plus beau de Corse) en traversant la ville « la plus corse des villes corses » j’ai nommé Sartène, célèbre, en autre par son Catenaccio ( chemin de croix du vendredi Saint ) 

    Nous quitterons Propriano pour nous enfoncer vers l’intérieure de l’île, cette merveilleuse région que l’on nomme la Corse profonde, pour atteindre en début de soirée le Plateau du Coscione ou nous « bivouaquerons » deux nuits, avec à la clé un repas dans un gite (il faudra faire 900 metres à pied) pour savourer la délicieuse charcuterie corse et les non moins délicieux fromages qui ont fait la renommée de l’île. 

    Après ces deux journées hors du temps nous retrouverons la civilisation en faisant un stop de 3 jours dans la région ajaccienne, avant de continuer notre périple vers les incomparables Calanche de Piana, et le village de Porto. 

    Nous rempilerons avec la « Corse profonde » mais cette fois en Haute Corse, puisque nous nous arrêterons deux jours à Calacuccia en passant par la station de ski du col de Vergio. 

    Et, et se sera notre dernière étape, nous rejoindrons Algajola, pour les trois dernières journées de notre « Virée en Corse » Ces trois jours seront juste suffisants pour visiter Calvi et Île Rousse. 

    Voila ce que je voulais vous faire partager, en attendant de le vivre. Paul 

     

    Si vous voulez en savoir plus, voici quelques liens qui vous permettrons de voir la beauté des paysages et la convivialité qui a régné dans les deux groupes précédents.

     

    Quelques photos !
     

     

     Septembre : http://campingdelavallee.forumprod.com/entre-mer-et-montagnes-ciel-et-ter-viree-en-corse-en-cc-t741.html

              Livre d'or " Virée en Corse "ici 

        https://web.facebook.com/mariefrance.troude/videos/1800618696824779/

     

      https://youtu.be/6mq4LuOtJc4

     

     Clic

     

     

                              Cliquez sur la Corse pour voir l'itinéraire.

     


    12 commentaires
  • 24 Août

     

    Le camping-car est prêt, nous démarrons tranquillement pour rejoindre la Corse par  le chemin de écoliers.

    Le temps n’est pas au beau fixe, des nuages plombent le ciel…  et quelques fines gouttes tombent..…elles nous accompagneront de temps à autre…. Et le soleil réapparaitra timidement lors de notre arrivée dans les Hautes Alpes et plus précisément à St Bonnet en Champsaur où nos amis Lyonnais nous attendent, comme chaque année ou presque…..

    Nous avons donc notre «aire de service particuliere », dans le village, tout près de chez eux, dans un superbe décor.

     

    Notre aire de service particulière

     

    Que demander de plus !!!!

    Repas chez nos amis en compagnie de Denise repas très local, soupe au pistou et tourtons de Pierrot, un délice.

    La pluie nous a retrouvé.... mais sera de courte durée.

    Ce soir cinéma à St Bonnet sur les loups en Champsaur, un beau film avec de super belles images.

    Les jours se suivent et en se ressemblent pas...

    Le beau temps est revenu, le ciel est bleu....le soleil brille.... et les oiseaux chantent....

    La vue depuis notre salle à manger ou notre chambre est toujours aussi belle.... vue époustouflante sur les sommets du Champsaur.

     

    L'Aiguille de Gleize

    Moutet

     

    Une journée papotage, balade, course ou farniente.....Cela fait parfois beaucoup de bien.

     

    La vue sur le Champsaur depuis Laye

     

    Ce matin 26 août le soleil est défaillant et le ciel gris semble vouloir pleurnicher comme il l'a fait cette nuit.

    Nous décidons tout de même de suivre notre programme....pique nique dans la vallée du Valgaudemar, nos amis ne sont pas en mesure de randonner.

    Départ comme prévu, toujours sous un ciel fort gris. Notre chauffeur, Roland, pour ne pas le nommer, nous conduit dans cette vallée étroite et préservée, dominée par des hautes cimes  et qui a conservé toute son authenticité. Elle égrène de petits villages accrochés miraculeusement à la pente, mais nichés à l'abri des avalanches, elle nous offre de magnifiques cascades, de nombreux refuges, sentiers et glaciers où randonneurs et alpinistes peuvent s'adonner à leur sport favori. 

    Dans cette vallée, située dans le parc national des Écrins,  court la Séveraisse qui descend du massif du Pelvoux et se jette dans le Drac..

    Après un arrêt à "notre boulangerie préférée" pour commander les fameuses tartes du Valgaudemar nous poursuivrons notre petite route au cœur de la montagne.

    On peut même s'y amuser...La pluie se manifeste, nouvel arrêt à la Chapelle en Valgaudemar, placée sous l'égide de l'Olan. Nous entrons donc dans la maison du parc, fort bien organisée, où nous verrons de magnifiques photos de cette vallée sauvage, de ces glaciers suspendus, de ses cascades, des ses lacs, de sa flore et de sa faune. Très intéressant et très ludique.

     

     

    Elle est très "chouette"....

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un pigeonnier

     

    A la sortie les nuages s'éparpillent, des coins de ciel bleu apparaissent et le beau temps revient... Un petit tour dans ce village qui a conservé son âme de village de montagne, vivant de l’agriculture, du pastoralisme et du tourisme. nous comble. 

    Un cadran solaire

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un trompe l'oeil

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'église

     

     

     

     

    Un beau dahlia

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Passons la cascade de Combe Froide et poursuivons en direction du Gioberney. C'est à la cascade du Casset que nous décidons de nous arrêter. Il est l'heure de dîner. Nous nous La cascade su Casserinstallons donc près de cette magnifique cascade, qui danse gaiement, pour notre repas. Rien ne manque Suzy a tout prévu. 

    Le pique nique avec nos amis

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les montagnes environnantes sont magnifiques et l'on ne se lasse pas de les admirer.

    Faca à la cascade

     

    notre décor

     

     

     

     

     

     

    Notre route n'est pas terminée, nous allons donc jusqu'au chalet hôtel du Gioberney où notre hôtes nous offriront le café.

      

    C'est l'hure du café

     

     

     

     

    Le cadre est bucolique, un véritable cirque glaciaire, un écrin de hautes montagnes dominé d'un côté pas les  Rouies et les Bancs et de l'autre par le Sirac. Quelques glaciers suspendus étincellent au soleil tandis que, tel des petits rubans d'agents, les rus dévalent les pentes et se donnent en spectacle.

     

    Vers la Touies

    Le Sirac

     

    Que dire de la cascade emblématique du voile de la mariée, elle est tout simplement magnifique, les gouttelettes dispersées forment une véritable dentelle qui éclabousse les rhododendrons. 

    Le voile de la marié

     

    Il fait si beau, le site est si majestueux que nous resterons là, sur des relax, à contempler cette merveille de la nature.

     

    Chacun ses occupations

     

    L'heure tourne... nous prenons le chemin du retour avec encore un arrêt près d'un veux pont en dos d'âne qui enjambe le tumultueux torrent.

     

    Un peu de repos...parmi les siens

    Le Petit pont

    Toujours le petit pont

     

    Retour à St Bonnet en passant par le petit lac de Roaffan d'où l'on a aussi une superbe vue sur le Champsaur.

     

    Le petit lac

    Vue sur le champsaur

      

    Et ce soir Raclette et tartes....même pas le temps de les prendre en photos..... les gourmands sont passés par là !!!!

     

    Tarte à la crème et tarte aux puneaux

     

     

    27 Août

     

    La journée s'annonce très belle....le beau temps et la chaleur sont toujours là et ensuite avons décidé de mettre les pieds sous la table ce midi ou lus exactement à 13h45.

    Le restaurant

     

    En effet nos amis ont réservé à la Patrickoise (à Prapic), mais il y a beaucoup de monde. Nous partirons tardivement et feront un arrêt à Pont de Fossé où nous retrouverons notre boutique favorite où nous ferons quelques emplettes....des vêtements.

    Le repas sera excellent et le petit vin rosé qui l'accompagne aussi. Il sera servi ce façon originale, en cagette....

     

    L'assiette de ces Messieurs

    L'assiette de Suzy

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà "ma cagette"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous dégustons nos plats

     Un dessert

     

     

     

     

     

    Le deuxième dessert

     

     

     

     

     

     

     

    Nous voilà au dessert...  

    Pour digérer il faut bien un petit tour dans Prapic.

    Prapic est un bout du monde à 1556m d'altitude, un hameau bien modeste, bâti au fond de la vallée du Drac noir, au milieu des pâturages, placé sous la bénédiction de l'église St Anne, aux lourdes maisons un tantinet austères qui témoignent de l’âpreté de la vie ici dans cette vallée  étroite où l'hiver et rude.

     

    Dans le village

    Des maisons bien trapues

    Le beau panier (devant la maison du Monssieur avec qui nous avons discuté)

    Une fontaine

     

    Une autre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est fort agréable de flâner dans ce lieu magique en toute quiétude, loin du tumulte de la ville. Nous discuterons avec un charmant Monsieur de 81 ans, installé ici depuis un bon nombre d'années déjà et qui semble épris de cet endroit.

     

    Asseyez vous donc

    Une entrée de maison originale

      

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous volià donc avec ce charmant Monsieur

     

    Un arrêt à Orcières nous permettra de voir la montée historique des veilles voitures.

     

     

    Retour At Home tranquillement, ce soir le repas sera frugal, fruit et tarte, nous avons trop mangé ce midi.

     

    28 Août

     

    Ce lundi est jour de marché à St Bonnet, rues et petites places s'animent, les camelots en tout genre, vendeurs de fruits, de saucissons, de poulets rôtis, de fromages où encore de vêtements sont là. Une foule de St bonnetiers ou de vacanciers se pressent dans les rues à la recherche de l'objet rare, de leurs fruits préférés ou encore des meilleurs tourtons, peut être chez Pierrot, en effet ce sont les meilleurs de la région. Ils sont cuit sur place et vous pouvez les déguster chauds pour le dîner. C'est d'ailleurs ce que nous avons fait.

     

    Marché à St Bonnet

     

    Ensuite balade digestive au parc de Charance, parc situé sur les hauteurs de Gap, sous le pic éponyme qui culmine à 1852m, lieu de découverte et de détente pour tous dans un environnement boisé et verdoyant, offrant ainsi une bouffée d'oxygène. 

     

     

    Promenade idyllique et paisible au bord de ce petit lac aux reflets changeants où se mirent de magnifiques arbres, où s’ébattent de  nombreux canards, où de grosses carpes dansent un ballet sans fin.

     

    Depart du chemin ombragé au bord du petit lac

     

    De nombreux petits canards dansent

     

     

     

     

     

     

     

    Sous le pic de Charance

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tableau sur le Chapsaur exposé dans les arbres

     

     

    un petit ru

     

     

     

     

     

     

     Perché sur son caillou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques reflets

     

     

     

     

     

     

     

    L'écluse

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans ce lieu agréable se dresse le château de Charance dont le jardin se décline en quatre terrasses, celle du houx permet une  vue panoramique sur le Gapenais, celle du buis, taillé en ronde bosse présentent aussi quelques rosiers, la terrasse de daphnés est le domaine de la rose, hélas peu de fleurs en ce moment, puis la terrasse de graminées, des herbes folles et des chardons bleus dansent sur un parterre coloré.

     

     

     

     

     

     

     

    Descente à la terrasse inférieure

     

     

    Des chardons bleus

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'allée des buis

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le château vu de la terrasse inférieure

    L'entrée du château

     

    Nous poursuivrons notre promenade sur l'autre berge avant de retrouver la voiture et de rentrer par une petite route qui rejoint directement le col Bayard.

     

    Le garage à bateaux

    Le garage à bateau

     

       

    29 Août

     

    Le DépartRoland est déjà là nous partons en cueillette vers St Firmin dans la vallée du Valgaudemar. Beaucoup de ronces.....une cueillette fructueuse.... parton infructueuse.  C'est la sécheresse, il y a peu de mûres et elles sont de mauvaise qualité.

    Deux cueilleurs

     

     

    La grosse cueillette

     

     

     

     

     

    Nous tentons les framboises....trop tard il n'y en a plus.

    Quelle matinée !!!! nous avons malgré tout pris un bon bol d'air, avec une magnifique vue sur le Dévoluy.

     

    La brèche Faro

    Col du Vacher

    L'Obiou

     

    Vers 15h nous irons faire une petite balade digestive vers Bois Vert en forêt de mélèzes, balade sur un sentier agréable et ombragé. Belles vues sur St Bonnet et le Champsaur, de bons moments de repos à méditer ou à "babacher"...

     

    A bois Vert

    Entre amies

    Source St Clair

    Le Vieux Chaillol en toile de fond

    La Chapelle de Bois Vert

      

    A noter en arrivant au sanctuaire sur la droite, la présence d'un cénotaphe élevé en 1935 par Antoine Taix à la mémoire de sa mère Mélanie (avec à l'intérieur, un vitrail représentant ce dernier encadré de deux "peaux-rouges" lors d'un séjour en Amérique). Juste à côté, un petit monument surmonté d'une statue de marbre blanc est édifié à la mémoire de la sœur d'Antoine 

     

    Dans le cénotaphe en mémoire de la famille construit par Mr Taix

     

    C'est notre dernière soirée avec nos amis demain nous continuons notre descente vers Nice où nous embarquerons vers la Corse le 2 septembre.

     

    30 Août,

     

    Nous quittons nos amis à regret mais il faut bien poursuivre notre route.....

    Nous ferons le plein d'eau à la fontaine communale d'où nous avons encore ne belle vue sur les cimes du champsaur mais aussi sur St Bonnet... Au revoir les amis, merci pour c'est accueil...nous reviendrons !!!

     

    Le lavoir

    Le col du Noyer

    Le Pic de Gleize

    St Bonnet en Chmpsaur

     

    Direction Barcelonette...Nous longeons la Durance puis le lac de Serre Ponçon, quelques arrêts nous permettent de surplomber ce magnifique lac.

     

    Lac de Serre Ponçon

    Le Départ

    En prenant de la hauteur.....

     

    Nous survolons le lac

    Panorama sur le lac

     

    Nous caracolons sur une petite route,les bouleaux aux troncs argentés et aux délicates feuilles se mêlent au vert foncé des conifères. Ensuite pénétrons dans la vallée de l'Ubaye  où nous bifurquons vers la Seyne en suivant la Départementale 900. Passons quelques petits cols et trouvons notre salle à manger....nous avons encore mangé champsaurin....des tourtons mode tartiflette. Pas mal.

    Petit arrêt à Digne pour quelques courses et nous suivons la Nationale 85,passons plusieurs clues, celle de Chabrières percée par un petit tunnel routier

     

    Clue de Chabrière

     

    puis de Vergons et la barre du Pinadoux

     

     

    La clue de Vergons

     La roche percée

     

    et enfin celle de Rouaine, site impressionnant

     

    La clue Ruaine

     

    Nous stationnerons sur l'aire ombragée et gratuite d' Annot où il y a pas mal de monde, nous sommes 19. A 19h il fait encore très chaud, 32° à l'extérieur et seulement quelques de grès de moins à l'intérieur.

    Nous avons longé le beau lac de Castillon, sur le Verdon  et ses eaux turquoises.

     

    Le lac de Castillon

    Le lac

     

     

     31 Août

     

    Un petit tour dans Annot, nous l'avions visité l'an dernier ainsi que Entrevaux (http://voyages-en-cc-et-randonnees.eklablog.com/du-champsaur-a-entrevaux-a126827464). Juste une photo d'ensemble vue sous un autre angle.

     

    Annot

    Chapelle Verimande à Annot

     

    Le soleil est aux abonnés absents, le ciel est gris et pleurniche de temps en temps.

     

    En quittant Annot

     

    Nous suivons donc la vallée du Var mais bifurquons vers Sigale, notre petite route grimpe à l'assaut de la montagne du Gourdan, étroite route en lacets serrés et en forêt, passons une splendide clue celle de Riolan, magnifiques verticalité qui impose le respect.

     

    La clue de Riolan

    Toujours la clue

    En contrebas, le canyon

    Un petit arrêt après la clue

     

    Sigale  un village médiéval hors du commun qui s’agrippe à la paroi rocheuse dominant la verte  et boisée vallée de l'Estébon.  Difficile de s'arrêter avec nos engins, dommage. Des porches, des passages en voûte, des escaliers permettent de découvrir ce village à la force des mollets. La tour penchée de Sigale est le seul vestige de l'ancien château.

     

    Sigale

    L'entre du village

    Un village perché

    La vallée du Var

     

    Notre route épouse fidèlement le relief et descend sur St Martin du Var, passe à Vence, Tourette sur Loup et se faufile dans les merveilleuses et sauvages gorges du Loup. Une route très étroite  monte en serpentant au milieu de hautes falaises roses et grises, passe sous de minuscules pont naturels, une merveille de la nature que nous contemplerons seulement en passant. En effet les quelques rares possibilités  d'arrêt sont déjà encombrées. C'est fort dommage.

     

    Le début des gorges du Loup

    Les gorges du Loup

    des passages délicats

    Un mini tunnel

    Encore un passage sous roche délicat

    Gréolières

     

    Montée sur Gréolières, situé au pied de la barre du Cheiron, dominé par les ruines des Hautes Gréolières, surplombe la haute vallée du Loup, offre un panorama époustouflant. S'en suit les clues de Gréolières, ce grès rose et gris qui semble nous barrer la route, ces hautes falaises que l'on franchit sous un petit tunnel et qui dévalent la pente nous offre un spectacle naturel inoubliable.

     

    Gréolières et son château

    Début de la Clue

    Toujours la clue

     

    Nous caracolerons ensuite sur le plateau de Gréolière au environ de 1150m, lieu pastoral ou paissent de beaux troupeaux de vaches mais aussi des Bisons dans un immense parc sécurisé.

     

    Les bisons

     

    Encore quelques tours de roues et nous nous posons sur la petite aire de la Caille, au fond du village, seulement deux places. Nous sommes au calme que demander de plus, seuls les service sont payants.

    Est-ce un avant goût de la Corse, ou peut être un entrainement.... en effet nous avons circulé sur des routes forts étroites ou les croisements furent parfois périlleux, sur des routes bordées de rochers qu'il fallait éviter.

    Ce soir quelques averses ont tambouriné....Mais le calme est revenu.

    Demain sera un autre jour, nous retrouvons nos amis Héraultais.

     

    01 Septembre

     

    J-1 pour la traversée....

     

    Le petit village de Caille

    Le Départ

    Une route minuscule qui se faufile dans de beaux bois souvent de chênes verts surmontés de quelques belles barres rocheuses où le buis, semblant souffrir de la sécheresse prend des couleurs rouilles comme à l'automne. Au milieu des chênes verts

     

     

     

    Le soleil rutile et chauffe ardemment, mais un peu de vent tempère l’atmosphère.

    Vanessa (Waze) nous conduit correctement toujours sur de minuscule routes en lacets. L'embranchement de Seillans se dessine sur notre gauche nous tentons...Q'elle est étroite cette route aux virages nombreux et aux accotement instables et aux croisement plus que difficiles. Un avant goût encore une fois de l’île de beauté.

    SeullanstC'est une village provençal qui s'offre à nous, avec ses maisons étagées à flanc de colline, ses ruelles pavées pentues et fort étroites, ses placettes ombragées où chantent les fontaines. Il est agréable d'y flâner malgré ses ruelles pentues qui nous essoufflent. 

    Une fontaine

     

    La porte sarrasine

     

     

     

     

     

     

     

    Ruelle étroite

     

     

     

    le château

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    Ruelle pavée et porche

     

    Place ombragée et fontaine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Rencontre avec le "dragon d'Ivanov"  sculpture de l'artiste qui vécu ici. Sans doute que la rascasse est aussi son oeuvre, vue le style. 

     

    La eascasse

    Le drzgo,n

     

     

     

     

     

     

     

    Un campanule coiffe une des tour de l'église St Léger,son couronnement en bulbe foisonne de volutes.

     

    le campanule

     

    La tour de flanquement du XVième subsiste dans l'étroite rue des remparts.

     

    La tour de flanquement

     

    Quelques kilomètres plus loin atteindrons Fayence où nous stationnerons sur l'aire de service.

     

    Fyence

    Notre stationnement

     

     L'heure tourne...Brigitte et Lucien arrivent et s'installent à côté de nous...nous papotons, prenons un peu de repos et ensuite allons faire un tour en ville.

     

    Vue d'ensemble depuis le bas de Fayence

     

    Fayence

     

    Fayence, encore un village médiéval qui s'agrippe à la colline, se blottit contre son château ou sa tour de l'horloge. Des rues pentues et pavées, certaines très étroites, des escaliers, des porches, des fontaines, des lavoirs ou encore des fours à pain.

    La porte sarassine

    Encore des escaliers...

    Le Départ

     

     

     

    Le four à pain

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous grimperons doucement mais surement là haut en son sommet, près de la tour de l'horloge, pour admirer les horizons lointains, mais encore le village avec son château du Puy et son église.

    La tour de l'horloge

    Un panorama magnifique

     

     

     

     

     

     

     

     

    La tour fut terminée le 27 septembre 1807, mais suite à des pluies diluviennes en octobre de la même année elle s’effondra en partie, en décembre. Elle fut néanmoins reconstruite très rapidement et on y installa la pendule et le campanile. Elle fut inaugurée le 30 août 1808. En 2000, une pendule électrique fut installée.

    Là haut, nous trouverons les vestiges de l'ancien château des évêques de Fréjus, édifice seigneurial dot il ne reste qu'une tour de guet.

     

    Vestiges du château


    La descente par d'autres petites rues nous ravira encore et reposera nos mollets.

     

    La mairie

    Une rue étroite et surpenante

     

    Il est l'heure du repas, demain nous partons donc pour le port Corsica à Nice pour embarquer vers Bastia où Paul doit nous attendre. Là commencera des nouvelles aventures.


    11 commentaires
  • La Corse, île de beauté, île aux multiples facettes et aux mille saveurs, terre de caractère, de tradition et de contrastes, terre insolite où l’histoire est gravée dans la pierre, véritable  continent miniature authentique et préservé, s’étend sur 185kms le long sur 83 de large alors que son littoral s’étire sur plus de 1000kms.

    Avec ses 8722m², la Corse est la troisième île de la Méditerranée occidentale après la Sicile et la Sardaigne.

    Montagne dans la mer, elle présente une diversité de paysages d’une beauté saisissante, porte de hauts sommets dépassants 2000m d’altitude, étale ses plages de sable blanc, ses plages de sable noir bordées par une eau cristalline, ses falaises et ses calanques admirables,  égrène ses petits villages aux toits de lauzes grises, ses villages de pêcheurs ou de bergers, arbore une végétation remarquable et parfois endémique, comme les pins laricio, l'hellébore de corse,  la bruyère arborescente, la scoppa, qui fleurit mais dont on ne voit jamais les fruits, et l’on dit alors : « bacciardu cume a scoppa », « menteur comme la bruyère ». 

    Nous allons donc flâner sur cette terre qui ravit tous les visiteurs, durant 27 jours. Voyage orchestré par notre ami Paul, aidé ponctuellement par Marie Mathilde, toujours souriante.

    Je ne sais pas si vous pourrez nous suivre au jour le jour, j’ai ouï dire que les connexions ne sont pas rapides voire parfois inexistantes, mais  aussi que les occupations sont telles que nous n’avons que peu de temps libre. 

    Pour tout vous dire nous ne voulons rien rater…. de ce voyage de rêve…sur cette îles que nous ne connaissons pas.

     Alors un peu de patience….Merci d’avance.

     

    02 septembre La traversée.

     

    Vers 9H00 nous quittons Fayence direction le Port de Nice, notre chef de file nous y conduit avec beaucoup de facilité.

    Là, l'attente commence...parait qu'il doit y avoir du retard.... à suivre !!!

    Le ciel sourit ou pleure en alternance, mais point de vent....nous verrons bien comment la traversée se passe.

     

    Arrivée au port

    Le port

    L'attente commence

    Deuxième arrêt...

    Détente..

    Dernière station.....

     

     L'attente se poursuit....

    Les ferries arrivent enfin...  En voilà un...Est-ce le nôtre ???

     

    En voilà un...

    Traversée et premiers pas

       Traversée et premiers pas

     

    En voilà un deuxième... Mais toujours pas le quatre....

    nous montons tranquillement à bord  du cinq qui vient d'arriver en deuxième position.

     

    Enfin la file avance

    Ouf, les premiers cc rentrent....nous suivons...

     

    Notre traversée se poursuit sous de meilleurs hospices. Sans doute quelques coups de vent violent et tout glisse, même la vaisselle qui se brise en tombant. Surprenant !!!

     

    Avec nos amis héraultais et  Jano32 et son épouse

     

    Arrivés aux alentours de Bastia, nouvelle attente.... on nous annonce que les conditions météorologiques n permettent pas d'accoster. Nous avons l'impression d'avance, puis de reculer et cela plusieurs fois. En réalité l'attente est du au manque de place au port, devenu trop exigu....

    Finalement nous accosterons tardivement et notre sortie ne se fera que vers 1h du mat. Marie Mathilde et Paul étaient là pour nous accueillir. C'est en convoi que nous regagnerons le camping "les sables rouges", tout proche. 

    Installation à la va vite, il fera jour tout à l'heure....

    La nuit sera courte mais réparatrice.....

     

    03 Sepembre

     

    Ce matin on change de place... on se branche....en remplit on vide....

     

    Vue de Bastia depuis le camping

    Au camping

     

     

    C'est journée libre....Sur les conseils de Marie Mathilde nous allons visiter Bastia. Prenons le train, la station se trouve en face du camping, nous y trouverons deux couples, dont un de la Verpillière... Le monde est petit !!!!

     

    Attente à la station L'Arinella

     

    Nous arrivons donc au terminus, en quelques minutes et pour la modique somme de 2€.

    Bastia...au pied de l'altière Siera di Pigno, s'étire autour de son vieux port au dessus duquel veille la citadelle Génoise, ville haute nommée Terra Nova. Au Nord, la ville basse nommée Terra -Vecchia se situe autour de l'immense place St Nicolas d'où l'on peut admirer le ballet des navires.

    Traversée et premiers pas

     

    C'est par cette grande place que nous commencerons la visite de cette ville de caractère, place animée en ce dimanche matin jour de brocante et bordée de terrasses agréables. En arrière plan la montagne abrupte et dénudée barre l'horizon.

     

     

     

    De chaque côté du kiosque à musique s'élèvent la statue de Napoléon et de l'autre le monument au mort des deux guerres.

     

    Statue de Napoléon

    Monument aux morts

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur la Place St Nicolas

     

    Nous flânons dans le boulevard du front de mer bordé par de nombreux restaurants pour atteindre le vieux port, port de pêche et port de plaisance blotti dans la petite crique du Cerdo, au pied de la citadelle où de vieux immeubles forment un amphithéâtre, façades usées par les ans et burinées par le vent du large ou les embruns. Petites barques de pêche, voiliers et Yachts mouillent ici.

     

    Le vieux port

    Panorama du vieux port

    Petite flânerie sur les jetées des phares et notamment celle du Cardo d'où l'on a une vue remarquable sur le vieux port et les deux fines tours de la haute façade de l'église St Jean Baptiste ainsi que la maison du gouverneur.

     

    L'église St jean Baptiste

    Au vieux port

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La maison du gouverneur 

     

    Traversée et premiers pas 

    Il est l'heure de déjeuner nous choisirons "Coté Marine" où nous prendrons notre excellent repas sur la terrasse face à ce port revêtu d'une douce lumière.

     

    Sangria et petis toasts

    Moules farcies

     

     

     

     

     

     

     

     

    Raviolis au brocciu gratinés

    St pierre et ses petits légumes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Spaghettis aux palourdes et mules

    Moelleux aux chataignes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Profiteroles aux shataignes

     

     

     

     

     

     

     

           Petite balade digestive dans les jardins Romieu, les vieux bâtiments qui bordent le vieux port, la place du donjon et la porte Louis VI, la cathédrale St Jean Baptiste et retour  à l place St Nicolas pour faire le petit tour de ville en train.

     

    Vieux bâtiments

    Ruelles étroites

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Escalier monumental qui mène au vieux port

    En prenant de la hauteur

    Le palais du gouverneur

    Le pavillon des nobles

    La porte Louis XVI et la citadelle

    La citadelle

     

     Le petit trainDès quatre heures nous sommes à bord, notre guide est fort sympathique et plein d'humour, nous commente le trajet avec un peu d'histoire. Un arrêt à la citadelle et à l'église Ste Marie et la vierge en argent., passage par le vieux port avant de regagner notre arrêt. 

     

    L'église Ste Marie

     la citadelle avec notre guide

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La vierge d'argent

     

     

     

    Magnifique vue sur la vieux port en prenant de la hauteur

     

     

     

     

     

     

     

     

    Retour au camping par le train, qui, comme nous dit le conducteur s'arrête à toutes les stations. Fort heureusement Lucien actionne le bouton, comme dans un bus, sionon nous loupions notre arrêt...

    Ce soir briefing et ensuite apéritif de bienvenue. 

     

    Marie Mathilde et Paul

     Tous attentifs...

    Traversée et premiers pas

     

     :

     

    04 Septembre

     

    Chacun part à sa guise, après avoir fait pleins et vidanges, ce soir nous serons en bivouac.

    Nous ne nous pressons pas nous n'avons qu'une cinquantaine de kms à faire. Démarrons seulement après le café.... vers 10h....

     

    Nous allons rentrer dans le tunnel sous le vieux port de Bastia

     

    Nous suivons fidèlement la Nle 80 et comme nous a dit Paul si vous avez la mer à votre gauche, ce n'est pas la bonne route....direction le Cap Corse et Tollare la partie la plus septentrionale de l’île. Tel un doigt tendu en méditerranée, entre France et Italie, ce bras de terre de 40kms de long sur 15 de large mérite son appellation de "montagne dans la mer", région sauvage souvent balayée par les vents ressemble à un petit paradis. 

     

    La côte et une tour génoise

    Au fil des kms

    Désolation,le feu est passé par là. Hélas

     

    Des paysages spectaculaires entre terre, mer et ciel se découvrent par une route tortueuse où l'on voudrait s'arrêter à chaque instants. Mais hélas le manque de place évident nous contraint parfois à rouler.

     

     

    Des plages de galets gris, des villages perchés au dessus de cette eau limpide qui prend parfois des couleurs lagon et bleue marine au large, une côte rocheuse, des "marines" blotties dans de petites anses.

     

    Une "marine"

    Des couleurs magnifiques

    Encore une tour génoise

     

    Ce panorama délicat et préservé file entre mer et montagne sous nos yeux curieux. Sur cette côte, autrefois en proie aux pirates, nous retrouvons un grand nombre de tours Génoises, ces tours de guet réparties un peu partout sur le littoral.

     

    Une tour génoise

    Une "marine" et ses maisons aux toits de lauzes

    Un petit village aux toits de lauzes

    Le petit village de Luri

     

    Toujours cette côte rocheuse....

     

     

    Un arrêt à Macinaggio, cette petite station balnéaire devenue un grand port de plaisance. Notre route quitte alors la côte pour gambader dans les montagnes aux couleurs ravissantes. Quelques point de vue s'offrent à nous, celui qui nous permet de voir l'ile de la Giraglia.

     

    Les îles Finocchiarola

    Le port de plaisance

    L'île de la Giraglia

    Nous avons quitté la côte

     

     

    Nous voilà au croisement où nous devons prendre la Nle 153, virage serré en épingle....nous perdons notre chef de file et au croisement suivant empruntons la route qui nous semble la meilleure....Et bien non c'était la 253 qu'il n fallait pas prendre....Avec pas mal de difficultés arriverons à Barcaggio où nous ferons demi tour. Nous ne sommes pas les seuls à commettre cette erreur, trois sur dix sept....Je dois avouer que tous les automobilistes rencontrés ont été charmant et très fair play, nous cédant le passage, reculant si nécessaire et même passant à gauche sur la bas côté pur nous laisser la meilleure chaussée. Chapeau bas .....

    Enfin nous voilà au bivouac, un bivouac de rêve face l’île de la Giraglia, près de laquelle les ferries font la noria. 

     

    Notre bivouac

     

    C'est Tollare, que faire ici, rien sinon se baigner ou marcher sur le sentiers des douaniers, c'est un modeste village aux maisons simples et aux toits de lauzes, avec sa tour génoise rénovée, son minuscule port à  l’extrême  nord du cap Corse, un bout du monde au calme garanti où l'on se plait.

     

    Voilà l'île de Giraglia tout proche...

    Un détail de l’île de Giraglia

    La tour génoise à Tollare

    Le village de Tollare

     

     

    Ce soir Briefing....demain nus partons sur St Florent pour deux jours, nous verrons l'autre face du cap Corse.....

     

    Suite du programme

     

     

    A demain......

     

    05 septembre

     

    Pas trop de kilomètres à parcourir nous partons vers 10h et remontons donc la D153

     

     

    Des collines colorées

     

    avec un petit arrêt de Poggio sa belle église au campanile coloré, toujours la vue sur l'île Giraglia.

     

    Eglise de Poggio

    Son campanile coloré

     

    Nous retrouvons la D 80 que nous suivrons fidèlement. Avec un nouvel arrêt au Belvédère du moulin de Mattéi.  Seul moulin restauré, émergeant du maquis à 404m, il est le dernier debout parmi tous les moulins qui parsemaient le cap Corse, jadis.

     

    Moulin de Mattéi

    Le moulin

     

    Une petite montée nous permettra d'admirer un panorama époustouflant et très étendu qui va de l'île Giraglia à l'anse de Centuri et la côte ouest de cette île de beauté. Un contraste saisissant entre la rangée d'éoliennes qui se dressent sur la crête qui ont pris le relais du vent...

     

    Îlot de Capense et marine de Centuri

    Traversée et premiers pas

     

     

    En contrebas, le petit îlot de Capense qui trône devant la marine de Centuri, Centuri et sa baie avec son port de pêche nous offre une atmosphère délicieuse et des eaux limpides.

     

    Capense

    Nos héraultais

     

    Une côte admirble

     

    Détours après détours, et ils sont nombreux, nous découvrirons des paysages à couper le souffle, un côte de toute beauté où la montagne plonge dans la mer avec de temps à autre une crique de plage noir et de petites marines.

    Traversée et premiers pas

     

     

     

     

     

     

     

     

    Toujours aussi belle

    Un petit village 

     

    PinoCette fantastique route étroite nous ménage quelques arrêts, Pino est un charmant village aux nombreuses chapelles funéraires, élevées à la mémoire de riches particuliers qui s'étagent à flanc de montagne dans une abondante végétation. En son centre une remarquable église, l'église Ste Marie, tandis qu'en contrebas on trouve côte à côte, l'ancien couvent St François et une tour génoise du XVI siècle, nommée aussi tour Scalo, partiellement en ruine.

     

    La tour génoise partiellement en ruine

    Tour génoise et ancien couvent

     

    Traversée et premiers pasToujours de petits villages qui s'agrippent aux flancs de collines, des ancienne cultures  cernées par des murets de pierres sèches apparaissent et la montagne tombe dans la mer. Quelques marines bordent la côte et l'étroite route en corniche n'est pas toujours de tour repos, difficile de croiser parfois les bus dont les chauffeurs ne semblent pas toujours de bonne humeur, bien que nous ayons parfois reculé sur une bonne distance pour les laisser passer.

     anciennes cultures avec murets de pierres

     

    Une chapelle funéraire

     

     

     

     

     

     

    Une côte magnifique que l'on surplombe la plupart du temps

     

    A Canari, un gisement d'amiante a été exploité de 1926 à 1965, il fut le plus important d’Europe. C'est une grande friche industrielle qui à modifié le paysage et qui semble poser problème pour l'environnement, ces rocs dénudés et tailladés surplombent l'ancienne usine en ruine quel'on a tenté de sécuriser.

     

    Vision de cette friche industrielle

    Le grand bâtiment désaffecté et sécurisé

    Une côte de rêve, des plages magnifiques

    Une tour génoise

     

    Nonza, voila une place forte médiévale agrippé à la falaise, surplombant avec grâce, l'immensité bleue. Les maisons se blottissent  autour de l"église et sur le rocher  qui port une tour de défense édifiée au 18 ième sur ordre de Pascal Paoli.

     

    Résultat de recherche d'images pour "photo nonza corse"

    Nonza

    Nonza

     

     

    Un vrai tableau de carte postale, un endroit atypique qui ne laisse pas indifférent, malheureusement impossible de se garer en camping-car pour flâner dans cette petite merveille.

     

    nonza

    Toujours Nonza

    L'entrée du camping

    Traversée et premiers pas

     

     

    La route en corniche dévoile dans le lointain la baie de St Florent... que nous traverserons pour faire quelques emplettes à Leclerc avant de regagner notre camping, au bord de l'eau le "U PEZZU.

     

    Panorama de St Florent

    St Florent, le port

     

    Ce soir nous prendrons apéro et repas dehors, invités par nos amis.

     

    Repas à l'extérieur

     


    32 commentaires
  • 06 septembre

    Une journée, pas comme les autres....une journée un peu fatigante.

     

    C'est vers 9H que le groupe s'égrène..... direction le port...pour une balade sur le  popeye.

     

    Départ du campîng.

    Nous allons au port.

    patience, le bateau arrive....

    Le popeye.. 

     

    Nous embarquons donc pour la plage du Lotu, 20mn de traversée suffiront pour l'atteindre . Nous pourrons voir la tour Mortella, construite au 16ième par le Génois, dont l'architecture défensive se révéla efficace.

     

    Le voilà

    A bord.

    A bord..

    Notre Cher Paul..

    La tour Martella

     

    En mer nous rencontrerons "le sphinx", ce rocher planté là dans les eaux et qui selon l'angle d'où on l'aperçoit ressemble effectivement à la tête d'un sphinx.

     

    Le sphinx . 

     

    Arrivée sur cette magnifique plage de sable blanc et doux, enchâssée entre deux promontoires rocheux où l'eau limpide et turquoise invite à la baignade, qui borde le désert des Agriates, terre sauvage, immensité désolée offrant un paysage de caractère un peu mystérieux.

     

    La plage du Lotu

     Nous allons randonner.......

    Paul et Annie

     

    Une belle côte .

     

    De là nous randonnerons sur le sentier côtier, le chemin des douaniers qui suit fidèlement le littoral. On monte, on descend, on longe ou on  surplombe cette merveilleuse côte rocheuse. C'est une eau limpide souvent turquoise qui la borde, un vrai plaisir des yeux.  ....

     

     

            ...

     

     

     

     

     Toute la bande...

     

     

     

     

     

     

    derniers conseils

     

     

     

     

     

     

     

    Toujours cette côte aux eaux claires et turquoises ....

    une côté découpée

    Un petit promontoire à descendre...

     

     

    Une petite anse à cntourner

     

     

     

    Puis au détour d'un petit promontoire rocheux une miraculeuse écharpe de sable blanc qui s'étire longuement au bord d'une pinède de pins d'Alpep, la plage de Seleccia, une des plus belle de l'île. Sable fin et banc, eau limpide prenant de superbes teintes turquoise en font un cadre enchanteur. Ce lieu a servi pour le tournage de scènes du débarquement du film "le jour le plus long".

     

    Et la voilà enfin !!!!

    Elle se rapproche

    Paul et quelques personnes sont déjà là.....

     

    Certains s'adonneront à la baignade, quant à nous nous préférons monter à la paillote "A Piniccia" avec Paul. En attendant le groupe qui mangera là nous siroterons une boisson fraîche sous les pins. 

     

    Arrivée à la paillotte ..

    On se désaltère....

     

    Pour le repas de midi, plat du jour pour nous : gambas au risotto. Le repas traîne un peu, certains seront servis tardivement.

     

    Une belle tablée

    Une deuxème

    Gambas grillées et son risotto

     

    Nouvelle file qui s'étire vers 14h30 mais cette fois par les terres, chemin parfois en montée, mais moins escarpé et surtout plus court.

     

     

    Arrivée sur la plage du Lotu OUF !!!

     

    Dès 15h30 nous voguerons à nouveau vers St Florent, Paul attendra les retardataires et prendra la navette suivant.

     

    Il arrive nous allons embarquer

     

    Une superbe journée où nos mollets ont été mis à rude épreuve, mais que de beaux paysages, des images plein les yeux.

    Ce soir, comme tous les soirs ou presque, briefing et apéro. Demain sera une journée de liaison.

     

     

    07 sptembre

     

    Nous partons tardivement, plus exactement les derniers....avons encore une fois peu de kms à faire et pour une fois des routes plus larges et plus rectilignes nous attendent....même une quatre voies....

    La D82 passe par  Oletta, un village pittoresque, accroché à une colline verdoyante offre une belle vue sur la baie de St Florent où les bateaux ressemblent à des petits point blancs figés sur une immensité bleu foncé.

    Omletta.

     

    Bruyères et buis et autres plantes méditerranéennes  prennent déjà de couleurs chatoyantes d'automne sans doute victimes d'une sécheresse récurrente et se mêlent intimement au vert des feuillages des arbres.

     

    Couleurs d'automne...

     

    Au col de San Stéphano larges vue sur mer et l'étang Biguglia, un spectacle de désolation le feu étant passé par là. 

     

    Le feu est passé par là

     Quel désastre...

     

     

    Nous dévalons la pente pour longer lagune et mer de loin. Voilà donc une quatre voies suivie d'une grande route avec des lignes droites, depuis quelques jours nous avions oublié....

     

    Le phare d'Alistro

     

    Arrêt courses et repas, puis au bord de l'étang de Diane, centre d'élevage des moules et des huîtres. D'ailleurs les moles seront excellentes, un peu pénible à cuisiner en cc.....

     

    Premier magasin fermé....

    Etang de Diane

    Etang de Diane.

    De belles plantes devant le magasin d'huitres ....

     

    A Aléria nous bifurquerons à droite dans la vallée de Tavignano, notre route le longera, serpentant au milieu du maquis dans des gorges creusées dans les schistes. Encore quelques kim et nous voici au camping à la ferme "U Sortipiani" de Piedicorte.

     

    Le fleuve Tavignano....

     

    Le terrain est très grand, arboré, chacun son choix pour la position....

    Avec Brigitte nous irons faire un petit tour sur le fleuve, pas sur une barque à chaîne comme dans les marais poitevin, mais sur un radeau à corde.... nous sommes en Corse.

     

    Voilà le fameux radeau...

     

    Traversera, traversera pas !!!...

     

    De St Florent à .....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

            Un petit briefing pour cadrer les jours à venir. et Paul nous offre un apéro au bar chez Xavier. toujours une ambiance joviale et agréable.

    Demain peu de kms à parcourir, exceptionnellement en convoi et juste à mettre les pieds sous la table....  A suivre......

     

     

    08 Septembre

     

    Départ tardif....prévu pour 10h45, mais tout l monde est en avance..... pas vraiment nécessaire... mais nous suivons le mouvement, Paul en tête bien entendu et les camping-car à la queue leu leu....

    Nous quittons le  camping

    A la queue leu leu 

     

    Nous passerons devant le pont romain.....

     

    Pris en roulant...

     

    Un petit arrêt forcé..quelques minutes seulement la DDE est entrain de purger la montagne.

     

    Arrêt forcé.

     

    Notre route caracole dans la maquis Corse, passe par Corté.

     

    Arrivée sur Corté

    Corté

     

    Telle une chenille articulée, lentement mais surement nous grimpons au col de Bellagranajo pour mieux redescendre de l'autre côté....de là s'ouvre un vaste panorama sur Vencaco accroché aux premières pentes du monté Cardo et sur les villages perchés de la vallée du Tavignano.

     

    Venaco

    Venaco

    En route vers Viviario.

    Nous progressons lentement.

    Ds paysages fabuleux

     

    Oubliez la fameuse Tour Parisienne : la Corse aussi a son chef-d’œuvre conçu par Gustave Eiffel. Le Pont Eiffel ! Si vous ne nous croyez pas, levez les yeux entre Venacoet Vivario, près de Corte. Mieux, prenez le Trinichellu (train Corse) : vous passerez dessus.

    Le pont Eiffel qui surplombe le Vecchio a été bâti entre 1890 et 1892 par le célèbre Gustave Eiffel. Il mesure 170,96 m de long et 84 m de haut. C’est le plus grand viaduc de Corse, sa construction a donc fait sensation à l’époque. Il est entièrement métallique (comme par hasard).

     

     

    Pont Eiffel toujours en rouant

     

    Arrêt comme prévu à Viviario, nos véhicules seront garés sur la parking de la gare, 600m nous sépare du restaurant  "U Campanile" orchestré d'une main de cuisinière par la fille de Paul. Un arrêt en route pour l'apéro et la fontaine de Dianes dresse au dessus de la vallée du Vecchio.

     

    Vers le restau

    Vivario

    Fontaine de Diane

     

     

    Encore quelques pas et nous voilà au restaurant Campanile, en terrasse. Nous nous délecterons d'un super repas, Karim, la fille de Paul ne cuisine et son mari au service, service rondement mené.

     

    Une partie du groupe..

    Une autre table...

    La nôtre...

     

    Paule et Lucien.

    Brigitte et Huguette

    Deux Paul

     

    En Entrée charcuterie Corse, salade aux gésiers et foie gras, beignets de poireaux, ensuite gratin dauphinois et rôti de veau en dessert mignardises, le tout fait maison. Je peux vous affirmer que nous nous sommes régalés, le tout arrosé de bons petit vins rouge et rosé. Merci Paul tu as fait le bon choix.....

     

     salade gésiers foie gras.

    Charcuterie Corse

    Beignets de poireaux

    Gratin dauphinois et petits légumes

    Dessert..

    Rôti de veau, mais les "morfalous" sont déjà passés

     

    Nous sommes placés à sa table, c'est toujours très agréable il a plein d'anecdotes à nous raconter.

     

    Paul et sa fille

     

    Le platane qui trône devant le restaurant était le plus Gros de Corse et avant la construction du clocher les cloches éraient suspendues au plus hauts branches. 

     

    Le platane

    Plus que 5 kms d'une route avec quelques épingles à cheveux et nous voilà au camping le soleil où l'on nous fait installer, rien à dire chacun prend la lace indiquée.  Mis le comble pour le camping du soleil c'est qu'il fait une belle averse qui tambourine sur nos petits cubes blancs.

    La position n'est pas confortable pour tout le monde....pas de TV pour ceux qui sont près des arbres. Certains se déplacent.... contre l'avais du propriétaire qui grogne. Normal !!!!

    Apéro vers Paul, comme çà pour le fun....chacun apportant bouteilles et grignotis.....

    Retour dans nos chaumières vers 20H.

     

     09 septembre

     

    Le Mont Oro face au camping

     

     La gareDés 9h nous voilà prêts pour la gare de Tattone pour le train pour Corté, le Trinichellu (le petit train). Il fait de charmants détours, passe sous de ponts, sur des ponts, dont le double pont de Vecchio construit par Eiffel, longe la falaise, surplombent les vallées, court dans les bois, traverse de ,ombreux tunnels.
    45 inutes plus tard après deux arrêts Vivario et Venaco nous voilà à Corté.

     

    Nus attendons le,train.

     

    Toutes les photos suivantes sont prises à travers la vitre du train...

     

     ..

     .

      

     ..

      

    Que vous dire de Corté, mais à part la gare et la place devant l'université, je n'ai rien du d'autre...bizarre allez vous me dire. J'étais tellement mal (mal des transports) que nous avons repris le train en sens inverse et que je suis resté couché toute l'AM. 

    Donc que quelques photos que l'on m'a donné.....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           10 septembre

     

    Cette nuit la pluie a chanté sur nos camping-car à intervalles réguliers, sans doute pour nous bercer.

    Ce matin le ciel est gris, de petits coins de bleu, mais pas encore de quoi tailler une culotte de gendarme....les cimes restent plongées dans la brume.

    En route tardivement, comme d'habitude, nous avons peu de kilomètres à faire. Nous partons bon dernier....

    Notre route épouse fidèlement le relief en forêt, monte en virages serrés à l'assaut du col de Sorba à 1311m. là un arrêt nous permettra de voir que la température est frisquette....Point de vue....

     

    Des biquettes sur la route

     

    Après les conifères les châtaigniers peuplent ces montagnes verdoyantes et sauvages. Nous voilà après une courte descente à Ghisoni planté au creux de la vallée du Fium'Orbo.

     

    Dans Ghisoni,la fontaine de Neptune (Dieu romain de l'eau)

    Ghisoni

     

    Nous descendons encore tranquillement à travers les défilés des Strette, gorge étroite et sinueuse puis celui de l'Inzecca beaucoup plus impressionnant, creusé dans un verrou rocheux creusé par le Fium'Orbo, torrent montagnard impétueux qui en cette saison est bien calme. La couleur vert de la roche serpentine que l'on peut voir en passant au niveau du barrage se caractérise par son aspect brillant, très surprenant.

     

    Sur notre route

    Dans le défilé

    Le torrent bien calme en ce moment

    De St Florent à .....

    La route se resserre .

    Toujours le torrent.

    Dés St Antoine la route file en ligne droite dans la plaine littorale..

    Un virage au nord juste avant Solenzara et nous nous installons au camping "U Pont Grosso" au bord du fleuve patronyme. Un camping très agréable, en terrasse, en bordure de la Solenzara qui présente de belles vasques d'eau claire....amateur ne vous privez pas....

    Nous arrivons pour le repas de midi...juste le temps de s'installer et voilà une belle averse qui s'abat sur nous, le soleil revient mais repartira rapidement, laissant un ciel gris et pleurnichard le masquer.

     

    Françoise n'a pas envie de marcher...ni <odile d'ailleurs

    Le camping

    Encore le camping.

    L Pont sur la Solenzara

    La Solenzara et le camping 

     

    Petite balade qui se terminera rapidement malgré la température agréable l'humidité se fait sentir.

    Il est 18h ou presque et le pluie s'intensifie....Une heure plus tard elle s'arrête... Suite à demain......

    Un très bel apéro offert par Annie et Martial.

     

    11 Septembre

     

    Le soleil est au rendez-vous il chahute un peu les nuages, mais sort vainqueur...il brillera toute la journée.

     

    L'environnement du camping.

    Le camping sa plage et ses belles vasques

    Le pont

     

    Les aiguilles de Bavella depuis le pont

     

    La matinée s'écoule tranquillement.....lavage, papotage....

    Notre repas de midi : civet de sanglier commandé au restau du camping...çà n'a jamais été un civet. Très moyen.

     

    Le fameux civet

     

    Un arbuste au camping Qui le connait ?

     

    Le voici

    En détail

     

    Paul fait sa virée au camping pour voir ses ouaillles.

     

    La tournée du chef.

     

    Après le repas en piste pour une virée sur la route taillée en corniche qui suit le rivage de la côte des nacres.

    Premier arrêt à la Anse de Canella avec sa magnifique plage de sable blanc, ses eaux claires et turquoises et sa végétation luxuriante. Encore pas mal de monde sur la plage.

     

    Canella

    La plage

     

    Nous poursuivrons tout le long de cette côte paradisiaque avec les anses de Favone qui est une grande plage de sable blanc au débouché du Favone, celle du Tarco à l'embouchure du fleuve patronyme où, dans le lointain se profilent les aiguilles aiguillent de Bavella.

     

    Favone et et en arrière plan Bavella

    Il vogue tranquillement

    Une côte découpée aux eaux turquoises

     

     

    Le cite naturel de Fautéa : deux anses bornées par une tour génoise, la plage de Fautea bien protégée entre deux pointes rocheuses étire son sable fin.

     

    La anse de Fautea et sa tour génoise

    La tour

     

     

     

    Encore un petit tour au port de Solenzara

     

    Le port de plaisance de Solenzara

     

    De cet endroit magnifique nous faisons demi tour et rentrons "à la maison".

    Une côte merveilleuse, pas toujours facile d’accès car peu de possibilité de stationnement. 

    Un bel apéro encore ce soir.


    14 commentaires
  • 12 septembre

     

     

    La route est ouverte, il fait beau...le vent nous a bercé toute la nuit et souffle encore un peu.

    Nous partons vers 8h30, nous avons décidé de randonner au col de Bavella et de faire le trou de la bombe (tofanu di u Cumpuleddu).

    Une belle route caracole en forêt, en grands lacets, avec des vues merveilleuses sur les 

    premiers reliefs rocheux aux couleurs chatoyantes.

     

    Suivrez nous...ces photos sont prises en roulant.

    Nous progressons lentement......

     

    Virage après virage...

     

     

     

     

     

     

     

    Toujours en route pour le premier col

     

     

    Tujours plus haut..

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

    Nous arrivons au premier col

     

     

     

     

     

    Passons un premier col,le col de Larone à 608 m qui offre déjà de magnifiques vues  sur la Punta di Ferriate.

    La punta di Ferriate à contre jour

     

     

     

     

    Descendons ensuite en forêt de Bavella essentiellement peuplée de beaux pins laricio et remontons vers le col de Bavella à 1218m. Dans cette montée, parfois aux virages serrés, chaque contour nous ménage une vue différentes et splendides sur ces draperies rocheuses, véritables murailles dressées vers le ciel.

     

    Que de belles draperies

    Nous voilà au col, nous trouvons assez facilement un parking pour nos petits cubes, même s'il est en forte pente. Quelle surprise c'est  la tempête, ce vent froid nous transperce et nous chahute. Bien que "harnachés"en randonneurs nous décidons de ne pas faire cette sortie.

    Nous arrivons au colNous admirons ce somptueux panorama, ces curiosités naturelles saisissantes qui s'offrent à nous, ces pics déchiquetés, ces époustouflantes aiguilles de Bavella qui se dressent vers un ciel d'azur où seuls quelques petits nuages s'attardent. Souvent courbés par le vent les pins s'accrochent au versant abrupt comme pour mieux résister.

    On devine facilement le sens du vent

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au col les aiguilles

     

    Le col est marqué par une croix et la blanche statue de Notre Dame des neiges dont le socle est couvert d'ex-voto. 

         

    La croix et la Statue

    Notre dame des neiges.

      

     

     

    l y a vraiment du vent...

     

     

     

     

     

     

     

       

     

                                     

     Une courte descente en forêt, en passant à proximité de l'hippodrome de Viso, champs de course le plus haut d'Europe, nous conduira après avoir passé Zonza, à San Givano di Cardiri où nous stationnerons sous les pins au camping D'ora. 

    Nous tournerons un bon moment afin de trouver un endroit à peu près plat, au soleil car il ne fait pas très chaud et où la TV passe. Cela fait beaucoup de chose.....Nous réussirons tout de même.

    Il fait tout de même relativement chaud, nous mangerons dehors au soleil et après un peu de dilettante nous ferons une balade dans le petit village. 

     

    L'église de San Givano

     

    Je vais vous faire un confidence....nous avons ait un bout de GR20 en camping-car.... ben oui , il suit la route par endroit.

     

    13 septembre

     

    Une journée calme au camping..... Toujours installés sus les grands pins.

     

    Sous les grands pins

     

    Ce matin il fait frisquet 7 ou 9° en fonction de l'heure du lever....Mais le soleil nous réchauffe rapidement.

    Chacun, vaque à ses occupations...... préférées....mais je vois beaucoup de linge qui sèche. Ces dames ont lavé, peut être la machine....

    Le barbecue fonctionne.... Paul est au service.... il ne peut pas s'en passer..... de bonnes effluves montent jusqu'à nos narines....

     

    Paul aux fourneaux

    Il a de l'aide...moralement......

      

    On ne devrait pas faim .....

     

    Ce midi un superbe apéro offert par Odile et Patrick, Françoise et Jean Claude, Monique et Patrick, le soir il fait trop froid ici, chacun restant dans ses chaumières......

     

    Les premières bouteilles sont arrivées...

    Que demander de plus...

    Les petits toast ont du succès....

     

    Une grande table est installée et le repas est pris en commun chacun ayant amené son plat. De bons moments de convivialité et de partage.

     

    Une belle tablée...

     

    Après le repas Paul fait sont briefing pour nous préciser le déroulement de la journée de demain qui doit être encore une journée où l'on en prend plein les yeux.

    Jusqu'à présent je dois dire que la Corse porte bien son nom "île de beauté". J'ajouterai que le groupe est super, quant à Paul et à Marie Mathilde, il en est de même, la plupart de ceux qui ont voyagé avec eux sont de mon avis. Il ne peut en être autrement.

    Un peu de repos, histoire de digérer....nous irons faire un petit tour dans le village, histoire de se dégourdir les jambes tandis que des groupes de pétanqueurs s'affrontent....

     

    14 septembre

     

    Encore une belle journée, malgré l'altitude il fait meilleur ce matin.

    Départ vers 9h nus avons prévu ne petite rando. Notre route se faufile en forêt mais laisse de belles échappées sur de beaux chaos.

     

    Chaos rocheux en forêt

    Toujours en route

     

    Stationnement sur un parking payant, à vrai dire on ne peut pas le louper, il y a beaucoup de monde. Tenue de randonneur oblige, du moins bonnes chaussures. 

    Nous partons tranquillement, bien que nos hommes accélèrent un peu trop, parfois sans se soucier de nous.....

    Le sentier est parfois un peu chaotique, monte descend au milieu des pins qui poussent parfois sur de gros blocs de rocher, se transforme parfois en piste plus aisé pour nos vieilles jambes. Le pic du diamant à 1199m nous domine.

     

    D'énormes chaos.

    Le mont diamant

    Deux randonneurs....

    Nous progressons....

     

     ..

     

    Après la vaste aire d'hélicoptère (lieu ou l'on peut être en sécurité en cas d'incendie), le sentiers file entre pins et bruyère au milieu de bloc rocheux. Là comme posé par enchantement trône la sentinelle, ce bloc rocheux, percé et modelé par les éléments naturels.

     

    Le rocher sentinelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ouf  çà passe

     

    Peu après le chemin se fait plus difficile la pente s'accentue, des cordes aident notre progression qui se fait au milieu de petits rochers qu'il faut plus ou moins escalader. Mais la récompense est au rendez-vous. une belle cascade d'environ 60 m saute gaiement de cette magnifique paroi rocheuse, se fracasse sur une avancée rocheuse en éclaboussant dans de belles vasques. 

     

     

    La remontée sera un peu rude, mes pas se font plus petits, ma respiration s'accélère....

    La cascade est sans doute le but final de cette randonnée mais elle traverse des paysages fabuleux et uniques du plateau d'Ospédale.

    De Solenzara à....Juste le temps de boire un verre et de soulager nos petits petons et nous voilà repartis pour le rassemblement près du lac de barrage d'Ospédale. Ce lac, enchâssé dans des rochers, manque dramatiquement d'eau....pourtant le débit de la cascade est soutenu par l'eau du barrage.

     

    Le lac

    Le lac

     

    Oh surprise nous arrivons au lieu de rendez-vous pour une repas pris en commun.....Il est vrai que nous sommes bons derniers ou presque, mais tous les participants semblent avoir terminé. 

     

    A l'arrivée....

    Notre repas

     

    Nous voilà comme quatre malheureux au milieu du camping. Nous avons beaucoup rigolé, et cela ne nous a nullement coupé l'appétit. Nous avons même pris le temps de boire le café avant d'aller, à pied, au point de vue.

     

    Après....cétait vraiment très rigolo.....

     

    Encore un bon kilomètre pour atteindre le mirador de l'Ospédale, cet endroit magique d'où l'on embrasse une vaste perspective sur la côte et le golfe de Porto Vecchio, L'on reste là, bouche bée, à contempler cette beauté naturelle, vaste territoire entre terre, ciel et mer.

     

    La photo ne rend hélas pas grand chose....

    Le vue....

    Un panorama remarquable....mais pas en image

    Descente dans la vallée toute en douceur pour poser nos roues au camping Arutoli, installation rapide....Quelques courses en ville, briefing....demain sera un autre jour. Visite de Bonifacio.

     

     

     

    15 Septembre

     

    Une journée à Bonifacio.

    Vous partons donc vers 8H30, en convoi....mais nous laissons pas mal de camping-car au camping, nous nous groupons par affinité.

    Nous suivons le chef... de près... Il nous conduit sur un parking gratuit (apparemment pour ceux qui font la balade en mer).

     

     

    Sur le prking

     

    Plus que 600m à parcourir et sommes au port. Nous embarquons donc pour une heure de balade dans les bouches de Bonifacio. La mer est un peu agitée...mais j'ai pris mes précautions.

     

    C'est le départ, vue sur la citadelle

     

    Dès la sortie du port par le goulet la vue embrasse la citadelle perchée sur son éperon et l'on apprécie la grandeur des remparts qui l'entoure.

     

     

     

    Les remparts

     

     

     Toujours les remparts

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           

     

     

     

     

    Contournement du phare de la Madonetta et nous abordons les bouches de Bonifacio, c'est alors un vaste horizon qui s'ouvre devant nous.

     

    Contournement du phare

     

      

    La mer assez agitée nous chahute gaiement....et nous recevons à l'arrière des gerbes d'eau...c'est plutôt marrant et chacun se protège comme il peut....

     

    Falaises admirables

     

    L'entrée de la grotteNous pénétrons dans la grotte du Sdragonato, passage impressionnant

    Grotte à ciel ouvert

     

     

     

     

     

     

    puis dans les calanques Fazio et Paraguano, aux eaux turquoises et poissonneuses,

     

    La calanque

     

    passons au large de la grotte St Antoine ou grotte Napoléon (elle a la forme du chapeau de l'empereur), contournons la pointe de la presqu'ile et longeons alors de magnifiques falaises sculptées sans doute par les courants marins et les éléments naturels.

     

    La grotte St Antoine

    De magnifiques falaises

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'on découvre alors le puits St Barthélémy et le fameux escalier du Roi-Aragon avec ses 187 marches.

     

    Le Puits St Barthélémy

    Le puits

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'escalier du Roi d'Aragon et ses 187 marches

     

    Le site qui s'offre à nous est spectaculaire avec les maisons de la vieilles villes, posées au bord de la falaise, à 70m au dessus du niveau de la mer.

     

    Un site remarquable

    Les hautes maisons de Bonifacio

     

    Demi tour au niveau du fameux grain de sable, ce gros bloc calcaire détaché de la falaise il y a 8 siècles. 

     

    Le fameux grain de sable

     

    Retour à la case départ...un peu mouillés...beaucoup pour certains. Une heure de pur plaisir, une heure d'émerveillement tant le site est exceptionnel.

    Retour sur la terre ferme pour monter dans le petit train qui nous conduira à la ville haute comprenant la vieille ville moyenâgeuse et la citadelle. 

     

    Vue sur le port

    Vu d'un peu plus haut

    Le goulet

     

     Nous flânons donc dans la vieille ville, dans ces ruelles étroites où de nombreuses maisons s'ouvrent sur des escaliers vertigineux dont les marches semblent très hautes. Nous pourrons voir la belle église de Ste Marie Majeure avec ses arcs-boutants.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Rue DorianRemonterons la rue Doria, rue très commerçante où déambulent de nombreux touristes, passerons la place du marché, s'en suivra le belvédère d'où nous  aurons de belles vues sur les falaises, 

     

    Le grain de sable vu de la vieille ville

     

     

     

     

     

    Toujours depuis la vieille ville

     

     

     

     

     

     

     

     

    avant d'emprunter la porte de Gênes, unique entrée de la ville jusqu'au 19 ième siècle.

     

    La porte de Gênes

     

     

     

     

    Grande balade sur la falaise d'où l'on peut encore admirer ces maisons en surplomb, mais aussi la citadelle

     

     

     

     

     

     

     

    La citadelle

     

     

     

     

    La citadelle

     

     

     

     

     

     

     

      

     Vue d'ensemble

    Avec un peu de vent.....

     

    Nous prendrons notre repas à Cantina Doria, repas simple et correct.

    Des passages couverts, des grands escaliers pour monter dans les appartements......

     

                

     

    De Solenzara à Porto VecchioNos pas nous conduirons vers l'escalier du Roi-Aragon (merci à Françoise et Jean Claude qu nous passeront leur billet) nous le descendrons tranquillement avec Odile et Patrick.

    Escalier du Roi d'Aragon

     

    Odile et Patrick

    Sur la plateforme au bas des escaliers

     

     

    Les marches très hautes et irrégulières sont taillées en oblique dans la falaise. L'origine de cet accès est sans doute l'existence du Puits St Barthélémy qui ne se visite pas. Il est vrai que l'on reste un peu sur sa faim...quand on atteint la limite.

     

     

     

     

     

     

     

    La remontée sera un peu dure....manque de souffle...

    Une petite pause bien méritée après cette descente...aux enfers. LOL.

     

    Avec Françoise et Jean Claude, Odile et Patrick

     

    Nous reprenons le petit train et retrouvons le camping-car. Merci Lucien de nous avons conduit.

    La journée n'est pas terminée.... C'est l'anniversaire de notre amis Paul, accompagnateur, animateur, chanteur, conteur... mais aussi poète.

    Chut c'est une surprise... le secret a été bien gardé.

     

    BON ANNIVERSAIRE PAUL

     

    Tout était parfait, une immense table  a été dressée,  tout le monde y avait déposé petits toasts et bouteilles pour cet heureux événement ensuite gâteaux et Champagne pour triquer avec lui. Merci à Anne Marie et Dominique pour l'organisation.

     

     De Solenzara à Porto VecchioUne table bien garnie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    16 Septembre

     

    Journée au camping.

    Ce matin c'est la course à la machine à laver....

    Nous mangerons ce midi au restaurant du camping, après avoir pris une coupe de champagne avec Marie Mathilde et Paul.

     

    Au bord de la piscine

     

    Saucisses de bœuf pour Paul et côtes d'agneaux pour moi, c'était très bon.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le repas nous partons seuls faire un tour dans Porto Vecchio, dominé pars sa citadelle.

     

      Porto Vecchio

    Vue depuis la ville sur une partie du port de plaisance

     

    Certaines fortifications génoises subsistent et le bastion de France domine la marine, mais il est fermé,

    Fortifications

    Bastion de France

     

    par contre la porte génoise offre un large panorama sur le golfe, le port et les anciens marais salants.

    Porte génoise

    Vue sur le port

    Vue sur les anciens marais salants

     

    Nous descendrons la rue Burgo qui ferment les perspectives, sauf sur quelques terrasses de restaurant. 

    Suivrons la route en fort déclivité pour rejoindre la marine avec son port de plaisance et de commerce.

     

    Le port de plaisance

     

     

    Nous ne rentrerons pas trop tard car nous offrons, ce soir, l'apéro avec Brigitte et Lucien. Il sera perturbé par la pluie, nous nous mettrons à l'abris vers les sanitaires. Rien ne  nous  arrête !!!!!!!

     

    L'apéro

    L'apéro

    Demain ...en piste....nous roulons.

     

     


    34 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique